L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique.
Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :
peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

L’Art-Thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :

Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.

Danse Mouvement Thérapie

On utilise le langage de la danse. Il est un moyen et non une finalité. C’est un instrument pour que le pratiquant puisse exprimer ses émotions. La technique est au service de l’expression. Elle est un support du langage corporel, car on s’exprime par le corps.

Dramathérapie

Comprendre et utiliser les mécanismes du jeu de l’acteur en vue d’une composition d’un personnage, d’un masque de soi-même. L’art-thérapie ajoute à l’art le projet de transformation de soi-même.

Musicothérapie

Musicothérapie active – Il s’agit d’un travail sur la communication non verbale. Le principe est l’ouverture de canaux de communication avec des personnes en rupture de communication. C’est un travail sur les productions sonores au moyen de la voix, les percussions ou autres. Le sujet devient créateur et s’exprime à travers la musique et les sons.
Musicothérapie réceptive – Une séance de musicothérapie réceptive associe trois fragments d’œuvres musicales dont l’audition successive constitue trois étapes thérapeutiques : apaisement, détente, relaxation.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

____________________________________________________________________________

Thématiques

Rémunération de l’art-thérapeute


En ce qui concerne la rémunération de l’art-thérapeute, un/e art-thérapeute titulaire d’un titre inscrit au RNPC (ou validé par la CPNE) est rattaché/ée au Coefficient 279 en début de carrière, 283 en fin.

Convention collective – HOSPITALISATION PRIVEE

Cependant, la certification professionnelle d’art-thérapeute (RNCP) est de Niveau II.
Pour le Master, elle est de Niveau I.

Pour tous les étudiants, lorsqu’une école (RNCP) vous vend, un niveau Master c’est faux.
La formation universitaire dispense un diplôme professionnel équivalent au (RNCP) et un diplôme de recherche pour aller vers un doctorat. Le statut du Master en art-thérapie est celui de cadre.

La plupart du temps, La profession est liée à la fonction de Technicien :

« Niveau technicien

Article 91.2.2.1 bis, niveau I : emploi consistant à exécuter et/ou élaborer une ou plusieurs opérations ou tâches. Celles-ci s’effectuent, sous contrôle de l’employeur ou d’un personnel hiérarchiquement supérieur (agent de maîtrise ou cadre),

En outre, ces tâches doivent répondre à des exigences de technicité et de conformité impliquant une formation sanctionnée par un diplôme correspondant au niveau III ou IV de l’éducation nationale. De même qu’une expérience professionnelle équivalente d’au moins 3 ans dans la spécialité est souhaitable.

Le titulaire du poste est amené à exécuter des prescriptions médicales et des soins, sous le contrôle de l’autorité médicale. De plus, il participe, en raison de ses compétences et sur le plan technique, uniquement à la réalisation d’examens ou de traitements médicaux.

Le coefficient 279 est maintenu pour la rémunération de l’art-thérapeute.

Le coefficient 283 est maintenu et les conditions d’accès à ce coefficient intermédiaire sont : le technicien doit mener à son terme une ou plusieurs actions de formation complémentaire en lien avec son emploi repère d’au minimum 180 heures.

Ces formations sont réalisées à l’initiative du salarié ou de l’employeur. Par ailleurs, dans tous les cas, elles devront faire l’objet d’un accord de prise en charge par les dispositifs de financement de la formation professionnelle. Le plan annuel de formation de l’entreprise peuvent les prévoir.

Afin de prendre en compte les évolutions des niveaux de diplômes, induites par l’uniformisation de certains diplômes au sein de l’Union européenne, et notamment ceux relatifs aux soins apportés à la personne, les partenaires sociaux ont souhaité, au sein du niveau technicien, différencier le technicien du technicien spécialisé. »

Le salaire mensuel brut d’un technicien, au début de sa carrière, est donc de 1945 €, brut annuel 24666€. En fin de carrière, son salaire mensuel brut sera de 1973 €, brut annuel 25019 €.

Art-thérapie : La vogue des patients-artistes qui exposent leur créativité


Art-thérapie : La vogue des patients-artistes qui exposent leur créativité
Le malade-artiste parle ainsi « en son nom à lui. Et ça, c’est bénéfique, oui ! C’est même 50 % de la réussite. » Ces ateliers participent aussi de la « lutte contre l’exclusion de jeunes touchés par une maladie mentale », selon Franck Saintrap, art-thérapeute et psychanalyste.
Photos des oeuvres des patients visibles le 23 mai à l’hôpital de Sète. Photos : DR.
1 mai 2019
Par Olivier SCHLAMA
Cette discipline connaît un engouement sans précédent. De Toulouse à Sète en passant par Albi et Paris, les expositions de patients-artistes se multiplient. Plongée dans une discipline à la mode qui montre son efficacité.
…/…

L’art reste l’art.

Quelle que soit la santé mentale, seule compte l’émotion suscitée.
Quand on admire une peinture de Bacon avec ses visages morcellés ou que l’on est touché par une toile émouvante de Van Gogh, on se fiche pas mal de l’état psychique de leurs auteurs.

L’art réunit toujours.

Aussi, c’est aussi à Montfavet que l’on pratique l’art-thérapie dans les règles de… l’art. Par conséquent, ces art-thérapeutes et leurs publics « participent même régulièrement au off du festival d’Avignon », selon le professeur Jean-Luc Sudres.
Ce dernier, responsable pédagogique du D.U. art-thérapies à l’université Jean-Jaurès à Toulouse, et psychanalyste, cite également, parmi les expositions d’art-thérapies importantes, voire pérennes :
– Le service de psychiatrie adulte du CHU de Toulouse ;
– Le service des thérapies médiatisées à la fondation Bon Sauveur d’Albi et, bien sûr ;
– L’hôpital Sainte-Anne, à Paris, institution de la psychiatrie française qui, sous la direction de Anne-Marie Dubois, expose 150 d’oeuvres d’art de patients-artistes…

…/…

Faire comprendre à ces jeunes malades-artistes qu’ils font aussi partie de la société

« Inutile de rappeler ici la place qu’occupe l’art dans l’existence humaine. Il est d’usage commun aujourd’hui d’interpréter un geste artistique en tant que message ou parole, à part entière. »

C’est aussi plus simplement l’occasion « d’aller au musée, par exemple, de faire comprendre à ces jeunes qu’ils font aussi partie de la société. C’est un travail de fourmi mais qui paie. Cela crée une zone de confiance. » Y compris avec les familles, souvent désabusées par une psychiatrie où le médicament prend une place trop importante et où justement ces ateliers de création permettent de mieux comprendre l’importance d’un traitement.
…/…

Des effets positifs sur l’image de soi, la confiance en soi

En quinze ans de pratique, Luc Sidobre l’affirme : « Ces ateliers et ces créations sont de nature apaisante. » Certes, les troubles du comportement dont ils sont atteints, leurs pathologies ou leurs déficiences ne s’envolent pas miraculeusement mais ils « ont des effets positifs sur l’image de soi, sur la confiance en soi, etc. »
Cela permet aussi de développer des « habiletés sociales ». De s’exprimer, tout simplement. Une oeuvre n’est ainsi jamais bâillonnée même pour un ado trisomique qui ne peut pas parler. Ce qu’il ne peut pas dire avec des mots, il le dira différemment. Je pense à ce jeune qui a réalisé le museau bâillonné d’un animal », devenu une oeuvre qui ne l’est donc pas, bâillonnée.

« Dans les années 1960, on parlait de psycho-pathologie, pas encore d’art-thérapie. Cela servait aux diagnostics alors qu’aux USA, en 1968, on avait vraiment de l’intérêt pour le processus créateur et aux productions en tant que telles. Car il existe bien des patients qui réalisent des créations esthétiques »

Jean-Luc Sudres,
responsable du D.U. art-thérapies à l’université Jean-Jaurès à Toulouse,
et psychanalyste

Jean-Luc Sudres est l’un des papes de l’art-thérapie.

Il commence par l’envers du décor pour mieux valoriser la belle ouvrage : « L’art-thérapie est à la mode. D’ailleurs, dans les années 1970-1980, on aurait parlé de « gestalt », puis de bio-énergie. Aujourd’hui on parle de « pleine conscience » et de « méditation »…
Donc dans l’art-thérapie, il y a énormément d’écoles, de pratiques, de spécialités ou de disciplines, dit-il. Il n’y a pas de diplôme d’État mais seulement des diplômes universitaires (…) »
Et de poursuivre : « En France, dès la fin du XIXe siècle, il y avait une production artistique des « aliénés ». C’était de façon confidentielle voire clandestine. On peignait. On fabriquait des « tracés », etc. Pour aller très vite, ce qui a été utilisé en premier c’est la musique puis, les arts du spectacle ; la scène.

Dans les années 1960, on parlait de psycho-pathologie, pas encore d’art-thérapie. Cela servait aux diagnostics alors qu’aux USA, en 1968, on avait vraiment de l’intérêt pour le processus créateur et aux productions en tant que telles. »
Car, il existe bien des « patients-artistes qui réalisent des créations esthétiques. C’est ainsi que dans les années 1980, dans la veine de ce qu’a réalisé le ministre de la Culture de l’époque, Jack Lang, beaucoup a été fait pour la culture, certainement pas seulement la Fête de la Musique.
Il y a eu de tout, des expos sur le tag à la floraison d’ateliers en tout genre. Ainsi, à cette époque, les tout premiers diplômes universitaires d’art-thérapie sont apparus à Tours, Toulouse puis Paris », retrace Jean-Luc Sudres.
…/…

Jean-Luc Sudres termine son propos sur un fait « typiquement français » :

« Le vernissage et l’exposition d’œuvres de patients. »

Tout d’abord, il amène à se poser la question de savoir pourquoi ?
« Qui est le créateur de quoi et qui jouit de quoi ? » énonce le psychanalyste. En clair, l’art-thérapeute tient-il toujours compte de ses patients-artistes ? De leur volonté d’exposer ?
De… s’exposer aux yeux de tous ?
« Que ne dirait-on d’un psy qui exposerait à tous les notes de ses patients… ?
Il peut y avoir une perversité », professe Jean-Luc Sudres. Enfin, c’est la raison pour laquelle, tant à l’IES de la Corniche qu’à l’hôpital de Sète, c’est au bout d’un processus, d’un long cheminement que les patients-artistes acceptent ou non d’exposer.

L’art est un miroir intime.
Pour joindre l’article, cliquez sur l’image