L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique.
Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :
peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

L’Art-Thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :

Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.

Danse Mouvement Thérapie

On utilise le langage de la danse. Il est un moyen et non une finalité. C’est un instrument pour que le pratiquant puisse exprimer ses émotions. La technique est au service de l’expression. Elle est un support du langage corporel, car on s’exprime par le corps.

Dramathérapie

Comprendre et utiliser les mécanismes du jeu de l’acteur en vue d’une composition d’un personnage, d’un masque de soi-même. L’art-thérapie ajoute à l’art le projet de transformation de soi-même.

Musicothérapie

Musicothérapie active – Il s’agit d’un travail sur la communication non verbale. Le principe est l’ouverture de canaux de communication avec des personnes en rupture de communication. C’est un travail sur les productions sonores au moyen de la voix, les percussions ou autres. Le sujet devient créateur et s’exprime à travers la musique et les sons.
Musicothérapie réceptive – Une séance de musicothérapie réceptive associe trois fragments d’œuvres musicales dont l’audition successive constitue trois étapes thérapeutiques : apaisement, détente, relaxation.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

____________________________________________________________________________

Devenir membre d’ATV

Bouton faire un don

Thématiques

François Cheng – L’écriture, la beauté

François Cheng
La Grande Librairie
29 janvier 2020
Cette semaine, François Busnel propose une émission spéciale autour de François Cheng. Poète, écrivain, calligraphe et plasticien, l’académicien a nourri son œuvre de sa double culture chinoise et française, de son amour de la nature et de sa spiritualité. En avril 2019, il avait témoigné de la portée universelle de Notre Dame de Paris sur le plateau de « La Grande Librairie », quelques jours après l’incendie qui avait ravagé la cathédrale.
François Busnel et son invité sont entourés de Christiane Rancé, qui publie un « Dictionnaire amoureux des saints » chez Plon, et de Danniel Tammet qui, dans « Fragments de paradis », édité par Les Arènes, évoque sa conversion au christianisme à l’âge adulte.

« À partir de l’âge de quinze ans, il y a ce désir d’écriture comme un sauvetage qui m’a empêché de sombrer. »

Comment François Cheng parvient-il à véhiculer autant de sens et de poésie en seulement quatre vers ? L’auteur explique sa vision du quatrain et sa manière d’écrire. Son processus créatif demande un vrai travail spirituel, un dépouillement et un lâché prise.

La création d’un quatrain selon François Cheng

Au fil de ses nombreuses activités, la poésie, la calligraphie et surtout l’écriture, François Cheng, de l’Académie française, explore la beauté partout où elle surgit. Mais si celle-ci reste un mystère, il souligne aussi combien l’existence du mal est l’autre mystère de notre existence. Réfléchir et méditer sur la beauté et le mal avec François Cheng : un moment rare, une sorte de cadeau de Noël… Merci, monsieur !

La beauté

Dans son apparition, la beauté semble un mystère. A la fois unique, observable par tous, chacun en a l’expérience. D’une émotion commune, elle reste cependant entièrement subjective. D’un vol d’oiseaux, d’un défilé de nuages, de fleurs anonymes, ou d’un rayon de soleil, la beauté se lit comme un luxe exclusif, en ce sens qu’elle n’est pas indispensable à la vie. L’univers peut fonctionner sans la beauté, ainsi qu’un monde de robots, où chaque être serait interchangeable.
Mais, ce qui fait de la vie une aventure, réside dans la singularité, la complexité et les différences de chaque être. Chacun se sent habité par une capacité à la beauté et surtout au désir de voir, sentir, toucher la beauté. Quand celle-ci se manifeste, dans la « fulgurance de son élan », elle suscite perception, attirance et exaltation.

Les sens

Le mot « sens » illustre cette idée du pouvoir d’attraction de la beauté. S’attachent aussi les notions de sensation, direction et signification. La beauté a le don de provoquer en nous les ressentis les plus forts et les plus immédiats, qu’ils soient charnels ou émotionnels. D’instinct, la beauté absorbe. En la suivant, l’individu prend une direction, et donne une signification à son existence.

« La beauté est fondamentale dans la mesure où elle participe aux fondements de notre existence et de notre destin. »

Pourquoi l’univers recèle-t-il de la beauté ? Dès l’origine, la matière contenait en elle-même, une promesse de beauté, apte à aboutir à ces ciels étoilés, ces visages émouvants. Pour autant, que devient la beauté, lorsqu’elle séduit à des fins machiavéliques, qu’elle trompe, entraînant mort et destruction ?
Est-ce toujours l’œuvre de la beauté ou est-elle pervertie par la laideur ?

Pour la première fois, l’OMS étudie le lien entre les arts et la santé

Logo de l'OMS bureau EuropePouvez-vous danser pour améliorer votre santé et votre bien-être ? Pour la première fois, l’OMS étudie le lien entre les arts et la santé
Copenhagen, Helsinki, 11 November 2019
S’engager dans les arts peut être bénéfique à la fois pour la santé mentale et physique. C’est l’une des principales conclusions d’un nouveau rapport du Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, qui analyse les données probantes tirées de plus de 900 publications mondiales – l’examen le plus complet des données probantes sur les arts et la santé à ce jour.

« Faire entrer l’art dans la vie des gens par des activités telles que la danse, le chant, la visite de musées et les concerts offre une dimension supplémentaire à la manière dont nous pouvons améliorer la santé physique et mentale »,

déclare le docteur Piroska Östlin, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe a.i.

« Les exemples cités dans ce rapport novateur de l’OMS montrent comment les arts peuvent s’attaquer à des problèmes de santé « pernicieux » ou complexes tels que le diabète, l’obésité et la mauvaise santé mentale. Ils envisagent la santé et le bien-être dans un contexte sociétal et communautaire plus large, et proposent des solutions que la pratique médicale courante n’a jusqu’à présent pas pu aborder efficacement »,

explique le docteur Östlin.
Le rapport passe en revue les activités artistiques qui visent à promouvoir la santé et à prévenir la mauvaise santé, ainsi qu’à gérer et à traiter la mauvaise santé physique et mentale et à soutenir les soins de fin de vie. Il sera lancé le lundi 11 novembre à 8h00 CET lors d’un événement à Helsinki, en Finlande, qui réunira des experts, des décideurs politiques, des praticiens et des utilisateurs de services pour discuter du rôle des interventions artistiques dans les soins de santé. L’événement sera retransmis en direct.

Les arts et la santé tout au long de la vie

D’avant la naissance à la fin de la vie, les arts peuvent avoir une influence positive sur la santé. Par exemple, les jeunes enfants dont les parents leur font la lecture avant de se coucher dorment plus longtemps la nuit et ont une meilleure concentration à l’école. Chez les adolescents vivant dans les zones urbaines, l’éducation par les pairs basée sur le théâtre peut favoriser la prise de décisions responsables. Il peut améliorer le bien-être et réduire l’exposition à la violence. Plus tard dans la vie, la musique peut favoriser la cognition chez les personnes atteintes de démence. Il a été constaté que le chant, en particulier, améliore l’attention, la mémoire épisodique et les fonctions exécutives.

Les arts dans les soins de santé

Dans les établissements de soins de santé, les activités artistiques peuvent être utilisées pour compléter ou améliorer les protocoles de traitement. Par exemple, les activités artistiques peuvent être utilisées pour compléter ou améliorer les protocoles de traitement :
– On a constaté que l’écoute de la musique ou la création artistique réduisaient les effets secondaires du traitement du cancer. Elles réduisent notamment la somnolence, le manque d’appétit, l’essoufflement et les nausées ;
– Il a été constaté que les activités artistiques dans les situations d’urgence, notamment la musique, l’artisanat et le clown, réduisent l’anxiété, la douleur et la tension artérielle. Elles réduisent l’anxiété en particulier chez les enfants mais aussi chez leurs parents ;
– On a constaté à plusieurs reprises que la danse permettait d’améliorer de manière cliniquement significative les scores moteurs des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Certaines interventions artistiques peuvent être plus rentables que des traitements classiques

Le rapport souligne que certaines interventions artistiques produisent non seulement de bons résultats, mais peuvent également être plus rentables que des traitements biomédicaux plus classiques. Elles peuvent combiner plusieurs facteurs favorables à la santé en même temps. Elles touchent à l’activité physique et au soutien à la santé mentale. Certaines activités artistiques présentent un faible risque de résultats négatifs. Les interventions artistiques peuvent être adaptées de manière à être pertinentes pour des personnes issues de milieux culturels différents. Elles peuvent ainsi également offrir une voie d’accès aux groupes minoritaires ou difficiles à atteindre.
Alors que l’OMS étudie le lien entre arts et santé, plusieurs pays s’intéressent  aux programmes de prescription artistique et sociale. Grâce à ces programmes, les médecins de soins primaires peuvent orienter leurs patients vers des activités artistiques.

Considérations politiques

Le rapport présente des considérations politiques à l’intention des décideurs dans le secteur de la santé et au-delà, telles que :
– assurer la disponibilité et l’accessibilité des programmes « arts pour la santé » au sein des communautés ;
– soutenir les organisations artistiques et culturelles pour qu’elles intègrent la santé et le bien-être dans leur travail ;
– promouvoir la sensibilisation du public aux avantages potentiels pour la santé de l’engagement dans les arts ;
– inclure les arts dans la formation des professionnels de la santé ;
– introduire ou renforcer les mécanismes d’orientation des établissements de soins de santé ou d’aide sociale vers des programmes ou des activités artistiques ; et
– investir dans davantage de recherche. En particulier dans l’intensification des interventions dans le domaine des arts et de la santé. Evaluer leur mise en œuvre.

Définition des « arts

Le rapport a examiné les avantages pour la santé (par une participation active ou passive) dans cinq grandes catégories d’arts ? Celles-ci sont les arts du spectacle (musique, danse, chant, théâtre, cinéma) ; les arts visuels (artisanat, design, peinture, photographie) ; la littérature (écriture, lecture, participation à des festivals littéraires) ; la culture (visites de musées, de galeries, de concerts, de théâtre) ; et les arts en ligne (animations, arts numériques, etc.).

Pour accéder à la version anglophone de l’article, cliquez sur le logo de l’OMS