L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique.
Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :
peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

L’Art-Thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :

Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.

Danse Mouvement Thérapie

On utilise le langage de la danse. Il est un moyen et non une finalité. C’est un instrument pour que le pratiquant puisse exprimer ses émotions. La technique est au service de l’expression. Elle est un support du langage corporel, car on s’exprime par le corps.

Dramathérapie

Comprendre et utiliser les mécanismes du jeu de l’acteur en vue d’une composition d’un personnage, d’un masque de soi-même. L’art-thérapie ajoute à l’art le projet de transformation de soi-même.

Musicothérapie

Musicothérapie active – Il s’agit d’un travail sur la communication non verbale. Le principe est l’ouverture de canaux de communication avec des personnes en rupture de communication. C’est un travail sur les productions sonores au moyen de la voix, les percussions ou autres. Le sujet devient créateur et s’exprime à travers la musique et les sons.
Musicothérapie réceptive – Une séance de musicothérapie réceptive associe trois fragments d’œuvres musicales dont l’audition successive constitue trois étapes thérapeutiques : apaisement, détente, relaxation.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

____________________________________________________________________________

Thématiques

« Au Japon, la production artistique par des patients n’est nullement marginale »


« Au Japon, la production artistique par des patients n’est nullement marginale »
Par Eric Favereau
13 novembre 2018
Alors que des expos sur l’art brut se sont multipliées ces jours-ci à Paris, le pédopsychiatre et artiste David Cohen précise ce qu’est la création chez des personnes souffrant de troubles psychiques.
L’art brut ? Ces jours-ci, il y en avait un peu partout, initiatives, expos, et prix également autour de ce mouvement. C’est « l’art des fous » dit-on, ou l’art des marginaux. Dans le monde de la psychiatrie, le professeur David Cohen connaît très bien ce sujet. Personnage à part, toujours inclassable, il dirige le service de pédopsychiatrie de la Pitié Salpêtrière où il prend en charge les enfants les plus lourdement affectés, se retrouvant ainsi face à des douleurs sans fond. Mais il est aussi artiste plasticien, dessine des sculptures-peintures. A ses heures non perdues, il est membre du prix Art Absolument 2018 qui, chaque année en octobre, récompense un artiste en marge pour l’Outsider Art (1).

Parler de l’art brut ? Quand on l’interroge pour savoir s’il faut être fou pour faire de l’art brut, David Cohen répond sans hésiter :

« Evitons une confusion. Et d’abord cette idée que pour être artiste, il faut forcément être ou avoir été blessé, ou au moins avoir mal quelque part. Ensuite, évitons de dire que tout fou qui dessine une tache débute obligatoirement une œuvre d’art… »

Certes, mais que pense-t-il alors de la définition de l’art brut de Jean Dubuffet qui parle d’artiste « indemne de toute culture » ? « Dubuffet s’appuie sur des créations de malades qu’il découvre à l’époque des collections de tableaux faits par des malades à l’hôpital Sainte-Anne. Dubuffet est tout sauf fou, il s’intéresse à la peinture et il a voulu se mettre à une certaine distance de l’institution. En même temps, il a recherché la reconnaissance institutionnelle. »

Le sujet comme moyen d’expression

Mais alors qu’est-ce que l’art brut ?

« J’aime bien la définition nord-américaine d’art outsider, un art qui vient d’ailleurs, marginal, hors système même si l’on sait que le système intègre au final presque tout. »

Cela étant, concède-t-il,

« il est bon de regarder ailleurs. Le point de vue est différent entre Occidentaux et Asiatiques. Dans l’art brut japonais, il y a des exemples de patients japonais, très connus dans leur pays et nullement marginaux, car au Japon il est de tradition que les personnes ayant une maladie chronique mentale soient intégrées dans des ateliers artistiques, de production de céramique ou calligraphique. Leur production est alors respectée en tant que telle. Pour nous, ce serait de l’art brut. Mais pour eux, il n’est nullement marginal, il est même très reconnu ».

En tant que psychiatre, où met-il alors une frontière ? Y aurait-il, par exemple, une démarcation entre art-thérapie et art brut ?

« Trois critères s’imposent selon moi. Ce qui fait que l’on reconnaît une démarche artistique chez quelqu’un, malade ou pas, c’est d’abord la continuité de la démarche, ce n’est pas juste dix secondes et puis c’est fini. Ensuite, il y a une certaine forme de recherche esthétique, fusse-t-elle un rapport de soi, à son propre travail. Et puis il y a une forme de nécessité. Non pas que celle-ci fasse l’œuvre, mais le sujet se révèle un moyen d’expression vis-à-vis de lui-même et des autres. A mes yeux, quand on retient ces trois conditions, que l’on aime ou pas, on est dans quelque chose qui ressemble à de l’art. »

« Le dessin pour gérer les angoisses »

Quand on lui fait remarquer que la maladie mentale est une pathologie qui casse le lien avec les autres alors que l’art est un lien, il répond :

« La maladie mentale, c’est vrai, est une altération à soi, à son identité. En même temps la maladie mentale occupe ou envahit rarement la personne de façon permanente. Elle peut l’envahir, souvent, beaucoup, mais pas tout le temps, ni de manière immuable. Le malade, pour le dire vite, a des hauts et des bas. Il garde en tout cas des zones mobilisables et va chercher des solutions pour reprendre contact avec lui-même ou avec les autres. Pour communiquer, il peut trouver ce langage-là. Il n’y a rien d’antinomique, à partir du moment où l’on accepte que les choses ne sont pas continues. »

Et la prise de médicaments peut-elle changer quelque chose, modifier le regard ou le geste ? « Non. On les utilise pour éliminer la symptomatologie envahissante, on essaye de trouver une posologie sans trop d’effets secondaires, qui évite l’endormissement pour laisser de la place à la personne. Il y a toujours un moment où la personne est là. »


(1) L’Exposition Dan Miller, avec les lauréats du prix Art Absolument 2018. Jusqu’au 17 novembre à l’Espace Art Absolument, 11 rue Louise Weiss (Paris XIIIe).

Pour atteindre l’article, cliquez sur l’image

Cicatrisation des blessures invisibles : art-thérapie et TSPT

Cicatrisation des blessures invisibles : art-thérapie et TSPT
Medically reviewed by Timothy Legg, PhD, CRNP on May 23, 2017
Written by Reneé Fabian
Renée Fabian est une journaliste basée à Los Angeles qui couvre la santé mentale, la musique, les arts et plus encore. Son travail a été publié dans Vice, The Fix, Porter votre voix, The Establishment, Ravishly, The Daily Dot, et la Semaine, entre autres. Vous pouvez consulter le reste de son travail sur son site Web et la suivre sur Twitter @ryfabian.


La coloration est particulièrement importante lorsque je me rétablis du SSPT

Pourtant, l’art-thérapie ne se limite pas à la coloration, contrairement à ce que suggère la tendance des livres à colorier pour adultes, mais à quelque chose que j’ai appris par ma propre expérience. En fait, pour ceux qui ont un trouble de stress post-traumatique (SSPT), travailler avec un art-thérapeute a sauvé la vie.

Le SSPT est un trouble psychiatrique résultant d’un événement traumatisant. Des expériences terrifiantes ou menaçantes comme la guerre, l’abus ou la négligence laissent des traces qui restent coincées dans nos souvenirs, nos émotions et nos expériences corporelles. Lorsqu’il est déclenché, le TSPT provoque des symptômes tels que la réapparition du traumatisme, de la panique ou de l’anxiété, de la susceptibilité ou de la réactivité, des trous de mémoire et de l’engourdissement ou de la dissociation.

« Les souvenirs traumatiques existent généralement dans nos esprits et nos corps sous une forme spécifique à l’état, signifiant qu’ils contiennent les expériences émotionnelles, visuelles, physiologiques et sensorielles qui ont été ressenties au moment de l’événement », explique Erica Curtis thérapeute familial et conjugal sous licence. « Ce sont essentiellement des souvenirs non digérés. »
Se remettre d’un ESPT signifie travailler sur ces souvenirs non digérés jusqu’à ce qu’ils ne causent plus de symptômes. Les traitements courants pour le TSPT comprennent la thérapie par la parole ou la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Ces modèles de thérapie visent à désensibiliser les survivants en parlant et en exprimant des sentiments sur l’événement traumatique.
Cependant, les gens ressentent le SSPT par la mémoire, les émotions et le corps. La thérapie par la parole et la TCC peuvent ne pas être suffisantes pour aborder tous ces domaines. Revivre un traumatisme est difficile. C’est là que l’art-thérapie entre en jeu.

Qu’est-ce que l’art-thérapie ?

L’art-thérapie utilise des médiums créatifs comme le dessin, la peinture, la coloration et la sculpture. Pour la récupération du TSPT, l’art aide à traiter les événements traumatisants dans un nouvel environnement. L’art fournit un exutoire lorsque les mots échouent. Avec un art-thérapeute formé, chaque étape du processus de thérapie implique l’art.
Curtis est également art-thérapeute certifiée. Elle utilise l’art tout au long du processus de rétablissement du TSPT. Par exemple, pour « aider les clients à identifier les stratégies d’adaptation et les forces internes pour amorcer le processus de guérison », ils peuvent créer des collages d’images représentant des forces internes, explique-t-elle.
Les clients examinent les sentiments et les pensées sur le traumatisme en faisant un masque ou en dessinant un sentiment et en discutant. L’art construit des compétences de base et d’adaptation en photographiant des objets agréables. Il peut aider à raconter l’histoire d’un traumatisme en créant une chronologie graphique.
Grâce à de telles méthodes, l’intégration de l’art dans la thérapie permet de répondre à toute l’expérience d’une personne. Ceci est essentiel avec PTSD. Le traumatisme n’est pas vécu uniquement à travers les mots.

Comment l’art-thérapie peut aider avec le TSPT

Bien que la thérapie par la parole ait longtemps été utilisée pour le traitement du TSPT, il arrive que des mots ne puissent pas faire l’affaire. D’un autre côté, l’art-thérapie fonctionne parce qu’elle constitue un moyen d’expression alternatif, tout aussi efficace, disent les experts.
« L’expression artistique est un moyen puissant de contenir et de créer en toute sécurité la séparation de l’expérience terrifiante du traumatisme », écrit Gretchen Miller, art-thérapeute certifiée pour l’Institut national de traumatologie et de perte chez les enfants. « L’art donne la parole et rend l’expérience des émotions, des pensées et des souvenirs d’un survivant visible lorsque les mots sont insuffisants. »
Curtis ajoute : » Lorsque vous introduisez de l’art ou de la créativité dans une session, à un niveau très basique, il exploite d’autres parties de l’expérience d’une personne. Il accède à l’information… ou aux émotions qui ne peuvent peut-être pas être accessibles en parlant seul. »

Le SSPT, le corps et l’art-thérapie

Le rétablissement du SSPT implique également la récupération de la sécurité de votre corps. Beaucoup de ceux qui vivent avec le SSPT se retrouvent déconnectés ou dissociés de leur corps. C’est souvent le résultat de se sentir menacé et physiquement dangereux lors d’événements traumatisants. Apprendre à avoir une relation avec le corps, cependant, est essentiel pour récupérer du SSPT.
« Les personnes traumatisées se sentent chroniquement en danger dans leur corps », écrit Bessel van der Kolk, MD, dans « The Body Keeps the Score ». «  » Pour changer, les gens doivent prendre conscience de leurs sensations et de la façon dont leur corps interagit avec le monde qui les entoure. La conscience de soi physique est la première étape pour libérer la tyrannie du passé. »
L’art-thérapie excelle pour le travail du corps parce que les clients manipulent des œuvres d’art en dehors d’eux-mêmes. En externalisant des morceaux difficiles de leurs histoires de traumatismes, les clients commencent à accéder en toute sécurité à leurs expériences physiques et réapprennent que leur corps est un endroit sûr.
« Les art-thérapeutes en particulier sont formés pour utiliser les médias de toutes sortes de façons différentes et cela pourrait même aider à faire en sorte que quelqu’un se sente plus dans son corps », dit Curtis. « Tout comme l’art peut rapprocher les sentiments et les mots, il peut aussi être un pont pour se sentir ancré et en sécurité dans son corps. »


En utilisant l’art-thérapie pour traiter le TSPT, on traite toute l’expérience du traumatisme : l’esprit, le corps et l’émotion. En travaillant avec le SSPT avec l’art, ce qui a été une expérience terrifiante qui a causé beaucoup de symptômes peut devenir une histoire neutralisée du passé.
Aujourd’hui, l’art-thérapie m’aide à faire face à un moment traumatisant dans ma vie. Et j’espère que bientôt, ce temps sera un souvenir que je pourrai choisir de laisser seul, de ne plus jamais me hanter.

Pour lire l’article original, cliquez sur le logo