« Si un individu s’expose avec sincérité, tout le monde, plus ou moins, se trouve mis en jeu. Impossible de faire la lumière sur sa vie sans éclairer, ici ou là, celles des autres »
Simone de Beauvoir – La force de l’âge

Ce livre est disponible à la bibliothèque Marguerite Durand

Catalogue de l’exposition du 19 mars 2016

Archives

Le stress post-traumatique c’est dans la tête !

SSPT
REVIS Hérault – association pour lutter contre l’inceste et revivre

stress post-traumatique – SSPT

REVIS Hérault – association pour lutter contre l’inceste et revivre

La consolidation mnésique

Lorsqu’un souvenir persiste dans le temps et reste stable, on parle de consolidation mnésique.
En d’autres termes, lors d’un stress traumatique, la sécrétion d’hormone du stress, la noradrénaline alors stimulée, participerait à consolider le souvenir traumatisant à valence émotionnelle négative. Par ailleurs, elle se traduit par des boucles anxieuses ou intrusions traumatiques.
D’autre part, les liens entre le système hippocampique (en charge du stockage de la mémoire), la structure amygdalienne (en charge du ressenti de nos émotions), et le cortex préfrontal (analyse du contexte environnemental) joueraient un rôle clé dans le phénomène de stress post-traumatique.
Ce processus participerait à la modification architecturale du réseau neuro cortical et contribuerait à maintenir le souvenir vivace. On le retrouve dans des situations de peurs et de phobies.

Pour aller sur le site de REVIS Hérault, cliquez sur l’image

ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE (ESPT) : UN SYNDROME DU LOBE TEMPORAL DROIT ? – POST-TRAUMATIC STRESS DISORDER: A RIGHT TEMPORAL LOBE SYNDROME?
Par exemple, nous montrons ici que les principales différences dans les circuits de communication corticaux entre ces deux groupes résident dans la mauvaise communication des zones temporales et pariétales et/ou pariéto-occipitales de l’hémisphère droit avec les autres zones du cerveau.

Enfin, voici le lien vers le visuel d’origine :

Des scientifiques ont découvert comment les expériences traumatiques reconfigurent le cerveau

 

La colonisation par l’agresseur et l’excitation traumatique

Source : The Hours
Nicole Kidman dans le rôle de Virginia Woolf

Source : The Hours : revue 2002 de The Hollywood Reporter
avec la comédienne américaine Nicole Kidman dans le rôle de Virginia Woolf
Le 10 juillet 2019 Par MARIANNE KUHNI

La colonisation est un terme qui désigne habituellement l’occupation d’un territoire par une puissance étrangère. Il s’agit de l’invasion brutale ou non d’un territoire avec mise sous tutelle des colonisés par les colonisateurs. Le mot « colonisation » dépeint on ne peut mieux l’emprise de l’agresseur. La prise de pouvoir absolue sur le psychisme de la victime qui se retrouve sous « occupation ». Par ailleurs, elle vit totalement envahie par l’agresseur, comme si elle subsistait à travers lui, sans plus aucunes ressources pour lui résister, celles-ci ayant été annihilées.

Un organisme qui agresse et colonise un autre organisme

Quoiqu’il en soit, la colonisation par l’agresseur se détermine comme une infection virale puisqu’il s’agit là aussi d’un organisme qui agresse et colonise un autre organisme. Pour ce faire, après avoir trouvé une voie d’entrée, le virus s’approprie des cellules pour se reproduire. Il envahit progressivement tout l’organisme dans lequel il s’est introduit. Celui-ci devient ainsi « occupé » par le micro-organisme agresseur.
…/…

Colonisation et violences sexuelles sur les enfants

Avec des études comme STOP AU DÉNI, on sait aujourd’hui que 81 % des victimes de violences sexuelles sont des mineur-e-s. Donc l’immense majorité des victimes ont été agressées très précocement, durant leur enfance : 1 victime sur 5 a été violée avant 6 ans et 1 victime sur 2 avant 11 ans.
…/…

Colonisation et pathologies

Une grande partie des patient.e.s de la psychiatrie se constitue de victimes colonisées par leur mémoire traumatique. Pour ne citer qu’un exemple : les voix dans la tête que peuvent avoir certaines personnes représentent souvent la conséquence directe de la mémoire traumatique. Donc contrairement à ce qui est généralement diagnostiqué par la psychiatrie, ces victimes ne sont absolument pas folles ou délirantes, elles sont colonisées par l’agresseur.
…/…

Colonisation et traumas complexes

Les traumatismes consécutifs aux violences se présentent de 2 manières : les traumatismes simples et les traumatismes complexes. Les traumas simples restent la conséquence de violences où agresseur n’est pas un proche de la victime. En ce cas, il y a agresseur (viol, braquage, terrorisme, etc.) et d’événements violents où il n’y a pas d’agresseur (accident de la route, catastrophe naturelle, etc.). Les traumas complexes subsistent dans la conséquence de violences commises par un agresseur proche de la victime (parent, grand-parent, fratrie, autre membre de la famille, ami de la famille, professeur, coach sportif, mari ou conjoint, patron, collègue de travail, etc.) avec lequel la victime est enfermée, piégée (couple, famille, école, etc.), par exemple : l’inceste pédocriminel, la pédocriminalité par des proches ou la violence conjugale.
…/…

Pour aller sur l’article, cliquez sur l’image