RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Avertissement

Il n’y aurait que moi je mettrais mes dessins en privé, mais bon à l’art-thérapeute de voir. Les personnes ne respectent pas la règle du blogue : ne pas copier, collé.
Je veux bien servir d’exemple mais je ne veux pas servir de jouet ou je ne sais quoi d’autre. Les personnes ne me connaissent même pas et ne s’occupent pas de ce que je peux ressentir !

Peut-être serait-il nécessaire de rappeler les règles de ce blogue, ça fait partie des limites ça non ! Bonne journée.

L’art-thérapeute décide de mettre les dessins en privé car en ce moment nous travaillons sur les limites et elles doivent être respectées. Avis au copilleurs !
Si la personne qui pille est la même que celle qui pique les ateliers des consœurs sur Facebook, attention nous allons porter plainte.

« Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux présentés sur le site Art-Thérapie Virtus est destiné à un usage strictement privé.
Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l’auteur constitue une contrefaçon susceptible d’entraîner des sanctions à votre encontre.
(articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle). »

livre gérer la dissociation

BMP est lauréate EgArt – Découvrez les lauréat.e.s 2020 et choisissez une œuvre

Thématique

Nous écrire

Adhérer à l’association ATV

Faire un don

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

N’oubliez pas que derrière des syndromes post-traumatique graves,  il existe une personne qui demande à être regardée telle qu’elle est, comme elle est et qu’elle ne veut pas être regardée comme un rat de laboratoire où comme une personne qui amuse « la galerie ».
N’oubliez pas que cette personne n’a jamais demandé  à subir toutes ces conséquences post-traumatiques tous les jours. Elle n’a pas demandé à être violée, à être battue à mort, à être une chose et j’en passe. Elle ne demande qu’à être elle simplement et à être regardée ainsi, comme toute personne a le droit d’être regardée et respectée.

BD

BMP – Papillon en dentelle colorée

BMP – Papillon en dentelle colorée
C’est la suite de ma dernière découverte, mais cette fois j’ai choisi un autre nouveau motif : un papillon. Il va y avoir encore plus de découpages et donc encore plus de détails.
Mais là, je souhaitais intégrer de la couleur aquarelle, donc donner corps à mon idée. C’est donc un essai.

Comment avez vous procédez pour concrétiser votre création ?

J’ai exactement procédé comme pour le découpage de l’arbre.

BMP – Dentelle de papier

J’avais l’impression de faire apparaître comme une dentelle blanche sur du papier a fur et à mesure que mon découpage prenait forme. Le moindre geste fait de travers avec le cutter pouvait grignoter la forme. C’est donc un travail qui montre la fragilité, et j’aime cette fragilité, qui peut cependant créer des soucis. Outre cette fragilité, il y a aussi de la douceur et ces qualités assemblées peuvent créer de la beauté et de l’émotion. Mes gestes devaient donc rester parfaitement minutieux dans chacune des coupures.
Une fois mon découpage terminé, j’ai commencé à m’occuper des couleurs, donc de déposer de l’aquarelle avec mon pinceau et ça aussi fin que possible, comme pour respecter cette fragilité. Pour cette fois, je compte mettre de la couleur sur les contours, les bordures de chacun des trous. Là encore une grande minutie était nécessaire. J’ai choisi les couleurs qui me parlaient à ce moment-là.
Il apparaît au final un papillon coloré, rempli de douceur, et exprimant cette fragilité liée au découpage. Mais j’aimerais ajouter de la force à cette structure fragile. Dans ma tête je me dis que voler comme un papillon il en faut beaucoup car il faut savoir passer au-dessus de pas mal de barrières.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Production conçue à la suite d’un découpage au cutter et recouvert de peinture aquarelle. Cutters à plusieurs grosseurs et formes, une planche à découper, des feuilles de couleurs, un tapis de découpe auto-réparant.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Pour un premier essai, je me dis que ce n’est pas trop mal. J’ai aimé faire apparaître à la fois la fragilité et la douceur. Voler très très très haut et respirer l’air frais etc. C’est du positif. Je suis attirée par cette couleur blanche, elle est pure et douce. J’aurais peut-être d’autres découpages à dentelle de papier à présenter.

BMP – La douleur psychique et les maux du corps

BMP – La douleur psychique et les maux du corps
Qui n’a pas eu à “subir » les deux à la fois ; une fois ?
Quand je vis cela, j’essaie, par le biais de mon pinceau, d’en faire sortir du positif. Je me dis d’ailleurs que celui-ci est déjà là, puisque j’arrive à dessiner. Cela me permet parfois de passer au-delà, mais je dois, à chaque fois, essayer de trouver quelque chose de fort, car j’angoisse de faire du sur place. C’est ce qui m’arrive en ce moment.
Sur le moment. Avec cette double « attaque », j’ai ressenti de la colère. Mais je n’avais pas trop envie de la décrire, car elle est violente et elle peut me faire devenir Hulk : cet homme vert qui apparaît quand la colère ou les douleurs sont là.
Pourtant je voulais retranscrire ce que je ressentais pas le biais d’une production. Mais comment ? Et surtout en positif.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Dans beaucoup de mes tableaux, le cerveau a une place importante. Il est le cœur de nos réactions, il nous aide à réfléchir, à bouger, à travailler, à réfléchir etc. A faire tes tas de liaisons. C’est comme pour le cœur, si ce dernier s’arrête, c’est la mort.
Mon idée était alors de dessiner un cerveau pour remplacer le corps humain. Cela montrerait qu’il est le moteur d’où tout part. C’est à partir de lui que tout dérape parfois, car c’est dans le cerveau que se trouvent les connexions nerveuses qui irriguent le cœur qui sait exprimer plusieurs sensations. En fait, le cerveau nourrit toutes les parties de notre corps. Et cela joue alors sur les deux plans : douleurs psychiques et les maux du corps. Et quand ça part en vrille, le cerveau et notre cœur ne fonctionnent pas bien.
Par ailleurs, ces deux événements sont parfois « lourds » à porter gloup gloup… Alors je pouvais mettre cette idée et retranscrire cela par un corps qui serait bossu, voûté pour bien montrer ce poids.
Une fois mon esquisse terminée je devais la mettre en valeur par la couleur. J’avais trop envie d’y déposer de la couleur aquarelle, du violet qui irait du pétant au doux, pour faire parler les nuances. Ce que que je souhaitais, et c’est là qu’intervient le positif, que l’émotion esthétique qui se dégagerait de ma production, montre que le bon prend le dessus.
Je ne parle pas trop du visage mais il est présent, car un corps sans tête ça ne va pas, encore que moi, bien souvent j’aimerais bien. Ainsi, J’ai rajouté dans mon mélange de tons violets, de la couleur rouge, comme pour apaiser ma colère, mais juste une goutte car je ne voulais pas en mettre trop un moyen de ne pas laisser la colère gagner.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Production conçue sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon HB.  Peinture aquarelle, feutre à pointe fine de couleur violette.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Je voudrais hurler très fort de joie pour faire disparaître ce que je sens par moment concernant ces deux douleurs, la douleur psychique et les maux du corps. Mais je me répète en boucle, j’essaie de me dire : regarde la minute qui va suivre ! Par contre je ne me dis plus ça va aller ! Parfois je me dis combien de livres cela ferait-il si je me mettais à écrire 🙂 …