RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Avertissement

Il n’y aurait que moi je mettrais mes dessins en privé, mais bon à l’art-thérapeute de voir. Les personnes ne respectent pas la règle du blogue : ne pas copier, collé.
Je veux bien servir d’exemple mais je ne veux pas servir de jouet ou je ne sais quoi d’autre. Les personnes ne me connaissent même pas et ne s’occupent pas de ce que je peux ressentir !

Peut-être serait-il nécessaire de rappeler les règles de ce blogue, ça fait partie des limites ça non ! Bonne journée.

L’art-thérapeute décide de mettre les dessins en privé car en ce moment nous travaillons sur les limites et elles doivent être respectées. Avis au copilleurs !
Si la personne qui pille est la même que celle qui pique les ateliers des consœurs sur Facebook, attention nous allons porter plainte.

« Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux présentés sur le site Art-Thérapie Virtus est destiné à un usage strictement privé.
Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l’auteur constitue une contrefaçon susceptible d’entraîner des sanctions à votre encontre.
(articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle). »

livre gérer la dissociation

Exposition à Tours – 22 novembre-1er décembre 2019

Affiche Migrants
Exposition Galerie Neuve 22 novembre-1er décembre

Thématique

Nous écrire

Adhérer à l’association ATV

Faire un don

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

1ère exposition – Samedi 19 mars 2016

Exposition-témoignage sur une dissociation post-incestuelle :
Décomposer pour survivre – Recomposer pour vivre
Le fil rouge de l’exposition est constitué par les travaux artistiques d’une femme qui, victime de viols par inceste et de maltraitances pendant de nombreuses années, a développé une dissociation psychique.
La chronologie des dessins et autres créations permet de mesurer d’une part les conséquences de ces maltraitances sur le psychisme, d’autre part de redonner espoir aux personnes dissociées suite à l’exposition prolongée à des situations traumatisantes : il existe des espaces de liberté pour briser le silence et ce faisant, exister et recomposer son identité.

N’oubliez pas que derrière des syndromes post-traumatique graves,  il existe une personne qui demande à être regardée telle qu’elle est, comme elle est et qu’elle ne veut pas être regardée comme un rat de laboratoire où comme une personne qui amuse « la galerie ».
N’oubliez pas que cette personne n’a jamais demandé  à subir toutes ces conséquences post-traumatiques tous les jours. Elle n’a pas demandé à être violée, à être battue à mort, à être une chose et j’en passe. Elle ne demande qu’à être elle simplement et à être regardée ainsi, comme toute personne a le droit d’être regardée et respectée.

BD

BD – Atelier d’arts plastiques à la Table de Jeanne-Marie – Décoration de la salle

BD – Atelier d’arts plastiques à la Table de Jeanne-Marie – Décoration de la salle

En ce mardi 1er décembre ce fut le dernier atelier de décoration pour la grande salle de l’association la TJM.
Accompagnée de M., nous sommes allés, ce week-end, dans les bois des hâtes à Chambray-Les-Tours pour cueillir du sapin et du houx. Les agents d’entretien avaient déjà coupé des arbres, nous avons donc ramassé ce que nous voulions. Ce fut une bonne promenade !
Du monde autour des tables en cet après-midi du 1er décembre.
Nous avons commencé par terminer toutes les étoiles et les boules de noël, sans oublier les sapins en bois qui trouvaient de plus en plus leur couleur. Avec d’anciens matériaux nous avons donné un autre manteau de couleur. Une autre vie.

Dans ma tête je cogitais à savoir encore comment j’allais suspendre le houx et le sapin au plafond.
J’avais ma petite idée mais dans ma tête ce n’était pas très clair.
Je ne  devais surtout pas me tromper, ce Noël est attendue à l’association à la table de Jeanne-Marie. Beaucoup de personnes m’ont demandé quelle était la décoration que je ferai pour cette année. En réponse je regardais les gens avec un petit sourire et je ne disais rien, ou alors surprise !
Une fois toutes les décorations terminées nous avons rangé et nettoyé ensemble, puis nous avons goûté ensemble.
Les personnes qui avait participé à l’atelier de décoration voulait rester pour décorer toute la salle.
Mais moi je voyais ça autrement : je leur ai demandé de partir, je souhaitais leur faire cette surprise quand ils arriveront le lendemain matin. Il avait beaucoup donné déjà et c’était pour moi une façon de les remercier. Car à cette décoration tout le monde y tient.
Ils ont tous trouvé mon idée super chouette, une personne a même dit : « Ca c’est Béatrice ! »  les personnes étaient trop contente d’être au lendemain matin pour venir prendre leur petit déjeuné.
Je suis restée donc avec M., JF., D., C., on s’est mis tous autour de la table et j’ai expliqué comment je souhaitais faire cette décoration et ça à l’aide d’un schéma sur une feuille. Je trouvais que c’était plus facile à comprendre.
Nous avons donc commencé par enlever toute l’ancienne décoration qui se trouvait au plafond. Celle-ci pourrait resservir pour une autre fois.
Puis M. et moi avons commencé par faire les bouquets de sapin plus le houx que nous avons attaché sur deux parties avec un ruban de couleur. La première démonstration étant faite, les autres personnes ont continué et moi pendant ce temps-là j’ai trié toutes ses anciennes décorations.
Une fois tous les bouquets terminés j’ai ensuite  rajouté avec de la colle de la neige blanche synthétique. Un petit plus qui rappelait l’esprit de Noël et ce n’est qu’ensuite que nous avons commencé à tout accrocher au plafond. C’est D. et moi qui montons sur l’échelle. Tout une affaire  😀  😛  MDR !


Cette décoration c’est faite dans la bonne ambiance et dans la bonne humeur, sans oublier les plaisanteries !
Au fur à mesure qu’on avançait de mon côté je me disais dans ma tête : « cette décoration est plus belle que celle de l’année dernière »  j’étais contente d’être arrivée au bout avec l’aide des personnes que je remercie 😉👍. Y compris tous les participant.e.s.
Rien n’était certain. Avoir des idées c’est sympa mais pour les mettre en pratique parfois il y a des surprises. Là c’est une belle surprise et je suis ravie.

Pour terminer cet  après-midi, nous avons tout désinfecté la salle et lavé. Nous ne devons pas oublier les normes sanitaires ce qui est très important pour tous nous protéger de ce virus.

BMP – Crayon cassé !

BMP – Crayon cassé !
Vous avez entendu dire cette anecdote :
Nous avons tous un peu le cœur brisé, mais d’après ce que je sais, les crayons cassés peuvent toujours colorier !
Je continue sur ma lancée de donner une suite à mes productions sur les crayons.
Même avec un crayon cassé en plein milieu on peut continuer à s’en servir pour dessiner. C’est ce que je dis souvent quand je fais du tri dans mes affaires personnelles ou dans mon armoire de matériaux d’arts plastiques à l’association. On récupère et parfois on répare. J’aime quand on peut recycler.
Je mets ici un lien pour en savoir plus sur les crayons que l’on utilise pratiquement tous les jours :

https://www.simplyscience.ch/archives-enfants/articles/crayons-a-papier-ou-de-couleur-tout-est-dans-la-mine.html

C’est donc ce crayon cassé que je vais faire apparaître sur ma feuille.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Pour concrétiser mon esquisse, je devais garder cette idée : on peut être cassé, mais encore utile. Je devais mélanger ces deux événements dans ma forme. J’ai donc dessiné un crayon cassé en plein milieu, avec les éclats qui s’envolent. Dans l’autre bout de ce crayon, il apparaît la partie avec la mine qui reste réutilisable. Comme l’anecdote !
Mon idée était de faire apparaître ce mouvement de cassure comme si qu’on le voyait. On vivait le crayon se casser devant nous sur l’instant présent.
Donner vie à cet instant où tout ce déroule très vite quand un crayon s’abîme. Parfois on n’a pas le temps de suivre ce mouvement. Une fois mon ébauche terminée, je suis passée donc à la recouvrir avec un ensemble de tons divers en peinture aquarelle, comme du jaune, du orange les deux couleurs mélangées. Puis j’ai rajouté, du gris, et un peu de couleur noire, et du marron.
Pour les finitions, je les ai fait apparaître au crayon de papier.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon à papier HB, peinture aquarelle.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

L’effet que je souhaitais est là, le crayon est cassé mais l’autre partie qui est encore “valide” est présente. Cela change de mes productions habituelles, c’est une autre sorte de vie qui apparaît sur ma feuille. Dans ma tête c’est l’arc-en -ciel !