RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Avertissement

Il n’y aurait que moi je mettrais mes dessins en privé, mais bon à l’art-thérapeute de voir. Les personnes ne respectent pas la règle du blogue : ne pas copier, collé.
Je veux bien servir d’exemple mais je ne veux pas servir de jouet ou je ne sais quoi d’autre. Les personnes ne me connaissent même pas et ne s’occupent pas de ce que je peux ressentir !

Peut-être serait-il nécessaire de rappeler les règles de ce blogue, ça fait partie des limites ça non ! Bonne journée.

L’art-thérapeute décide de mettre les dessins en privé car en ce moment nous travaillons sur les limites et elles doivent être respectées. Avis au copilleurs !
Si la personne qui pille est la même que celle qui pique les ateliers des consœurs sur Facebook, attention nous allons porter plainte.

« Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux présentés sur le site Art-Thérapie Virtus est destiné à un usage strictement privé.
Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l’auteur constitue une contrefaçon susceptible d’entraîner des sanctions à votre encontre.
(articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle). »

livre gérer la dissociation

BMP est lauréate EgArt – Découvrez les lauréat.e.s 2020 et choisissez une œuvre

Thématique

Nous écrire

Adhérer à l’association ATV

Faire un don

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

N’oubliez pas que derrière des syndromes post-traumatique graves,  il existe une personne qui demande à être regardée telle qu’elle est, comme elle est et qu’elle ne veut pas être regardée comme un rat de laboratoire où comme une personne qui amuse « la galerie ».
N’oubliez pas que cette personne n’a jamais demandé  à subir toutes ces conséquences post-traumatiques tous les jours. Elle n’a pas demandé à être violée, à être battue à mort, à être une chose et j’en passe. Elle ne demande qu’à être elle simplement et à être regardée ainsi, comme toute personne a le droit d’être regardée et respectée.

BD

BD – Atelier d’art plastique au jardin Meffre au Sanitas à Tours

Quelques photos de l’atelier d’art plastique qui s’est déroulé le mardi 20 juillet 2021 au jardin de Meffre au Sanitas à Tours.

C’est le premier atelier que je fais pendant les vacances avec le Centre Social Plurielles du Sanitas. Si tout va bien, il y en aura deux autres. Ce sont les seuls que je ferai de tout l’été, mon état de santé actuel fait que.. Mais j’essaie de continuer un peu. Je serais accompagnée d’une nouvelle personne que je vais prendre sous mon aile y compris pour d’autres ateliers en cour d’année. Je vais lui transmettre un petit peu mon savoir concernant le milieu d’art plastique. C’est une personne que j’ai rencontrée au centre social plurielles. Partager dans les deux sens devrait être très riche.

 Le thème d’hier était de commencer un collage avec des boutons de toutes formes différentes et de motifs, pour donner vie à une fresque qui se nommera  » Ensemble, tous ensemble”, fresque dont j’ai dessiné le motif.

Cet atelier est différent de ceux des autres années ; il demande beaucoup de plus de concentration et de patience. Il permettra aussi de travailler avec les couleurs. Une fois fini, autour on n’y trouvera des phrases ou simplement un mot, pour accompagner le titre de cette fresque.

A priori ce début d’atelier a beaucoup plu. Je peux hélas remarquer qu’il y a beaucoup moins de monde, la Covid y est certainement pour beaucoup.

Pour les présents, l’ambiance est toujours aussi agréable et permet de nombreux échanges, et la créativité est au rendez-vous. 

BMP – Un gentleman avec une tête en Rubik’s cube

BMP – Un gentleman avec une tête en Rubik’s cube
Qui n’a pas essayé de faire ce jeu entièrement ? Je n’y suis pour ma part jamais arrivée. J’ai repris ce jeu, mais très timidement. Cette image de manipulation me semble moins prenante dans mon cerveau depuis peu alors je voulais en profiter pour jouer avec les couleurs. Avoir dessiné sur la manipulation m’a aidée. Mais maintenant, je reprends cet objet mais d’une façon différente c’est-à-dire que c’est au moment où il n’y a rien qui captive mon regard à la télévision mais aussi quand je ne me sens pas angoissée. Cela me permet de continuer à travailler ma concentration et ma jugeote. Mais j’ai beau le retourner dans tous les sens, ce Rubik’s cube, je n’arrive pas à remettre toutes les couleurs dans le bon ordre. Dans ma tête, c’est le lien des couleurs qui m’a attiré pour faire naître cette production.

Comment avez-vous concrétisé votre esquisse ?

L’idée restée sur un peu d’humour. Ce qui me causait du souci par contre, c’était de dessiner une perspective avec ce cube. Dans ma tête, j’avais du mal imaginer ce cube bouger dans tous les sens. Maintenant, pourquoi dessiner un Rubik’s cube à la place d’une tête ? C’est parce qu’à chaque fois que je prends cet objet et que j’essaie de lui mettre ses couleurs dans l’ordre ça me donne le vertige dans la tête. C’est ainsi, que pour cette création, je préfére rester sur le chemin de l’humour de manière à faire fuir cette image de vertige. L’humour aide par moment.
Je percevais bien l’idée d’un gentleman avec une cravate, un costume, et un petit foulard bleu dans sa poche. Le monsieur chic ! J’ai donc commencé par dessiner ce Rubik’s cube. Il fallait qu’il donne cette impression de mouvement. Il sera donc dessiné un peu de travers pour faire parler ceci et cela m’a aidée aussi pour le mouvement. Puis j’ai continué avec le reste du corps. Je m’amusais. Mais l’idée de faire également une autre production sur un autre thème que cette manipulation en me servant d’un Rubik’s cube me titillait. Je riais toute seule. J’aime donner vie à une production, c’est pour cela qu’il est important d’observer l’esquisse se mettre en mouvement sur ma feuille petit à petit. Même si l’idée peut passer un peu saugrenue. Mais quand je contemple la création finie sur le chevalet, cette impression s’efface.
Mon esquisse finie, je suis passée aux couleurs. Pour le rubik’s cube, je n’ai pas retranscrit ses couleurs à lui, je voulais qu’il soit unique, j’ai donc choisi les tons qui me plaisaient mais sans réfléchir après, la spontanéité devait être là. Pour le haut du costume, j’ai choisi, du marron avec du dégradé et du gris pour le pantalon, sans oublier la petite pochette de couleur bleue. Quelques finitions ont été faites au pinceau.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. J’ai utilisé un crayon à papier HB, comme médium de la peinture aquarelle.

Que ressentez-vous en face de votre création ?

Mon gentleman est là. Il vit sur ma feuille. Dans ma tête, j’avais vraiment envie de continuer cette série. Plus je regardais ce Rubik’s cube et plus je me disais que chaque petit carré de couleur contenait une nouvelle idée. J’ai besoin subitement de les remplir. En attendant, j’ai pris plaisir avec mon pinceau. Je regarde cet objet et la manipulation est beaucoup moins présente et ça, c’est chouette !