RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Avertissement

Il n’y aurait que moi je mettrais mes dessins en privé, mais bon à l’art-thérapeute de voir. Les personnes ne respectent pas la règle du blogue : ne pas copier, collé.
Je veux bien servir d’exemple mais je ne veux pas servir de jouet ou je ne sais quoi d’autre. Les personnes ne me connaissent même pas et ne s’occupent pas de ce que je peux ressentir !

Peut-être serait-il nécessaire de rappeler les règles de ce blogue, ça fait partie des limites ça non ! Bonne journée.

L’art-thérapeute décide de mettre les dessins en privé car en ce moment nous travaillons sur les limites et elles doivent être respectées. Avis au copilleurs !
Si la personne qui pille est la même que celle qui pique les ateliers des consœurs sur Facebook, attention nous allons porter plainte.

« Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux présentés sur le site Art-Thérapie Virtus est destiné à un usage strictement privé.
Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l’auteur constitue une contrefaçon susceptible d’entraîner des sanctions à votre encontre.
(articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle). »

livre gérer la dissociation

BMP est lauréate EgArt – Découvrez les lauréat.e.s 2020 et choisissez une œuvre

Thématique

Nous écrire

Adhérer à l’association ATV

Faire un don

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

N’oubliez pas que derrière des syndromes post-traumatique graves,  il existe une personne qui demande à être regardée telle qu’elle est, comme elle est et qu’elle ne veut pas être regardée comme un rat de laboratoire où comme une personne qui amuse « la galerie ».
N’oubliez pas que cette personne n’a jamais demandé  à subir toutes ces conséquences post-traumatiques tous les jours. Elle n’a pas demandé à être violée, à être battue à mort, à être une chose et j’en passe. Elle ne demande qu’à être elle simplement et à être regardée ainsi, comme toute personne a le droit d’être regardée et respectée.

BD

BMP – Dans ma tête !

BMP – Dans ma tête !
– Et ça tourne, tourne dans ma tête.
– Dans ma tête ça déraisonne.
– Dans ma tête, il y a toute une vie. Il y a du mouvement, négatif et positif !
– Dans ma tête parfois s’installe le flou jusqu’au brouillard !
– Dans ma tête tout se bouscule !
– Toutes mes peurs m’agressent.
– Dans ma tête, je cherche, je collabore, je crée.
– Dans ma tête, mon squelette ne tient plus debout.
– Dans ma tête, je perçois mes soucis en minuscule.
– Dans ma tête, c’est par moment la folie, l’escalade, le plaisir, la tristesse, le noir, l’orage. Les rires.
– Dans ma tête, je m’y sens perdus parfois. Mais c’est aussi le soleil ! Le bercement de l’apaisement fragile. Sans oublier la colonie de vacances de tous âges.
– Dans ma tête, c’est le sérieux qui par moment ressemble à une mélodie de couleurs multiples.
– Dans ma tête, ça sent la perfection, mais c’est aussi le chemin du labyrinthe parfois.
– Dans ma tête, c’est la perdition dans mon esprit, dans le présent et dans le passé.
– Dans ma tête, il y a mille chansons, il y a des mots de solitude et d’abandon.
– Dans ma tête le son de ma voix et de mes pas résonnent.
– Dans ma tête, c’est un jeu de puzzle, certains morceaux sont eux-mêmes en mille morceaux et des morceaux manquent. Certains reste en entier !
– Dans ma tête, ça peint, ça bouge les formes.
– Dans ma tête, ça donne vie, ça fait le monde en couleurs et aussi la mode.
– Dans ma tête par moment la vie se reformule.
– Dans ma tête ça change les couleurs des murs.
– Dans ma tête, on pense oublier ce passé, en fait on essaie toujours.
– Dans ma tête, c’est en constant rangement dans mes tiroirs.
– Dans ma tête les idées aussi folles qu’elles soient, deviennent des œuvres vivantes et l’émotion danse.
– Dans ma tête, c’est la contagion qui s’illumine, c’est la découverte, c’est la force des médiums qui volent en éclats colorés.
– Dans ma tête, c’est le feu d’artifice aux couleurs fragiles. Ça m’anime et ça me pousse à me dépasser, à débloquer des portes dans ma tête.
– Dans ma tête c’est un journal aux lignes remplis de mots différents.
Dans ma tête… C’est une nouvelle création peinte chaque jour aux couleurs différentes.
Voilà le titre de ma nouvelle composition qui va prendre forme en ce jour et qui va accompagner cet écrit !

Comment avez-vous concrétisé votre esquisse ?

Comme tout se passe dans ma tête, je souhaitais faire apparaître comme un endroit fermé à la limite rassurant. J’écris limite, car dans cette tête, je ne m’y sens parfois pas en sécurité, c’est pareil dans mon cerveau ! Dans cet endroit fermé j’y dessinerais un petit personnage, car au moment de commencer cette esquisse, je me disais que c’est une personne qui exprime ce qu’elle sent dans sa tête. Donc cet « être” doit avoir un corps, il habite à l’intérieur de celui-ci, tout comme elle habite dans sa tête. C’est ce que je pense à ce moment-là.
J’ai donc dessiné un corps humain, recroquevillé, à genoux et ses mains sur la tête ; cette personne est comme enserrée dans un cocon qui la maintient, pour contenir ce qui se passe dans sa tête, c’est-à-dire tout ce que j’ai écrit précédemment. Tout est rassemblé à l’intérieur le négatif et le positif. Pour terminer mon ébauche, j’ai fait apparaître cette même personne qui est toujours en position cocooning, mais là je l’ai positionnée assise dans sa propre tête, car c’est cette même personne qui sent ce qui se passe dans sa tête.
Mon esquisse terminée, je suis donc passée aux couleurs. Je suis restée dans la couleur verte qui me parlait beaucoup et sur un petit mélange de bleu, ainsi que du marron, et du rose. Les finitions ont été faites aux feutres aquarelle.

Quels matériaux avez-vous utilisé ?

Création conçue sur une feuille de format 36 x 46 cm, j’ai utilisé la peinture aquarelle, un crayon HB pour donner naissance à mon esquisse. Des feutres aquarelle.

Que ressentez-vous face à votre production ?

Je regarde ma production, dans ma tête, je me sens comme en équilibre. Je me sentais loin de ma composition. Pourtant, le temps présent, je le sentais autour de moi. Je me sens basculer en dehors de ma tête.

BMP – Cœur incomplet, cœur morceaux

BMP – Cœur incomplet, cœur morceaux
Cœur incomplet, cœur morceaux. Encres de Chine de couleurs.
Je voulais travailler avec les encres de Chine. Il y avait longtemps que je ne les avais pas sorties de leur boite. Un jour, je diluerais toutes sortes d’encres et de peintures pour créer un lavis. Une nouvelle découverte en vue.
L’encre de Chine a quelque chose de fabuleux que j’ai découvert et que j’apprécie. On peut la travailler comme de l’aquarelle. Mais, elle se diffuse plus rapidement, en fonction de la quantité d’eau contenue sur le support. Par contre, on doit travailler très vite, car elle sèche beaucoup plus rapidement que l’aquarelle. On peut la travailler avec une plume, mais aussi avec un pinceau, comme je l’ai fait pour cette création, avec ou sans eau. De mon côté, je trouve que les couleurs sont beaucoup plus éclatantes que celles de la peinture aquarelle, et c’est pour cela aussi que ce matin, cette encre de Chine m’a vraiment fait signe ; j’avais besoin d’éclatant. C’est donc ce médium que j’ai choisi pour recouvrir mon esquisse du jour.

Comment avez-vous concrétisé votre esquisse ?

L’idée de base était de me faire du bien, ce bien devait aller directement dans mon cœur et le plaisir que j’allais prendre devait aussi se centrer sur ce lieu. Je voulais retranscrire ce besoin de couleurs éclatantes sur mon dessin et continuer le mouvement pour qu’il se dépose comme une couche apaisante sur mon cœur, un peu comme pour me défatiguer. Comme si je déposais une bonne dose de vitamines.
C’est donc la forme d’un cœur qui me parlait, mais un cœur très légèrement parti en morceaux. Je ne me voyais pas dessiner un cœur en entier, ça ne sera pas drôle ! J’apprécie quand il y a des morceaux, car finalement, c’est moi avec mes dissociations et ce bouleversement dans le corps. Cela me fait du bien de rire, laissez-moi en profiter.
Une fois la forme de ce cœur incrustée sur ma feuille, je suis arrivée à ce moment que j’apprécie tant : m’amuser avec les couleurs. Avec les couleurs de l’encre de Chine, j’allais jouer avec la quantité de l’eau, faire des mélanges comme une petite sorcière qui teste les mélanges divers, pour envoyer un bon sort aux personnes. En fait, je suis une gamine qui aime s’amuser, mais pour cela, il faut que l’adulte raisonnable, sérieuse, passe avant pour faire naître une esquisse qui tienne debout avec un thème qui ne parte pas dans le vide.
Me voilà donc partie à mélanger mes différentes couleurs d’encres de Chine avec un pinceau au bout arrondi et avec un peu d’eau, mais pas toujours. Plus j’avançais plus je trouvais les tons éclatants, comme je le souhaitais, d’ailleurs s’ils pouvaient être encore plus lumineux, ça serait encore plus agréable, éclatant comme la lumière du soleil et du jour ! Voilà comment a pris corps ce nouveau mouvement, mais aussi cette vie sur ma feuille, accumulation de petits mouvements dans le présent avec ce beau soleil de l’extérieur !

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. J’ai utilisé un crayon à papier HB, comme médium des encres de Chine, un pinceau plat et un crayon-feutre noir.

Que ressentez-vous face à votre production ?

Je regarde ma production et je trouve que cet instant présent est bien chaleureux dans ma tête. Ensuite, le reste, je le mets de côté pour ne pas venir ternir les couleurs et pour ne pas réveiller mes angoisses ! Le soleil est là en ce jour, alors tout va bien !