Des ateliers d’art-thérapie pour les personnes migrantes

LE migrant. Sculpture de Bruno Catalano. Venise.
Il s’agit de proposer un accompagnement multiple à un public de migrants confrontés à l’exil, aux persécutions ethniques, à la guerre et à la torture, à la précarité, aux violences politiques et sociales. Face au trauma, aux expériences extrêmes engageant le social, l’art-thérapie peut constituer une approche originale et novatrice favorisant la mise en place de différentes formes de narrativité : verbale, plastique, dramatique. Les médiations artistiques peuvent aider à explorer différents aspects du vécu interne des acteurs par la médiation d’un filtre permettant de contourner la confrontation directe à la remémoration traumatique.
A RIVO, Miguel peut dessiner, faire de l’artisanat, jouer avec de la pâte à modeler et bénéficier d’un soutien avec son thérapeute qui l’aide à surmonter ses craintes. « Les problèmes de santé mentale peuvent être un concept abstrait pour les personnes qui ne sont pas en contact direct avec les réfugiés souffrant de problèmes psychologiques », explique Véronique Harvey, porte-parole de RIVO et elle-même thérapeute.
« Il est important d’accroître la sensibilisation aux blessures émotionnelles de manière à les rendre visibles aux yeux du grand public et des gouvernements. »

Catégories

Nous contacter par courriel

Donateur pour nos ateliers

Nous avons réalisé un village d'argile avec les personnes réfugiées abritées par l'association Aurore au cours d'un atelier en cinq séances et une trentaine de participants.

Pour, de nouveau cinq séances, et une quinzaine de participants, nous avons réalisé un paysage de sable sur carton plume.
Travailler sur le sentiment de perte incommensurable
Travailler sur l’éphémère est peu indiqué pour des personnes qui ont tout perdu. Nous ne sommes pas face à une difficulté névrotique de renoncer à l’objet parental mais à une expérience de trauma même si celui-ci vient toujours s’inscrire dans une histoire individuelle, familiale et groupale. Il s’agit donc au contraire de travailler sur ce qu’on peut garder, sur ce qui est susceptible d’être sauvegardé malgré tout, sur la réparation possible en tant que sur le deuil de ce qui est perdu à tout jamais. Coller le sable quitte à ce qu’une quantité superflue disparaisse, ne pouvant pas de fait rester collée, permet de montrer qu’une base est toujours là au risque de devoir composer avec des pertes. Par contre, créer une œuvre et la détruire ne saurait participer à un travail de symbolisation étant données les angoisses massives des participants.

De petites séances de Danse-Énergie-Thérapie – DET

La Danse-Energie-Thérapie (DET) est une proposition thérapeutique à travers la danse qui intègre également une dimension énergétique par son approche de techniques orientales comme l’aïkido et le qi gong centrés sur le souffle, dans une unité harmonieuse corps-âme-esprit. La DET cherche à éveiller en chaque être le désir de s’exprimer, de créer et de communiquer.

« Art Therapy with migrants » – livre de Monica di Rocco

"Art Therapy with migrants" – livre de Monica di Rocco
Je suis Italienne et j’ai travaillé à la Frontière entre Menton et Italie (Vintimille).

Info livre : diroccomonica@gmail.com

4e de couverture

Les phénomènes migratoires, accélérés par la mondialisation, sont des phénomènes le plus souvent vécus comme dérangeants. On voit, dans les colonnes de l’exil, le migrant comme celui qui occupe peu ou prou la place du fou d’autrefois, dérangeant certes mais également, pour qui sait et veut bien l’écouter, révélateur de vérité.
C’est ce qu’a bien compris Monica Di Rocco, art-thérapeute engagée depuis ses débuts d’artiste peintre. Elle a puisé dans ses capacités professionnelles auprès des minorités souffrantes (femmes, enfants, handicapés) pour forger, grâce à ses qualités humaines, un militantisme au service des migrants agrippés à la frontière transalpine.
Ainsi a-t-elle offert, dans un processus de synergie créative, aux migrants une reconnaissance avec une possibilité de se reconstruire une identité, à l’art-thérapie une opportunité d’être confortée dans sa dimension de technique à visée relationnelle, reconstructive et préventive de la déréliction.
Être dérangée dans son confort d’artiste pour mieux prendre soin de l’autre, c’est ce qu’a connu Monica Di Rocco et qu’elle a su mettre en valeur pour le transmettre ensuite dans cet ouvrage.


Diplômée de l’Université de Turin comme scénographe, elle crée son Atelier d’arts plastiques qu’elle enseigne parallèlement dans le primaire et le secondaire ; elle développe ensuite son activité avec formation spécialisée dans le domaine de l’art-thérapie et ouvre un Cabinet privé à Vintimille. La situation particulièrement dramatique que vivent les nombreux migrants bloqués, sous ses yeux, à la frontière avec la France la conduite, au sein d’une association, « Penelope », à réaliser un travail d’écoute et de reconstruction identitaire sur la base, notamment, de leurs productions picturales.
L’art-thérapie au profit des migrants souffrant de psychotrauma, tel est le thème de cet ouvrage. Dans cet espace relationnel où se construisent des objets hautement symboliques, se laisser surprendre par le dessin de la barque à la dérive sur le chemin de l’exil en dit plus que tout autre discours…

Préface

Paul Lacaze
Neuropsychiatre et psychanalyste
Président fondateur d’ALFAPSY
Alternative Fédérative des Associations de PSYchiatrie

Les chemins, c’est bien connu, se font en marchant et souvent se croisent pour se perdre aussitôt. Pourtant il est de ces croisements qui, en une sorte de confluence, forment un ensemble nouveau et grandiose. C’est le cas des rivières et des fleuves qui se terminent en estuaires, c’est le cas des humains dont la rencontre peut créer l’union, c’est le cas des techniques dont les apports se cumulent en inventions… et chaque fois le croisement est source de créativité, d’innovation, de naissance à la vie. Le croisement, quand il fait lien, est une force de la nature comme le métissage, avec un peu d’amour, peut produire la richesse d’une culture.
De nos jours la globalisation en marche favorise et accélère ces processus pour le plus grand profit d’une humanité croissante, sous réserve d’équité… trop souvent pervertie, hélas ! on en prend la mesure en observant, quotidiennement, les longues colonnes de migrants tristement segmentées par des drames absolus et des frontières, toujours dans le même sens, sud-nord, en marche… comme pour faire pièce aux colonisations d’une autre époque, celles qui se faisaient victorieusement en sens inverse, nord-sud. Est-il besoin d’indiquer dans quel sens se profile l’avenir ? il vaut sans doute mieux s’intéresser aux richesses que cet avenir promet.

De quoi s’agit-il dans l’ouvrage de Monica Di Rocco ?

Il y a d’une part le chemin d’une Italienne, une artiste guidée par le désir de plaire et de créer une relation de bonté (pour ne pas dire d’amour) envers les publics d’enfants, de patients, de nécessiteux ; il y a d’autre part le chemin de ce Français, neuropsychiatre, psychanalyste, porté par l’idée de transmettre sa culture de clinicien de l’humain aux professionnels qui s’interrogent encore sur leurs pratiques. Le croisement heureux de ces deux trajectoires au carrefour de multiples colloques scientifiques a déclenché chez l’artiste le besoin d’une formation à la relation soignante suivie de l’utilisation des arts plastiques comme support relationnel spécifique, bien connu sous le terme d’art-thérapie.
Et puis, il y a une frontière, un lieu par lequel passe ce nouveau et grand chemin.
Que croise-t-il alors ?
Il croise à son tour le chemin des migrants qui, venant du sud ont vogué au péril de leurs vies vers le nord où ils se brisent douloureusement contre les rochers d’un rivage inhospitalier bordé de carabiniers. Heureusement il y a en ces lieux des personnes sensibles qui forment un cordon sanitaire, des hôtes bénévoles qui viennent à leur secours.
Et que retrouve-t-on dans ce cordon, l’art-thérapie comme espace de dédramatisation, scène de reprise de subjectivation, support narcissique, miroir de reconnaissance, échelle de réhabilitation, de récupération d’identité, de reformulation d’une histoire personnelle, d’un vécu singulier, enfin de l’humain là ou régnait la barbarie et le désordre, la sauvagerie et la cruauté, la famine et la déréliction, là où régnait, en un mot, le psychotrauma et toutes ses variantes, les plus encryptées donc les plus destructrices… !
Serait-il encore nécessaire de se demander en quoi l’art-thérapie aurait à voir avec le trauma des migrants ?
C’est qu’il en va des migrants et de leur terrible insécurité de base, passée, présente et même à venir, comme des autochtones lorsqu’ils sont affectés de graves pathologies qui les réduisent à un état d’extrême fragilité et de dépendance.
Or l’art-thérapie, c’est précisément l’art d’utiliser l’Art à des fins de soin : utiliser le graphisme, le dessin, la peinture, le collage, le modelage, la sculpture, toutes les figures plastiques issues de la créativité. Au fond que fait d’autre un enfant avant même de parler ou d’écrire : il dessine, patauge, malaxe, découpe, autant de gestes plus ou moins aboutis, en recherche non pas de beauté esthétique ni de réalisation pragmatique, non mais plutôt une façon d’exprimer ce que le langage non encore formé ne saurait dire avec tant de finesse, de tact, de sensibilité. C’est un « montré » qui dit sans dire, comme une métaphore du langage. Chez l’enfant, l’infans (le terme serait plus approprié), l’imaginaire domine la pensée et l’emploi du jeu, de la narration, de l’expression plastique constitue l’établi sur lequel se réparent toutes les incompréhensions, les inquiétudes et les déchirements vécus dans leur brutalité infra langagière.
On retrouve, dès les premières communautés sociales préhistoriques, ce même besoin d’exprimer par l’art (dit « brut ») ce qui est perçu comme dangereux, étrangement inquiétant. Ces peintures rupestres retrouvées à Lascaux ou ailleurs, ces troublantes représentations du monde environnant laissées à tout jamais par les fameux « hommes des cavernes » tel les néanderthaliens, ne nous rappellent-elles pas nos dessins d’enfants et leur magie apaisante ? Ce serait comme si la représentation tenait lieu de forteresse contre les dangers ou de déclaration de victoire sur la peur.
Et les migrants, recroquevillés dans leur douleur, leur solitude, leur faim, retrouvent avec l’art « brut » de leur produit imaginatif, le goût et la chaleur de la vie qu’ils avaient aimée au sein maternel mais qu’ils avaient ensuite perdue puis haïe et fuie sous les coups de la guerre ou de la barbarie. L’accompagnement par l’art prend ici toute sa dimension humaine puisqu’il ne s’agit pas seulement d’un passage obligé de l’enfance au cours de son évolution psychoaffective ni d’une technique appliquée dans une indication médicale pour personne malade. Il s’agit ici tout simplement d’une main tendue, et quelle main, celle de l’homme pour l’homme. Il s’agit ici de l’éthique au sens grave du mot ! Car au fond, comment se passent les choses ?
Quand les chemins de la demande de reconnaissance des migrants croisent ceux de l’offre en art-thérapie, un véritable espace relationnel s’ouvre dans lequel la parole du sujet se libère au décours ou à partir des gestes de son élaboration plasticienne, une parole accueillie – comme exposée – sur le registre de l’écoute de l’art-thérapeute jusqu’à la constitution progressive, la réalisation achevée de son œuvre venue de nulle part ! en réalité, une œuvre qui porte en elle toutes les douleurs du monde, tous les espoirs plus ou moins naïfs, tous les rires de la joie retrouvée… Alors, finie la stigmatisation, courage, la route sera encore longue mais on ne sera plus seul !…
Il en est de même quand on exerce la psychiatrie de Cabinet privé. C’est une pratique de proximité, de premier recours en quelque sorte, en ce qu’elle accueille principalement des demandes de soins des patients hors contrainte autoritaire. Ce qui, une fois la confiance établie, crée une relation intersubjective entre soignant et soigné, relation qualifiée de psychothérapie grâce à son caractère psychodynamique que les psychanalystes nomment communément relation transférentielle ou, mieux, « espace transférentiel ».
Dans l’espace symbolique ainsi créé le patient peut déployer ses replis intimes à la découverte de soi. Par ce processus de subjectivation, de reconnaissance de Sujet (ou de Personne pour reprendre la terminologie anglo-saxonne) le patient devient porteur de sa propre histoire individuelle et familiale, pris dans son propre environnement social et culturel. Or cette reconnaissance de Sujet est indispensable au patient pour tenter de restaurer son image sociale, autrement dit pour éviter qu’il éprouve le sentiment d’une stigmatisation liée à sa souffrance psychique.

libro Monica di Rocco

Ainsi, quelles que soient les approches relationnelles, médiatisées comme ici en art-thérapie ou uniquement verbales comme en psychothérapie, en évitant sa marginalisation sociale, on aide le migrant, le patient ou toute personne en état de désarroi, de déréliction, de souffrance psychique post-traumatique ou psychopathologique, à recouvrer une certaine capacité de confiance en soi et d’autonomie donc à mener, au meilleur niveau possible, sa vie citoyenne.
Au Cabinet du psychiatre l’espace transférentiel ou relation thérapeutique est avant tout un espace de parole, un espace narratif, fictionnel, donc un espace d’écoute, de compréhension et, si possible, d’interprétation au sens psychanalytique.

Mais dans les situations les plus fréquentes les personnes ne disposent pas de ressources langagières suffisantes ou leur pathologie ne s’y prête pas. Dans le cas plus précis des migrants qui viennent de traverser les pires horreurs, une fois accrochés aux rochers de l’espoir la stupeur rend leur parole trop faible, trop défaillante (souvent idiomatique, de surcroît!) pour faire un travail de soin psychothérapique. L’art-thérapie s’impose alors comme le moyen le plus adapté et le plus séduisant pour réaliser le plus beau croisement des chemins de l’humain.

Tobie Nathan – Migrants, exil et réfugiés : parlons-en ensemble !

Migrants, exil et réfugiés
Migrants, exil et réfugiés : parlons-en ensemble !• Crédits : DIMITAR DILKOFF – AFP
07/02/2019

—– TOBIE NATHAN —–

Né en 1948 au Caire en Egypte, professeur de psychologie clinique et pathologique à l’université de Paris VIII, Tobie Nathan est le grand représentant en France d’un courant de la psychiatrie travaillant sur l’origine culturelle des patients : l’ethnopsychiatrie. Il a fondé en 1993 le Centre Georges-Devereux, centre universitaire d’aide psychologique aux familles migrantes. Diplomate, il a été Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle auprès de l’Ambassade de France en Guinée et à Conakry.


En 2017, il a publié les Âmes errantes, essai au regard unique sur la question des jeunes radicalisés, fondée sur une expérience clinique. Il revient en 2018 avec L’Évangile selon Youri un roman fantasque et truculent, dans lequel Tobie Nathan renoue avec l’ethnopsychiatrie et raconte combien l’étrange cache parfois l’exceptionnel.

Pour rejoindre l’émission, cliquez sur l’image