BD – Détournement du regard

Détournement du regard
Parfois, il m’arrive de m’ignorer moi-même, de faire comme si je n’existais pas et alors mon regard se détourne de moi.
Dans ces moment-là, dans ma tête, ça me crie : « Je ne te supporte plus, je ne me supporte plus. »
Quand je ne suis pas satisfaite de ce qui je suis, ou de ce que je pense représenter pour les autres personnes, alors automatiquement mon regard me fuit, comme si personne ne pouvait me regarder. Je sais que cela c’est une des nombreuses séquelles de mon “éducation” et j’en reviens aux ruminations.
Pourtant je pense que je rumine moins dans le négatif.
Heum incroyable d’écrire ceci, il est 13h27 en ce mardi 10 novembre. Je l’écris car ce n’est pas sûr que cette pensée reste dans le temps présent, là maintenant !
Pourtant, par moments, j’aimerais arriver à me dire que je suis une personne qui est belle à l’intérieur. Je ne parle pas de mon physique, parce qu’on est comme on est, mais de mon intérieur, avec mon cœur, avec ma bienveillance, avec mon écoute, avec ma façon de ne pas juger, avec mon désir de comprendre et d’aimer. On a toutes et tous de cela en nous en qualités. Mais pourquoi cela ne me parle dans cette tête. Cela fait comme un système de passoire ou rien ne reste encré dedans. Encrer dans ce cerveau ! Encrer dans le temps présent sur l’instant là tout de suite.
Tout comme je suis parfois, tentée de penser que la place de mon cerveau n’est pas dans ma boite crânienne, mais dans ma poitrine, à côté de mon cœur. C’est cette façon de détailler que j’ai qui m’y fait penser.
Mais quelle idée d’avoir une réaction pareille dans ma tête ?
C’est tout cela que je vais essayer de représenter.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Pour exprimer cela, je ne voulais pas perdre l’idée que quoiqu’il arrive, il est important de se tenir droit. Je me pense que la posture du corps soit importante, car si on se tient avachi, courbé, cela empêche d’avancer et de s’en sortir.
Il y a un autre point, très important pour moi. Je ne veux rien mettre en l’air à cause de mes réactions décalées ou autres. Maintenant qu’appelle-t-on décaler ? Être décalé ? j’en reviens à la normalité ! Oui et bien tout cela a t’il vraiment un sens dans mon écrit ?
Bon en attendant et bien, aujourd’hui, j’aimerais simplement m’ignorer, ne plus me voir, ne plus voir. Il en est de même quand, le soir, je réfléchis dans mon lit, ça me parle trop fort que j’ai fait ceci, fait cela, ou dit, ou encore j’aurais du faire !
Je veux dire que je pense que ma façon d’être avec les autres, n’est pas bonne.
Par moment je me demande si ce n’est que moi qui ai de telles idées bizarres ! Dans ma tête ça fait et dit des choses tordues !
Pour en revenir à mon dessin, je ne voulais aucune violence. J’ai donc dessiné mon corps, avec les jambes repliées et remontées contre mon ventre, comme pour protéger ce que je n’ai pas complètement tué. Comme si je devais moi protéger. Mais je vais où là ? Je détourne du regard.
La honte fait que le visage est “détourné”, mais pourquoi je dévie sur la honte ?
Alors, un visage détourné, car je ne veux plus que l’on me fasse comprendre que j’existe.
Quelle idée ! Comme pour appeler le néant, qui devrait me recouvrir, pour qu’on ne me voit plus, pour que je sois invisible.
Voilà me revoilà partir dans de grand discours ou rien ne s’emboîte réellement dans la vérité du temps présent !
J’ai donc commencé par dessiner le corps et j’ai ensuite fait apparaître quelques détails.
Pour les couleurs, pas de couleurs foncées ou tristes, comme pour masquer ce qui me fait tant souffrir, cette honte. Mais aussi, parce que je voulais garder le fait que l’on doit rester digne et droite. Mais pour le moment tout cela est mélangé, d’où le mélange de mes diverses couleurs. Beaucoup de rouge, du violet mélangé avec du rouge profond cramoisi, couleurs qui expriment je le pense la colère contre moi-même.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm
Crayons graphic HB, 3B. Peinture aquarelle.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Quand je regarde mon dessin, je me dis : Wahouuu mais qu’elle idée d’écrire tout cela ?
Bon et bien dans ma tête ça part en vadrouille ! Vive la colonie de vacances ! Mais ça cogite quand même donc rien n’est perdu 🙂
Je ne suis pas sûre non plus que mon dessin ait un rapport avec mon écrit. Et bien ce n’est pas grave, on met l’écrit de côté et on garde ma production.

BD – Atelier décorations de Noël

Décorations de Noël

C’est maintenant au tour de La Table de Jeanne-Marie et l’association Amac de porter les couleurs de Noël.
Ce lundi 9 décembre, a donc eu lieu le premier atelier peinture consacré à la décoration de Noël. Il y avait beaucoup de personnes accompagnées d’enfants autour des tables.
L’ambiance était festive, détendue mais sérieuse. Beaucoup de couleurs ont été utilisées.
Nous avons monté un sapin en bois : un sapin tubulaire de 1m35 de haut.
Ce sapin c’est mon cadeau pour toutes les personnes, et la prochaine fois, il va recevoir lui aussi ses couleurs, accompagnées de décorations diverses. Comme par exemple des boules, des cerfs, des éléphants, des petits lutins, des pères noël, des étoiles et des petits nounous.
Je souhaitais que tout le monde puisse mettre sa “patte” pour cette préparation de la fête de Noël.
Un moment de partage, de convivialité et de chaleur humaine pour toutes les personnes qui découvrent Noël.
Ce fut un atelier très agréable et chaleureux.
La suite lundi prochain 🙂