BMP – Un mouvement de danse sur des notes de musique

BMP – Un mouvement de danse sur des notes de musique
Dans ma tête, j’avais ce lien : musique, corps, mouvement, donc articulation et danse. Cette relation entre le corps et l’esprit qui doit de se manifester dans la pratique de la thérapie par la danse et le mouvement. Tout doit être en harmonie.

« La beauté et l’harmonie de la danse dépendent essentiellement de la flexibilité et de la simplicité des mouvements et des articulations, elles déterminent tellement la justesse de la posture, le mouvement des jambes et la position des bras ».

Les articulations sont très importantes pour le corps, voilà pourquoi je dois m’accrocher. Je n’arrête pas de penser que quand on peint, quand on fait bouger son pinceau, ce mouvement est en harmonie avec le cerveau. En fait c’est de la danse aussi, sauf que celle-ci est différente. C’est le pinceau qui danse, grâce au mouvement de notre poignet, de nos doigts et de notre bras. Du positif tout cela ! Donc pour en revenir à ma production, je souhaitais apporter sur ma feuille ce mouvement de danse sur des notes de musique, à l’aide de mon pinceau et de la couleur.

Comment avez-vous concrétisé votre esquisse ?

En premier, j’ai choisi de dessiner sur une feuille remplie de notes de musique, sur une partition. J’ai fait apparaître deux corps, le duo sonnait bien dans ma tête. Ces deux deux corps seront pratiquement incrustés l’un dans l’autre au niveau du ventre, c’est la force du mouvement de danser qui a induit ce mélange. Je souhaitais faire apparaître la « gestuelle » au niveau des bras, donc par leur position.
Une fois mon ébauche terminée, j’en suis arrivée aux couleurs avec comme médium de la peinture aquarelle. J’ai opté pour un mélange de tons : bleus, violets, verts, jaunes et oranges. Je me suis laissé guider, par le mouvement et la position des corps. Les couleurs devaient se mélanger avec toutes les notes de musique. Le mouvement des deux êtres étaient là mélangé sur cette partition de musique. L’harmonie me parlait de plus en plus tandis que je déposais les divers tons ; j’entendais les notes envahir ma tête, c’était agréable et cet « agréable » je souhaitais qu’il demeure.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Cette production a été conçue sur une feuille de 36 x 46 cm. Comme médium de la peinture aquarelle. Un crayon HB pour faire naître mon esquisse.

Que ressentez-vous en face de votre création ?

Les danseurs exécutent leur art avec leur corps et l’esprit. Les musiciens créent et gèrent une relation entre leur corps et leur instrument. Et bien moi, c’est avec mon pinceau et les couleurs que je fais naître mon art. En fait, c’est le mouvement qui est aussi très important dans tout cela, sans lui, il n’existerait rien !  Dans ma tête, je me sens bercée et les angoisses sont mélangées dans tout cela. C’est trop le « trip » du positif.

BMP – Tout le monde a un cœur

BMP – Tout le monde a un cœur
Le cœur est un organe symbolique par excellence. Il conduit notre sang dans tout le corps et par là il symbolise la vie. Il porte notre vie. Nous avons besoin de lui pour vivre, c’est notre machine de vie et c’est aussi un organe de vie et de sentiments et donc il a imprégné notre imaginaire et notre langage, mais aussi de nos mouvements et nos pensées.
Notre cœur nous permet d' »être au cœur des choses », d’être au centre des choses, de pouvoir les vivre, de pouvoir exprimer. « Avoir quelque chose à cœur » exprime le sentiment le plus profond, on y tient vraiment comme on tient à sa propre vie. Le cœur n’est donc pas un organe comme les autres. Il est unique, car tout ce qui s’y trouve comme ressentis et émotions ne ressemble pas à celui de notre voisin.
Nous avons chacun notre cœur, et c’est cela que je vais retranscrire en une création.

Comment avez-vous concrétisé votre esquisse  ?

Comme le cœur est notre « bien » propre, mais que tous nous possédons un cœur, j’ai pensé à dessiner une forme de corps humain, auquel celui-ci serait intégré dans sa forme et dans son mouvement. Je souhaitais que l’ensemble donne une impression d’harmonie et non de séparation.
J’ai donc commencé à dessiner la forme de ce corps, puis j’ai rajouté le reste de la forme du cœur, pour ne faire qu’un. Mais sur le moment j’avais du mal à bien percevoir ce mouvement de la vie. Mais je me suis dit que les couleurs apporteront beaucoup, je devais donc « habiller » mon ébauche. Pour cela je vais utiliser les encres de Chine et un porte-plume, avec une touche du pinceau. Je souhaitais travailler les traits avec la plume, ce mouvement demande une concentration, pour que cela ne se mélange pas. J’aime bien, par moment, remplacer la peinture aquarelle par les encres, cela me rappelle les vieux bureaux avec l’encrier des élèves. Puis il y a le côté complexe qui me plaît également. Me voilà donc lancée avec ma plume à déposer la couleur rouge, puis ça a été un rouge plus clair déposé avec un pinceau légèrement humide. Ensuite, ce fût le vert qui a pris place, accompagné d’un jaune, jaune orangé. Ce cœur coloré a pris forme sur ma feuille, mais aussi la vie, cette vie que nous sentons en nous, dans notre propre cœur. Quelques finitions faites à la plume, d’autres aux feutres.

Quels matériaux avez-vous utilisé ?

Création conçue sur une feuille de format de 36 x 46 cm. Comme médium, j’ai pris des encres, avec un porte-plume, pour terminer un crayon HB pour mon esquisse.

Que ressentez-vous en face de votre création  ?

Je confirme que vraiment j’apprécie les encres et le mouvement de ce porte-plume. Dans ma tête, je ressens de la légèreté. Mon cœur bat fort. J’ai toujours ce plaisir de peindre ou dessiner, même si c’est devenu par moment complexe. Quand je peins, je me sens rassurée et je me sens en vie. La douleur est là, mais elle me paraît transparente quand je peins, ou bien même quand je me complique un peu dans les détails de mes créations.