BMP – Un autre façon de faire naître un visage du détective Sherlock Holmes

BMP – Un autre façon de faire naître un visage du détective Sherlock Holmes
Je ne m’en lasse pas de faire naître des visages hors du commun, un peu comme pour ne pas rentrer tout le temps dans les cases, faire comme tout le monde. Et puis dessiner des visages comme ceux que l’on croise autour de nous, ne fait pas naître d’émotion. J’ai aimé ce mouvement qui est l’envie de se balader dans des mondes hors limite et par moment irréels. Parfois, je sens que dans ce monde actuel, on a du mal à voyager, tellement de soucis, de problème et de souffrance, c’est donc une petite manière de s’évader dans le monde des formes et des couleurs.

Comment avez-vous concrétisé votre esquisse ?

Quand on réfléchit, le détective Sherlock Holmes possède un revolver, un chapeau casquette, une pipe, une loupe pour mieux rechercher ou observer les indices. Je me suis dit qu’ajouter un instrument de musique serait une bonne chose, car il serait une aide pour mieux réfléchir et ça, grâce aux diverses notes. Mon idée était, de ce fait, de faire avec tout cet ensemble une nouvelle forme de visage qui retranscrirait le visage du détective Sherlock Holmes.
Je commence ainsi par dessiner la forme du visage sur ma feuille, parce que cela m’aidera à bien positionner les « éléments » variés, que je compte dessiner. Je commence par faire apparaître la casquette, puis la pipe, la loupe, ensuite cette espèce de forme de violon légèrement déformée et je termine par le haut du corps. En fait, pour percevoir ce visage, il faut regarder cette production de loin.
L’ébauche étant terminée, je continue par déposer dessus les premières couleurs, et donc là, je me promène dans les tons, bleu–gris, noir, rouge, marron avec une touche de rouge et de noir, le mot dépareillé me sonnait dans ma tête et donc je l’ai déposé sur mon ébauche. Les finitions ont été faites au feutre noir.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Création conçue sur une feuille de format 36 x 46 cm. Comme médium : crayon HB pour mon esquisse, de la peinture aquarelle. Un feutre noir pour les finitions.

Que ressentez-vous face à votre création ?

Je regarde mon esquisse et je me mets à sourire, car si un jour je croise un visage comme celui-ci, je ne suis pas bien sûre de rester face à lui, même en étant attirée par la curiosité. Mais l’originalité et le fait de pas faire comme tout le monde sont posés sur ma feuille, tout comme peut-être aussi le désir de faire partager une petite goutte d’émotion. Dans ma tête, je ne cherche plus.

BMP – Une main en forme de ruban 

BMP – Une main en forme de ruban 
Mon envie de ce jour, était de dessiner le mouvement d’un ruban qui se déferait. Je crois aussi que j’aime énormément mon crayon blanc à gel, j’en suis amoureuse, et je voulais mélanger ce blanc à d’autres tons.

Comment avez-vous concrétisé votre esquisse ?

Je devais avant tout trouver cette forme qui permettrait d’intégrer le mouvement de ruban qui se déroulerait. En réfléchissant, je regardais mes mains qui tenaient un crayon que je faisais tourner entre mes doigts. L’idée était là devant mes yeux. Pourtant il m’a fallu un certain temps pour comprendre. J’allais dessiner une main en forme de ruban. Je regardais ma main droite pour mieux apprivoiser cette idée, j’allais même jusqu’à percevoir ma main en train de se dérouler, ce qui m’a beaucoup aidée pour pouvoir bien exprimer ce mouvement sur ma feuille noire.
Tout en dessinant cette main, je me demandais comment j’allais la recouvrir. J’avais l’envie d’y intégrer plusieurs petits motifs. Mais je ne percevais que la couleur blanche comme manteau pour la main qui était maintenant dessinée sur la feuille noire. Le noir ne renvoyant pas du tout à la tristesse.
Mais je devais mélanger ce ton blanc avec d’autres couleurs. Je regarde alors mes divers crayons et mon choix. Là mes yeux s’arrêtent sur le gris argenté et le doré. Que j’aime ce mélange qui se présentait à moi. Je devais donc rajouter une dose de ces couleurs pour donner d’avantage de vie au manteau blanc qui recouvrait la main, dessinée en mode je me défais, je me déroule.
Je me lance alors à poser mes premières couleurs, puis mes différents mélanges sans oublier les petits motifs variés. J’avais bien commencé, je devais donc continuer sur ma lancée, et le plaisir était là. Les petits motifs ont été faits comme ça me venait dans ma tête et du bout de mes crayons : doré, gris argenté et gel blanc. Toutes les finitions ont été faites au fur et à mesure.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Cette production a été concrétisée sur une feuille noire à grain, au format 29,7 X 42 cm. Comme médiums : crayon gel, crayon argenté et doré.

Que ressentez-vous face à votre création ?

Je regarde ma production, ma main droite et je me dis que vraiment j’apprécie ce mouvement, qui est bien vivant, de défaire et se faire. Je me sens bien dans le présent, et je ne suis pas en train de me dérouler !