Csapa – Addictologie : quand l’art-thérapie s’invite au musée

Csapa – l’hôpital “hors-les-murs”
(photo ©N. Amorim)
Contact : Nadine Amorim, art-thérapeute, art-therapie@nadineamorim.fr
Le Csapa de Sèvres a expérimenté un dispositif d’art-thérapie hors-les-murs en partenariat avec la Fondation Louis Vuitton
Publié le 29 Juin 2020

A l’automne 2019, le dispositif « Art-thérapie au musée : l’hôpital “hors-les-murs” » a été expérimenté par le Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) de Sèvres, dans le cadre partenariat entre le CH des Quatre Villes à Saint-Cloud (92) et la Fondation Louis Vuitton.

Objectifs :

Permettre aux patients de s’essayer à un processus de création au sein de ce musée prestigieux et aux soignants de valider l’intérêt clinique de la démarche par rapport à l’atelier « classique » d’art-thérapie en place au sein de l’établissement de santé.

Les patients participants à l’expérience :

Un petit groupe de 6 patients (majoritairement suivis en ambulatoire pour alcoolodépendance) s’est constitué, sur propositions des soignants.
4 d’entre eux ont mené l’expérience jusqu’au bout.
Tout d’abord, la première séance s’est tenue au Csapa, pour constituer symboliquement le groupe et présenter le dispositif aux participants.
Ensuite, pendant six semaines, chaque lundi après-midi, ils ont bénéficié d’une visite de 45 minutes animée par un médiateur de la Fondation Louis Vuitton, autour de l’exposition en cours ou du musée. Après un temps de pause, le groupe participait pendant deux heures à un atelier d’art-thérapie en médiation arts plastiques.
La dernière étape consistait en une consultation individuelle de bilan réalisée avec chaque participant.

Méthodologie :

En conclusion, les avis des participants témoignent des aspects très positifs de l’expérience. Par ailleurs, une grille d’évaluation par patient complétée après chaque séance par l’art-thérapeute a permis d’objectiver que plusieurs participants avaient réalisé un travail introspectif important. La régularité du cadre, la connivence rapidement établie au sein du groupe “fermé”, l’accueil dans un lieu hors du commun ont permis de valoriser les patients et de provoquer un déclic dans leur créativité. Tous se sont sentis “remobilisés” et acteurs de leur parcours de soin. Devant le succès de cette session, la Csapa envisage de nouveaux partenariats en 2021.

Pour joindre l’article cliquez sur

Santé mentale.fr

Cachan : l’Orangerie expose les œuvres de patients en psychiatrie


Cachan : l’Orangerie expose les œuvres de patients en psychiatrie

« Une fenêtre sur l’art » met à l’honneur des personnes soignées à Paul-Guiraud par le biais de l’art-thérapie.

L’exposition ANAMORPHOSE
est ouverte jusqu’au 15 décembre 2018
à l’Orangerie de Cachan
Exposition ouverte du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h – jusque 19h les jeudis.
Renseignements : culture@ville-cachan.fr / 01 49 69 17 90-93


Le fait de pratiquer un art permet-il d’une certaine manière de libérer les patients en psychiatrie ? L’association Anamorphose, à Cachan, constate que oui. Elle propose une exposition dont les œuvres ont été réalisées par des patients du service psychiatrique de l’hôpital Paul-Guiraud à Villejuif.
Elles ont été réalisées à l’occasion d’ateliers de médiations thérapeutiques du Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel de Cachan (CATTP) mis en place par Anamorphose. Il s’agit de tableaux, de poèmes, de broderies, des œuvres individuelles ou collectives. Cette association fondée en 1990 par l’ancienne médecin-chef du secteur de psychiatrie générale de Paul-Guiraud organise régulièrement des visites d’expositions pour les patients.

Pour plus d’informations cliquez sur l’image