« L’intimité est essentielle à l’être humain, mais ses expressions sont sans cesse modifiées par le désir d’extimité. Celui-ci correspond au fait de déposer certains éléments de notre vie intime dans le domaine public afin d’avoir un retour sur leur valeur. Il est différent de l’exhibitionnisme et du conformisme. Il contribue à la fois à la construction de l’estime de soi et à la création d’une intimité plus riche et de liens plus nombreux. Il tient la clé de l’empathie sur Internet, et celle-ci tient à son tour la clé des pratiques pathologiques. »

Serge Tisseron, « Intimité et extimité », Communications, 1/2011 (n° 88), p. 83-91.

Faire un don

Nous contacter par courriel

Thématiques

Archives

Diplôme universitaire – DU Cyberpsychologie

Du 4 octobre 2019 au 26 juin 2020
120 heures de formation réparties sur 20 journées
de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

Pour aller sur le site d'accueil, cliquez sur le logo de l'UFR des études psychanalytiques

Cyberpsychologie

Public visé
Etudiants en Psychologie, en Psychanalyse, en Médecine, en Neurosciences et en Sciences Humaines cliniques
Psychologues cliniciens, Psychiatres, Psychothérapeutes, Médecins et Professionnels de la santé et/ou de l’éducation (éducateur spécialisés, ergothérapeute, etc.) ;
Etudiants et/ou Professionnels des Sciences de l’Information et de la Communication et de l’Ingénierie.
Compétences visées
La compréhension du bouleversement des processus psychiques à l’ère des technologies hypermodernes ;
La prise en charge des pathologies liées aux bouleversements des technologies (nouvelles formes de la dépendance, transformations identitaires avec les technologies, nouvelles formes de sexualités, etc.) ;
La psychopathologie tout au long de la vie (enfant, adolescent, adulte et personne âgée), en regard de ces technologies ;
Les prises en charge spécifique avec l’aide des technologies dans le cadre de troubles psychiatriques (pathologies limites, psychoses, etc.) et dans les fonctionnements subjectifs atypiques (autismes, troubles neuro-développementaux) ;
L’apprentissage des applications possibles, tant en milieu hospitalier qu’en pratique privée ou libérale, du numérique, de la robotique et de la réalité virtuelle

Boston Dynamics fait danser ses robots et c’est aussi génial qu’inquiétant

Spot le chien, Handle le bras télescopique et Atlas le robot humanoïde
Spot (le chien), Handle (le bras télescopique), Atlas

Robots qui dansent par Maxime Delmas
30 décembre 2020

Un jour ou l’autre, les robots feront partie intégrante de notre quotidien. Mais pas aujourd’hui, c’est danse ! Le célèbre fabricant de robots Boston Dynamics, récemment racheté par Hyundai, a dévoilé une chorégraphie impressionnante avec ses principaux robots. Une vidéo étonnante qui émerveille autant qu’elle fait peur.

À chacune de ses vidéos, la société d’origine américaine agite les réseaux sociaux. Il faut dire qu’elle dévoile chaque année de nouvelles avancées qui nous rapprochent toujours un peu plus de Terminator. Du robot qui marche, au robot qui fait du parkour pour passer aujourd’hui aux robots qui dansent en rythme.

“Do you love me ?”

Sur un air entêtant du groupe américain de musique soul The Contours, on retrouve 3 espèces de robots qui se déhanchent : Spot (le chien), Handle (le bras télescopique) et Atlas (le robot humanoïde). Le titre de la musique s’appelle “Do you love me ?” et n’a évidemment pas été choisi au hasard. Aimez-vous les robots ? Quand ils dansent oui !

Uptown Funk

En 2018, une vidéo avait été dévoilée où le robot Spot se laissait aller à quelques pas de danse sur la chanson de Mark Ronson, “Uptown Funk”. Les gestes, clairement moins assurés que dans cette nouvelle vidéo, suivaient une chorégraphie moins ordonnée. On pourrait croire que ce sont des effets spéciaux mais il semblerait que ce ne soit pas du tout le cas.
Si l’idée vous venait d’en acquérir un, sachez que Boston Dynamics ne commercialise que le robot jaune, Spot, pour la modique somme de 74.500 dollars. Atlas et Handle demeurent pour le moment de simples prototypes.

Pour lire l’article, cliquez sur l’image

Infox – Le roi de Bahreïn arrive à Dubaï avec Titan son robot garde du corps

Titan
Titan
Titan, le robot de divertissement britannique, au Royaume-Uni, en septembre 2018. (illustration) — Geoffrey Swaine/REX/Shutterstock/SIPA


Le roi de Bahreïn arrive à Dubaï avec son robot garde du corps. Il parle 6 langues, il le protège de la foule et peut aussi chasser et se battre.


Non, on n’a pas filmé le roi du Bahreïn au côté d’un garde du corps robotisé

20 Minutes – Alexis Orsini – 19/08/20

• Sur les réseaux sociaux, une vidéo connaît un grand retentissement. Elle montre un robot de plus deux mètres de haut parcourir les allées d’un salon .
• « Le monde devient fou ! C’est le roi de Bahreïn qui arrive à Dubaï avec son garde du corps robot ». L’une des légendes associées à ces images, l’affirme mais aussi voir l’appareil équipé de trois mitrailleuses.
• La séquence filmée aux Emirats arabes unis, ne montre ni le roi de Bahreïn, ni un robot garde du corps… mais simplement une machine conçue pour divertir le public en chantant et en dansant.

Bien avant d’apparaître dans le champ de la caméra, le robot Titan attire en effet déjà l’attention. Il reste derrière l’homme dont il semble suivre les pas au sein d’une convention,. Il a des « yeux » éclairés par des lumières et la mâchoire de forme humanoïde . Et il cacherait, sous sa cape, un arsenal terrifiant. Sans oublier « un ensemble de caméras infrarouges, 3 mitrailleuses cachées avec suffisamment de munitions pour combattre 1.050 hommes et une mitrailleuse de tireur d’élite à guidage laser ».
Cependant il est à noter la présence, derrière Titan, d’une foule de curieux en train d’immortaliser son passage avec leurs smartphones.
Quoiqu’il en soit, il s’agit d’un « prodige » robotique. Titan aurait coûté la modique somme de 7,4 millions de dollars, toujours selon ce post Facebook.

Bien que la vidéo en question soit authentique, la description qui lui est associée est trompeuse. Elle l’est à double titre, puisqu’elle ne montre ni le roi du Bahreïn, ni un robot militaire.

Faux

– Hamad ben Issa Al Khalifa, souverain du Bahreïn, ne ressemble ni de près ni de loin à l’homme en train de marcher devant le robot.
– Le drapeau des Emirats arabes unis, visible sur le bras et l’épaulette gauches du géant mécanique, donne un indice sur son origine.
– Une simple recherche sur YouTube, avec les mots-clés « robot » et « Etimad » permet de retrouver les mêmes images dans plusieurs vidéos mises en ligne l’année dernière. Par ailleurs ce nom reste visible sur le sol de la convention où a été filmée la séquence.
L’une d’entre elles date de février 2019 et montre en plus le robot Titan interagir à d’autres occasions. Elle le présente ainsi comme « un robot de plus de deux mètres » chargé « d’accueillir les visiteurs du salon Idex de la défense » à Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis. Une description qui reprend celle d’un article d’un quotidien local, le Khaleej Times, publié quelques jours avant.