Livre – Pierre Lévy – Qu’est-ce que le virtuel ?

Livre LevyPierre Lévy – Qu’est-ce que le virtuel ?
Date de parution 21/11/2013
Editeur La Découverte
ISBN 978-2-7071-7244-0
EAN 9782707172440
Format ePub
Nb. de pages 133 pages
Caractéristiques du format ePub
Pages 133
Taille 285 Ko Protection num. Digital Watermarking


Résumé

Nos corps, nos intelligences, les messages et les biens que nous échangeons sont affectés d’un mouvement de virtualisation rapide et généralisé. Cette évolution atteint même nos manières d’être ensemble : communautés virtuelles, entreprises virtuelles, démocratie virtuelle…
Quoique l’interconnexion des ordinateurs de la planète (le cyberespace) joue un rôle crucial dans la transformation en cours, il s’agit d’une vague de fond qui déborde amplement l’informatisation.
Faut-il craindre une déréalisation générale ?
Sommes-nous sous la menace d’une apocalypse culturelle ?
Ce livre défend une autre hypothèse :
Parmi les évolutions à l’ouvre en ce tournant du troisième millénaire, et malgré leurs indéniables aspects sombres, s’exprime une poursuite de l’hominisation. Ni fulmination contre le présent, ni promotion d’un enthousiasme naïf devant les prouesses technologiques, ce livre explique ce qu’est la virtualisation et en quoi elle contribue à l’invention de l’humain.
L’enjeu : comprendre la mutation contemporaine pour avoir une chance d’y devenir acteur.

Biographie de Pierre Lévy

Pierre Lévy, né en 1956, est professeur à l’université du Québec à Trois Rivières. Il a publié plusieurs livres aux Éditions La Découverte sur les implications culturelles de l’informatique et des sciences cognitives.
Pierre Lévy – Qu’est-ce que le virtuel ?


Sur les chemins du virtuel

« Le virtuel possède une pleine réalité, en tant que virtuel. »

Gilles Deleuze, Différence et Répétition.

Sommaire
Qu’est-ce que la virtualisation ?
– du corps
– du texte
– de l’économie
– Les trois virtualisations qui ont fait l’humain: le langage, la technique et le contrat Les opérations de la virtualisation ou le trivium anthropologique
– La virtualisation de l’intelligence et la constitution du sujet
– La virtualisation de l’intelligence ou la constitution de l’objet
– Le quadrivium ontologique: la virtualisation, une transformation parmi d’autres Épilogue : bienvenue sur les chemins du virtuel

Pour acquérir le livre cliquez sur la couv.

La réalité virtuelle est-elle la prochaine grande chose en art-thérapie ?

Réalité virtuelle & art-thérapie
PARTICIPANTS CREATED THREE DIMENSIONAL VIRTUAL REALITY ARTWORK
Les participants ont créé des œuvres d’art en réalité virtuelle en trois dimensions.
© Collège universitaire des professions infirmières et de la santé de Drexel

La réalité virtuelle est-elle la prochaine grande chose en art-thérapie ?

Titre original :
Is virtual reality the next big thing in art therapy?

Les chercheurs de Drexel mènent une étude pour voir si les art-thérapies sont la prochaine frontière de la réalité virtuelle – RV – dans les soins de santé

Drexel University
12 novembre 2019
Le domaine en pleine expansion de la réalité virtuelle (RV). Les contextes de soins de santé, comme la réadaptation physique, ont utilisé la RV.  Il a également fait son chemin dans le cadre de thérapies visant à réduire les phobies et les délires. Les thérapies par les arts créatifs pourraient-elles être la prochaine frontière de la RV ?
De par cette hypothèse, des chercheurs du College of Nursing and Health Professions in the Creative Arts Therapies Department de l’Université Drexel ont mené une étude pour voir si la RV peut être utilisée comme un outil d’expression en art-thérapie.

« L’art-thérapie est fondée sur l’idée que l’expression créative avec un art-thérapeute facilite la communication et la résolution de problèmes, réduit l’inhibition, atténue les symptômes dépressifs et favorise le développement personnel »

a déclaré Girija Kaimal, EdD, auteure principale de l’étude et professeur agrégée au College of Nursing and Health Professionals.

La RV peut faciliter l’exploration des mondes imaginaires

C’est un principe central des processus créatifs de l’art et du jeu. Par ailleurs, des outils comme la RV ont également le potentiel d’aider les patients atteints de handicaps sensoriels, cognitifs et moteurs qui sont incapables d’utiliser les médias artistiques traditionnels à des fins thérapeutiques. Ils ont besoin d’options alternatives pour s’exprimer de manière créative.

« Avec la disponibilité de solutions de RV rentables, nous constatons une adoption accrue de ces technologies dans les hôpitaux, les cliniques et les établissements de soins de santé »

Arun Ramakrishnan, PhD, directeur des laboratoires de recherche au College of Nursing and Health Professions et co-investigateur de ce projet.

L’étude

Dans l’étude, cinq hommes et 12 femmes se sont adonnés à l’art de la RV libre et immersif pendant environ 20 à 25 minutes.
Les séances d’art-thérapie sont réalisées avec le casque d’écoute HTC VIVE VR, des dispositifs de contrôle à distance et un contrôleur Leap Motion fonctionnant sur un ordinateur personnel. Celui-ci pouvait supporter une séance dans un espace virtuel.
– Le logiciel utilisé était Tilt Brush de Google, pour créer des images 3D en RV ;
– Kodon, pour la sculpture virtuelle ;
– et Nature Treks, pour un environnement immersif en trois dimensions pour la relaxation.


Après la séance, les participants sont invités à sauvegarder leurs œuvres d’art. Ils ont parlé de leur expérience avec l’art-thérapeute.
Selon Kaimal :

« La plupart des participants ont déclaré qu’ils se sentaient stimulés et exaltés par l’expérience d’être dans un espace imaginaire. Un espace qui ne ressemblait à rien de ce qui existait dans le monde matériel ».

Mais encore :

« Certains étaient cependant déçus par le manque d’engagement tangible et physique avec le médium et pour certains, ils ont été désorientés par l’expérience. »

L’expression créative dans la RV a réduit les inhibitions/ Elle a activé les mouvements de tout le corps et amélioré l’humeur et l’exploration du jeu créatif chez les participants. Ils ont apprécié l’environnement virtuel 3D et la possibilité de voir l’art sous différents angles et perspectives. Elle a aussi remis en question les perceptions des participants de la réalité physique, de la création artistique traditionnelle et des médias artistiques.

Les inconvénients de la réalité virtuelle

Réalité virtuelle & art-thérapie
L’étude a montré quelques inconvénients à la RV en art-thérapie.
– La RV peut être désorientante pour ceux qui ont des problèmes cognitifs, de perception et/ou d’oreille interne. Les chercheurs suggèrent d’examiner la façon dont ces expériences peuvent différer pour les personnes atteintes de troubles cliniques. Celles aussi  présentant des différences dans le fonctionnement physique et/ou mental et dans le confort avec les médias numériques.
– La forme numérique signifie qu’il était facile de stocker et de sauvegarder les œuvres d’art finies – ou, dans certains cas, inachevées -. Mais certains participants ont mentionné qu’il était insatisfaisant de ne pas avoir un produit tangible.
Kaimal a déclaré :

« Cette étude jette les bases de la RV en tant qu’outil d’art-thérapie, d’autant plus que la technologie devient de plus en plus sophistiquée. »

Les perspectives du projet

Les chercheurs de l’Ordre des sciences infirmières et des professions de la santé poursuivent ce travail dans le cadre de plusieurs projets de réalité immersive dans les laboratoires de RV de l’Ordre.
Selon Deborah Clegg, PhD, doyenne associée de la recherche à l’Ordre des sciences infirmières et des professions de la santé.

« Ces applications améliorent non seulement la santé et le bien-être, mais aussi l’apprentissage. Drexel est à la pointe de la technologie pour améliorer l’éducation et les soins de santé. »

Pour obtenir la version originale en anglais de l’article, cliquez sur l’image

L’étude, « Réalité virtuelle en art-thérapie : A Pilot Qualitative Study of the Novel Medium and Implications for Practice » a été publié dans le Journal of Art Therapy Association en septembre 2019. Katrina Carroll-Haskins et Marygrace Berberian, doctorantes ; Abby Dougherty, PhD ; et Natalie Carlton, PhD, de l’Université Drexel.
http://dx.doi.org/10.1080/07421656.2019.1659662