Forum européen de bioéthique – Quel humain pour demain ?

Logo de arte
Quel humain pour demain ?

Forum européen de bioéthique
Du 3 au 8 février a lieu le Forum européen de bioéthique à Strasbourg. Celui-ci s’interroge pour sa dixième édition :
« Quel humain pour demain ? »
Une thématique qui englobe toute une série de questions éthiques. Il s’agira de
– données biomédicales,
– corps augmenté,
– intelligence artificielle,
– génomique et
– médecine sur mesure, mais aussi le
– rapport de nos société avec la vieillesse, le handicap et la mort.
Si le bilan de la décennie passée impressionne par la rapidité des changements, la décennie à venir s’annonce bien plus vertigineuse. ARTE Info fait le point sur ces problématiques et suit cette nouvelle édition du Forum européen de bioéthique.

Entretien avec Aurélien Benoilid

Pour sa 9e édition, le Forum Européen de Bioéthique de Strasbourg pose une question d’actualité : « Mon corps est-il à moi ? ».
Après plusieurs reports, le nouveau projet de loi de Bioéthique du gouvernement devrait être débattu au parlement cet été et il y sera essentiellement question d’ouverture de la PMA aux couples de femmes ou aux femmes seules, de congélation des ovocytes ou encore de recherche sur l’embryon. Mais la bioéthique ne se résume évidemment pas à ces sujets, puisqu’elle questionne toutes les techniques qui impliquent le corps humain. Marie Labory en parle avec Aurélien Benoilid, neurologue vice-président de l’événement.

Corps augmenté : jusqu’où peut-on aller ?

Les films de science-fiction nous montrent de nombreuses images d’hommes-robots aux capacités décuplées. Cette vision de l’humain augmenté vient des États-Unis et est promue par différents chercheurs appartenant au courant des transhumanistes.
Mais si les avancées de la science sont prometteuses, les résultats obtenus sont jusqu’à présent décevants. Plutôt que de rendre l’homme indéfiniment plus performant, de nombreux scientifiques tentent en premier lieu d’utiliser les technologies pour réparer les corps blessés ou améliorer les conditions de vie de l’être humain. Interview avec Nathanaël Jarrassé, chercheur en robotique à l’Isir.
Journaliste : Marion Roussey
Pays : France/Allemagne
Année : 2019

Pour joindre la page de l’émission, cliquez sur le logo d’arte

Pourriez-vous vous confier à une psychiatre virtuelle ?

Julia une psychiatre virtuelle
Julia, une psychiatre virtuelle
E-SANTE – À la clinique du sommeil du CHU de Bordeaux, une médecin hors du commun effectue des consultations. Il s’agit de Julia une psychiatre virtuelle avec qui nos journalistes ont pris rendez-vous.
21 janv. 10:45 – La rédaction de LCI
Des chercheurs du CNRS de Bordeaux ont créé une psychiatre virtuelle. Julia peut diagnostiquer les addictions et les éventuels troubles dépressifs chez les patients, avec la reconnaissance vocale. Une consultation assez déstabilisante, car le robot adopte des attitudes humaines comme cligner des yeux.

Une médecin virtuelle qui ne juge pas

Qui aurait imaginé un jour aller consulter un médecin virtuel à l’hôpital ? Julia, c’est la nouvelle psychiatre de la maison du sommeil à Bordeaux. Ce personnage virtuel conçu pour détecter les addictions a été imaginé par le Pr Auriacombe, chef du service addictologie du Centre Hospitalier Charles Perrens.
Cette prouesse technologique a été possible grâce à l’intelligence artificielle mais aussi grâce à un travail d’équipe des médecins de Bordeaux et des ingénieurs. Concrètement, le patient prend rendez-vous avec ce personnage virtuel qui va lui poser des questions précises et dresser un diagnostic. Celui-ci est ensuite remis à un ou une médecin.

Les avantages de Julia une psychiatre virtuelle

A ce jour, plus de 300 patients se sont retrouvés face à cet écran. Et nombre d’entre eux ont constaté qu’il était plus simple de parler avec une intelligence artificielle qui, elle, ne juge pas.
Autre avantage, non négligeable, Julia permet aux médecins de réduire la durée des consultations et donc de limiter les attentes interminables. Prochaine étape : lancer une application avant la fin de l’année pour permettre aux patients en zone rurale d’avoir accès à cette psy virtuelle.

Julia, capable de conduire un entretien interactif intelligent et empathique

Pour remédier à ces lacunes, les chercheurs du laboratoire Sanpsy de Bordeaux ont décidé de développer de nouveaux outils numériques basés sur des scénarios médicaux mimant un entretien clinique avec des interactions empathiques, dans un domaine médical encore peu exploré par les E-solutions, la psychiatrie.

Pour joindre l’article, cliquez sur l’image