Infox – Le roi de Bahreïn arrive à Dubaï avec Titan son robot garde du corps

Titan
Titan
Titan, le robot de divertissement britannique, au Royaume-Uni, en septembre 2018. (illustration) — Geoffrey Swaine/REX/Shutterstock/SIPA


Le roi de Bahreïn arrive à Dubaï avec son robot garde du corps. Il parle 6 langues, il le protège de la foule et peut aussi chasser et se battre.


Non, on n’a pas filmé le roi du Bahreïn au côté d’un garde du corps robotisé

20 Minutes – Alexis Orsini – 19/08/20

• Sur les réseaux sociaux, une vidéo connaît un grand retentissement. Elle montre un robot de plus deux mètres de haut parcourir les allées d’un salon .
• « Le monde devient fou ! C’est le roi de Bahreïn qui arrive à Dubaï avec son garde du corps robot ». L’une des légendes associées à ces images, l’affirme mais aussi voir l’appareil équipé de trois mitrailleuses.
• La séquence filmée aux Emirats arabes unis, ne montre ni le roi de Bahreïn, ni un robot garde du corps… mais simplement une machine conçue pour divertir le public en chantant et en dansant.

Bien avant d’apparaître dans le champ de la caméra, le robot Titan attire en effet déjà l’attention. Il reste derrière l’homme dont il semble suivre les pas au sein d’une convention,. Il a des « yeux » éclairés par des lumières et la mâchoire de forme humanoïde . Et il cacherait, sous sa cape, un arsenal terrifiant. Sans oublier « un ensemble de caméras infrarouges, 3 mitrailleuses cachées avec suffisamment de munitions pour combattre 1.050 hommes et une mitrailleuse de tireur d’élite à guidage laser ».
Cependant il est à noter la présence, derrière Titan, d’une foule de curieux en train d’immortaliser son passage avec leurs smartphones.
Quoiqu’il en soit, il s’agit d’un « prodige » robotique. Titan aurait coûté la modique somme de 7,4 millions de dollars, toujours selon ce post Facebook.

Bien que la vidéo en question soit authentique, la description qui lui est associée est trompeuse. Elle l’est à double titre, puisqu’elle ne montre ni le roi du Bahreïn, ni un robot militaire.

Faux

– Hamad ben Issa Al Khalifa, souverain du Bahreïn, ne ressemble ni de près ni de loin à l’homme en train de marcher devant le robot.
– Le drapeau des Emirats arabes unis, visible sur le bras et l’épaulette gauches du géant mécanique, donne un indice sur son origine.
– Une simple recherche sur YouTube, avec les mots-clés « robot » et « Etimad » permet de retrouver les mêmes images dans plusieurs vidéos mises en ligne l’année dernière. Par ailleurs ce nom reste visible sur le sol de la convention où a été filmée la séquence.
L’une d’entre elles date de février 2019 et montre en plus le robot Titan interagir à d’autres occasions. Elle le présente ainsi comme « un robot de plus de deux mètres » chargé « d’accueillir les visiteurs du salon Idex de la défense » à Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis. Une description qui reprend celle d’un article d’un quotidien local, le Khaleej Times, publié quelques jours avant.

Cira – En Égypte, un robot au chevet des malades de la Covid

En Egypte, un robot au chevet des malades de la Covid
Cira
Un patient volontaire examiné par le robot Cira-3, conçu par un ingénieur égyptien, à l’hôpital privé de la ville de Tanta, au nord du Caire. (MOHAMED ABD EL GHANY / Reuters)

Il s’agit d’un test dans un hôpital privé pour évaluer l’efficacité de cet infirmier virtuel.

France Télévisions Rédaction Afrique

Publié le 26/11/2020
Alors que l’Égypte est confrontée à une deuxième vague de coronavirus, un ingénieur égyptien, Mahmoud el-Komy, teste dans un hôpital le robot télécommandé qu’il a conçu, il y a plusieurs mois, pour venir en aide au personnel soignant. A ce stade, Cira s’occupe de petites tâches simples, mais il a un grand potentiel.

Un robot multitâche

Le petit robot égyptien, bourré de capteurs a fait ses premières preuves à hôpital privé de Tanta, au nord du Caire. Cira-3 (troisième version) est multitâche et ne craint pas la contamination. Il s’approche sans craintes des patients et de leur famille, prend la température, alerte en cas d’exposition au virus et peut même désinfecter une pièce. Sa présence passe bien auprès du personnel soignant et les patients ne semblent pas le craindre.

Il y a eu une réaction positive du côté des patients. Ils ont vu le robot et n’ont pas eu peur. Ils ont même confiance en lui.

Mahmoud el-Komy, ingénieur égyptien et concepteur du robot à l’agence Reuters

Un robot rassurant

Mahmoud el-Komy, ingénieur mécatronique (spécialité qui allie la mécanique, l’électronique et l’informatique) de 26 ans a tout fait pour réussir son robot. Techniquement, Cira est performant grâce à ses capteurs, son pilotage à distance et son agilité. Il peut ainsi collecter des données médicales, afficher les résultats des examens sur l’écran fixé sur son torse et déplier ses bras pour bloquer le passage dans une zone sensible.

Cira

Sur la forme en revanche, on est loin de « Sispeo » ou « I robot » tout droit sortis d’un film de sciences fictions et c’est là, sans doute, son atout principal. Cira est efficace sans être impressionnant. C’est un robot rassurant et il a surtout le mérite d’être accessible. Il est fabriqué en Égypte, avec une structure imprimée en 3D.
L’arrivée de Cira sur le marché, est un petit pas pour la robotique, mais un pas important pour la technologie en Égypte qui pourrait développer ce domaine et exporter ses machines performantes à petits prix.

Pour joindre l’article, cliquez sur la photo