Pour la première fois, l’OMS étudie le lien entre les arts et la santé

Logo de l'OMS bureau EuropePouvez-vous danser pour améliorer votre santé et votre bien-être ? Pour la première fois, l’OMS étudie le lien entre les arts et la santé
Copenhagen, Helsinki, 11 November 2019
S’engager dans les arts peut être bénéfique à la fois pour la santé mentale et physique. C’est l’une des principales conclusions d’un nouveau rapport du Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, qui analyse les données probantes tirées de plus de 900 publications mondiales – l’examen le plus complet des données probantes sur les arts et la santé à ce jour.

“Faire entrer l’art dans la vie des gens par des activités telles que la danse, le chant, la visite de musées et les concerts offre une dimension supplémentaire à la manière dont nous pouvons améliorer la santé physique et mentale”,

déclare le docteur Piroska Östlin, directrice régionale de l’OMS pour l’Europe a.i.

“Les exemples cités dans ce rapport novateur de l’OMS montrent comment les arts peuvent s’attaquer à des problèmes de santé “pernicieux” ou complexes tels que le diabète, l’obésité et la mauvaise santé mentale. Ils envisagent la santé et le bien-être dans un contexte sociétal et communautaire plus large, et proposent des solutions que la pratique médicale courante n’a jusqu’à présent pas pu aborder efficacement”,

explique le docteur Östlin.
Le rapport passe en revue les activités artistiques qui visent à promouvoir la santé et à prévenir la mauvaise santé, ainsi qu’à gérer et à traiter la mauvaise santé physique et mentale et à soutenir les soins de fin de vie. Il sera lancé le lundi 11 novembre à 8h00 CET lors d’un événement à Helsinki, en Finlande, qui réunira des experts, des décideurs politiques, des praticiens et des utilisateurs de services pour discuter du rôle des interventions artistiques dans les soins de santé. L’événement sera retransmis en direct.

Les arts et la santé tout au long de la vie

D’avant la naissance à la fin de la vie, les arts peuvent avoir une influence positive sur la santé. Par exemple, les jeunes enfants dont les parents leur font la lecture avant de se coucher dorment plus longtemps la nuit et ont une meilleure concentration à l’école. Chez les adolescents vivant dans les zones urbaines, l’éducation par les pairs basée sur le théâtre peut favoriser la prise de décisions responsables. Il peut améliorer le bien-être et réduire l’exposition à la violence. Plus tard dans la vie, la musique peut favoriser la cognition chez les personnes atteintes de démence. Il a été constaté que le chant, en particulier, améliore l’attention, la mémoire épisodique et les fonctions exécutives.

Les arts dans les soins de santé

Dans les établissements de soins de santé, les activités artistiques peuvent être utilisées pour compléter ou améliorer les protocoles de traitement. Par exemple, les activités artistiques peuvent être utilisées pour compléter ou améliorer les protocoles de traitement :
– On a constaté que l’écoute de la musique ou la création artistique réduisaient les effets secondaires du traitement du cancer. Elles réduisent notamment la somnolence, le manque d’appétit, l’essoufflement et les nausées ;
– Il a été constaté que les activités artistiques dans les situations d’urgence, notamment la musique, l’artisanat et le clown, réduisent l’anxiété, la douleur et la tension artérielle. Elles réduisent l’anxiété en particulier chez les enfants mais aussi chez leurs parents ;
– On a constaté à plusieurs reprises que la danse permettait d’améliorer de manière cliniquement significative les scores moteurs des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Certaines interventions artistiques peuvent être plus rentables que des traitements classiques

Le rapport souligne que certaines interventions artistiques produisent non seulement de bons résultats, mais peuvent également être plus rentables que des traitements biomédicaux plus classiques. Elles peuvent combiner plusieurs facteurs favorables à la santé en même temps. Elles touchent à l’activité physique et au soutien à la santé mentale. Certaines activités artistiques présentent un faible risque de résultats négatifs. Les interventions artistiques peuvent être adaptées de manière à être pertinentes pour des personnes issues de milieux culturels différents. Elles peuvent ainsi également offrir une voie d’accès aux groupes minoritaires ou difficiles à atteindre.
Alors que l’OMS étudie le lien entre arts et santé, plusieurs pays s’intéressent  aux programmes de prescription artistique et sociale. Grâce à ces programmes, les médecins de soins primaires peuvent orienter leurs patients vers des activités artistiques.

Considérations politiques

Le rapport présente des considérations politiques à l’intention des décideurs dans le secteur de la santé et au-delà, telles que :
– assurer la disponibilité et l’accessibilité des programmes “arts pour la santé” au sein des communautés ;
– soutenir les organisations artistiques et culturelles pour qu’elles intègrent la santé et le bien-être dans leur travail ;
– promouvoir la sensibilisation du public aux avantages potentiels pour la santé de l’engagement dans les arts ;
– inclure les arts dans la formation des professionnels de la santé ;
– introduire ou renforcer les mécanismes d’orientation des établissements de soins de santé ou d’aide sociale vers des programmes ou des activités artistiques ; et
– investir dans davantage de recherche. En particulier dans l’intensification des interventions dans le domaine des arts et de la santé. Evaluer leur mise en œuvre.

Définition des “arts

Le rapport a examiné les avantages pour la santé (par une participation active ou passive) dans cinq grandes catégories d’arts ? Celles-ci sont les arts du spectacle (musique, danse, chant, théâtre, cinéma) ; les arts visuels (artisanat, design, peinture, photographie) ; la littérature (écriture, lecture, participation à des festivals littéraires) ; la culture (visites de musées, de galeries, de concerts, de théâtre) ; et les arts en ligne (animations, arts numériques, etc.).

Pour accéder à la version anglophone de l’article, cliquez sur le logo de l’OMS

Robert Milton, un vétéran de l’armée britannique, utilise l’art comme thérapie pour faire face au SSPT


Robert Milton, un vétéran de l’armée britannique, utilise l’art comme thérapie pour faire face au SSPT

ABC Central Victoria
By Beth Gibson
25 septembre 2019


PHOTO: Anne turns to painting when she’s struggling to deal with her daughter’s PTSD. (ABC Central Victoria: Beth Gibson)


Après 25 ans de service dans l’armée britannique, le vétéran Robert Milton trouve maintenant la paix par l’art comme outil pour faire face au syndrome de stress post-traumatique (SSPT).
M. Milton étudiait à la Glasgow School of Art en Écosse lorsqu’il a décidé de rejoindre l’armée britannique en raison de problèmes familiaux et d’un manque d’argent.
Il a finalement servi 22 ans dans les Scots Guards et a été tireur d’élite pendant la majeure partie de cette période.

“Vous avez un fusil télescopique et vous êtes là pour les emplois où vous éliminez des cibles”,

a déclaré M. Milton.

“D’habitude, vous travaillez en territoire ennemi.”

M. Milton a servi pendant la guerre du Golfe, la guerre d’Irak et a effectué six missions en Irlande du Nord avant de venir en Australie pour enseigner le tir de précision dans l’armée australienne.
Plus tard, il est devenu photographe judiciaire pour le ministère des Transports de l’État de Victoria, où il a documenté des scènes d’accident, ayant assisté à plus de 150 décès en un an.
Lorsque M. Milton a été forcé d’arrêter de travailler à cause d’une blessure au dos, il a été paralysé par l’anxiété, la dépression et les flashbacks où il a revécu des expériences traumatisantes dans son esprit.

“Avec à la fois le sniping et le côté médico-légal, cela a fait des ravages incroyables, “Je pense que j’en suis arrivé à un point où si je n’avais pas de médicaments, j’avais de très mauvaises pensées. Je crois que je suis arrivé juste à temps.”,

a déclaré M. Milton.

“Je ne peux pas me passer de la peinture maintenant”

L’art comme thérapie pour faire face au SSPT.
L’art a toujours été une passion pour M. Milton tout au long de sa carrière et il a souvent dessiné des zones cibles et des scènes d’accidents.
Il a passé plus de temps à peindre et à dessiner après avoir reçu un diagnostic de SSPT chronique.

“Chaque fois que je fais de l’art, mon niveau d’anxiété diminue et je me sens plus heureux en le faisant. Je me perds dans le tableau et avant de savoir que c’est une journée entière passée. Même l’odeur de la peinture à l’huile et de la turpitude, il y a quelque chose qui vous détend”.

M. Milton a essayé d’aider d’autres personnes aux prises avec le SSPT et le stress en donnant une classe d’art hebdomadaire au RSL du district de Bendigo.
Il a enseigné l’art à des anciens combattants, à d’anciens travailleurs des services d’urgence et aux membres de leur famille. Tous avaient différents niveaux d’expérience en art.
David Flintoff a suivi le cours et souffre de SSPT depuis qu’il travaille à la Country Fire Authority.

“Au début, je n’ai rien dit et ma femme a beaucoup supporté “

a dit M. Flintoff.

“Un matin, elle a failli être projetée à travers le mur de la chambre quand elle a essayé de me réveiller d’une crise de colère hurlante.”

M. Flintoff a demandé de l’aide pour ses symptômes et a pris des médicaments et consulté un psychologue.
Il a trouvé que le dessin l’aidait à calmer son esprit lorsqu’il se sentait stressé.

“J’ai découvert qu’en faisant de l’art et du travail du bois, et en combinant les deux, cela m’occupe l’esprit”.

Un sens de camaraderie

Ann Wheelhouse s’est jointe à la RSL du district de Bendigo pour aider à traiter le SSPT de sa fille après son service militaire.
Mme Wheelhouse a dit que la dernière fois qu’elle a aidé sa fille à traverser un épisode grave, elle est rentrée chez elle et a peint pendant trois heures.

“Cela m’a complètement fait changer d’avis sur ce qui s’était passé toute la journée. Ma fille a aimé le voir après”.

Mme Wheelhouse a dit que la classe avait créé un sentiment de camaraderie.

“Vous réalisez qu’il y a d’autres personnes qui essaient aussi de trouver des moyens de se détendre et d’oublier des choses qui ne sont pas nécessairement ce qu’elles veulent dans leur vie. Robert est un professeur très encourageant. Même quand tu fais quelque chose de pourri, il trouve une bonne chose à ce sujet”.

“J’aurais probablement abandonné sans Rob.”

M. Milton s’est également dit passionné par la réduction de la stigmatisation liée aux problèmes de santé mentale dans les forces armées.
Il siège actuellement au comité du Euroa PTSD Wellness Centre, dans le nord de Victoria,. Récemment, il s’est rendu à Canberra pour faire pression sur les ministres afin d’obtenir du financement pour le centre.

“Parce que j’ai souffert pendant si longtemps en faisant toutes les mauvaises choses, je ne veux pas que les gens souffrent de cette façon.
Il y a des gens qui passent entre les mailles du filet, surtout les jeunes anciens combattants qui ne veulent pas être stigmatisés ou étiquetés. Ce sont les gens qui ont vraiment besoin d’aide”.

L’art comme thérapie pour faire face au SSPT.

Pour aller sur l’article original, cliquez sur la photo de Anne