La transformation est dans la relation des arts expressifs par Catherine Malchiodi

La transformation est dans la relation des arts expressifs
Un moment relationnel peut être à la fois réparateur et salvateur.
Par Cathy Malchiodi PhD, LPCC, LPAT, ATR-BC, REAT
Le 21 novembre 2018
La transformation et la réparation du traumatisme par la relation n’est pas un événement singulier ; elle implique de multiples moments qui soutiennent le développement de la confiance, de la sécurité et de la corégulation. La psychothérapie est l’une de ces expériences correctives parce qu’elle comprend une relation toujours empathique avec une autre personne qui peut réagir avec empathie à la colère, à la peur et à la méfiance de la personne traumatisée. La thérapie verbale contient des qualités relationnelles précieuses et efficaces telles que la prosodie bien choisie, le geste et le contact visuel.
La thérapie par les arts expressifs, cependant, ajoute quelque chose d’unique au travail avec les personnes traumatisées, en apportant naturellement des éléments sensoriels et corporels implicites à la dynamique psychothérapeutique qui ne sont pas toujours disponibles, même dans les échanges verbaux les plus qualifiés. Dans certains cas, l’introduction des arts expressifs peut être le seul point d’entrée possible pour développer et rétablir le lien avec les autres pour ceux qui sont activés par un récit personnel ou qui sont incapables de parler de détails liés à leur expérience, même à distance. C’est particulièrement vrai pour les personnes qui ont subi un traumatisme développemental, relationnel et interpersonnel.

Une mémoire de relation qui sauve des vies

Un client en particulier m’a appris beaucoup de ce que je sais aujourd’hui sur la relation psychothérapeutique formée par la thérapie par les arts expressifs. J’ai rencontré Christa pour la première fois avec sa mère Joelle et son frère Joey dans le cadre d’un programme d’hébergement en résidence. Pendant ses deux séjours dans un foyer d’hébergement avec sa mère et son frère Joey, j’ai vraiment cru que j’avais échoué lamentablement à aider Christa d’une manière significative à cause de son manque de réceptivité à mes nombreuses tentatives pour établir la confiance et la communication. L’impact du traumatisme développemental ne s’est pas résorbé avec son séjour subséquent dans une unité psychiatrique pour patients hospitalisés pour un traitement intensif de défis multiples. Les expériences de violence interpersonnelle et d’agression de Christa se sont poursuivies jusqu’à l’adolescence avec la prostitution de sa mère Joelle, malgré les tentatives des travailleurs des services de protection de l’enfance de retirer Christa et son frère de la maison. À l’âge de 15 ans, Christa a finalement décidé de s’enfuir de la maison pour échapper à plus d’agressions sexuelles et de prostitution. Son trouble dissociatif et sa dépression sont devenus si accablants qu’à l’âge de 16 ans, elle a envisagé le suicide. Mais elle a consciemment décidé de ne pas se suicider lorsqu’elle s’est souvenue de ce qu’elle a appelé plus tard un « souvenir salvateur » du temps passé au refuge avec son frère Joey dans nos séances de thérapie par l’art et le jeu. Ce souvenir lui a vraiment sauvé la vie ; grâce à cela, elle a réussi à se rendre dans un hôpital neuropsychiatrique universitaire et à se présenter pour un traitement stationnaire en signalant ses symptômes et son intention de mettre fin à ses jours au personnel hospitalier.
Une fois que Christa est devenue une patiente psychiatrique de l’unité des adolescents de l’hôpital, elle a insisté pour que les travailleurs sociaux affectés à son cas contactent « Dr Cathy » pour me faire savoir qu’elle se souvenait de « demander de l’aide » si elle se sentait en danger à tout moment dans l’avenir. Au début, les travailleurs sociaux ne savaient pas qui était cette personne jusqu’à ce que Christa ajoute : « Vous la connaissez peut-être. C’est elle qui a le nom de famille le plus drôle. Elle était mon art-thérapeute quand j’étais plus jeune. Nous sommes restés dans un grand refuge pour mères et enfants en ville. » À ce moment-là, il était facile pour les travailleurs sociaux de deviner que c’était moi, étant donné mon nom de famille inhabituel, mon identité d’art-thérapeute et mon travail antérieur sur la violence familiale.
Bien sûr, j’étais extrêmement curieuse et préoccupée par son état, mais aussi soulagée qu’elle soit à l’abri de nouvelles agressions et de la prostitution. Les travailleurs sociaux qui s’occupaient de son cas ont accepté de me rencontrer et Christa leur a donné la permission de partager son statut et des informations plus détaillées sur son traitement actuel. Mais ce qui m’a le plus intriguée, c’est ce qui a vraiment amené Christa à arriver à l’hôpital neuropsychiatrique dont je savais qu’il ne s’agissait pas d’un voyage facile en raison de son emplacement.
Ce qu’elle m’a écrit dans une courte note, je l’ai gardé jusqu’à ce jour parce que ce que Christa m’a dit m’a convaincue que la façon dont nous communiquons avec les individus, tant par des mots que par des indices non verbaux, importe toujours même lorsque les individus ne reconnaissent pas à ce moment-là que nous avons effectivement un impact sur eux. Elle a écrit : « Je sais que le Dr Cathy tenait vraiment à mon frère (Joey) et à moi. Elle m’a laissée m’asseoir à côté d’elle pendant qu’elle lisait des histoires à Joey et cela ne la dérangeait pas que je lui tienne la main ou que je pose parfois ma tête sur son épaule. Elle avait toujours le temps de jouer et de dessiner avec mon frère. Je ne savais pas dessiner à l’époque et je ne pouvais pas beaucoup parler. Elle voulait vraiment que je m’amuse quand elle et Joey jouaient à des jeux et dansaient sur de la musique. Mais elle a été patiente et m’a laissée regarder Joey dessiner et jouer. J’ai toujours su qu’elle nous aimait tous les deux et je veux qu’elle le sache. » Elle a inclus une image qu’elle a dit que moi seul pouvais comprendre ; c’était un petit collage sur « ce dont j’avais besoin » qu’elle avait eu du mal à faire pendant une de nos séances. Je me suis souvenue qu’en plus des besoins fondamentaux décrits (nourriture et maison), Christa cherchait sur de nombreuses photos l’image d’un visage ; bien qu’elle ne pouvait rien dire sur le visage qu’elle avait choisi, j’ai toujours senti qu’elle essayait de communiquer sa douleur émotionnelle interne qui était impossible à exprimer à voix haute. C’était évidemment une expression artistique importante pour elle, à tel point qu’elle a réussi à garder le collage en sa possession pendant plusieurs années après son dernier séjour au programme du refuge.
La lecture de cette dernière phrase de la déclaration de Christa m’a fait pleurer ; voir l’image du collage m’a rappelé de nombreux souvenirs de ce qu’elle et Joey ont enduré et survécu. Le fait que Christa ait aussi choisi de communiquer avec moi par le biais de cette image affirmait que même à une époque où elle était trop accablée ou dissociée pour dessiner ou créer, elle avait le sentiment qu’il y avait de la valeur à communiquer avec moi par l’art. Par-dessus tout, j’ai été stupéfaite que Christa se souvienne de tant d’interactions simples que j’avais initiées pour établir une relation, malgré toutes les réponses identifiables qu’elle m’avait données lorsqu’elle se trouvait auparavant au refuge en séance avec moi. Son message, son image et sa capacité à demander de l’aide m’ont convaincue que nous ne savons jamais vraiment à quel point nos interactions psychothérapeutiques peuvent être significatives et que nous pouvons établir des relations significatives même avec les personnes les plus gravement touchées. Le fait qu’elle ait utilisé le mot « amour » m’a fait savoir qu’elle ne se souvenait pas seulement, mais qu’elle ressentait aussi quelque chose de très puissant dans notre relation. Heureusement, elle avait réussi à conserver ce sentiment au cours non seulement de ses agressions sexuelles, mais aussi de ses propres luttes pour rester en vie.
Les enfants ne sont pas les seuls à m’avoir enseigné l’importance des moments relationnels pendant les arts expressifs ; au fil des ans, de nombreux adultes m’ont transmis des souvenirs similaires qui non seulement évoquent la relation psychothérapeutique, mais aussi les qualités sensorielles et implicites que les arts expressifs ont ajoutées à cette expérience. L’histoire de Christa me rappelle que l’un des sentiments les plus puissants et les plus bouleversants que l’on puisse avoir est de savoir que sa présence et son absence signifient quelque chose pour quelqu’un. Le travail relationnel, à son meilleur, se reflète à la fois dans la croyance de l’individu que le thérapeute valorise la personne non seulement pendant la séance, mais aussi longtemps après que la thérapie a pris fin. Dans ce cas, j’ai eu la chance de recevoir le cadeau d’être apprécié pour l’aide que j’ai essayé d’offrir pendant le traitement et d’être rappelée longtemps après la fin du traitement.

Pour lire l’article original en anglais, cliquez sur l’image

L’hôpital Sainte-Anne expose les œuvres de ses patients

hôpital Sainte-Anne – Un hôpital psychiatrique expose les œuvres de ses patients
Publié le 03/10/2017
par Pierre Pinelli
Pour ses 150 ans, l’hôpital Sainte-Anne présente 120 œuvres qui témoignent de la vie asilaire et des productions des malades. Bouleversant.
C’est le troisième accrochage dont nous profitons dans ce petit espace et, à chaque reprise, nous sommes agités de « waouh ! » et pris par l’émotion. Cette fois, les deux salles du musée d’Art et d’Histoire de l’hôpital Sainte-Anne rendent compte de la constitution de la collection de Sainte-Anne, au moment où le centre hospitalier fête ses 150 ans. Les œuvres présentées dans le premier acte (l’exposition se fera en deux temps) sont les plus anciennes.

Art des fous ou art brut ?

Elles furent réalisées entre 1858 et 1949. Comme le titre le catalogue de l’exposition, nous nous situons entre « art des fous et art brut ». Aussi y découvre-t-on cent vingt œuvres, qui témoignent à la fois de la vie asilaire et des productions de malades réalisées de façon spontanée ou avec l’encouragement de psychiatres. Les aquarelles faussement naïves d’Auguste Millet attestent un talent bouleversant. Certains, comme H.A.R., dont on ne sait quasi rien, impressionnent par la qualité de leur production.

“Un musée a toute sa place dans un hôpital”

C’est aussi le cas de René-Ernest Brédier, professeur de dessin hospitalisé dans les années 1940, incité à peindre par son médecin. « Ces œuvres sont protégées de toute tractation marchande car, depuis notre labellisation comme « Musée de France » [le seul existant en milieu hospitalier, ndlr], la collection ne peut plus être démantelée, souligne Anne-Marie Dubois, responsable scientifique et commissaire de l’exposition. Je suis heureuse de démontrer ainsi qu’un musée a toute sa place dans un hôpital. »


Elle était une fois, la collection Sainte-Anne.
Jusqu’au 26 nov., du mer. au dim., 14h-19h. MAHHSA, 1, rue Cabanis, 14e.
Entrée libre.
Catalogue Entre art des fous et art brut. La collection Sainte-Anne, coéd. Somogy-Mahhsa, 22 €.

© Dominique Baliko

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Télérama.fr