Robert Milton, un vétéran de l’armée britannique, utilise l’art comme thérapie pour faire face au SSPT


Robert Milton, un vétéran de l’armée britannique, utilise l’art comme thérapie pour faire face au SSPT

ABC Central Victoria
By Beth Gibson
25 septembre 2019


PHOTO: Anne turns to painting when she’s struggling to deal with her daughter’s PTSD. (ABC Central Victoria: Beth Gibson)


Après 25 ans de service dans l’armée britannique, le vétéran Robert Milton trouve maintenant la paix par l’art comme outil pour faire face au syndrome de stress post-traumatique (SSPT).
M. Milton étudiait à la Glasgow School of Art en Écosse lorsqu’il a décidé de rejoindre l’armée britannique en raison de problèmes familiaux et d’un manque d’argent.
Il a finalement servi 22 ans dans les Scots Guards et a été tireur d’élite pendant la majeure partie de cette période.

« Vous avez un fusil télescopique et vous êtes là pour les emplois où vous éliminez des cibles »,

a déclaré M. Milton.

« D’habitude, vous travaillez en territoire ennemi. »

M. Milton a servi pendant la guerre du Golfe, la guerre d’Irak et a effectué six missions en Irlande du Nord avant de venir en Australie pour enseigner le tir de précision dans l’armée australienne.
Plus tard, il est devenu photographe judiciaire pour le ministère des Transports de l’État de Victoria, où il a documenté des scènes d’accident, ayant assisté à plus de 150 décès en un an.
Lorsque M. Milton a été forcé d’arrêter de travailler à cause d’une blessure au dos, il a été paralysé par l’anxiété, la dépression et les flashbacks où il a revécu des expériences traumatisantes dans son esprit.

« Avec à la fois le sniping et le côté médico-légal, cela a fait des ravages incroyables, « Je pense que j’en suis arrivé à un point où si je n’avais pas de médicaments, j’avais de très mauvaises pensées. Je crois que je suis arrivé juste à temps. »,

a déclaré M. Milton.

« Je ne peux pas me passer de la peinture maintenant »

L’art comme thérapie pour faire face au SSPT.
L’art a toujours été une passion pour M. Milton tout au long de sa carrière et il a souvent dessiné des zones cibles et des scènes d’accidents.
Il a passé plus de temps à peindre et à dessiner après avoir reçu un diagnostic de SSPT chronique.

« Chaque fois que je fais de l’art, mon niveau d’anxiété diminue et je me sens plus heureux en le faisant. Je me perds dans le tableau et avant de savoir que c’est une journée entière passée. Même l’odeur de la peinture à l’huile et de la turpitude, il y a quelque chose qui vous détend ».

M. Milton a essayé d’aider d’autres personnes aux prises avec le SSPT et le stress en donnant une classe d’art hebdomadaire au RSL du district de Bendigo.
Il a enseigné l’art à des anciens combattants, à d’anciens travailleurs des services d’urgence et aux membres de leur famille. Tous avaient différents niveaux d’expérience en art.
David Flintoff a suivi le cours et souffre de SSPT depuis qu’il travaille à la Country Fire Authority.

« Au début, je n’ai rien dit et ma femme a beaucoup supporté « 

a dit M. Flintoff.

« Un matin, elle a failli être projetée à travers le mur de la chambre quand elle a essayé de me réveiller d’une crise de colère hurlante. »

M. Flintoff a demandé de l’aide pour ses symptômes et a pris des médicaments et consulté un psychologue.
Il a trouvé que le dessin l’aidait à calmer son esprit lorsqu’il se sentait stressé.

« J’ai découvert qu’en faisant de l’art et du travail du bois, et en combinant les deux, cela m’occupe l’esprit ».

Un sens de camaraderie

Ann Wheelhouse s’est jointe à la RSL du district de Bendigo pour aider à traiter le SSPT de sa fille après son service militaire.
Mme Wheelhouse a dit que la dernière fois qu’elle a aidé sa fille à traverser un épisode grave, elle est rentrée chez elle et a peint pendant trois heures.

« Cela m’a complètement fait changer d’avis sur ce qui s’était passé toute la journée. Ma fille a aimé le voir après ».

Mme Wheelhouse a dit que la classe avait créé un sentiment de camaraderie.

« Vous réalisez qu’il y a d’autres personnes qui essaient aussi de trouver des moyens de se détendre et d’oublier des choses qui ne sont pas nécessairement ce qu’elles veulent dans leur vie. Robert est un professeur très encourageant. Même quand tu fais quelque chose de pourri, il trouve une bonne chose à ce sujet ».

« J’aurais probablement abandonné sans Rob. »

M. Milton s’est également dit passionné par la réduction de la stigmatisation liée aux problèmes de santé mentale dans les forces armées.
Il siège actuellement au comité du Euroa PTSD Wellness Centre, dans le nord de Victoria,. Récemment, il s’est rendu à Canberra pour faire pression sur les ministres afin d’obtenir du financement pour le centre.

« Parce que j’ai souffert pendant si longtemps en faisant toutes les mauvaises choses, je ne veux pas que les gens souffrent de cette façon.
Il y a des gens qui passent entre les mailles du filet, surtout les jeunes anciens combattants qui ne veulent pas être stigmatisés ou étiquetés. Ce sont les gens qui ont vraiment besoin d’aide ».

L’art comme thérapie pour faire face au SSPT.

Pour aller sur l’article original, cliquez sur la photo de Anne

Il était une fois 28 millions d’euros sur Loi 1901.com


Parution dans lettre asso 794
10 septembre 2019
Il était une fois 28 millions d’euros
Il y a des contes qui ne font pas le compte. A l’issue du grand débat national, le président de la République avait promis un grand plan pour soutenir les associations et notamment les plus petites qui }œuvrent en milieu rural. Le grand plan vient d’accoucher d’une petite souris de 28 millions d’euros. Et c’est l’œil brillant d’émotion que le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation et de la Jeunesse Gabriel Attal l’a annoncé.
Les associations les plus modestes représentent environ 80% de toutes les associations, soit 1,3 millions d’associations. Une simple division nous donne un résultat édifiant : 21 euros par structure. Le Champagne va couler à flot.

Ces 28 millions d’euros ne seront pas distribués sous forme de subventions

De même, il est connu que les dirigeants ne savent pas bien gérer les oboles étatiques.
Les euros serviront à créer 4000 postes qui seront financés à hauteur de 7000 euros sur trois ans, principalement dans les territoires ruraux et les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Une simple multiplication nous apprend que 7000 x 4000 = 28 000 000. Le compte y est.
Pour respecter l’élément de langage le plus utilisé par les ministres en cette rentrée, cette répartition se fera en « totale concertation » entre les associations et les services de l’Etat qui définiront ensemble les priorités d’affectation. Vous êtes trop bon.
Par ailleurs, le « bébé Cadum » (1) de la vie associative nous apprend que « Les associations doivent aussi aller chercher davantage de financements privés. Par exemple, elles peuvent développer des activités commerciales qui financent leur activité d’intérêt général. »

Elles peuvent également mettre la clé sous la porte

Mais ça, il n’a pas osé le dire même s’il le pense très fort. M. Attal sait-il à combien revient annuellement la création d’un salaire chargé à plein temps dans une association ? 30 000 euros par an. L’aide de 7000 euros sera très appréciée, c’est certain.
Ah et pour ceux qui pensent, naïvement, que les 28 millions d’euros seront reportés d’année en année, je peux leur répondre qu’ils se trompent. Les euros ne sont prévus que dans le budget 2020 étalés jusqu’en 2022 et c’est tout.
Laissons M. Attal, nous expliquer, avec un indéniable talent pour prendre son interlocuteur pour un imbécile, l’essence de ce « grand plan » pour les associations. Dans une interview donnée au Parisien (2), M. Attal annonce :

« Les associations ont aussi besoin d’être soutenues dans leur travail quotidien. Les démarches qu’elles doivent accomplir sont trop complexes. C’est un vrai frein à la prise de responsabilité des actifs et des jeunes. »

Quel constat !

La suppression des emplois aidés

Le journaliste lui demande si la suppression des emplois aidés n’a pas été un handicap pour le secteur associatif. Bébé Cadum répond, droit dans ses mocassins : « Il y avait une forme d’hypocrisie avec les emplois aidés. Ils n’ont permis ni d’insérer durablement les personnes les plus éloignées de l’emploi, ni aux associations de pérenniser leurs activités. C’est vrai que leur transformation en parcours emplois compétences, plus contraignants, a pu gêner certaines structures. » Et ? Rien.

S’appuyer sur des recettes propres

Par contraste, pour justifier l’obligation faite aux associations de s’appuyer de plus en plus sur des recettes propres, le Secrétaire d’Etat donne deux exemples :

• « Une association de défense de l’environnement dans les Bouches-du-Rhône, par exemple, a créé un gîte écoresponsable, qu’elle loue à des particuliers.
• Une autre, qui accompagne des personnes migrantes, se finance en organisant des soirées de team building, qu’elle facture aux entreprises. »

J’attends avec impatience l’association d’aide à l’enfance qui, pour financer ses activités, gèrera un sex shop ou bien une association de protection des animaux qui animera des corridas. Ce qu’il faut retenir de ce « Grand Plan » pour les associations ? La même chose que ce qui reste du « Grand Débat National » facturé à hauteur de 12 millions d’euros aux contribuables : rien.

La gestion du vide était une notion à inventer en politique, c’est chose faite.

En savoir plus

Vous l’aurez compris, ce « Grand Plan » pour les associations m’a fait monter la moutarde au nez. 28 millions d’euros. Et ce d’autant plus quand le gouvernement envisage de dépenser 1.5 milliards d’euros par an pour un Service National Universel totalement inutile et condamné par une très grande majorité d’associations.


Service National Universel : premiers pas et premiers doutes
(1) Gabriel Attal : un Bébé Cadum au chevet des associations
(2) Gabriel Attal : Nous débloquons 28 millions d’euros pour les petites associations – l’article du Parisien
Préconiser l’entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

Pour aller sur l’article, cliquez sur l’image