Il était une fois 28 millions d’euros sur Loi 1901.com


Parution dans lettre asso 794
10 septembre 2019
Il était une fois 28 millions d’euros
Il y a des contes qui ne font pas le compte. A l’issue du grand débat national, le président de la République avait promis un grand plan pour soutenir les associations et notamment les plus petites qui }œuvrent en milieu rural. Le grand plan vient d’accoucher d’une petite souris de 28 millions d’euros. Et c’est l’œil brillant d’émotion que le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation et de la Jeunesse Gabriel Attal l’a annoncé.
Les associations les plus modestes représentent environ 80% de toutes les associations, soit 1,3 millions d’associations. Une simple division nous donne un résultat édifiant : 21 euros par structure. Le Champagne va couler à flot.

Ces 28 millions d’euros ne seront pas distribués sous forme de subventions

De même, il est connu que les dirigeants ne savent pas bien gérer les oboles étatiques.
Les euros serviront à créer 4000 postes qui seront financés à hauteur de 7000 euros sur trois ans, principalement dans les territoires ruraux et les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Une simple multiplication nous apprend que 7000 x 4000 = 28 000 000. Le compte y est.
Pour respecter l’élément de langage le plus utilisé par les ministres en cette rentrée, cette répartition se fera en « totale concertation » entre les associations et les services de l’Etat qui définiront ensemble les priorités d’affectation. Vous êtes trop bon.
Par ailleurs, le « bébé Cadum » (1) de la vie associative nous apprend que « Les associations doivent aussi aller chercher davantage de financements privés. Par exemple, elles peuvent développer des activités commerciales qui financent leur activité d’intérêt général. »

Elles peuvent également mettre la clé sous la porte

Mais ça, il n’a pas osé le dire même s’il le pense très fort. M. Attal sait-il à combien revient annuellement la création d’un salaire chargé à plein temps dans une association ? 30 000 euros par an. L’aide de 7000 euros sera très appréciée, c’est certain.
Ah et pour ceux qui pensent, naïvement, que les 28 millions d’euros seront reportés d’année en année, je peux leur répondre qu’ils se trompent. Les euros ne sont prévus que dans le budget 2020 étalés jusqu’en 2022 et c’est tout.
Laissons M. Attal, nous expliquer, avec un indéniable talent pour prendre son interlocuteur pour un imbécile, l’essence de ce « grand plan » pour les associations. Dans une interview donnée au Parisien (2), M. Attal annonce :

« Les associations ont aussi besoin d’être soutenues dans leur travail quotidien. Les démarches qu’elles doivent accomplir sont trop complexes. C’est un vrai frein à la prise de responsabilité des actifs et des jeunes. »

Quel constat !

La suppression des emplois aidés

Le journaliste lui demande si la suppression des emplois aidés n’a pas été un handicap pour le secteur associatif. Bébé Cadum répond, droit dans ses mocassins : « Il y avait une forme d’hypocrisie avec les emplois aidés. Ils n’ont permis ni d’insérer durablement les personnes les plus éloignées de l’emploi, ni aux associations de pérenniser leurs activités. C’est vrai que leur transformation en parcours emplois compétences, plus contraignants, a pu gêner certaines structures. » Et ? Rien.

S’appuyer sur des recettes propres

Par contraste, pour justifier l’obligation faite aux associations de s’appuyer de plus en plus sur des recettes propres, le Secrétaire d’Etat donne deux exemples :

• « Une association de défense de l’environnement dans les Bouches-du-Rhône, par exemple, a créé un gîte écoresponsable, qu’elle loue à des particuliers.
• Une autre, qui accompagne des personnes migrantes, se finance en organisant des soirées de team building, qu’elle facture aux entreprises. »

J’attends avec impatience l’association d’aide à l’enfance qui, pour financer ses activités, gèrera un sex shop ou bien une association de protection des animaux qui animera des corridas. Ce qu’il faut retenir de ce « Grand Plan » pour les associations ? La même chose que ce qui reste du « Grand Débat National » facturé à hauteur de 12 millions d’euros aux contribuables : rien.

La gestion du vide était une notion à inventer en politique, c’est chose faite.

En savoir plus

Vous l’aurez compris, ce « Grand Plan » pour les associations m’a fait monter la moutarde au nez. 28 millions d’euros. Et ce d’autant plus quand le gouvernement envisage de dépenser 1.5 milliards d’euros par an pour un Service National Universel totalement inutile et condamné par une très grande majorité d’associations.


Service National Universel : premiers pas et premiers doutes
(1) Gabriel Attal : un Bébé Cadum au chevet des associations
(2) Gabriel Attal : Nous débloquons 28 millions d’euros pour les petites associations – l’article du Parisien
Préconiser l’entrepreneuriat associatif : est-ce bien raisonnable ?

Pour aller sur l’article, cliquez sur l’image

Art-thérapie : La vogue des patients-artistes qui exposent leur créativité


Art-thérapie : La vogue des patients-artistes qui exposent leur créativité
Le malade-artiste parle ainsi « en son nom à lui. Et ça, c’est bénéfique, oui ! C’est même 50 % de la réussite. » Ces ateliers participent aussi de la « lutte contre l’exclusion de jeunes touchés par une maladie mentale », selon Franck Saintrap, art-thérapeute et psychanalyste.
Photos des oeuvres des patients visibles le 23 mai à l’hôpital de Sète. Photos : DR.
1 mai 2019
Par Olivier SCHLAMA
Cette discipline connaît un engouement sans précédent. De Toulouse à Sète en passant par Albi et Paris, les expositions de patients-artistes se multiplient. Plongée dans une discipline à la mode qui montre son efficacité.
…/…

L’art reste l’art.

Quelle que soit la santé mentale, seule compte l’émotion suscitée.
Quand on admire une peinture de Bacon avec ses visages morcellés ou que l’on est touché par une toile émouvante de Van Gogh, on se fiche pas mal de l’état psychique de leurs auteurs.

L’art réunit toujours.

Aussi, c’est aussi à Montfavet que l’on pratique l’art-thérapie dans les règles de… l’art. Par conséquent, ces art-thérapeutes et leurs publics « participent même régulièrement au off du festival d’Avignon », selon le professeur Jean-Luc Sudres.
Ce dernier, responsable pédagogique du D.U. art-thérapies à l’université Jean-Jaurès à Toulouse, et psychanalyste, cite également, parmi les expositions d’art-thérapies importantes, voire pérennes :
– Le service de psychiatrie adulte du CHU de Toulouse ;
– Le service des thérapies médiatisées à la fondation Bon Sauveur d’Albi et, bien sûr ;
– L’hôpital Sainte-Anne, à Paris, institution de la psychiatrie française qui, sous la direction de Anne-Marie Dubois, expose 150 d’oeuvres d’art de patients-artistes…

…/…

Faire comprendre à ces jeunes malades-artistes qu’ils font aussi partie de la société

« Inutile de rappeler ici la place qu’occupe l’art dans l’existence humaine. Il est d’usage commun aujourd’hui d’interpréter un geste artistique en tant que message ou parole, à part entière. »

C’est aussi plus simplement l’occasion « d’aller au musée, par exemple, de faire comprendre à ces jeunes qu’ils font aussi partie de la société. C’est un travail de fourmi mais qui paie. Cela crée une zone de confiance. » Y compris avec les familles, souvent désabusées par une psychiatrie où le médicament prend une place trop importante et où justement ces ateliers de création permettent de mieux comprendre l’importance d’un traitement.
…/…

Des effets positifs sur l’image de soi, la confiance en soi

En quinze ans de pratique, Luc Sidobre l’affirme : « Ces ateliers et ces créations sont de nature apaisante. » Certes, les troubles du comportement dont ils sont atteints, leurs pathologies ou leurs déficiences ne s’envolent pas miraculeusement mais ils « ont des effets positifs sur l’image de soi, sur la confiance en soi, etc. »
Cela permet aussi de développer des « habiletés sociales ». De s’exprimer, tout simplement. Une oeuvre n’est ainsi jamais bâillonnée même pour un ado trisomique qui ne peut pas parler. Ce qu’il ne peut pas dire avec des mots, il le dira différemment. Je pense à ce jeune qui a réalisé le museau bâillonné d’un animal », devenu une oeuvre qui ne l’est donc pas, bâillonnée.

« Dans les années 1960, on parlait de psycho-pathologie, pas encore d’art-thérapie. Cela servait aux diagnostics alors qu’aux USA, en 1968, on avait vraiment de l’intérêt pour le processus créateur et aux productions en tant que telles. Car il existe bien des patients qui réalisent des créations esthétiques »

Jean-Luc Sudres,
responsable du D.U. art-thérapies à l’université Jean-Jaurès à Toulouse,
et psychanalyste

Jean-Luc Sudres est l’un des papes de l’art-thérapie.

Il commence par l’envers du décor pour mieux valoriser la belle ouvrage : « L’art-thérapie est à la mode. D’ailleurs, dans les années 1970-1980, on aurait parlé de « gestalt », puis de bio-énergie. Aujourd’hui on parle de « pleine conscience » et de « méditation »…
Donc dans l’art-thérapie, il y a énormément d’écoles, de pratiques, de spécialités ou de disciplines, dit-il. Il n’y a pas de diplôme d’État mais seulement des diplômes universitaires (…) »
Et de poursuivre : « En France, dès la fin du XIXe siècle, il y avait une production artistique des « aliénés ». C’était de façon confidentielle voire clandestine. On peignait. On fabriquait des « tracés », etc. Pour aller très vite, ce qui a été utilisé en premier c’est la musique puis, les arts du spectacle ; la scène.

Dans les années 1960, on parlait de psycho-pathologie, pas encore d’art-thérapie. Cela servait aux diagnostics alors qu’aux USA, en 1968, on avait vraiment de l’intérêt pour le processus créateur et aux productions en tant que telles. »
Car, il existe bien des « patients-artistes qui réalisent des créations esthétiques. C’est ainsi que dans les années 1980, dans la veine de ce qu’a réalisé le ministre de la Culture de l’époque, Jack Lang, beaucoup a été fait pour la culture, certainement pas seulement la Fête de la Musique.
Il y a eu de tout, des expos sur le tag à la floraison d’ateliers en tout genre. Ainsi, à cette époque, les tout premiers diplômes universitaires d’art-thérapie sont apparus à Tours, Toulouse puis Paris », retrace Jean-Luc Sudres.
…/…

Jean-Luc Sudres termine son propos sur un fait « typiquement français » :

« Le vernissage et l’exposition d’œuvres de patients. »

Tout d’abord, il amène à se poser la question de savoir pourquoi ?
« Qui est le créateur de quoi et qui jouit de quoi ? » énonce le psychanalyste. En clair, l’art-thérapeute tient-il toujours compte de ses patients-artistes ? De leur volonté d’exposer ?
De… s’exposer aux yeux de tous ?
« Que ne dirait-on d’un psy qui exposerait à tous les notes de ses patients… ?
Il peut y avoir une perversité », professe Jean-Luc Sudres. Enfin, c’est la raison pour laquelle, tant à l’IES de la Corniche qu’à l’hôpital de Sète, c’est au bout d’un processus, d’un long cheminement que les patients-artistes acceptent ou non d’exposer.

L’art est un miroir intime.
Pour joindre l’article, cliquez sur l’image