Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

The British Association of Art Therapists (BAAT)Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.
____________________________________________________________________________

Le thérapeute s’attachera par ailleurs aux gestes de son patient, à la spontanéité de l’exécution, à sa façon de structurer l’espace pictural, d’organiser les formes, d’agencer les couleurs et d’associer les idées les unes aux autres. Au cours d’une séance, certains patients prendront ainsi conscience du sens caché de leur œuvre. Les couleurs utilisées pourront, par exemple, susciter en eux une émotion. De la même manière, les formes agencées pourront leur rappeler un souvenir douloureux, refoulé.

Devenir membre d’ATV

Nous contacter par courriel

Thématiques

L’artiste Joana Choumali recoud les blessures ivoiriennes

L’artiste Joana Choumali recoud les blessures ivoiriennes
Publié le 01/12/2017
Avec sa série de photographies brodées intitulée “Ça va aller”, l’artiste Joana Choumali exprime la difficulté des habitants de Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, à affronter leur souffrance psychologique après l’attentat terroriste de mars 2016. Son travail fait partie des oeuvres exposées aux Rencontres de Bamako, au Mali, qui se déroulent du 2 décembre au 31 janvier 2018.

Pourquoi avoir intitulé cette série d’œuvres Ça va aller  ?

“Ça va aller” est une expression couramment utilisée en Côte d’Ivoire. Elle traduit très bien la mentalité des habitants, avec cette force de l’optimisme. Nous pouvons parler de choses traumatisantes [le pays a connu une longue crise politico-militaire de 1999 à 2011], mais nous concluons nos conversations d’un “Cessons d’en parler, ça va aller”. C’est une bonne chose pour réussir à survivre, mais c’est aussi une mauvaise chose de nier ce qui est arrivé.

C’est ce qui s’est passé avec l’attentat perpétré par Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) sur la plage de Grand-Bassam, près d’Abidjan, qui a fait 19 morts le 13 mars 2016  ?

Cette attaque a été un choc pour moi. Je suis rentrée de l’étranger pour me rendre sur place. Je voulais interviewer des victimes pour un documentaire, mais je ne trouvais personne. Des psychologues étaient venus pour aider les habitants à se remettre du choc traumatique, mais très peu de personnes sont venues. Chacun avait repris sa vie quotidienne comme si rien ne s’était passé. Pourtant, ces spécialistes m’ont expliqué que, même s’il n’y avait pas blessures physiques, il fallait soigner les blessures psychologiques, souvent plus profondes. Mais chez nous, parler des blessures intérieures est perçu comme une faiblesse. Alors on n’en parle pas.

Comment avez-vous eu l’idée de faire ce projet  ?

J’avais pris plein de photos avec mon téléphone portable dans la ville et sur la plage. Et en les regardant, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de personnes seules ou de qui marchaient tête baissée. Ces photos se parlaient entre elles en exprimant des non-dits. Je les ai imprimées en 27 × 24 centimètres, et j’ai décidé de broder directement dessus, à la main, avec des fils de couleurs. Je voulais coudre comme pour réparer une blessure, une déchirure, et en ajoutant sur ces clichés des pensées, des utopies avec cette nouvelle couche. Pour moi aussi, cela a été un exercice cathartique, car voir Bassam frappé de cette façon était une blessure. C’est un endroit où je vais souvent en famille. Je trouvais aussi intéressant le décalage entre l’instantanéité de la photo et la lenteur de la broderie. Je ne pensais pas exposer ce travail, qui compte une quarantaine d’œuvres pour le moment. C’était un travail personnel pour exorciser une angoisse, mais il a suscité un intérêt.

Vous vouliez aussi dénoncer la différence de traitement médiatique entre un attentat en Afrique et un attentat en Occident ?

L’attentat de Grand-Bassam a vite été éclipsé dans les médias occidentaux par ceux de Bruxelles qui se sont produits quelques jours plus tard [ils ont fait 32 morts le 22 mars 2016]. Je le dis sans rancœur, mais personne, où qu’il soit dans le monde, n’est habitué à souffrir. C’est une souffrance universelle. Pour autant, j’ai choisi de ne pas avoir peur d’éventuelles nouvelles attaques terroristes en Côte d’Ivoire. Avoir peur, ce serait leur donner raison. Mais la vie continue, la vie gagne toujours.

Propos recueillis par Courrier international

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Courrier international

L’art comme thérapie du trouble de stress post-traumatique

L’art comme thérapie du trouble de stress post-traumatique
Par David Caron
Il y a quelques années seulement, Tina Pineau ne s’intéressait pas particulièrement aux arts visuels. Son âme d’artiste, elle l’ignorait complètement. Les murs de son modeste appartement à Saint-Isidore, dans la Péninsule acadienne, sont aujourd’hui recouverts d’œuvres colorées qu’elle conçoit dans son atelier. Pour elle, les arts sont beaucoup plus qu’un loisir, ils lui ont littéralement sauvé la vie. Elle souhaite maintenant partager son histoire pour inspirer les autres.

Tina Pineau aux bientôt 37 ans. Il y a quelques années, la femme ordinaire du Sud-Est a été diagnostiquée du syndrome de stress post-traumatique. Arhlète douée, Tina Pineau a consacré son adolescence à son sport préféré, la ringuette. Son talent exceptionnel lui a permis de représenter le Canada au Championnat mondial de la ringuette à la fin des années 1990. Sa vie a commencé à prendre un tournant dramatique à cette époque alors qu’elle a été agressée sexuellement par un homme après une sortie avec une amie à Moncton.

« J’étais une athlète fière. J’étais censée jouer pour l’Equipe du Canada et je n’avais pas le temps de dealer avec ça. Donc, j’ai fait comme si ça n’était pas arrivé. J’ai déménagé dans l’Ouest après ça pour m’entrainer pour l’équipe canadienne. Quand je suis arrivée à Calgary à 18 ans, je suis restée quelques mois, mais je ne me sentais pas à l’aise, donc je suis revenue au Nouveau-Brunswick. »

Quelques mois après, elle commence à travailler comme réparatrice des urgences 911, un emploi qu’elle exerce avec grande fierté, mais aussi un travail qui demande à ses employées de gérer des situations très urgentes tout en gardant son sang-froid.

« Les gens n’appellent pas pour leur télévision, ils appellent parce qu’il y a quelqu’un qui est en train de mourir ».

…/…
Quelques mois plus tard, son psychologue lui parle de l’art-thérapie. Cette forme d’expression dépasse ses attentes. Elle consacre plusieurs heures par semaine à créer des œuvres uniques. Au départ, elle commence simplement en s’achetant des produits au magasin à un dollar. La qualité des fournitures s’améliore au fil des mois.

« J’ai toujours aimé les couleurs. Quand j’ai essayé de comprendre, j’ai compris que les couleurs représentent les émotions. Les émotions ce sont des choses qu’on nous dit d’ignorer. On ne peut pas avoir de mauvaises émotions, c’est ça que la société nous dit. Quand j’explore tout ça, c’est ça qui sort. Quand je ressens quelque chose, je le mets sur papier. Je choisis une couleur, c’est de même que je commence. »

…/…

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de arcadie nouvelle