Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

The British Association of Art Therapists (BAAT)Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.
____________________________________________________________________________

Le thérapeute s’attachera par ailleurs aux gestes de son patient, à la spontanéité de l’exécution, à sa façon de structurer l’espace pictural, d’organiser les formes, d’agencer les couleurs et d’associer les idées les unes aux autres. Au cours d’une séance, certains patients prendront ainsi conscience du sens caché de leur œuvre. Les couleurs utilisées pourront, par exemple, susciter en eux une émotion. De la même manière, les formes agencées pourront leur rappeler un souvenir douloureux, refoulé.

Devenir membre d’ATV

Nous contacter par courriel

Thématiques

Sophie G. – SoF – Donner à soi et aux autres…

Sophie G. – SoF – Donner à soi et aux autres...
Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Ce Lundi, le petit grain de sable était toujours présent ! j’avais bien tenté et réussi à être en avance sur l’horaire mais malgré cela, cette fois c’était l’écran de la plateforme qui restait noir… C’est quand même incroyable, d’autant que j’attends ces rendez-vous avec grand intérêt et motivation. Je songe même à laisser mon ordinateur allumé la semaine prochaine pour parer à toute éventualité. Heureusement, Emmanuelle l’art-thérapeute est non seulement d’une grande patience mais traite aussi cela avec humour en m’assurant que c’est un des travers des art-thérapeutes (sans doute mon « côté artiste ») ! Comme chaque semaine nous commençons par échanger sur les récents événements d’abord personnels puis liés à la COVID-19 et aux répercussions que nous avons encore à vivre. Je reste toujours très surprise de l’individualisme qui règne autour de moi, et je peux même dire que j’en souffre quotidiennement dès que je me retrouve dans des lieux publics où malheureusement il nous faut bien nous rendre de temps en temps. Je dirais même mieux : Quand on ne peut plus faire autrement… Je pense tout particulièrement au travail. Mais l’art-thérapie me permet quand je la pratique avec mes patients de compenser cela, et je donne alors sans compter. Parfois même jusqu’à me mettre en danger niveau fatigue d’ailleurs…

Aujourd’hui, c’est une consigne d’Alice Albertini, qu’Emmanuelle me propose de mettre en pratique. Une consigne au titre « Ô combien évocateur » : Donner à soi et aux autres… Donner aux autres, il n’y a pas de problème, je sais faire… Mais me donner à moi ?!? C’est une toute autre histoire…

Je dois donc commencer par plier une grande feuille en deux pour dessiner ensuite la moitié d’un cœur sur une moitié qui devra par la suite faire miroir avec l’autre moitié. Puis je le découpe. Avec le matériel que j’ai choisi au préalable et sur le côté que je souhaite, gauche ou droit peu importe, Emmanuelle m’invite à me poser une première question :

De quoi avez-vous besoin ?

Autrement dit, représenter ce dont j’ai besoin en ce moment ? Je dois confier qu’à ce moment précis ce qui me vient à l’esprit n’est pas très réjouissant, et l’environnement tel qu’il est actuellement me donne plutôt envie de me retrancher dans mes livres, l’écriture, la musique et mon jardin ou aux côtés de mes personnes ressources que j’ai la chance d’avoir dans mon entourage. Tout le monde n’a pas ce privilège, j’en suis consciente. C’est ce besoin que j’ai voulu retranscrire sur ce cœur. Même quand je pense à mon travail au magasin, qui en ce moment du fait de la faible fréquentation n’est vraiment pas sensationnel, mes idées sont presque tristes, et ma moitié de cœur l’est aussi.

Ensuite, Emmanuelle me propose de passer à la partie miroir que j’avais gardée pliée de manière à ne pas être influencée par la composition précédente, (et le moins que l’on puisse dire, c’est que çà n’a pas été le cas…). La deuxième question est :

Que pouvez-vous donner ?

Qu’avez-vous à offrir aux autres ? Comment pouvez-vous contribuer ? Avec toujours le même mouvement, si rien ne vous vient en tête, laissez-vous aller à la création et quelque chose apparaîtra.

Tout s’est alors passé très rapidement. Les idées et les couleurs fusaient. Tout était plus fluide pour moi, plus doux et harmonieux sans que je ne m’en aperçoive forcément au début. En même temps que mon dessin prenait forme, je m’expliquais sur les raisons qui m’animaient. Écoute, empathie, « bientraitance » à la place de bienveillance (ce mot si branché, si proclamé et si peu respecté à la fois…), prendre soin de… Tous ces mots qui évoquent pour moi ce que j’ai à offrir à mes patients, se retrouvaient sur cette moitié de cœur aux côtés d’une horloge sans chiffres symbole d’un temps illimité à donner. Et pour finir mes humbles compétences artistiques et connaissances à partager.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Je prépare toujours les mêmes outils pour les ateliers passés avec Emmanuelle. Cela fait partie pour moi du rituel de ces moments privilégiés. Tout est à chaque fois placé au fur et à mesure au même endroit sur la table, et sur les meubles à proximité de manière que je puisse éviter de me lever. Priorité au processus de création ! Papier aquarelle 300 grs pour supporter toutes les techniques et les passages répétitifs du pinceau si nécessaire, craies aquarellables à la cire de chez Faber Castell, et feutres noirs Micron pour surligner ou écrire si besoin est… Et pour finir des pastilles de gouache aquarellables de la marque Faber Castell, trouvées au rayon scolaire, et cependant dotées d’une texture, et d’une texture incomparables. Parfois, il n’est pas nécessaire de posséder des outils luxueux pour éprouver du plaisir dans la création !

Une fois le cœur déplié, il m’a fallu trouver les similitudes entre les deux parties et rajouter une touche qui pourrait harmoniser un peu les deux parties. Il s’agissait alors de rendre la communication meilleure visuellement, de manière spontanée sans trop réfléchir, dans le seul but de laisser émerger les résonances.

Je ne voyais évidemment aucun inconvénient à la consigne, mais au premier regard rien, absolument rien ne les reliait. Un côté était sombre et triste à mes yeux et l’autre respirait la légèreté et la plénitude. Enfin c’est comme ça que je les ressentais, et c’est ce qu’Emmanuelle avait repréré bien avant moi … D’un côté le travail qui ne m’apporte rien en ce moment, et son lot d’aspects négatifs liés à la COVID-19 et ses répercussions, alors qu’au long de ces dernières années j’ai pris avec plaisir l’habitude de nourrir mon esprit à chaque instant via la formation, et de l’autre cette nouvelle vie au contact des patients. Une vie qui m’apporte tant et tant, à commencer par ces échanges avec mes personnes ressources qui m’aident tant face aux écueils que peuvent apporter de nouvelles problématiques. J’aime apprendre au contact des patients puis de mes guides. Pour harmoniser les deux parties, j’ai finalement opté pour les couleurs liées à la nature. Et c’est tout « naturellement » que les tons de vert sont venus s’installer de part et d’autre de ce cœur bien parti au départ…

Qu’avez-vous ressenti tout au long de l’évolution de votre création ?

Autant la première partie de ce cœur aura été laborieuse, autant la face miroir aura été fluide, et symbole d’harmonie tout au long de sa réalisation. D’un côté les difficultés, de l’autre, l’accomplissement et tout ce qu’il procure comme satisfaction et harmonie. Et même si cette création a débuté dans la difficulté, c’est sur un sentiment de satisfaction qu’elle me laisse.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Ce n’est pas ma production préférée parce que mon regard tombe inexorablement sur ce côté si tristounet, mais en même temps, il me rappelle à l’ordre sur le fait que je dois continuer à travailler dur pour trouver une solution qui me permettra de m’adonner à plein temps à ma pratique de l’art-thérapie. Un travail de fourmi certes mais tellement enrichissant et chaque jour un peu plus formateur, porteur de nouvelles rencontres : le seul qui pourra m’aider à oublier ce satané virus qui lui, ne semble pas près de nous oublier !

Sophie G. – SoF – La transformation de l’image de l’anxiété

Sophie G. – SoF – La transformation de l'image de l'anxiété

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Le stress lié au premier rendez-vous a disparu mais je ne sais pour quelle raison il y a toujours un petit grain de sable qui vient s’immiscer et je me retrouve systématiquement en retard même si c’est de quelques minutes. Le plus souvent c’est mon ordinateur qui me joue des tours et ne parlons pas de la connexion qui, comme par hasard devient compliquée le lundi matin. Heureusement, tout mon matériel est toujours fin prêt, et il est rare qu’il me manque quoi que ce soit.
Mais bon ! nous parvenons à nous retrouver au travers de l’écran avec Emmanuelle et c’est pour moi un moment de soulagement parce que de l’autre côté de cet écran il y a une personne qui se montre attentive à mes tourments qui va m’aider, avec qui je suis en confiance, et croyez-moi ! en ce moment ces personnes-là ne courent pas les rues… Peu importe la distance. Peut-être est-ce plus facile parce que nous nous connaissons depuis longtemps mais c’est un lien qui s’est construit tout naturellement malgré cette distance.
Après quelques échanges liés à ma semaine et mon activité d’art-thérapeute mais aussi de papetière, Emmanuelle me donne la consigne :

« Au centre de la feuille du carnet, tracer un cercle. A l’intérieur du cercle, avec le matériel de votre choix, vous allez représenter intuitivement votre anxiété. Vous pouvez dessiner ce cercle sur une page de magazine. »

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Je prends comme d’habitude mon cahier à spirales, spécial croquis, dont les feuilles un peu épaisses acceptent toutes les techniques y compris la peinture ou l’aquarelle. Un couvercle en plastique pour dessiner mon cercle : J’aime bien utiliser ce que j’ai sous la main et un simple couvercle, une assiette ou une tasse permettent de pratiquer sans se poser de question : Du moment que le cercle rentre sur la page, tout va bien ! C’est ce qui me relie à mes années scrapbooking où le principe est de se servir de ce qui devrait partir à la poubelle si on ne lui redonnait pas une seconde vie au travers de la production en cours.
Des feutres, les Papermate dont j’adore toutes les couleurs de plus en plus nombreuses que je m’amuse à collectionner. Ils sont réunis dans une même trousse et quand j’ai besoin d’écrire, je pioche les yeux fermés. La couleur qui tombe sera la couleur du moment et les couleurs se trompent rarement ! Pour changer je n’ai pas pris d’images ou de page de magazine. Je pratique énormément le collage et pour ces ateliers avec Emmanuelle j’éprouve le besoin de sortir de ma zone de confort. Je pense que je peux me le permettre. Encore une fois, je suis en confiance.
Et pour finir, toujours mes craies à la cire de la marque Faber Castell qui sont aquarellables et se fondent parfaitement bien, aussi bien que de l’aquarelle traditionnelle. Le moment où je les dilue au pinceau est source d’apaisement. Le résultat est toujours une belle surprise.

Qu’avez-vous ressenti tout au long de l’évolution de votre création ?

J’ai donc tracé un cercle avec mon couvercle en plastique à l’intérieur duquel Emmanuelle me propose de représenter intuitivement mon « anxiété du moment ». J’insiste sur « l’anxiété du moment » car on a toujours tendance à se projeter vers la semaine à venir ou vers les événements attendus aussi bien bons que mauvais, alors que durant cet atelier l’important est de privilégier l’instant présent.
Et les ressentis du moment ne sont pas très positifs ! Autour de moi au travail, le respect des gestes barrières est inexistant, ma grande fatigue est très certainement due à la reprise d’un emploi du temps qui ne prend plus en considération mon état de santé général. Je réalise à quel point ces semaines de confinement m’ont permis d’écouter et de prendre soin de mon corps et de ses douleurs au point qu’elles avaient tout bonnement disparu. Aujourd’hui les contraintes de la vie reprennent le dessus et cela se ressent dans ma production surtout au travers des couleurs que j’utilise et qui apparaissent sous mon pinceau.
Mais ce dessin où le rouge, le gris et le noir dominent, m’envoie quand même un message positif :

« C’est une image que je trouve belle malgré des ressentis négatifs et qui me dit que je peux transformer mon anxiété en quelque chose de positif… »

Une phrase que je reprends en cercle tout autour de ma production, comme pour circonscrire mes craintes toujours liées à la COVID-19 et à ses répercussions sur le travail, sans oublier l’ennui. Dès que je rentre chez moi où que je suis en rendez-vous avec des patients, nous prenons garde à respecter les règles sanitaires, je me sens plus en sécurité et en confiance et surtout la vie prend sens pour moi.
Emmanuelle me propose alors de prendre une autre feuille, et toujours avec le matériel, la forme et la technique de mon choix, de soustraire ou d’ajouter ce qui pourrait aider cette image à se sentir un peu mieux.
Bien entendu, les idées ne se font pas attendre : C’est toujours ma pratique de l’art-thérapie dans le sens où je peux prendre soin de l’Autre grâce à cette activité qui m’aide considérablement, tout comme tout ce qui est lié à son exercice, mes lectures, les formations que j’envisage encore de faire, cette collaboration avec Emmanuelle en tant que personne-contrôle et thérapeute qui se découvre dans son nouveau rôle et positionnement. Toutes ces idées se révèlent encore une fois sous la forme d’un arbre, l’arbre de vie, tel que je l’imagine. Les couleurs se font plus claires, plus douces. L’ensemble est tout à coup bien plus harmonieux et surtout plus doux !

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

J’éprouve vraiment le besoin de cacher la première production qui est en apparence très dure. Comme elle représente des idées récurrentes du moment, je dois pouvoir le faire aussi souvent que nécessaire. J’ai alors l’idée de les assembler par une attache parisienne. De cette manière, à chaque fois qu’une émotion négative liée à la COVID-19 ou au travail surviennent je peux aussitôt la recouvrir avec l’arbre de vie bien plus positif, plus doux et harmonieux et surtout porteur de belles idées et de beaux projets. Continuer à m’instruire pour toujours mieux prendre soin de l’Autre reste ma priorité absolue !
J’aime cette production que je vais pouvoir continuer à personnaliser comme à l’accoutumée et qui risque fort de rester toujours à portée de mains ou de regard…