L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique.
Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :
peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

L’Art-Thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés :

Arts plastiques : peinture, dessin, collage, modelage…

The British Association of Art Therapists (BAAT)Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation entre patient et thérapeute.
La pratique des arts plastiques sert à raconter, à mettre en formes, volumes, couleurs, sur un thème qui favorisera le lâcher-prise et ouvrira les portes de votre imaginaire.

Danse Mouvement Thérapie

On utilise le langage de la danse. Il est un moyen et non une finalité. C’est un instrument pour que le pratiquant puisse exprimer ses émotions. La technique est au service de l’expression. Elle est un support du langage corporel, car on s’exprime par le corps.

Dramathérapie

Comprendre et utiliser les mécanismes du jeu de l’acteur en vue d’une composition d’un personnage, d’un masque de soi-même. L’art-thérapie ajoute à l’art le projet de transformation de soi-même.

Musicothérapie

Musicothérapie active – Il s’agit d’un travail sur la communication non verbale. Le principe est l’ouverture de canaux de communication avec des personnes en rupture de communication. C’est un travail sur les productions sonores au moyen de la voix, les percussions ou autres. Le sujet devient créateur et s’exprime à travers la musique et les sons.
Musicothérapie réceptive – Une séance de musicothérapie réceptive associe trois fragments d’œuvres musicales dont l’audition successive constitue trois étapes thérapeutiques : apaisement, détente, relaxation.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre défini, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive.
L’art thérapie contribue à apaiser et métaboliser les souffrances physiques et psychiques par l’expression de la créativité artistique.

____________________________________________________________________________

Thématiques

« Loucura suburbana » un atelier d’art-thérapie à Rio de Janeiro

Loucura suburbana A l’hôpital psychiatrique, la folie du carnaval de Rio à l’état pur
09/02/2018
Auteur: Louis Genot
Source: AFP
RIO DE JANEIRO 09/02 – Plus on est de fous, plus on rit : ce proverbe a été pris au pied de la lettre par les patients d’un hôpital psychiatrique de Rio de Janeiro, dont le cortège de carnaval a attiré près de 1.500 fêtards.
Avec des déguisements multicolores de tigre, d’arlequin ou de pirate, plus créatifs les uns que les autres, cette foule bigarrée a rassemblé jeudi soir aussi bien des patients que leurs familles, des soignants et des sympathisants venus de toute la ville.

Sans compter des dizaines d’habitants du quartier populaire d’Engenho de Dentro, à moins de deux kilomètres du stade olympique qui a accueilli les épreuves d’athlétisme des JO-2016.

C’est là que se trouve l’Institut municipal Nise da Silveira, anciennement Centre Psychiatrique Pedro II, fondé en 1911 et rebaptisé par la suite en hommage à la célèbre psychiatre.

Disciple de Carl Jung, Mme da Silveira, décédée en 1999, a révolutionné le traitement des maladies mentales au Brésil, en humanisant les soins et en abolissant des pratiques agressives comme la lobotomie. Ses méthodes visant à re-sociabiliser les patients sont appliquées encore aujourd’hui, dans l’institut qui porte son nom.

En 2001, un atelier d’art-thérapie pour les patients a fini par se transformer en « bloco » de carnaval, un de ces cortèges défilant dans la rue au son de la samba, comme il en existe des dizaines, chacun ayant son thème propre. Son nom : « Loucura suburbana », qu’on pourrait traduire par « folie des faubourgs ».

« Le but était d’abord de faire participer les patients, puis de revitaliser le carnaval de rue dans ce quartier populaire, qui avait été déserté par les ‘blocos’ au profit des zones touristiques », explique Ariadne de Moura Mendes, fondatrice du cortège.

‘Je me sens libre’

Avant de déambuler dans les rues du quartier, les participants se retrouvent chaque année dans la cour de l’institut, tous déguisés.
Certains sont montés sur des échasses, d’autres portent de grands étendards de tissus décorés de couleurs vives.
André Poesia, 42 ans, échauffe sa voix. Ce patient schizophrène est l’un des chanteurs du groupe de musique dont le son est amplifié par les haut-parleurs installés sur une imposante camionnette.
« Le carnaval fait partie de ma vie. Notre ‘bloco’ montre qu’il faut dépasser les préjugés. Les fous sont aussi capables d’être heureux, de s’amuser », affirme ce métis souriant coiffé d’une casquette rose.
Monica, elle aussi schizophrène, trépigne d’impatience à l’approche du défilé. « Ici, je me sens libre! », s’écrie ce petit bout de femme noire de 42 ans, moulée dans un tutu fushia, qui arrête les passants pour les gratifier d’une bise sur la joue.
Un peu plus loin, vêtu d’un t-shirt vert à fleurs, Silas Gonçalves joue du tambour dans le groupe de percussions. « Je viens ici pour m’amuser, c’est super de se retrouver entre amis plutôt que de rester enfermé », dit cet homme de 52 ans, traité pour une addiction à l’alcool et à la cocaïne.
Pour Ariadne de Moura Mendes, « grâce au carnaval, les patients cessent de s’identifier en fonction des préjugés de la société, qui les voit comme des gens dangereux, inutiles, ou paresseux. Ils peuvent s’exprimer librement, ce sont de vrais artistes ».

Le maire en diable

Pour le défilé de « Loucura Suburbana », les patients préparent le défilé tout au long de l’année. Chacun trouve sa place, que ce soit dans les ateliers de percussion ou dans la confection des costumes.
Si un patient de l’hôpital ou un habitant du quartier n’a pas de déguisement, il peut s’en faire prêter un, des dizaines étant stockés dans un petit bâtiment qui servait auparavant de chapelle mortuaire.
Ancien patient passé à l’institut pour traiter une dépression, Marcio Inacio, 49 ans, s’est chargé de sculpter un géant de polystyrène à l’effigie de Marcelo Crivella, le maire de Rio, affublé de cornes rouges de diable. Un sacré affront pour ce pasteur évangélique fortement critiqué pour sa frilosité envers l’exubérance sensuelle du carnaval.
Cette caricature est aussi une critique envers les coupes budgétaires qui ont touché les services de santé, y compris le « bloco » Loucura Suburbana, qui, faute de financement public, a dû collecter des fonds sur internet pour défiler cette année.

Pour trouver la source de cet article, cliquez sur l’image

Qu’est-ce que l’art-thérapie ?

Prévention Santé
L’émission du bien être et de la santé
Qu’est-ce que l’art-thérapie ?
6 février 2017
Par Mylène Marion
www.art-therapie-grenoble.net
En premier lieu, je dirais que l’art-thérapie est un processus de soin ou d’aide plutôt qu’une méthode. Celle-ci utilise les outils du monde artistique comme moyen d’expression. (Chant, danse, musique, art-plastique, théâtre…) C’est une forme d’expression différente, lorsque parler est trop difficile ou que les mots ne reflètent pas ce qui est à dire. La parole n’est pas exclue mais n’est pas comme en psychothérapie le moyen proposé prédominant.
Exemple : « je parle, je parle mais cela ne veut pas sortir » A la 8eme séance elle dit : « j’ai mis le doigt sur quelque chose de très important » ceci en faisant un travail par le dessin et l’expression corporelle. Dans l’éphémère on parle de trace.
La créativité est au cœur du processus, elle est au service de l’expression. S’exprimer par la créativité permet de mettre en évidence la singularité de chacun. En donnant à voir l’inhabituel, en se connaissant mieux, on constitue un socle qui permet de meilleurs appuis, une meilleure confiance en soi et un renforcement de l’estime de soi. L’art-thérapie conduit l’individu vers une transformation positive de lui-même, favorisant la relation à soi et aux autres.

« Ça m’intéresse » Juin 2015

Les neurosciences le confirment depuis peu : « c’est dans ces temps « hors temps » que naît la véritable créativité. Au niveau du cerveau, un réseau particulier se met en route laissant éclore des associations d’idées, des divagations hors cadre, qui apportent des réponses à nos questions, des solutions à nos problèmes. »
La créativité est une sorte de pont qui permet aux émotions intérieures, aux blocages d’aller vers l’extérieur pour prendre une nouvelle forme et être observables consciemment.
L’art-thérapie ne se substitue pas à un traitement médical mais viendra en complément de celui-ci.
L’art-thérapie s’adresse à toute personne qui souhaite faire un travail sur elle-même pour aller mieux.
L’art-thérapie consiste à « Redonner aux choses du passé une valeur actuelle » nous dit R. Roussillon, c’est-à-dire d’aller chercher et faire ressortir à travers les créations et les échanges, ce qui fait blocage, qui nous empêche d’être épanouis. Des évènements, des représentations ou des schémas inconscients qui nous emprisonnent dans des fonctionnements et qui ne nous conviennent plus.
A cela j’ajouterais une citation de Lacan :

« tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime »

S’exprimer à travers l’art permet à la personne de se révéler, d’avoir des sensations, des émotions, de mettre en lumière des blocages… qui vont prendre sens dans le présent de la séance ou dans l’après coup. C’est un travail sur le sensoriel et la mémoire du sensoriel.
Lorsque le mal-être, les difficultés, la souffrance, sont représentés, extériorisés par le biais de la création, ils sont en quelque sorte mis à distance et ne collent plus à la peau. La personne peut alors progressivement les considérer comme un objet extérieur, leur parler et les hisser au rang d’objet de communication. Une problématique communiquée est déjà moins douloureuse, cela permet de prendre du recul et de relativiser.
On attribue l’origine de l’art-thérapie au peintre anglais, Adrian Hill, qui en fit le premier l’expérience en 1940. Tuberculeux et placé en sanatorium, il entreprit, durant sa convalescence, d’entamer une flânerie sur papier qui, au grand étonnement des médecins, lui octroya un rétablissement rapide. « Lorsqu’il est satisfait, l’esprit créateur […] favorisera la guérison au cœur du malade », écrivit-il. Intéressée par cette approche, la Croix-Rouge britannique l’utilisa avec ses patients. En 1950, les premiers programmes de formation en art- thérapie virent le jour aux États-Unis.
En France, il fallut attendre 1986, malgré une pratique bien antérieure, pour que le concept soit enfin reconnu par la communauté scientifique au cours d’un congrès international souligne Jean Pierre Klein.

Pour joindre le site, cliquez sur la photo