BMP – La force ne doit pas s’envoler

BMP – La force ne doit pas s'envolerJe prends mes crayons feutres et hop c’est parti. Ah comme j’apprécie d’écrire cela ! Ma Ricoré sur la table, un fond de musique et la fenêtre ouverte. Je n’avais pas besoin de courir partout et encore moins de porter un masque ! J’étais seule avec mes crayons et cette liberté de faire ce que je voulais comme danse sur ma feuille.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

La première chose que je devais dessiner était ce corps couché sur le coté, avec à côté ce poing fermé. Fermer car dedans toute la force y était maintenue. Celle-ci ne devait pas s’envoler. C’est ce qui me parlait sur le moment présent. J’aime bien quand le positif me parle dans ma tête, je voudrais qu’il ne s’arrête jamais !
Puis pour continuer mon esquisse, j’ai fait apparaître ce visage qui pense. Un visage qui me semble ne faire apparaître aucune émotion, mais pas si sûre. Tout est à l’intérieur de lui. Comme pour se préserver, se protéger. Pourtant dans l’autre côté de ma tête, je souhaitais faire apparaître des traits violents sur ce visage, qui nous fasse envoler par la force. C’est ce qui m’a parlé par la suite et cela je souhaitais le cacher à travers mes différents motifs. Tout serait passé inaperçu, tout serait resté dans la discrétion et moi je continuerais à aimer ce RDV avec mes crayons et à faire vivre ma production.
Je voulais faire danser mes formes, mes motifs même si on pouvait peut-être apercevoir une espèce de violence dans ma composition. Il y avait ce jeu de cache-cache entre la force, le désir, l’instabilité, le présent et profiter de ce moment présent et ce positif. Cette liberté de faire danser non pas mon pinceau mais mon crayon !
Pour les couleurs donc, du noir et du gris avec mes divers crayons feutres Faber-Castell PITT artist pen black. Je me suis amusée à faire apparaître différents motifs tout en faisant attention à laisser des espaces pour ne pas trop étouffer ma production par le trop plein de carrés de mes formes noires ou des autres formes.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon de papier HB,
Crayons feutres Faber-Castell PITT artist pen black 199…SC, F, B, S, M, B gris et noir

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Je regarde ma production, et je me sens élancée comme une danseuse étoile légère. Je ne sais pas où est ma tête. Je ne veux pas le savoir, j’ai bien trop angoissé de savoir ce que je vais y retrouver. Elle ne me manque pas, du moment que je peux encore dessiner moi ça me va !

BMP – Des chiffres entremêlés

BMP – des chiffres entre-mêlés
Un visage à la place du cerveau. Pas de peinture, mais une technique qui demande beaucoup de concentration. En effet je voulais essayer une autre recherche.
Je dois rattraper ce qui me semble envolé enfin du moins essayer de travailler, mais toujours avec le plaisir et garder un niveau. Peut-être aussi partir sur d’autres chemins de découverte élargir ce monde de formes et de couleurs, mais là je reviens sur la technique pour la concentration.
En attendant, je vais essayer cette idée car peut-être, la prochaine fois, j’y incorporerai de la couleur.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Mon esquisse était posée sur le chevalet et j’étais là assise sur ma chaise à l’observer. Dans ma tête, j’avais ce besoin de faire quelque chose de petit et de serré. Mais je n’avais pas trouvé.
Il y avait autre chose aussi, j’étais angoissée à l’idée de prendre mon pinceau. Mes mains tremblaient. Pour cette fois-ci je me sentais plus rassurée de prendre un crayon, car je souhaitais faire un travail minutieux même si je savais que cela demanderait beaucoup pour mes « lorgnons », mais cela n’avait pas d’importance, car le plaisir et le désir étaient là. Je prendrais mon temps tout simplement sans me prendre la tête et sans me poser des tas des questions. Enfin je vais essayer, mais l’écrire est déjà un premier pas.
Mon idée commençait à bourgeonner, l’idée était de remplacer les divers petits motifs au crayon noir, comme je l’ai déjà fait, par des chiffres emmêlés et entremêlés les uns dans les autres, très serrés d’une manière très minutieuse et régulière.
Il fallait aussi que l’on puisse apercevoir le plus de détails possibles de mon dessin, comme là pour les deux visages. Un  premier visage celui de la personne parfois vidée de son cerveau et l’autre qui me représente dans le présent, visage qui a pris la place du cerveau qui est enfermé dans une sphère de protection et qui fonctionne régulièrement sans trop de déraillement.
Je ne sais pas ce qui m’a pris quand j’ai fait naître cette ébauche, mais elle me plaisait, surtout cette sphère, cette protection. Ensuite pour dessiner le corps, cela m’intéressait moins, l’attirance était beaucoup moins présente. Pourtant j’avais ce besoin de faire tenir tout cet ensemble par une autre forme, même si celle-ci ne ressemblait à rien. L’idée était un grand cou. Il pouvait prendre une forme interminable ça ne me dérangeait pas. Cela permettait de tenir les deux visages, peu importe le nombre de chiffres que je devais y mettre ! Je trouvais cela rigolo. J’étais même tentée d’en mettre le plus possible.
Par contre, je ne devais pas perdre de vue ni ma sphère ni ce visage qui s’y trouvait en sécurité, qui fonctionnait bien et qui surtout ne déraillait pas, donc ça devait rester ainsi.
Quand j’ai commencé à faire apparaître mes chiffres, je devais le faire avec harmonie, tout en essayant de respecter les espaces, mais aussi en gardant cet effet de mélange et de minutie.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon de papier HB, Crayon Faber-Castell PITT artist pen black 199…SC, F, B, S, M, B gris.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Je regarde ma production et je reste silencieuse. Je me demande si je dois y rajouter des couleurs, mais je n’arrive pas à me décider, alors je le laisse tel quel. Je ne me sens pas mal. Par contre mes yeux fatiguent vite. Je dois m’organiser autrement. Mais j’ai pris plaisir et ça c’est le plus important. Je pense que j’en referais un autre mais encore plus grand et qui sait avec des couleurs.