BMP – La feuille de nénuphar dans tous ses états

BMP – La feuille de nénuphar dans tous ses états
Toujours dans l’esprit de l’automne, mais peut être plus dans des couleurs flashies.
C’est en revenant d’un RDV et c’est en passant par le Jardin botanique où je trouve souvent des trésors pour mes créations, que ce soit pour les ateliers à la TJM ou pour moi, que  j’ai trouvé cette feuille de nénuphar.
Bien évidement je me suis dit que j’allais en faire quelque chose, la refaire revivre dans des couleurs et des formes.
En la ramassant et en la ramenant chez moi, je n’avais pas vraiment d’idée, mais je savais bien que j’en aurais une, je devais juste laisser le temps.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre composition ?

Pour faire naître ma production, je me suis installée à la fois à l’extérieur et à l’intérieur.
Mon idée était de transformer cette feuille de nénuphar dans tous les états.
J’ai procédé ainsi :
1- J’ai pris une grande feuille, blanche de format 50 x 70 cm à grain fin, et je l’ai posée à plat sur la table.
2- J’ai pris ma feuille de nénuphar et je l’ai découpée légèrement avec un cutter.
3- Une fois cette étape terminée, j’ai posé la feuille sur la grande feuille blanche, j’ai pris des pastels secs et j’ai rempli les creux découpés, par de la couleur.
4- Une fois terminé, j’ai choisi des couleurs en bombe, et j’ai vaporisé autour de ma feuille de nénuphar, puis j’ai laissé sécher.
5- J’ai ensuite retiré la feuille de nénuphar et j’ai mélangé toutes les couleurs avec du coton blanc.
6- Je me suis dirigée dehors, avec ma feuille de nénuphar, ma grande feuille blanche colorée car là, j’allais mettre en place ma dernière idée, qui était de laisser plusieurs fois l’empreinte du nénuphar à plusieurs endroits sur ma grande feuille blanche et ça sur le motif qui était déjà bien évolué grâce aux divers mélanges du couleurs pastelles que je venais de faire juste avant. A chaque fois que je positionnais ma feuille de nénuphar, je la recouvrais de couleurs différentes. Tout en essayant de faire apparaître un motif nouveau qui reste dans la continuité du premier ainsi de suite.
Pour la touche finale, j’ai mis par-ci, par-là des petits rajouts aux couleurs pastelles aux endroits où il n’y avait pas assez de couleur.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin fait sur feuille de format de 50 x 70 cm à grain fin, bombes de couleur, feuille de nénuphar, pastels secs. Cutter.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Ma production posée sur le chevalet. Je me dis que tout cela, c’est juste à partir d’une feuille de nénuphar. Le mouvement, la gaieté et l’automne sont présents. Cela respire mieux dans ma tête.

BMP – Visage légèrement ondulé, comme enchâssé dans un arc-en-ciel

BMP – Visage légèrement ondulé, comme enchâssé dans un arc-en-ciel
Lorsque j’avais crée la composition que j’ai nommée “un corps, un cou, un cri”,

BMP – Un corps, un cou, un cri

j’avais pris plaisir à faire naître cette production. Ici, j’avais envie de m’y replonger. J’apprécie de mélanger les couleurs pastels, avec mes doigts. Je les vois disparaître sous mes doigts, doucement calmement et je remets une autre couche de pastel par dessus, ce qui me permet d’obtenir une autre nuance, et je recommence et je recommence. Je m’amuse avec mes couleurs. C’est du plaisir, je ne vois pas le temps passer.
Par contre il arrive que l’idée de ma création du départ varie. En général je ne reviens pas en arrière, car j’oublie. Quand je m’en aperçois, comme mon idée s’est envolée, j’apprécie d’en trouver une nouvelle et de rester sur le chemin des nouvelles découvertes.
Pour cette production c’est ce qui s’est passé. Mon idée du départ a disparu et donc j’ai continué sur une nouvelle idée pour finir ma composition.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Mon idée de départ était de dessiner un visage de profil et de le travailler avec les crayons graphiques. Je l’aurais fait évoluer au fur et à mesure, mais il n’était pas question d’y mettre des couleurs, enfin je crois, car rien ne me parle du tout ! De toute façon c’est du passé !
Tout ce que je sais, c’est quand je me suis levée ce matin, je voulais dessiner, aucun souvenir de couleur dans ma tête. J’ai commencé à travailler mon ébauche et mes yeux se sont arrêtés sur ces petits carrés de couleurs pastels et là j’ai craqué. J’avais mis de côté mon crayon graphique qui m’a servi à dessiner mon esquisse.
Concernant les carrés il y avait assez de couleur. J’étais étonnée. Donc ce visage, dans ma tête, finirait en couleur ? Moi qui me réjouissais à l’idée de me salir les mains !
J’ai donc pris le premier carré de couleur rose, puis celui de couleur jaune, puis celui de couleur violette, puis le vert. Je posais mon premier doigt dessus délicatement pour avoir une empreinte sur mon doigt. Puis je suis passée à y déposer le deuxième. Mais ensuite, je me suis laissée aller à glisser tous les autres doigts. C’était doux, ça glissait tout seul. là je voulais vraiment me salir et ce n’est qu’ensuite que j’ai déposé mes doigts sur la feuille. Je souhaitais profiter de ce moment. J’ai commencé à faire des petits mouvements saccadés. Puis j’ai repris d’autres petits carrés et j’ai refait d’autres nouveaux mouvements beaucoup plus travaillés. L’effet ondulé est apparu ce qui a fait apparaître la chevelure bien colorée pour ce visage. Je ne voulais pas aller plus loin. Il y avait ces petites marques blanches qui l’accompagnaient, qui l’habillaient et cela me plaisait bien.
Comme quoi l’imprévu peut parfois nous laissez sans voix.
Mais il y avait ce petit détail au niveau de la bouche qui me semblait bizarre mais tant pis, il était là, incorporé dans ma production.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon de papier HB, Carrés couleurs pastels, Conté à Paris.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Je regarde ma production, j’aurais tendance à la trouver tordue mais ce n’est pas grave. C’est le petit plus de son originalité. Je sens pourtant un petit fond d’angoisse, même si j’ai passé un bon moment. Je voudrais juste être plus capable de repérer ces petits signaux en moi, ainsi la vie !