BMP – Un drôle de petit bonhomme coloré

BMP – Un drôle de petit bonhomme coloré
Jouer avec les formes, les morceaux, les couleurs et l’inattendu !
Mais là je souhaitais travailler mes couleurs en mettant plus d’eau, sans pour autant tremper ma feuille.
Normalement en mettant plus d’eau, les couleurs devaient se mélanger entres elles. Il fallait « ce coup de main”.
Découvrir c’est bien, mais travailler c’est aussi important puisque cela permet d’évoluer.
Pour essayer de faire cet essai, mon idée de base était de dessiner de petit bonhomme bien coloré ! Un peu comme un arlequin.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

J’ai commencé par dessiner mon esquisse sur ma feuille blanche 36 x 48 cm avec mon crayon à papier.
Un corps bien élancé, avec des formes géométriques encastrées les unes dans les autres.
Légèrement robotique, avec un visage peu ordinaire ressemblant à une cagoule qui, par contre, est légèrement déboîtée du cou, ce qui n’enlève rien du charme de la production.
Pour les formes j’en souhaitais des grandes et des petites et dans tous les sens.
Pour les couleurs, j’ai procédé ainsi : j’ai mouillé ma feuille avec mon pinceau rond. Puis avec un autre pinceau plus fin je suis allée chercher ma couleur aquarelle que j’ai déposée directement sur ma feuille mouillée et je l’ai laissée s’étaler. Puis je suis allée chercher une deuxième couleur et j’ai procédé de la même façon. Puis j’ai repris mon pinceau rond et j’ai remouillé ma feuille et ainsi de suite.
Parfois j’y arrivais, ce qui veut dire que les couleurs se mélangeaient entre elles et parfois moins bien. Alors je remettais de l’eau avec mon pinceau mais ce n’était pas mieux ! C’est là que je me suis rendue compte que ma façon de faire n’était pas encore bien au point.
Mais ce n’est pas grave, j’apprends et je vais trouver, je vais chercher et ce que j’ai fait là, c’est déjà un début.
Mais à chaque fois que j’observais les couleurs se mélanger entres elles, j’appréciais, d’ailleurs je trouvais que cela allait trop vite, pas assez lentement et pas assez loin.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon à papier HB. Peinture aquarelle, crayons de couleur.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Je regarde ma production sur le chevalet, même si ce n’est pas tout à fait ce que j’ai souhaitais faire, je ne me sens pas dans tous mes états. J’ai cette soif de découvrir, de vouloir m’amuser, de profiter et de recommencer s’il le faut !
Ce bonhomme me fait rire car il me semble vouloir partir je ne sais où… Et pourtant il est bancal un peu comme moi. Mais il est fort et ça c’est important !

BMP – Feuille d’automne

BMP – Feuille d’automne
Les couleurs douces et apaisantes de l’automne, légèrement en mode cocoone chez moi, accompagnées d’un thé, ou d’un café.
Nos envies changent de goût et de couleur comme les feuilles sur les arbres, comme ce duo qui se rencontre pour passer l’automne ensemble.
Ce matin-là, je regardais dehors, j’observais les feuilles tomber, s’envoler de toute leur légèreté et je réfléchissais tout en buvant ma Ricoré. J’apprécie ce moment apaisant tous les matins. Pas trop de bruit, juste ce jour qui m’accompagne et qui se réveille petit à petit, un peu comme moi dans ces moments-là, avec par moment cette goutte de nostalgie.
C’est cet ensemble qui m’a donné l’idée de ce tableau.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Pour concrétiser mon esquisse mon idée était de mélanger ce côté apaisant que je rencontre le matin en observant au dehors le jour se lever, quelque soit le temps qui va se dérouler au fil de notre journée. C’est un peu une surprise sur laquelle nous n’avons aucune prise. Il suffit juste de laisser faire et d’observer et d’accepter ce que la vie et la nature nous offrent.
Une production où je mélangerais les premières couleurs de l’automne et ce petit moment de douceur, ce cocon que je sens par moment en cette période, en observant les couleurs, ce temps de l’automne, le tout rassemblé dans la forme d’une feuille.
J’ai donc dessiné la forme de ma feuille et j’y ai incorporé un corps à l’intérieur, légèrement assis et en boule, comme pour retenir cette chaleur et ce calme ressenti. J’en oublierais cette solitude qui est dans les couleurs diverses de l’automne !
Rester en boule pour ne pas quitter ce doux cocon.
Je savais que je devais travailler mes couleurs, que c’était le point important pour retranscrire cette atmosphère d’automne et de bien-être.
Je me suis vraiment amusée à faire des essais sur une feuille à côté. Je ne me lasserais jamais d’écrire que l’on a toujours des surprises, il faut juste prendre son temps. Je devais mélanger cette couleur jaune qui ne sortait pas de ma tête, ce matin-là, pour l’intégrer avec les autres tons, ramener et rappeler cette chaleur réchauffante comme celle du soleil. C’est un peu cela qui passe dans ma tête quand j’observe toutes ces couleurs différentes toutes aussi lumineuses.
J’ai fait les finitions au crayon noir, mais je ne voulais pas insister.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon de papier HB, peinture aquarelle. Encre liquide de couleur, coton.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Je regarde ma production et je me dis que cette saison d’automne est vraiment haute en couleur.
Dans ma tête, je ne me sens pas si mal et quand j’écris cela c’est déjà beaucoup.
Je reste nauséeuse mais ça ne me gêne pas, car j’ai passé un bon moment avec les couleurs, ce qui a légèrement diminué certaines angoisses, inquiétudes, mais pas l’attente.