Jeudi 8 – Vendredi 9 octobre – Journées mondiales de la santé mentale à Clichy

Affihe-santé-mentaleJeudi 8 octobre 2015 – 16 heures

Réunion animée par le secteur de psychiatrie adulte de la ville de Clichy
et par un représentant de l’Unafam

Maison des Associations

80 boulevard du Général Leclerc

Vendredi 9 octobre 2015 – 10 heures à 14 heures

Stand d’information sur le handicap psychique

Hôtel de Ville

Animé par le Conseil local en santé mentale

Journée mondiale de la santé mentale
En 2004, la Journée mondiale de la santé mentale mettait l’accent sur les liens entre santé mentale et santé physique. Les données dont on dispose aujourd’hui indiquent que les personnes atteintes de maladies mentales, et en particulier celles qui sont placées en établissement, présentent des taux de mortalité par cancer et par cardiopathie plus élevés que la population générale. Il existe des interventions qui permettent de réduire la détresse physique et mentale des individus et les pertes qu’elle cause à la société. Pourtant, on constate qu’il subsiste une proportion importante de personnes atteintes de troubles mentaux qui ne bénéficient pas du traitement dont elles auraient besoin. Dans la Région européenne de l’OMS, on estime que 50% des personnes dépressives et 20% de celles atteintes de schizophrénie ne reçoivent pas de traitement médical.
Sans santé mentale et sans bien-être, il n’y a pas de vraie santé
C’est en réponse aux préoccupations suscitées dans tous les pays par le lourd tribut prélevé par les troubles mentaux et à l’urgence d’améliorer les politiques de prévention et de traitement qu’est organisée la Conférence ministérielle européenne de l’OMS sur la santé mentale.
Cette conférence témoigne de la volonté des pays de s’inspirer des nombreux exemples existants de bonnes pratiques. Ceux-ci prouvent qu’il est possible de promouvoir la santé mentale et de prévenir ou de traiter efficacement la morbidité mentale.
Relever les défis, trouver des solutions
Mettre en place des systèmes de soins complets et efficaces, promouvoir la santé mentale de la population, faire en sorte que le personnel ait les capacités requises, et donner aux utilisateurs de services de santé mentale et à leur famille les moyens de se prendre en charge. Les Etats devraient adopter un plan d’action, qui soulignerait l’importance fondamentale de la santé mentale pour la qualité de vie.

Message du secrétaire général des Nations Unions

Bien que, dans notre esprit, les maladies restent distinctes et séparées, en réalité, les gens sont souvent victimes de multiples maux en même temps. Ainsi, de nombreuses personnes souffrent à la fois d’une maladie mentale et d’une maladie physique. Cette concomitance est particulièrement tragique pour certains groupes de population tels que les personnes âgées et les pauvres. En effet, les maladies tendent à se multiplier et à empirer avec l’âge ou lorsque l’on vit dans des conditions difficiles. L’explosion mondiale du VIH/sida, la réapparition de maladies qui avaient cessé de tuer, comme la tuberculose, et l’apparition de nouvelles infections ont mis en évidence les liens entre maladies physiques et dépression. On constate chez les malades concernés davantage de complications parce qu’une maladie mentale chez une personne atteinte d’une maladie physique qui met sa vie en danger non seulement accroît le degré de ses souffrances mais la rend, en outre, moins encline à suivre son traitement.
C’est pourquoi, lorsque l’on traite une maladie, il faut examiner la personne globale, dans tout son ensemble. Pour cela, ceux qui dispensent des soins de santé – mentale et physique – doivent conjuguer leurs efforts dans l’exercice de leurs responsabilités et mettre leurs compétences en commun. En cette Journée mondiale de la santé mentale, prenons l’engagement d’adopter une démarche holistique et de soigner en même temps le corps et l’esprit.”

Art-thérapie à Montréal

Logo France InfoPar Emmanuel Langlois
Dimanche 9 novembre 2014

Partie à 20 ans au Québec sur un coup de tête, la Française Annabelle Petit y monte aujourd’hui des projets artistiques avec des handicapés mentaux.

Rien qu’un petit grain de sable. La jeune femme n’oubliera pas ce soir de février 2004 où elle venait de manquer son bus à l’Université de Bordeaux 3. “En attendant le suivant, je suis tombée, par hasard, sur une annonce pour aller étudier au Québec, se souvient-elle. A part Céline Dion, les caribous et le sirop d’érable, je n’avais aucune idée de ce qui pouvait m’attendre là-bas !”

“Mon expressivité a explosé”

Plutôt que Montréal, Annabelle Petit, brunette pétillante, s’envole quelques mois plus tard pour Trois-Rivières, certes la troisième ville du Québec, mais rien d’autre qu’une grosse bourgade sur les rives du Saint-Laurent. “J’avais envie d’espace, mais cet endroit m’a d’abord fait peur par sa petitesse et son manque de diversité” confesse la jeune femme, qui y termine pourtant brillamment sa 3e année de licence en arts visuels. “En France, j’en avais assez de la théorie. Ici, mon expressivité a explosé : j’ai soufflé du verre, réalisé des sculptures en latex, tronçonné le bois ou testé la résine et la soudure. J’ai donné des choses de moi.”

Chaque année, un média différent

Son exposition de fin d’études décroche même le prix “Silex”, qui l’autorise à rester vivre sur le sol québécois. Des projets artistiques adaptés mais Annabelle commence à étouffer à Trois-Rivières. Deux ans plus tard, elle débarque à Montréal. La Française est aujourd’hui employée par l’association les “Compagnons de Montréal” pour monter avec des handicapés mentaux des projets artistiques. “Chaque année, on choisit un média différent, comme la photo numérique ou la mosaïque. On invite un artiste extérieur à venir travailler avec la communauté. Ensuite, l’expo se balade dans toute la ville.”

“Toujours être là pour les aider”

Annabelle reconnaît qu’elle a toujours été attirée par l’art-thérapie. Et qu’importe si ce public particulier réclame à l’équipe une énergie de tous les instants. “Ce ne sont pas des gens qui se lèvent le matin en se disant : “Génial, je vais monter un projet artistique !” D’eux-mêmes, ils n’auraient pas les capacités intellectuelles pour ça. Il faut toujours être là pour les aider à avancer, les motiver et monter les vernissages.”  Annabelle vit à Rosemont, l’un des quartiers les plus vivants de Montréal, à un quart d’heure à pied de son travail. Quant au virus de l’expatriation, elle l’a transmis jusqu’à sa famille : peu après son départ pour le Québec, son frère cadet est parti lui s’installer à Barcelone, où il a monté un atelier de microsoudure.

Lui écrire