« Si un individu s’expose avec sincérité, tout le monde, plus ou moins, se trouve mis en jeu. Impossible de faire la lumière sur sa vie sans éclairer, ici ou là, celles des autres »
Simone de Beauvoir – La force de l’âge

Ce livre est disponible à la bibliothèque Marguerite Durand

Catalogue de l’exposition du 19 mars 2016

Archives

Yann Moix, le révisionnisme familial face à la maltraitance

Yann Moix, ou l’exemple remarquable du révisionnisme familial face à la maltraitance
Les blogs
27/08/2019
Ce que les débats actuels autour du témoignage de Yann Moix révèlent c’est cette incapacité de notre société à penser la réalité de la maltraitance des enfants.
Par Hélène Romano
Docteur en psychopathologie au CHU Henri Mondor à Créteil

Ma pratique clinique s’inscrit en lien avec des activités de recherche et des partages de connaissances : conférences, enseignements dans différentes universités, colloques scientifiques, publications de près de trente livres et parution de plus de 300 articles dans des revues scientifiques référencées et des journaux grand public.

Le père et le frère dénoncent des allégations mensongères

La publication récente du dernier ouvrage de Yann Moix relatant les violences qu’il aurait subies dans son enfance. Cela a immédiatement conduit son père puis son frère à s’insurger. Ils dénoncent des allégations mensongères. Il n’aurait rien subi de grave. Il aurait tout inventé et ce serait lui qui aurait commis des violences de toutes sortes sur son frère ; son père n’ayant pas eu d’autres solutions que d’être “sévère” à son égard.
Les exemples des sévices cités par Yann Moix sont tellement impensables qu’ils nous confrontent à l’indicible et qu’il est bien plus supportable, psychiquement, de se dire qu’ils n’ont pas été commis. De victime, il devient donc “menteur”, “affabulateur”, “enfant ingrat face à des parents qui expliquent l’avoir assisté financièrement pendant des années”, etc.

Pourtant…

La prise en charge des enfants maltraités nous permet de savoir combien ce type de violences existe. Si souvent aucun professionnel n’intervient par banalisation, crainte de représailles, difficultés à croire que des parents qui paraissent si adaptés puissent dans le huis-clos de leur famille devenir de véritables bourreaux. Ces enfants grandissent donc comme ils le peuvent et dans un isolement total. Certaines fois en agissant sur leur fratrie ou sur leurs pairs des violences pour se dégager de l’impact traumatique des violences subies. Que Yann Moix soit accusé par son frère de violences n’est donc pas si surprenant s’il subissait des maltraitances parentales. Ces actes ne seraient qu’un symptôme réactionnel à ce qu’il subissait.

Le retournement de la culpabilité

Ce qui est significatif dans les débats actuels c’est ce retournement de la culpabilité sur celui qui révèle. Il devient désormais le mauvais objet, celui qui ose dire la vérité et qui va payer très cher pour cela.
Combien d’enfants malmenés, maltraités voire abusés dans des familles “bien sous tout rapport”, se retrouvent à l’âge adulte totalement rejetés par leur famille. Ils sont réduits à l’état d’objet expiatoire de proches incapables de la moindre remise en cause ?

Le révisionnisme familial conduit les parents à ne jamais se remettre en cause.

Ils affirment que leur enfant est un menteur, qu’il “exagère”. Ils prétendent qu’il a de faux souvenirs voire affirment qu’il présente des troubles psychiatriques. Stratégie identique relevée chez les auteurs et chez les avocats de personnes mises en cause dans des violences faites aux enfants.
Ce que les débats actuels autour du témoignage de Yann Moix révèlent c’est cette incapacité de notre société à penser la réalité de la maltraitance des enfants. Derrière les beaux discours politiques et les innombrables campagnes dites de prévention menées, la réalité sur le terrain reste la même. Elle est celle d’enfants sacrifiés au déni sociétal, d’adultes maltraités, d’enfants condamnés au silence et d’auteurs impunis.

Cette réalité dérange.

Elle conduit tant d’enfants et d’adultes maltraités à se taire, se mettre en danger, se faire souffrir par des conduites addictives de toutes sortes.
Yann Moix a survécu, à quel prix ? Seul lui le sait. Mais tant d’autres n’ont pas eu cette force. Ils ont terminé entre quatre planches de sapin par désespoir d’être rejetés, incompris. Ils sont irrémédiablement étrangers à ce monde qui ne veut pas entendre réellement leur souffrance. Combien d’enfants sacrifiés faudra-t-il encore pour que notre société prenne enfin soin des enfants maltraités ?
Révisionnisme familial face à la maltraitance

Pour aller sur l’article, cliquez sur le logo du huffingtonpost

L’inceste concerne 4 millions de Français, soit 2 enfants par classe

par Helena Ergisi
le 6 février 2019
L’inceste concerne 2 enfants par classe
Inceste, que justice soit faite : c’est le titre du documentaire diffusé hier à 20h50 sur France 5. Il retrace l’histoire d’Emelyne, de Christelle ou encore de Céline. Ces femmes racontent leur traumatisme et leur combat pour que le crime qu’elles ont subi soit reconnu par la justice.

Définition

L’inceste est défini comme étant le fait d’avoir des relations sexuelles entre un père et sa fille, une mère et son fils, un frère et sa sœur. Il n’épargne aucune classe sociale. Il concerne aujourd’hui 4 millions de Français, soit 2 enfants par classe en moyenne qui endurent ce crime familial à huit clos. Mais seuls 10% d’entre osent porter plainte et 2% finissent par obtenir la condamnation du parent abuseur.

C’est ce sujet tabou et encore très peu reconnu que l’émission Le monde en face sur France 5 a décidé de mettre en lumière. Le documentaire est intitulé : Inceste, que justice soit faite.

Audrey Gloaguen, la réalisatrice, est partie à la rencontre de quatre victimes d’inceste, aux âges très différents. Elles sont : la petite Lily, dont le prénom a été modifié pour garantir son anonymat, Emelyne, jeune pré-ado, et deux adultes, Christelle et Céline.

En plus d’insister sur le profond traumatisme de ces femmes, le documentaire évoque également la grande difficulté pour les victimes d’obtenir justice. C’est le cas de Céline, qui a été agressée par son père de 4 à 7 ans et qui a vu sa plainte classée sans suite. C’est comme dans 80% des affaires de ce type, où l’on peine à apporter preuves et témoignages. A 39 ans, elle aimerait au moins obtenir une confrontation avec celui qui n’a jamais reconnu les faits, l’accusant de mentir.

Pire, on apprend également à travers son témoignage que sa mère a encore des doutes sur ces accusations visant l’homme dont elle est séparée, mais qui reste son « grand amour, en dépit de tout ». « On a l’impression d’être jugé. C’est sa parole contre la mienne. S’il y a un classement sans suite, c’est qu’on l’a cru, lui, et pas moi », regrette Céline

« L’inceste est un cataclysme »

« Pour un enfant, l’inceste est un cataclysme. (…) Les victimes parlent de mort psychique. Un enfant qui parle se sauve la vie »,

rappelle dans le film Marie-Christine Grison, experte auprès des tribunaux.

Porter plainte ou non ?

Par peur de briser leur famille ou de ne pas être prises au sérieux, la quasi-totalité des personnes victimes d’inceste ont pris le choix de ne jamais dévoiler leur terrible secret. D’autres y parviennent lorsque celui-ci devient trop lourd à porter.
Abusée par son grand-père à partir de l’âge de 4 ans, Emelyne a attendu six ans pour en parler. Deux ans plus tard, l’homme est condamné aux assises à huit ans de prison. Mais pour obtenir entière justice, le combat fut rude et long. Notamment quand l’avocat de la petite fille a proposé à sa mère la correctionnalisation du procès. L’accusé est revenu sur ses aveux. Il ne reconnaissait plus que des attouchements.

Convaincre la justice

Car une fois le crime dénoncé, il faut alors convaincre la justice et bien souvent sans preuves.

Christelle, abusée par son père de ses 6 à 15 ans, a dû faire face à sept années de procédure.

« Je ne sais pas si on peut être un jour reconstruite, mais j’ai l’intime conviction que la reconnaissance de la justice est un pilier important de cette construction ».

C’est une ancienne directrice financière du Conseil régional du Centre.

Et puis, il y a l’histoire de Maé et de sa fille Lili âgée de 8 ans. Cette maman raconte la douleur de ne pas avoir vu ce qui se jouait sous ses yeux. C’est à 4 ans et demi que sa fille lui raconte le « jeu de la piqûre de moustique » que pratiquait sur elle un membre de la famille. Cela fait maintenant trois ans qu’elle se bat pour que l’affaire soit jugée. Après plusieurs reports du procès, l’enfant doit témoigner devant un parterre de juges et d’avocats. Il n’y a aucune certitude de voir le crime reconnu.

Cependant, aujourd’hui, 80% des poursuites pour inceste sont classées sans suite, faute de preuves… et l’inceste concerne soit 2 enfants par classe.

Pour aller sur l’article, cliquez sur l’image