BMP – Des couleurs dans une forme de mouvement de dissociation

BMP – Des couleurs dans une forme de mouvement de dissociation
Comme je travaille sur le livre « Gérer la dissociation d’origine traumatique », je continue donc dans ce même sens et mouvement j’écrirais que c’est un dessin pour clôturer le chapitre des limites.
Cette fois, c’est peut-être un dessin différent, moins violent et moins en morceaux. Par moment, je me dis qu’il faut apporter un peu de gaîté dans ce phénomène de dissociation.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre dessin ?

Pour concrétiser mon esquisse, mon idée était de rester dans le mouvement, la gaîté mais aussi dans une espèce de danse de dissociations, danse car quand j’ai des dissociations qui se suivent, ça me donne un peu cet effet là.
Pour donner du poids à cette esquisse, je souhaitais exprimer le fait que tout se passe en moi, que cela ne concerne pas la personne qui est à côté de moi, à ce moment-là. Mais que c’est un mouvement comme un défilé, quand les dissociations se montrent trop violentes.
J’ai donc commencé par faire apparaître un corps principal d’où sortent d’autres formes debouts, parfois légèrement dessinées, penchées sur le coté. Un peu majestueux comme le fait une danseuse dans une pose. Puis à cours de création, j’ai rajouté un visage principal qui maintient le corps principal et j’en ai fait apparaître d’autres, dans les divers mouvements qui retranscrivent les phénomènes de dissociation.
Pour les couleurs de mon esquisse, là je ne voulais que du coloré mais pas vraiment quelque chose de réfléchi, car les dissociations c’est cela, elles apparaissent comme ça, dans un mouvement non contrôlé, et hop elles repartent se cacher dans notre corps, notre cerveau, pour revenir.
Je voulais qu’on puisse changer de sens ma composition, mais tout en gardant ce mouvement. Je voulais retranscrire que les dissociations peuvent apparaître même en position allongée.
Tout dans les couleurs et le mouvement.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm.
Peinture aquarelle, crayons de papier : HB

Que ressentez-vous devant votre dessin ?

Quand j’observe ma production, je me dis que ce n’est pas certain que l’on puisse percevoir le phénomène de dissociation que je voulais traduire par ce dessin. Mais le mouvement est là et mon dessin est coloré.
Moi je sais ce que je voulais retranscrire mais cette fois-ci, comme je l’ai écrit, dans une façon plus construite et moins violente et j’y suis arrivée.
Après libre à chacun d’imaginer d’imaginer à sa façon. L’art c’est cela, une totale liberté.

BD – Atelier le Courage pour le Printemps des Poètes à Tours

L’atelier écriture sur le courage

BD – Atelier le Courage pour le Printemps des Poètes à Tours – Ecriture
Nous sommes toujours dans dans la continuité « du Printemps des Poètes », nous avons, ce vendredi 21 Février, démarré l’écriture de textes sur le courage, thème de cette année. Il y a eu un long temps d’échanges, qui nous a enrichi les uns et les autres.
Nous avons commencé par dire, chacune et chacun, comment en une phrase, nous pouvons exprimer ce que ce mot suscite en nous.
Puis, nous avons réuni ces phrases, pour en faire un texte qui tienne debout. Nous avons utilisé 4 feuilles, pour écrire ces phrases et nous avons ajouté des couleurs.
Nous avons pris plus de temps que prévu, sur ce travail. Nous voulions vraiment mettre en valeur les mots et leur compréhension.

L’atelier dessin sur le courage

BD – Atelier le Courage pour le Printemps des Poètes à Tours – Dessin
Puis nous sommes passés à la partie dessin. Nous avons rajouté un peu de couleur, fait du découpage avec une mise en forme plus travaillée.
Le but des finitions est de bien mettre en valeur les textes, pour attirer l’attention des personnes qui seront à l’exposition.
Toutes les personnes présentes autour des tables, ont vraiment pris conscience de ce travail sur le courage. Les échanges divers ont contribué à enrichir leur manière de percevoir cette notion.
Malgré le travail qui nous restait à faire, ce fut un atelier qui s’est passé dans la détente et dans l’écoute.
Il ne nous reste plus qu’à mettre tout ce travail en valeur par le biais numérique.
Je suis ravie d’avoir pu faire participer les jeunes à cet événement.
Ce sont des personnes qui en veulent et qui veulent y arriver, qui essayent de surmonter toutes leurs difficultés pour avancer et ça pour moi je dis bravo !