Concours Webassoc : « La plus belle histoire de don »

Belles Histoires de Don : #merci2017

3 – La 2e plus belle histoire sélectionnée par le public :

Webassoc.fr avec Art Therapie Virtus

Aider les autres donne de la force

« Je suis Béatrice (BMP) et je suis dissociée suite à des séquelles de mon enfance, ayant subi de multiple violences sexuelles aussi bien psychologiques et physiques . Je suis toujours sur le blog un régal :)) http://artherapievirtus.org/RAIVVI/ sur et pour la meilleure entraide possible entre victimes de viols par inceste adultes et leurs allié-e-s grâce à nos échanges sur ce blogue. Une communauté virtuelle. Un blogue collaboratif pour que vous puissiez en faire un lieu de mémoires, rassembler les morceaux de votre vie, retrouver ceux que les parties dissociées rendent invisibles. c’est là, sur ce blogue, que je dépose mes tableaux, délicatement au petit matin pour apporter comme un premier rayon de soleil aux personnes qui se lèvent tôt et qui vont se balader dans ces tableaux et esquisses. Ce sont des formes, ce sont des couleurs dessinées de multiples façons qui volent dans tous les sens. Je me sens entourée du soutien des personnes qui ce trouvent sur ce blogue, en particulier avec Emmanuelle, que j’’appelle mon arc -en- ciel de couleur .
Je me bas toujours contre mes troubles dissociatifs , une situation qui reste fragile. Des hauts et des bas sont toujours omni-présents. Et ce blog m’aide énormément à évoluer et panser mes blessures.

Je me suis dit et pourquoi ne pas essayer de transmettre ce que j’apprends sur le blogue : le dessin , l’art-thérapie, pourquoi ne pas aller aider à ma façon, en allant donner un peu de mon temps auprès des enfants malades à l’hôpital et tenir compagnie aux parents qui les accompagnent, les rassurer . Et c’est à partir de là que je suis rentrée à l’association des blouses roses de l’Indre et Loire. Ce que je trouve formidable et ce qui me fait beaucoup de bien c’est d’avoir un sourire d’un enfant au bout de ses lèvres même si celui-ci est petit mais il est là, et de voir leurs yeux qui pétillent de joie à la fin d’une réalisation d’un dessin. Eux qui ont parfois peur du milieu hospitalier et des médecins.
Ce que j’aime, c’est de recevoir une leçon de vie venant de ses enfants tous différents avec leurs personnalités, car ils existent tous selon leur façon d’être. Entendre leurs rires, les entendre parler, les voir se déplacer, même si parfois pour eux ça reste difficile c’est le plus beau rayon de soleil que je ramène chez moi à chaque fois, et c’est ce qui me permet de tenir debout et de continuer de me battre contre mes troubles dissociatifs et surtout à continuer de partager mes tableaux sur le blog Art-Thérapie Virtus mes tableaux. Ce sont tous ces petits détails, qui pour certains ne sont rien mais qui pour moi représentent les mots « vie et vivre ». Quand je peins je réfléchis avec mes pinceaux…. »

Une histoire racontée par Béatrice Dromas, pour l’association Art Therapy Virtus, sur Facebook, le 9 juin

 

BMP – Silence


Ici sur ce tableau, j’ai essayé de représenter le mot silence dans le bon sens « qui ne me fait pas souffrir », le silence qui est bon pour moi.
Par exemple le silence que je dois garder pour me protéger envers les administrations etc.
Le silence sur lequel je dois prendre le pouvoir, que je ne dois pas laisser me remettre dans mon passé, dans l’abandon.

Comment avez-vous dessiné ?

J’ai commencé par dessiner ce côté « interdit de faire du bruit », provoquer des scandales ; je pense à mes parties émotionnelles en écrivant cela. Je parle de mon côté Béatrice adulte qui doit garder le silence (protection), c’est pourquoi j’ai dessiné le signe interdit, et le bruit je l’ai représenté par cette forme de haut parleur.
Puis je me suis dit : il me faut une forme de visage, la forme cela me permet de mettre dans le présent, dans la situation actuelle. Chut tais-toi, protège-toi, gère ton silence ; ce n’est pas lui qui te domine et te paralyse…
Pas d’yeux et d’oreilles, car ils sont inexistants dans la réalisation de mon esquisse sur le moment où je la réalise.
Pour le manteau en aquarelle, je ne voulais aucune couleur car dans ma tête ça aussi c’est absent. Je me suis contentée de la couleur ocre et de la couleur terre d’ombre brûlée, ce qui me fait souffrir et qui me tétanise. (brûlée)

Matériaux utilisés :

Aquarelle réalisée sur feuille de format de 50 x 70 cm à grain fin.
J’ai utilisé les couleurs aquarelles suivantes : blanc de Chine, terre d’ombre brûlée, jaune ocre, rouge cramoisi, gris de Paynne.
Pour les finitions crayons Art Grip Aquarelle

Qu’avez-vous ressenti ?

Dans ma tête je n’oubliais pas cette phrase d’Emmanuelle :
« J’aimerais que vous compreniez le silence comme une protection maintenant et non comme un rejet, un abandon. Ce silence nécessaire pour obtenir de la part des administrations, des décisions en votre faveur est un silence choisi par vous. «
Je lisais cette phrase je voulais que mon cerveau l’intègre comme une protection, je me le suis marqué sur une feuille pour ne pas oublier.
Mais ce mot rejet et abandon me minaient et c’est la frayeur qui m’a emportée ; je me suis vue partir dans le noir mais je ne sais pas où, et le blanc. Plus de repère à mon retour de Béatrice. Donc une pause, j’ai bu un grand verre d’eau glacée, mais je ne ressentais pas vraiment le froid.
J’ai fait un exercice du toucher, écouter de la musique. Difficile de reprendre tous mes repères. J’arrive moins en ce moment à bien rester connectée à mon cerveau sans que celui-ci disparaisse.
Puis j’ai repris mon aquarelle, j’avais relu l’écrit d’Emmanuelle qui était sur la feuille près de moi. Je sortirais le mot « protection » pour définir cette situation.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

J’ai du mal, les mots ne viennent pas. Je ne sens rien en moi blocage. Béatrice est bien là mais ça ne va pas plus loin dans ma tête, c’est effrayant j’ai cette impression que mon cerveau n’est pas connecté. J’ observe de loin cette aquarelle et c’est aussitôt la terreur qui rapplique.
Je dis ce mot est dessiné sur feuille, une trace est là. Je pourrais le relire pour ne pas l’oublier… j’ai plus rien là ça bloque…