RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Avertissement

Il n’y aurait que moi je mettrais mes dessins en privé, mais bon à l’art-thérapeute de voir. Les personnes ne respectent pas la règle du blogue : ne pas copier, collé.
Je veux bien servir d’exemple mais je ne veux pas servir de jouet ou je ne sais quoi d’autre. Les personnes ne me connaissent même pas et ne s’occupent pas de ce que je peux ressentir !

Peut-être serait-il nécessaire de rappeler les règles de ce blogue, ça fait partie des limites ça non ! Bonne journée.

L’art-thérapeute décide de mettre les dessins en privé car en ce moment nous travaillons sur les limites et elles doivent être respectées. Avis au copilleurs !
Si la personne qui pille est la même que celle qui pique les ateliers des consœurs sur Facebook, attention nous allons porter plainte.

« Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux présentés sur le site Art-Thérapie Virtus est destiné à un usage strictement privé.
Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l’auteur constitue une contrefaçon susceptible d’entraîner des sanctions à votre encontre.
(articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle). »

livre gérer la dissociation

Exposition à Tours – 22 novembre-1er décembre 2019

Affiche Migrants
Exposition Galerie Neuve 22 novembre-1er décembre

Thématique

Nous écrire

Adhérer à l’association ATV

Faire un don

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

1ère exposition – Samedi 19 mars 2016

Exposition-témoignage sur une dissociation post-incestuelle :
Décomposer pour survivre – Recomposer pour vivre
Le fil rouge de l’exposition est constitué par les travaux artistiques d’une femme qui, victime de viols par inceste et de maltraitances pendant de nombreuses années, a développé une dissociation psychique.
La chronologie des dessins et autres créations permet de mesurer d’une part les conséquences de ces maltraitances sur le psychisme, d’autre part de redonner espoir aux personnes dissociées suite à l’exposition prolongée à des situations traumatisantes : il existe des espaces de liberté pour briser le silence et ce faisant, exister et recomposer son identité.

N’oubliez pas que derrière des syndromes post-traumatique graves,  il existe une personne qui demande à être regardée telle qu’elle est, comme elle est et qu’elle ne veut pas être regardée comme un rat de laboratoire où comme une personne qui amuse « la galerie ».
N’oubliez pas que cette personne n’a jamais demandé  à subir toutes ces conséquences post-traumatiques tous les jours. Elle n’a pas demandé à être violée, à être battue à mort, à être une chose et j’en passe. Elle ne demande qu’à être elle simplement et à être regardée ainsi, comme toute personne a le droit d’être regardée et respectée.

BD

BMP – Défi n° 3 – La couleur

BMP – Défi n° 3 – La couleur

Voici le troisième défi. Vous avez jusqu’au mardi 7 avril à minuit pour y participer. 🌸 Les couleurs sont les touches d’un clavier, les yeux sont les marteaux, et l’âme est le piano lui-même, aux cordes nombreuses, qui entrent en vibration 🌸 . (Wassily Kandinsky, Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier (1911))
Les couleurs seront au cœur de ce 3ème défi.
Que vous inspirent – elles ? Que disent-elles de vous, de vos humeurs, de vos envies ? Quels souvenirs vous évoquent-elles ? A quelle autre sensation l’associez-vous ?
Explosion de couleurs ou monochrome, laissez-la s’exprimer.
Avoir une peur bleue, la main verte, rire jaune, voir la vie en rose, broyer du noir, en voir de toutes les couleurs, se mettre au vert….
Reprenez des couleurs, vous avez carte blanche ✊ ✊.

Je dirais que pour ce défi je me suis sentie plus en confiance. Je me suis lancée avec moins d’angoisse que pour le deuxième. Explosion de couleurs : cela me plaisait bien, surtout qu’en ce moment on en a tous besoin.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Dans ma tête j’avais l’idée de faire apparaître une fleur entourée de diverses couleurs.
Une fleur, comme une fleur de lotus, mais portant ma marque. Mon autre idée était de jouer avec les couleurs mais aussi d’y incorporer plein de petites bulles mélangées dans des sables de couleurs. Mon idée était certes un peu complexe à réaliser, mais je voulais essayer. Je voulais absolument créer ce mélange, pour rajouter un petit relief à ma création.
J’ai donc commencé par dessiner la fleur qui pourrait être une fleur de lotus ou de nénuphar, en fait un mélange des deux.
Une fois mon esquisse terminée, j’ai donc rajouté de la couleur, avec de la peinture aquarelle, en essayant de faire un ensemble assez homogène, en choisissant des couleurs qui créent de la gaîté et un mouvement de vie.
Puis, pour mettre en valeur les formes de ma fleur, une fois la peinture terminée, j’ai repassé sur les traits qui ont été fait au crayon de papier, de la couleur avec de gros feutres.
Une fois toutes ces étapes terminées, je suis passée au collage avec du sable de couleur et pour faire apparaître toutes mes petites bulles.
J’ai mis ma feuille à plat sur la table, et j’ai passé de la colle en bombe sans trop la secouer, ce qui a permis, quand celle-ci s’est déposée, sur ma feuille de faire apparaître des petites bulles blanches ;  et c’est tout de suite après que j’ai déposé mon sable de couleur, en faisant attention de ne pas faire trop de gros tas. Je devais donc en déposer très peu, je veux dire faire attention à la quantité que je déposais sur ma feuille. J’ai été très surprise de voir que j’y suis arrivée du premier coup, car c’est un mouvement qui demande beaucoup de précision.
En attendant le rendu donne bien, les bulles me faisaient penser à de l’eau.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm. Crayon de papier HB, peinture aquarelle, gros feutres de couleurs, sable de couleurs et bombe en colle.

Que ressentez-vous en regardant votre production ?

Ma production colorée, riche en couleur était là et avait pris vie avec tous mes mélanges improvisés et les gestes de mon poignet.
J’ai passé un bon moment dans les couleurs et les bulles. J’ai besoin de ces moments qui permettent à mon angoisse de diminuer un peu, à mon cerveau de se détendre. Même si cela ne dure pas très longtemps, c’est mieux que rien et j’apprécie cet instant présent.

BD – Journée Covid-19 à la Table de Jeanne-Marie à Tours

Journée Covid-19 du vendredi 3 avril à la Table de Jeanne-Marie ».

Il y a toujours autant de monde qui attend notre aide.
103 personnes ont bénéficié de repas, à emporter ou par portage.
Portage en (hôtel), (quartier Paul Bert ), (quartier Saint Pierre).
Des repas concoctés avec amour et faits maison de A à Z.
Tout est fait dans des mesures d’hygiène draconiennes ; désinfection, port de charlottes, de gants et de masques. Sans oublier le lavage des mains et le respect des limites de 1m pour toutes et tous.
Petites gâteries dans les sacs, des chocolats. De mon côté j’ai rajouté des feuilles de dessins, des feutres, des crayons de couleurs, des gommettes pour les familles qui ont des enfants.

Pourtant :

Pourtant j’ai cette impression de n’avoir pas fait assez. En partant, j’avais la gorge serrée. Les portes sont fermées et c’est avec la boule au ventre que je suis rentrée chez moi. On a juste dû se taire. Juste accepter les « merci madame” les sourires et les : “ à demain”, ces mercis qui sont beaucoup. J’aurais voulu parler de tout cela ce soir, de cette impression de n’avoir pas fait assez, des silences se font entendre, l’incompréhension et les doutes.
La peur de passer à côté de symptômes ou de détresse, envers les personnes, d’avoir oublier, et puis cette interrogation : est-ce que je reverrais ces personnes qui restent toujours dans une situation de danger et d’inquiétude.