RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

L’objet de ce blogue collaboratif

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Gérer-la-dissociation3/ Livre – Gérer la dissociation – Préface française de la Dre Muriel Salmona

page 16
(Le livre) Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

Catalogue-p.1Catalogue de l’exposition samedi 19 mars 2016

Exposition-témoignage sur une dissociation post-incestuelle :
Décomposer pour survivre – Recomposer pour vivre
Le fil rouge de l’exposition est constitué par les travaux artistiques d’une femme qui, victime de viols par inceste et de maltraitances pendant de nombreuses années, a développé une dissociation psychique.
La chronologie des dessins et autres créations permet de mesurer d’une part les conséquences de ces maltraitances sur le psychisme, d’autre part de redonner espoir aux personnes dissociées suite à l’exposition prolongée à des situations traumatisantes : il existe des espaces de liberté pour briser le silence et ce faisant, exister et recomposer son identité.

BMP – Boule d’angoisse, d’une drôle de façon


L’angoisse, ce mot je le perçois comme une petite boule malfaisante, qui se trouve au niveau de la gorge, elle est là qui nous « titille » à la moindre situation difficile. Et même parfois par un manque de sommeil tout simplement, ou alors elle peut survenir quand, par exemple, je me pose trop de questions. Elle se faufile partout.

Comment avez-vous dessiné ?

Installée dehors, un petit vent léger était là mais agréable.
Je voulais réaliser une peinture, mais pas comme celles que je fais d’habitude.
Donc pour mon esquisse je voyais ceci : une petite boule noir et moche, située au niveau de la gorge.
J’ai commencé par dessiner le corps situé en haut de ma feuille.
Pour ce corps je tenais a le mettre à l’envers. Après l’étape suivante, j’ai pensé à comment faire ressortir cette boule d’angoisse dans mon tableau ?
Quand celle-ci est présente, elle me déstabilise complètement pour un rien, et je suis perdue. J’ai donc continué mon esquisse avec le visage du bas, celui-ci, je m’en suis servie juste pour réaliser ma boule d’angoisse. Car c’était le sujet de ma dessin.
Pas de main, de pied à ce moment-là c’était une situation vraiment absente dans ma tête, je ne voyais que cette forme, cette boule d’angoisse rien d’autre. Le reste ne comptait pas pour l’incorporer dans mon esquisse.
Pour réaliser son manteau d’aquarelle, pour les couleurs, je ne voulais pas celles-ci gaies, mais plutôt sombres avec une pointe de rouge.
la couleur rouge était bien là, elle me parlait beaucoup.
Ce rouge cette couleur montre que quelque chose me déstabilise et pas dans le bon sens.

Matériaux utilisés,

Aquarelle réalisée sur feuille de format de 50 x 70 cm à grain fin.
Pour les finitions crayons Art Grip Aquarelle.
J’ai utilisé les couleurs suivantes : orange, blanc de Chine, noir d’ivoire, rouge vermillon, terre d’ombre brûlée, violet.

Qu’avez-vous ressenti ?

Je me disais que ce dessin tombait bien, je venais de subir un examen pas très agréable. Et il y a la situation depuis quelque temps qui fait que… ce n’est pas si facile. Et les angoisses, ne se privaient pas de venir me « titiller ».
Des images de mon passé, mais mon bocal jamais loin pour les mettre dedans, ça marche et parfois non.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

Ma boule d’angoisse me fait penser à une petite chose mais dangereuse ; Le mot aliène me vient de suite.

BMP – La liberté intérieure


La liberté intérieur me fait penser aux mots : libre, liberté mais aussi un tout petit peu au mot « lâcher prise »
La liberté intérieur me fait penser au mot calme, ne pas avoir à se battre avec nous-même, pour un oui, ou pour un non. C’est pouvoir dire non.
Cette situation me fait penser à être libre de nos pensées, de nos décisions, de nos choix. Ainsi être libre dans nos gestes aussi bien envers les autres, qu’envers nous-même, mais sans être punie, ou jugée.
Finalement pour moi, la liberté intérieure c’est un peu comme un voyage sans limites.

Comment avez-vous dessiné ?

Donc pour la réalisation de mon esquisse, je me suis servie de ce ce verbe voyager, voyager à l’intérieur de moi.
Et j’ai pensé à réaliser un paysage de mer dans le corps.
L’immensité de la mer me faisait penser à cette liberté ou aucune limite ne peux venir surgir et entraver cette liberté.
J’ai donc commencé par dessiner au centre de ma feuille, le milieux du corps, cette ouverture au niveau du ventre où l’on voit le paysage, où rien ne peut venir détruire, même si c’est ouvert, pas enfoui.
Puis je suis remontée pour faire naître son visage légèrement penché. Je souhaitais pareillement que celui-ci ressorte une émotion, du bien être.
Au moment de la réalisation de mon esquisse, les pieds et des jambes ne m’étaient pas importants, tout simplement la liberté intérieure est présente même en ne se déplaçant pas vers l’extérieur.
J’ai juste voulu dessiner une forme. Histoire de montrer que dans un corps cette partie existe.
Pour la réalisation de son manteau en aquarelle, en ce qui me concerne les couleurs, je voulais celle-ci soient à la fois douces mais aussi vives.
Le rouge et le orange étaient présent en moi, mais le rouge ce n’est pas de la colère pour cette aquarelle.
Je voulais aussi y incorporer une touche de jaune, ce qui correspond à cette douceur, à ce bien être.

Matériaux utilisés

Aquarelle réalisée sur feuille de format de 50 x70 cm à grain fin. Pour les finitions crayons Art Grip Aquarelle.
Fond de mon tableau, pastels secs.
J’ai utilisé les couleurs suivantes en aquarelle : jaune orange, bleu ceruléum, bleu de Prusse, noir d’ivoire, blanc de Chine, terre de sienne nature, terre d’ombre brûlée, rouge vermillon.

Qu’avez-vous ressenti ?

Je me voyais voler très loin et très haut.
Je me disais, finalement cette liberté intérieure c’est comme un deuxième monde, où rien ne peut me faire souffrir.
J’ai ressenti une très grande angoisse, qui a surgi et qui m’a comme faite prisonnière avec elle. J’en ai eu le souffle coupé, et je n’ai pas trouver la cause. Cela a été suivi par une grosse dissociation, qui m’a obligée à faire une pause, et exécuter aussi un exercice du libre. Une sensation de vide dans ma tête était là et cette impression qu’une partie ne fonctionnait pas ou plus.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

Le mot irréel à pointé son nez. Mon angoisse n’était plus là. Juste des petits tremblements.