RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

L’objet de ce blogue collaboratif

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Gérer-la-dissociation3/ Livre – Gérer la dissociation – Préface française de la Dre Muriel Salmona

page 16
(Le livre) Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

Catalogue-p.1Catalogue de l’exposition samedi 19 mars 2016

Exposition-témoignage sur une dissociation post-incestuelle :
Décomposer pour survivre – Recomposer pour vivre
Le fil rouge de l’exposition est constitué par les travaux artistiques d’une femme qui, victime de viols par inceste et de maltraitances pendant de nombreuses années, a développé une dissociation psychique.
La chronologie des dessins et autres créations permet de mesurer d’une part les conséquences de ces maltraitances sur le psychisme, d’autre part de redonner espoir aux personnes dissociées suite à l’exposition prolongée à des situations traumatisantes : il existe des espaces de liberté pour briser le silence et ce faisant, exister et recomposer son identité.

BMP – A la recherche de soi

Parfois je me dis que c’est difficile de se connaître réellement et de savoir qui on est. On se cherche comme des jeunes adolescents. Ceux qui font leur crise d’adolescence, ils se cherchent. Et je crois que la plus part du temps c’est comme une crise d’adolescence, ça me fait penser à cela.
Je me pose toujours cette question : qui se connaît vraiment ?
Je dirais que si une personne se connaît entièrement je n’y crois pas vraiment. Ça veut dire que la vie ne peut plus rien lui apprendre. Le mot « orgueilleux «  arrive à moi. On est toujours à la recherche de soi sur quelque chose une réponse etc…
Je voulais représenter sur une peinture sur cette situation.

Comment avez-vous dessiné ?

Je voulais commencer par dessiner simplement le fait de dessiner, car c’est nouveau pour moi. Avec tout ce que je découvre avec le dessin. D’où la réalisation de cette main qui tient les pinceaux.
Ensuite je voulais représenter les dissociations, car être à la recherche de soi c’est comprendre comment on fonctionne à l’intérieur de soi, et pour moi dessiner les dissociations sur mon tableau était important car ce phénomène est en moi et je le vis avec tous les jours. C’est pour cela qu’il y a le visage aussi de profil.
Voilà ce que j’ai représenté un début pour la recherche de soi, ça me renvoie aux mots « être capable de faire.
Pour les couleurs pour le manteau aquarelle rien de précis dans ma tête, mais le mot sombre n’était pas là non plus, les couleurs un peu plus, comme le mot gai. Cela me disait pas exemple : tiens à cet endroit mets du bleu, mais je ne voulais pas non plus trop de couleurs. Je dirais donc malgré tout un peu au hasard quand même dans ma tête. Et parfois le mot « mélange » pointait son nez.
Je voulais une peinture avec aucune violence, car celle-ci est trop présente dans ma tête.

Matériaux utilisés :

Peinture réalisée sur feuille de format de 50 x 70 cm à grain fin.
J’ai utilisé les couleurs aquarelles suivantes : blanc de Chine, violet, rouge carmin, noir de Chine, jaune citron, vert foncé, bleu céruléum<
Pour les finitions crayons feutres de couleurs Art Grip Aquarelle.

Qu’avez-vous ressenti ?

C’était comme une pelote de laine emmêlée pour dire ce que je ressentais. Dans ma tête des questions mais aucun rapport avec aucune situation vraiment bien présente. Ça venait et repartait rien de précis ma pelote de laine restait emmêlée. Comme pour la réalisation du manteau en aquarelle.
Par contre de l’angoisse forte, limite à me provoquer des nausées.
Je pense que ce titre : « à la recherche de soi « m’effraie finalement. Ce que je peux découvrir m’angoisse. L’imprévu.
Mais je reste persuadée que cela est un sujet intéressant : d’aller nous découvrir et je me disais que même si je ne suis pas sure qu’on connaisse tout de nous, le jour de notre mort. La recherche de soi c’est un peu comme un voyage qui ne se finit jamais.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

Le mot doux ressort mais le mot bizarre aussi. Aller à la découverte de soi reste une situation avec des points d’interrogation. Voilà ce que je ressentais devant ce tableau. Intrigant  🙂  Mais j’aime aborder ces thèmes aussi.

BD – Film : « 12 jours » de Raymond Depardon

Je pense que c’est un film qui ne faut pas louper. Une situation qui fait partie de notre société. Un problème, une décision qui est loin d’être facile à  prendre par le corps médical et par les administrations. Pour la prise en charge, le bien d’un patient, pour sa sécurité etc.. et pour celle de son entourage et pour éviter tout abus aussi.

Présenté hors compétition au dernier Festival de Cannes, “12 jours” est un documentaire qui nous plonge au cœur d’un hôpital psychiatrique: les patients sont confrontés à des magistrats qui vont décider du prolongement ou non de leur internement. Publiée par Télérama, la bande-annonce, émouvante, du nouveau film de Raymond Depardon promet des faces-à-faces intenses et bouleversants. Le film sera projeté dans les salles françaises à partir du 28 novembre.

Dans un hôpital psychiatrique, Raymond Depardon filme des patients confrontés au magistrat qui va décider de prolonger ou non leur internement sous contrainte. Des face-à-face intenses, parfois drôles, souvent bouleversants. “12 jours”, présenté hors compétition au dernier festival de Cannes, sortira en salles le 29 novembre. En voici la bande-annonce, en exclusivité pour Telerama.fr.

 

Publié dans