RAIVVI – La Relation d’Aide par l’Internet pour les Victimes de Viols par Inceste

L’objet de ce blogue collaboratif

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Gérer-la-dissociation3/ Livre – Gérer la dissociation – Préface française de la Dre Muriel Salmona

page 16
(Le livre) Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

Catalogue-p.1Catalogue de l’exposition samedi 19 mars 2016

Exposition-témoignage sur une dissociation post-incestuelle :
Décomposer pour survivre – Recomposer pour vivre
Le fil rouge de l’exposition est constitué par les travaux artistiques d’une femme qui, victime de viols par inceste et de maltraitances pendant de nombreuses années, a développé une dissociation psychique.
La chronologie des dessins et autres créations permet de mesurer d’une part les conséquences de ces maltraitances sur le psychisme, d’autre part de redonner espoir aux personnes dissociées suite à l’exposition prolongée à des situations traumatisantes : il existe des espaces de liberté pour briser le silence et ce faisant, exister et recomposer son identité.

BD – Retour de consultation au sujet de la stimulation de mon cerveau

Vous pouvez le mettre en public, je veux que les personnes se rendent compte que se faire soigner de séquelles post-traumatiques graves dues à un passé plus que difficile n’est pas si facile.
Surtout avec des troubles dissociatifs qui eux n’aident pas non plus qui font barrière pour avoir accès à certains traitements comme par exemple la Kétamine pour la douleur et j’en passe.
Je viens de rentrer de mon rdv  de Poitiers, je suis déçue. Le protocole ne peut être mis en place qu’en septembre, et on est pas sur du résultat non plus sur moi vu mes problèmes. Le médecin me l’a redit et ce protocole a des effets secondaires. J’ai mal et envie de plus rien, mon corps souffre de trop dans mes os, mes articulations hurlent, et le reste qui s’y ajoute, m’engloutie. Aucun traitement pour la douleur ne m’aide pour l’instant y compris la morphine et celle-ci a été interrompue, car il se peut que j’en ai besoin plus tard. Ces douleurs me rongent de l’intérieur. J’essaie de l’exprimer, et c’est le silence en retour sur tous les points.
On aurait jamais du me violer et me faire souffrir et je n’aurais jamais vu un psychiatre, et on m’aurait regardée autrement peut-être, et peut-être plus entendue aussi. Mais c’est cette valise du passé qui l’emporte aux yeux de tous. En boule dans le silence car je ne sais pas comment trouver les mots pour expliquer ce que je ressens en moi qui est si noir sans qu’on me dise que je me plains ou autre. Etre entendue et comprise c’est compliqué pour certaines personnes professionnelles ou autre. Je lutte aujourd’hui contre ce mot mort vouloir mourir et comment je vais endurer cette douleur qui me paralyse dans mes gestes, déplacements etc. pour continuer à avancer.
Voilà je m’arrête là… car de toute façon ce texte finira sur un silence. J’essaie de lutter car j’avais cette force mais là je ne la trouve plus beaucoup. Le docteur L. est désemparé devant certaines réactions de médecins qui n’essaient pas de voir autre chose comme diagnostique que mon passé et qui ne se donnent pas la volonté d’avoir un autre avis sur une patiente mais qui par contre se font passer pour des médecins ayant la science infuse dans tous les domaines de la médecine, rien ne leur est inconnu, comme si ces docteurs, médecins etc. n’avaient plus rien à apprendre de leur profession ou même à se remette en question. Le docteur L. me supplie de faire cette ponction vu le compte rendu qu’il a reçu. Mais moi ça me parle plus du tout, voilà et oui on va dire elle n’est jamais contente, mais je souffre énormément aussi bien physiquement que moralement et comme mon cerveau ne fait plus la différence ça me donne cette impression d’être dingue dans ma tête… de ne plus y voir la porte de sortie. Et surtout ne plus savoir comment je fonctionne à l’intérieur de moi… c’est dingue vous allez me dire, mais oui je sais 🙁 Je me sens bien seule mais ça aussi on a du mal à l’ entendre. Voilà ce que je ressens dans ma tête aujourd’hui.
Je vais me ressaisir mais là il me faudra un plus de temps… car je veux vivre moi Béatrice ! mais parfois avec l’ensemble de toutes ces situations ça devient compliqué. Mais je vais y arriver !