BMP – Le cœur et l’angoisse liée au troisième confinement

BMP – Le cœur et l’angoisse liée au troisième confinement
Cœur serré dans une main, ou comment exprimer l’angoisse liée à ce troisième confinement.
Quelques mots !
Je suis un peu perdue dans tous les propos que j’entends à la télé etc. Ce nouveau confinement met à rude épreuve nos émotions, c’est ce que je ressens dans mon cerveau. L’atmosphère est anxiogène, stressante et même étouffante par moment.
Avec ce nouveau confinement, la vie de tous les jours me semble perturbée. Les ateliers sont suspendus dans deux associations, alors que la demande est forte. Mon cerveau a du mal à suivre. J’ai vraiment du mal à comprendre certaines décisions qui sont prises, pourquoi ceci ou pourquoi pas cela. En moi, ça fait un pas en avant, un pas en arrière. J’ai cette impression que mon cerveau, avance, recule, avance, recule, et qu’il se retourne au milieu et ne bouge plus. Il est paralysé parce que finalement il ne sait plus quelle direction il faut prendre etc.
Alors, un moyen de sortir de cette paralysie, c’est de dessiner et de retranscrire comment je perçois ce confinement.
Comme je l’ai écrit au début, je trouve que nos émotions sont mises à rude épreuve. Il y a de la déception, de la désolation, de la colère, de la tristesse, de la souffrance, de l’inquiétude et de l’impuissance.
Quand j’entends parler autour de moi, ou quand des personnes viennent me parler de leur situation actuelle, j’entends dans leurs mots une souffrance, une terrible souffrance et pour ma part, il m’est impossible de rester de glace. On ne peut pas ne pas réagir, se boucher les oreilles, ça ne serait pas humain. Comment ne pas se transformer en une éponge ? Comment mettre des barrières à tous ces événements ? Un juste milieu est-il possible ? L’humain est si important je trouve. Comme l’empathie.
Quand je partage le goûter à la fin de mes ateliers, je me rends compte plus encore de la dégradation et cela fait peur.

Implication associative

Cette épidémie a énormément détruit. Pour l’instant ce sont des plaies béantes qui sont ouvertes. Cela se voit beaucoup à la Table de Jeanne-Marie, les tensions dans les couples sont devenues très importantes. Les personnes sont angoissées, elles ont peur. Elles sont agressives, elles se referment sur elle même. Elles sont à la recherche de contact humain et de bienveillance. Mais aussi de réponse et de sécurité.
Souvent les personnes parlent de solitude, de leur solitude mais est-ce le bon mot. Je pense que c’est plus de l’abandon par moment.
Alors oui, je suis là avec mes ateliers d’arts plastiques. Je me dis que si je peux apporter un petit moment d’apaisement, de réconfort avec les pinceaux, offrir une petite goutte colorée dans l’après-midi d’une personne qui se sent mal, alors je le fais, mais je suis consciente qu’il manque encore beaucoup pour apporter de l’aide.
Je n’ai pas besoin de merci je l’ai autour de table. Je l’ai dans le regard des personnes quand je leur donne un sac d’alimentation avant de partir.
Une personne m’a dit qu’elle ne se rendait pas compte avant qu’elle vienne manger à la TJM comme elle avait faim et combien elle manquait de beaucoup de choses qui pourrait l’aider.
À chaque fois, je retiens ma salive pour retenir mes larmes parce que, il y a vraiment des situations difficiles que les personnes vivent. J’aimerais être, à ce moment-là, Samantha la sorcière bien-aimée, à bouger mon nez pour apporter plus d’aide. Parfois je me retiens de prendre des gens dans les bras pour les consoler quand je les vois pleurer. Elles sont là, elles s’excusent et moi je réponds : « mais non, vous n’avez pas à vous excuser de pleurer. Vous n’avez pas vous à excuser de dire que vous allez mal, que quand vous souffrez vous avez besoin d’être entendue et que vous avez besoin d’aide ».
C’est là aussi que je me dis qu’il manque des professionnelles de la santé pour prendre en charge cette souffrance des personnes. Il est difficile de fermer les portes de l’association le soir, quand je sais que tout le monde n’est pas à l’abri ou est dans une grande demande de besoins multiples et ça dans tous les sens le terme. Il y a cette question qui est là : combien y aura t’il de nouvelles personnes que je vais voir arriver le lendemain à l’association pour demander de l’aide ? Sans oublier celles qui n’osent pas venir demander et qui restent assises sur la chaise et qui attendent. C’est aussi à nous en tant que bénévole de les repérer et de faire en sorte de pouvoir faire ce qu’il faut. Cette dignité de la personne est si important mais aussi si fragile.
Je suis bénévole oui mais je me dis aussi que c’est la moindre des choses que je puisse faire. Apporter ce petit plus et cette écoute. Mais c’est très difficile d’aider les personnes mais on essaie.

Comment avez-vous concrétiser votre esquisse ?

Oui le cœur de tout le monde, est je crois bien mis à rude épreuve pendant cette crise du Coronavirus.
J’ai donc dessiner sur ma feuille un cœur serré dans une main. Ce geste exprime ce que ressent la personne concernant son cœur, et mon propre cœur, je le sens serré.
On peut apercevoir des larmes couler dans ce cœur. Ces larmes montrent que les émotions sont mises à rude épreuve par rapport à ce qui se passe autour, par rapport à ce que l’on entend, ce que l’on vit, ce que l’on observe. Les larmes de ces émotions retranscrivent ce que provoque ce coronavirus, cette crise sanitaire, ce nouveau confinement. Nous savons bien malgré tout, que c’est un moyen pour trouver enfin une petite porte de sortie. On supporte, on essaie tant bien que mal de suivre le mouvement de la vie  parce qu’on a pas le choix. Combien, je l’entends de fois ça aussi. Voilà sur ce que fait parler ce cœur et ses larmes d’émotions. Pour les couleurs j’ai mis un peu de rouge que j’ai mélangé avec beaucoup d’eau, du noir et du bleu. Les couleurs éclatantes ne m’ont pas parlé pour cette production.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Cette production a été conçue sur une feuille de format 36 x 48 cm. J’ai utilisé un crayon HB pour faire naître mon esquisse. Comme médium la peinture aquarelle.

Que ressentez-vous faire à votre production ?

Je regarde mon esquisse et j’aurais peut-être envie de dire que le fait de mettre du bleu sur ma feuille m’a un peu apaisée, mais c’est bien fragile. Cette production sera donc une trace de mon vécu de ce troisième confinement. Le fonctionnement de la vie a changé, les évènements nous marquent et nous changent. Pourtant il faut essayer de s’accrocher, de garder ce sourire qui est transmetteur aux uns  et aux autres. La vie va reprendre mais celle ci va se faire dans un autre mouvement . Pas comme celui d’avant. Tout comme notre regard sur la vie va être changé.

BMP – Les jonquilles en fond d’encres aquarelles


Cette idée m’est venue tout simplement en allant à mes séances psy. A chaque fois, je passe devant un parterre de jonquilles, et à chaque fois, je voudrais que le taxi s’arrête pour que je puisse en faire un bouquet énorme, comme pour ramener le soleil avec moi.
Je pense que c’est sa robe jaune qui m’attire : elle me fait penser au citron. La jonquille évoque aussi la fleur du bouton d’or. Sa couleur jaune me fait penser à la douce chaleur du soleil qui effleure parfois notre joue et je pense à ces petits moments, où il joue à cache-cache avec les nuages et revient doucement nous caresser et nous fait ressentir sa présence.
Dans cette couleur soleil il y a, à la fois du tonique et du doux, de l’énergie, de la richesse, de l’intelligence. Par moment je me dis que les fleurs savent nous fait voyager dans leur couleur mais aussi dans leur forme.

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Installée dehors, accompagnée de ce beau soleil, mais aussi de ce léger vent qui dansait dans cet arbre où les bourgeons sont tous éclos, j’ai donc fait danser mon pinceau sur la feuille. Je voulais également dire à madame l’angoisse de me laisser tranquille, et à monsieur le doute de me lâcher. Ah ça c’est une longue histoire que l’appellerait pot de colle !
J’ai donc commencé par créer le fond de mon dessin avec les encres aquarelles liquides en tapotant légèrement avec du coton. Je voulais faire parler cet imaginaire que par moment les fleurs peuvent faire naître en nous.
Puis j’ai continué mon dessin en dessinant les esquisses de mes deux jonquilles au crayon de papier et ce n’est qu’après que j’ai pu faire apparaître les couleurs aquarelles.
Je souhaitais provoquer des mélanges agréables comme le jaune des jonquilles, agréables comme le doré du soleil qui vient nous dire bonjour.
Je souhaitais passer un doux moment tout simplement 🙂 !

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm
Crayons graphic HB, encres aquarelles liquides, peinture aquarelle.