2/ Un étrange compagnon qui n’était pas la mort

16 août 2003
Le cancer s’était installé en elle sans crier gare. Étonnant, elle n’en ressentait aucune douleur et savait que lorsqu’elle en pâtirait, il serait trop tard. Un étrange compagnon qu’elle connaissait sans le nommer depuis un moment déjà. Il n’était pas la mort. Celle-là, elle l’avait eu lors du premier viol, elle ne se souvenait plus quand, parce qu’elle avait eu peur, de cette grande peur qui fait qu’on a plus que des petites peurs après, parce qu’elle était morte à ce moment-là. Le cancer était-il le voyeur de sa souffrance ? Était-il là pour préparer décemment son départ ? pour l’aider à vivre le dénouement de sa vie en toute conscience ? l’aiderait-il à grandir toute seule sans lui en donner vraiment le temps ? Camille devait apprendre à se résigner, sans évoluer en adulte désenchantée. La confiance en la vie était restée, pas en sa vie à elle, mais en celle de son compagnon, de ses enfants, de ses amis, de ces vies dont elle faisait partie.
Le Pavillon des cancéreux d’Alexandre Soljenitsyne l’avait marquée. Bien sûr qu’elle l’avait oublié, mais il revenait sur le devant de la scène, austère grisaille, défaite par une lumière vive de force et d’espoir. Volonté de l’homme qui résiste avec philosophie et ténacité aux tourments de la maladie et de l’histoire. C’est l’amour de toute chose, elle avait quinze ans et Marie lui avait donné ce livre qu’elle prétendait incontournable.

Autres textes de l’Auteure obligatoirement anonyme

1/ Le cancer sans crier gare
3/ « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. »
4/ Le cancer était comme une épée qu’elle s’était plantée dans le cœur
5/ Dans l’ordre de « l’infinie répétition du même »
6/ La maladie impose une privation qui n’a pas cause humaine et fait de la mort une douleur
7/ L’annonce du cancer
8/ Le sein allait disparaître

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *