3/ « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. »

17 août 2003
Le cancer lui fermait la porte sur une mort accidentelle elle avait l’impression de le porter en elle. Même si cette mort naturelle serait violente. Dès le jour de l’annonce de sa présence, elle ne pouvait plus se cacher que la situation était perdue. Il ne s’agissait plus de vivre dans l’espoir et les subterfuges. La sagesse lui semblait venir davantage du temps qu’il lui restait à vivre plutôt que de celui qu’elle avait déjà vécu. Le cancer était le chemin de l’acceptation de son humanité et elle penchait pour soustraire ce mal qui était le sien à la manipulation humaine. Une réflexion pour avancer aux côtés du cancer lui paraissait inévitable en voulant bien apprécier juste pour cette fois Friedrich Nietzsche lorsqu’il écrivait dans le Crépuscule des idoles que « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. »
Pour le coup, sans qu’elle l’ait souhaité, s’établissait un lien, pour le meilleur et pour le pire. Camille n’avait pas dit oui, même si elle ne pouvait dire non. Une fois encore, elle n’avait pas le choix.
Tout en elle allait vers une conscience intellectuelle de la maladie et éludait le retranchement dans un système de soin. À ses yeux, le silence, les non-réponses étaient la source du cancer. Il était la conséquence visible du travail de sape du cortège de sentiments de culpabilité. Le viol en était une cause sans doute : elle l’avait tortillé dans tous les sens en restant bien certaine que son grand Amour l’avait relevé de la destruction qu’il ne pouvait demeurer responsable de la maladie. Le souci à présent était que le viol ne l’avait pas détruite. Il lui avait même donné une force et une grande maturité, mais la trahison ne passait pas. La distance oubliait de s’imposer. Le silence, leur mutisme, celui de Georg et le sien aussi, la pause qu’elle s’infligeait, la paix qu’il lui imposait, s’étaient changés en instrument de torture qui se retournait contre elle.

Autres textes de l’Auteure obligatoirement anonyme

1/ Le cancer sans crier gare
2/ Un étrange compagnon qui n’était pas la mort
4/ Le cancer était comme une épée qu’elle s’était plantée dans le cœur
5/ Dans l’ordre de « l’infinie répétition du même »
6/ La maladie impose une privation qui n’a pas cause humaine et fait de la mort une douleur
7/ L’annonce du cancer
8/ Le sein allait disparaître

Une réflexion au sujet de « 3/ « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. » »

  1. Je lis vos textes et à chaque fois mes larmes coulent,
    je avez subie le viol qui vous dites vous donnez une force et une grande maturité, comment avez vous fait pour relever la tête il en faut de la niaque je vous l’assure alors vous en avez une sacrée dose.
    Vous avez été trahie et ça fait très mal et maintenant vous vous battez contre ce cancer. Vous avez tout eu et vous êtes là debout toujours pour aider les autres avec vos traitements, la fatigue etc. J’espère que vous allez gagner encore ce combat vous le mériter trop. La vie ne devrait pas faire vivre des choses pareilles.
    Mes mots sont peut-être ridicules, mais je ne pouvais pas lire cela et ne rien laisser c’était impossible mais vous avez le droit et je vous le donne de ne pas le mettre si ces mots sont des mots de bébé ou autre je le comprendrais.
    COURAGE! Auteure obligatoirement anonyme

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *