Les dires du psychiatre Charles Caillé jugé à Nantes le 18 mars 2011

16/03/2011 – Le parisien :
Selon le médecin, il s’agissait de « touchers-massage du Hara », une technique japonaise, avait-il alors expliqué.
L’accusé a admis avoir eu des pratiques « un peu atypiques », mais nie toujours les viols. « Je n’avais pas conscience de les blesser. Je voulais les éveiller à la sensualité », a-t-il déclaré.
18/03/2011 – Le Parisien :
Le psychiatre lui propose de pratiquer « la méditation de l’étreinte ».
Celui-ci a reconnu « des erreurs » mais conteste avoir commis la moindre « faute ». Des « dérapages », oui, mais aucun viol.
18/03/2011 – RMC.fr :
Lors de son procès, l’ancien psychiatre a admis des « dérapages » mais a nié avoir voulu violer ses patientes, estimant que ces dernières étaient consentantes.
« Je demande pardon à mes victimes, je ne suis pas fier de moi », avait finalement sangloté l’ancien psychiatre, avant que les jurés ne partent délibérer.
« Je remercie mes patientes de m’avoir accusé. Cela m’a permis de voir que j’étais à côté de mes pompes. »

_______________________________
Autre billets sur le procès du psychiatreCharles Caillé
18/03/2011 – Huit ans de prison pour un psychiatre accusé de viols près de Nantes
18/03/2011 – Dix ans de prison requis à Nantes contre un psychiatre jugé pour viols
16/03/2011 – Un psychiatre jugé à Nantes pour les viols de trois patientes

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *