Ce blogue  13 OR DE VIE est un outil collaboratif pour les ateliers d’Art-Thérapie  à l’intention des victimes du terrorisme . Il est aussi une revue de presse documentaire sur les attentats du 13-Novembre  orientée vers le traumatisme observé à travers les témoignages les études et les soins  dans l’entourage des victimes

Nous ne sommes pas un paquet de gens à soigner, nous sommes des êtres humains. Un médecin ne doit savoir compter que jusqu’à un, l’unicité de son malade, la valeur unique, singulière, qui fait qu’aucun malade ne ressemble à un autre… et que tous doivent être aidés. Encore faut-il que la victime en ait l’envie et la possibilité.

Patrick PellouxL’instinct de vie

Maintenant, quand je repense au Bataclan­­, je vois ma BD. Je vois ce que moi j’en ai reconstruit. Je ne vois quasiment plus les vraies images. Ce que j’ai retranscrit, c’est vraiment pour moi une réappropriation. J’ai fait de ce Bataclan, de cette horreur, « mon » Bataclan, « mon » horreur, avec ma représentation.

Fred Dewilde – Auteur de la bande dessinée « Mon Bataclan »

S’inscrire aux ateliers d’Art-Thérapie

Prévoir un temps de rencontre avant le premier atelier

13ordevie

Les art-thérapeutes de 13 or de vie recevront les personnes désirant s’inscrire ou simplement en savoir plus sur les ateliers.

Pour nous joindre et avoir l’adresse : mailto:contact@13ordevie.org

Les art-thérapeutes

Propositions d’ateliers d’Art-Thérapie

peinture-plume-sonia

Pèle mêle 13 or de vie

les-mains-21

Soutenez 13 or de viebouton-faire-un-don

Calendrier des ateliers 2016

size_4_presse

13ordevie  Qu’est-ce que l’Art-Thérapie ?

L’art thérapie est une approche centrée sur un processus créatif en tant que modalité thérapeutique. Cette pratique propose une expérience artistique, sensorielle et ludique à travers différents procédés : peinture, dessin, collage, modelage… Les images créées servent de point de départ et de référence pour nourrir la relation avec soi-même et les autres.

Le dispositif mis en place permet à l’activité de se dérouler dans un cadre bienveillant, sécurisant, sans que n’interviennent de jugement de valeur, d’incitation et d’interprétation intrusive. L’art thérapie contribue à apaiser et transformer les souffrances physiques et psychiques pour aller vers du soulagement et envisager l’avenir plus tranquillement.

13ordevie  Pourquoi l’Art Thérapie ?

« La confrontation à des événements traumatiques est une violence indicible qui peut conduire à des blessures psychiques plus ou moins visibles. Pour les rescapés de tels drames il est alors souvent bien difficile de s’en libérer sans aucun soutien. Mettre des mots sur l‘innommable, parvenir à ne plus être submergé par les reviviscences et par ses émotions, nécessitent du temps et pour certains toute une vie n’y suffira pas. L’Art-thérapie est un support de médiation qui permet d’apprivoiser ce qui ne peut pas s’exprimer par des mots et qui permet aux blessés psychiques d’apprivoiser peu à peu leurs ressentis et de ne plus y être soumis. Dans un contexte de prise en charge post-attentat, c’est un relais des plus précieux pour permettre aux impliqués de redevenir acteurs de leur vie en faisant de ce qu’ils ont vécu un temps de créativité qui les aidera à dépasser cette épreuve » Hélène Romano – Dr en Psychopathologie-HDR
Les personnes présentent sur les photos des ateliers qui sont publiées sur le blogue sont celles des Art-thérapeutes et stagiaires avec leur autorisation. En aucun cas il ne s’agit de victimes des attentats.

L’armée ukrainienne fait de l’art-thérapie en Hongrie

L’armée ukrainienne fait de l’art-thérapie en Hongrie
Kiew, 25 octobre 2016
Le projet «Zigriy Dushu» et l’ambassade d’Ukraine en Hongrie ont organisé une semaine de thérapie par l’art pour les vétérans de l’ATO en Hongrie.
En octobre dernier, les vétérans de l’ATO, participants du projet «Zigriy Dushu» («Warm the Soul»), ont fait leur premier voyage à l’étranger – dans la ville hongroise de Hajdúszoboszló. « Les organisateurs du voyage présentent l’idée du voyage, son importance pour l’armée et d’autres projets lors d’un point de presse tenu au Crisis Media Centre d’Ukraine dans le cadre du projet » Porte-parole de la vie pacifique « soutenu par le ministère des Affaires étrangères. République Fédérale d’Allemagne.
Le projet « Zigriy Dushu » est une thérapie par l’art et un soutien psychologique pour les anciens soldats qui ont combattu en Ukraine orientale dans la soi-disant « zone d’opérations antiterroristes (ATO) ».
Le projet «Zigriy Dushu» existe depuis octobre 2014 en tant qu’initiative volontaire. L’idée principale de ses fondateurs est d’aider les vétérans à s’auto-actualiser à travers l’art, à repenser leur expérience unique et à découvrir quelque chose de nouveau à leur sujet. Récemment, l’accent a progressivement été mis sur la réinsertion sociale. « Nous ne visons pas à » guérir « . Nous montrons un moyen de poursuivre le développement », a déclaré Olena Snisarevska (Batynska), psychologue militaire.
Selon Anna Lysakova, 350 militaires ont déjà participé au programme. La session habituelle dure une semaine et un groupe se compose de 20 personnes. Le programme comprend des activités de groupe et du temps libre pour la communication.
Le voyage des participants au projet en Hongrie a été initié par Liubov Nepop, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Ukraine en Hongrie. L’idée a été inspirée par l’exposition des œuvres des précédents membres du projet à Bruxelles. Les organisateurs du projet « Zigriy Dushu » ont inclus l’art-thérapie et le soutien psychologique dans son programme, a indiqué Anna Lysakova.

Peindre comme une détente morale

Selon Bogdan Morozov, une telle relaxation est très importante pour ceux qui ont participé aux opérations de combat. « Parfois, les gars qui rentrent à la maison perdent courage. C’est assez simple à l’avant. Il y a un ennemi et un ami. Ce n’est pas si simple dans la vie civile « , a-t-il expliqué. Bogdan a déclaré que les vétérans aiment l’approche même – le fait que «vous êtes dans votre équipe; nous sommes tous des garçons réunis ici, et nous pouvons nous faire confiance »et l’idée de l’art-thérapie. « L’art-thérapie nous permet de nous débarrasser des mauvaises choses et de nous détendre moralement.
Maintenant, Bogdan est sergent de réserve, commandant de peloton à la Chaire de formation militaire de l’Université technique nationale de Lutsk, et simultanément il termine ses études au département de droit.

Un voyage à l’étranger comme une nouvelle expérience

Un voyage en Hongrie est devenu pour les volontaires et les participants au programme une expérience complètement nouvelle. Selon Olena Snisarevska, c’est un «stress positif qui inspire de nouvelles idées». Liubov Nepop ajoute que c’est aussi une chance de comprendre ce que les Ukrainiens et les Européens ont en commun.

Plan est de mettre en place des images peintes par l’armée pour la vente aux enchères

Les organisateurs prévoient une vente aux enchères de tableaux peints dans le cadre de ce projet et ainsi attirer l’attention sur le projet et ses participants, et dans l’ensemble, de garder un œil sur la lutte contre l’agression russe. Lorsque nous parlons de soutien international, il est important que ce soient des sanctions, des pressions politiques et une assistance pratique », a souligné Liubov Nepop.

Projet suivant

4 sessions en Ukraine et au moins 2 à l’étranger sont prévues pour l’année prochaine. Les volontaires se sont tournés vers les missions diplomatiques et les entreprises pour obtenir de l’aide. Les représentants d’entreprises pourraient partager leur expérience dans le démarrage de leur propre entreprise.
Plus de 1 000 enfants ukrainiens et 26 militaires ont été réhabilités en Hongrie en deux ans.
Liubov Nepop a noté que des voyages de réadaptation pour les enfants ukrainiens et les vétérans de l’ATO en Hongrie sont régulièrement organisés. L’année dernière, 650 enfants des participants à l’ATO étaient en vacances; cette année – 700. L’année dernière, 21 militaires ont visité la Hongrie; cette année, quatre militaires sont déjà rentrés, et deux sont restés là. La Hongrie est prête à traiter 20 de nos militaires.

Pour aller sur l’article initial, cliquez sur le logo de Ukraine Crisis

Bataclan : « J’ai dessiné pour survivre » – Je me suis administré ma propre art-thérapie

Bataclan : « J’ai dessiné pour survivre »
Mathieu Blard
Catherine était au Bataclan, le soir des attentats. Elle a survécu à l’attaque terroriste. Deux ans après, elle tente de gérer les nombreux symptômes du stress post-traumatique dont elle est encore victime et a écrit une bande dessinée où elle raconte ce combat quotidien pour continuer à vivre. Un témoignage thérapeutique entre angoisses et résilience.
« Un mois après l’attentat, j’ai commencé à faire de petits croquis de manière compulsive que je publiais ensuite sur mon blog. J’ai ressenti un irrépressible besoin de dessiner très rapidement ce que je vivais, c’était vraiment une question de survie. Le dessin m’a toujours aidée à exprimer mes émotions. C’est un acte très personnel, unique, qui me soulage beaucoup. Grâce à cette BD, j’ai vraiment exorcisé mon stress post-traumatique.
En tant que victime psychique, je n’ai aucune cicatrice physique. Les autres ne voient pas ma douleur. Mes proches n’ont pas su comment se comporter avec moi car les symptômes psychologiques ne sont pas visibles. C’est normal, la situation était exceptionnelle. Je ne peux pas leur en vouloir, mais j’étais tellement à vif qu’une simple maladresse me faisait beaucoup de mal. Je me sentais isolée, ils me donnaient des conseils hors sujet. Quand votre grand-mère vous dit : « Je sais ce que tu ressens, quand j’étais jeune, j’ai eu un accident de voiture », c’est très difficile à encaisser. Ce n’est pas du tout le même type de traumatisme. Je me sentais complètement incomprise, en décalage. On m’a aussi expliqué que j’avais de la chance, que ça aurait pu être pire. Désormais, j’ai pris du recul. Je découvrais moi-même les symptômes, comment auraient-ils pu m’aider ? Mais j’avais tellement besoin d’eux que je me suis sentie vraiment démunie. Les médecins, les psychologues, les psychiatres, me demandaient mes symptômes, je n’arrivais pas bien à les expliquer. Le dessin me permettait de le faire. Je me suis administré ma propre art-thérapie.


Veuillez lire les commentaires et le votre sera le bienvenu !


Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Psychologies