Qu’est-ce que l’art-thérapie ?

Prévention Santé
L’émission du bien être et de la santé
Qu’est-ce que l’art-thérapie ?
6 février 2017
Par Mylène Marion
www.art-therapie-grenoble.net
En premier lieu, je dirais que l’art-thérapie est un processus de soin ou d’aide plutôt qu’une méthode. Celle-ci utilise les outils du monde artistique comme moyen d’expression. (Chant, danse, musique, art-plastique, théâtre…) C’est une forme d’expression différente, lorsque parler est trop difficile ou que les mots ne reflètent pas ce qui est à dire. La parole n’est pas exclue mais n’est pas comme en psychothérapie le moyen proposé prédominant.
Exemple : « je parle, je parle mais cela ne veut pas sortir » A la 8eme séance elle dit : « j’ai mis le doigt sur quelque chose de très important » ceci en faisant un travail par le dessin et l’expression corporelle. Dans l’éphémère on parle de trace.
La créativité est au cœur du processus, elle est au service de l’expression. S’exprimer par la créativité permet de mettre en évidence la singularité de chacun. En donnant à voir l’inhabituel, en se connaissant mieux, on constitue un socle qui permet de meilleurs appuis, une meilleure confiance en soi et un renforcement de l’estime de soi. L’art-thérapie conduit l’individu vers une transformation positive de lui-même, favorisant la relation à soi et aux autres.

« Ça m’intéresse » Juin 2015

Les neurosciences le confirment depuis peu : « c’est dans ces temps « hors temps » que naît la véritable créativité. Au niveau du cerveau, un réseau particulier se met en route laissant éclore des associations d’idées, des divagations hors cadre, qui apportent des réponses à nos questions, des solutions à nos problèmes. »
La créativité est une sorte de pont qui permet aux émotions intérieures, aux blocages d’aller vers l’extérieur pour prendre une nouvelle forme et être observables consciemment.
L’art-thérapie ne se substitue pas à un traitement médical mais viendra en complément de celui-ci.
L’art-thérapie s’adresse à toute personne qui souhaite faire un travail sur elle-même pour aller mieux.
L’art-thérapie consiste à « Redonner aux choses du passé une valeur actuelle » nous dit R. Roussillon, c’est-à-dire d’aller chercher et faire ressortir à travers les créations et les échanges, ce qui fait blocage, qui nous empêche d’être épanouis. Des évènements, des représentations ou des schémas inconscients qui nous emprisonnent dans des fonctionnements et qui ne nous conviennent plus.
A cela j’ajouterais une citation de Lacan :

« tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime »

S’exprimer à travers l’art permet à la personne de se révéler, d’avoir des sensations, des émotions, de mettre en lumière des blocages… qui vont prendre sens dans le présent de la séance ou dans l’après coup. C’est un travail sur le sensoriel et la mémoire du sensoriel.
Lorsque le mal-être, les difficultés, la souffrance, sont représentés, extériorisés par le biais de la création, ils sont en quelque sorte mis à distance et ne collent plus à la peau. La personne peut alors progressivement les considérer comme un objet extérieur, leur parler et les hisser au rang d’objet de communication. Une problématique communiquée est déjà moins douloureuse, cela permet de prendre du recul et de relativiser.
On attribue l’origine de l’art-thérapie au peintre anglais, Adrian Hill, qui en fit le premier l’expérience en 1940. Tuberculeux et placé en sanatorium, il entreprit, durant sa convalescence, d’entamer une flânerie sur papier qui, au grand étonnement des médecins, lui octroya un rétablissement rapide. « Lorsqu’il est satisfait, l’esprit créateur […] favorisera la guérison au cœur du malade », écrivit-il. Intéressée par cette approche, la Croix-Rouge britannique l’utilisa avec ses patients. En 1950, les premiers programmes de formation en art- thérapie virent le jour aux États-Unis.
En France, il fallut attendre 1986, malgré une pratique bien antérieure, pour que le concept soit enfin reconnu par la communauté scientifique au cours d’un congrès international souligne Jean Pierre Klein.

Pour joindre le site, cliquez sur la photo

Samedis 18 juin & 2 juillet 2016 – Ateliers à L’isle sur la Sorgue – 84

Logo Angela eversDeux séances d’art-thérapie autour de deux thématiques,
pour cette fin d’année scolaire

1) Mon prénom, toute une histoire

Samedi 18 Juin

matin 9h -12h30
ou l’après-midi 14h-17h30

Qui suis « Je », commence par notre prénom, c’est  à dire tel que nous avons été nommés par nos géniteurs à notre naissance et ce bien avant que notre conscience l’intègre comme étant « moi » … Pourquoi on a le prénom qui est le notre, qu’est-ce que l’on nous en a dit ou pas… Est-ce que ce prénom renvoie à une autre personne de la famille, a-t-il une signification particulière. Comment incarnons-nous ce prénom ? Ce sont ces questionnements qui vont insuffler le processus créatif de cette séance…

Tarif 50€, Maximum 6 personnes
Lieu : Isle sur la Sorgue (84)

2) « S’aimer, s’estimer »

Samedi 2 juillet

Journée de 9h-17h30

Être « aimable », unique et nous-mêmes, face à des situations différentes, est le travail de toute une vie. Ce thème de la relation à nous-mêmes, propose d’explorer et d’agrandir l’espace de liberté où nous pouvons satisfaire ce dont nous avons besoin et rentrer en contact, en laissant de côté les appels de l’égo, avec notre être profond…

La matinée s’organisera autour de l’écriture et de la peinture, suivie d’un repas pris en commun. L’après-midi sera consacré à la création « d’un objet interne », un cadeau à s’offrir…

Tarif 90€, repas et matériel inclus
Maximum 6 personnes
Lieu: Isle sur la Sorgue (84)

Renseignements et inscriptions par mail
Angela Evers <angela.evers84@gmail.com>

Angela Evers, art-thérapeute, artiste-plasticienne

auteure de : Le grand livre de l’art-thérapie (Eyrolles 2010),
L’apnée, roman (L’Harmattan 2012).
http://www.angela-evers.com

????????????????????????????????????