BMP – Petit dessin histoire de finir l’après-midi

Si tout va bien je sors soit ce soir tard soit demain matin. La situation reste compliquée. Je vais être suivie pendant quelques temps par l’hôpital. Il va falloir que je reprenne des séances d’orthophonie aussi. Le nerf droit de mes cordes vocales est très esquinté, abîmé. Le chirurgien m’a re-expliqué et redit que ce n’était pas beau à l’intérieur. Que si je ne retrouvais pas le mouvement et le fonctionnement de mes cordes vocales il avait des solutions à proposer, mais pour l’instant il fallait se donner un petit peu de temps. Voilà pour l’instant.
J’ai rendez-vous au Centre de cancérologie au mois de septembre pour faire le point sur les ganglions etc… ce soir je n’ai qu’une chose en tête reprendre mes pinceaux. Je me dis on verra par la suite. Je respire un peu mieux mais beaucoup de séquelles sont là et je dois faire le deuil de certaines choses concernant ce corps. J’ai eu un petit peu de mal.

Dessin réalisé sur feuille de 36 x 48 cm.
J’ai utilisé les crayons de couleurs, histoire de mettre un petit peu de couleur.
J’ai utilisé les crayons graphic suivant: 8B, 7B, 6B, et HB.

J’ai l’impression parfois d’être punie à cause de mon passé, que ce corps se met en rébellion dés qu’on le touche. Mes larmes sont là mais je ne me donne pas le droit de pleurer je n’ai pas le droit. Ce soir dans ma tête c’est comme ça. Un interdit est là.

Une petite pointe d’humour car j’avais cru que mon dessin avait fait une fugue. Je ne le voyais plus sur le téléphone. C’est compliqué de poster avec un téléphone. Je remercie cette infirmière de ma dernière hospitalisation qui m’avait montré comment il fallait faire pour poster… cela m’a permis de me sentir moins seule et voilà pourquoi je l’aime ce blog et tout ce qui va avec… quand on se sent moins seule faire face à certaines situations est plus facile.

BMP – Esquisse : Gêne et étouffement


Esquisse : Gêne et étouffement. Son manteau sera réalisé à mon retour chez moi.
Il faut bien s’accrocher !
alors une  petite esquisse. Mais je ne sais pas trop où je vais.
Le medecin a été étonné de me voir dessiner. Il n’avait jamais vu une patiente faire ceci.

Le docteur me dit : « votre art thérapeute a eu une trés bonne réaction de vous dire de dessiner quand les situations sont compliquées ».
Avec ce  sourire au bout de ses lèvres .( Ces sourires  dont je me méfie car Gros m’a eue avec le sien ! ) il rajoute :  » c’est un trés bon médicament, mais  pensez à vous reposer aussi, faites les deux. »

Je ne sais pas si je sorts aujourd’hui. Mais je sais que je dois revoir le chirurgien avant de rentrer chez moi.

Hier aprés-midi j’ai eu pas mal de dissociations. Je pense que l’angoisse et l’inquiétude y sont pour quelque chose. Faire des exercices du livre à été compliqué. Mes marques étants absentes je me retrouve perdue dans ma tête. C’est là, que je m’en rends compte encore  plus que j’ai toujours besoin d’un cadre mais d’un cadre sécurisant et limité, afin que je ne ressente pas cet isolement, mais aussi cette immensité du grand espace ou les mots « inconnu & vide », ressortent. Je dirais un présent rassurant pour empêcher le passé de venir m’envahir, et pour ne pas que je ressente cette insécurité totale dans ma tête. Comme un cocon mais avec des barrières où aucune agression ne peut passer et me renvoyer dans cet enfert d’agressions et de viols etc… voilà c’est cela. Un besoin vital pour « survivre  » et permettre à mon cerveau d’apprendre à fonctionner différemment que dans le passé. Mais à fonctioner dans le présent. Et cette situation reste encore mouvementée…

11h54

Je ne vais pas au top… et une partie de moi ne veut voir personne. J’attends de voir le chirurgien. Après je ne sais pas. Une partie de moi veut s’accrocher c’est Béatrice adulte. Mais en moi il y a ces autres parties qui en ont marre de se battre car il y a toujours un truc qui ne va pas. Béatrice adulte sait qu’elle doit se battre mais c’est plus compliqué… Je suis fatiguée c’est comme ça mais je dois continuer à avancer sans me plaindre.