BD – Confiance – Groupe de parole

Le début de l’atelier a été difficile pour moi pour en parler et surtout à la fin je me suis renfermée. Parler de confiance à des victimes c’est un sujet compliqué. Pour moi la confiance c’est comme une larme une fois qu’elle a coulée. Elle est morte envers certaines personnes.
Me concernant se sont les autres qui m’apprennent à retrouver la confiance, à retrouver une confiance en moi et c’est un travail compliqué, je parle de personnes qui me rassurent, qui me comprennent, qui m’expliquent et qui surtout m’acceptent avec mes troubles. Elles ne sont pas vraiment nombreuses. Coté positif je ne serais pas déçue aussi.
Dans la confiance il y a la confiance en soit et envers les autres. La confiance en moi là c’est comme pour les valeurs, une pente rude sur laquelle je glisse et je ne sais pas si un jour j’arriverais en haut.
Comme je ressens de la culpabilité, de la honte et de la trahison dans cette tête j’ai du mal à trouver de bons repaire.
Il faut dire que j’ai eu une éducation dans mon enfance assez spéciale si je peux dire.
Mon manque de confiance est remplacé par de l’agressivité, aussi je pense, comment je peux me faire confiance quand on ne me l’a pas donnée étant petite, quand on ne m’a pas aidée la-dessus ?
La confiance c’est accepter les compliments, reconnaître que… admettre que je peux être une personne de confiance, de bien et cette situation me terrifie toujours. Un doute perpétuel.
Peut-être qu’aussi je me dis que si j’avais confiance en moi parfois je me sentirais moins attaquée par les autres, je me sentirais exister peut-être aussi. Cette confiance me permettrait d’aller mieux.
Mon manque de confiance en moi peut ressembler de près à la peur, parce qu’elle fait appel à un système d’alarme très souvent qui me prévient d’un danger ou pas je suis souvent sur pilote automatique et je me laisse envahir. Je suis constamment sur le qui vive mais là-dessus j’en reviens à ce cercle vicieux qui se déclenche comme une bombe.
Cela me donne un effet de gêne dans cette tête, alors je me replie sur moi, je me bloque et cela empêche d’agir. J’ai du mal à faire face à la frayeur. Peut-être de ne jamais savoir si c’est bien ou pas ou alors je n’ose pas demander aussi, ou alors je ne sais comment gérer cela. Je suis démunie aussi quand je ne me rends pas toujours compte tout de suite mais seulement plus tard.
Mais voilà je l’écris mais dans ma tête c’est très compliqué à comprendre cela et à mettre en place, c’est comme écouter notre petite voix qui nous parle, ce que me disent certaines personnes du groupe et bien moi je ne l’entends pas.
Je suis toujours à la recherche pour pouvoir m’adapter envers cette société d’y trouver ma place. Ce manque de confiance y est pour quelque chose je pense.
Par contre quand j’apporte, j’accorde ma confiance à certaines personnes. Elle est sincère car la confiance touche ce que la personne peut aussi partager avec moi aussi et ça, pour moi, ce n’est pas un jeu. Cela demande du respect et une écoute, je ne supporte pas la trahison la malhonnêteté ça rabaisse la personne, ça fait souffrir.

Quelques lignes que j’ai trouvées sur internet.. qui pour moi me parlent.
Citations Confiance
La confiance peut être synonyme de croyance, de certitude ou au contraire d’abandon. Que l’on manque de confiance en soi ou que l’on souhaite apprendre à faire confiance à l’autre pour nouer une relation d’intimité et de sincérité, l’assurance est primordiale ; et quand on peine à se remettre d’une trahison, il est difficile de se débarrasser de sa méfiance. Les grands écrivains ont beaucoup écrit sur le thème de la confiance, et il faut du courage pour avoir foi en une personne.
Divers philosophes, psychologues et chercheurs en sciences sociales ont travaillé sur la notion de confiance qui, selon une définition assez largement acceptée, peut-être entendue comme « un état psychologique se caractérisant par l’intention d’accepter la vulnérabilité sur la base de croyances optimistes sur les intentions (ou le comportement) d’autrui »
La confiance en l’autre, c’est fournir à cet autre la chance d’avoir une clé pour pénétrer nos plus profonds secrets sans restriction et sans nul remords ou hésitations.
La confiance est un pas essentiel dans nos relations de chaque jour, afin d’avancer dans la société, car sans elle on ne pourra jamais établir un contact avec autrui, ce dernier qui complète une partie de l’être que ce soit au niveau personnel ou professionnel.
La confiance demande loyauté et honnêteté de l’autre. Il est tout à fait justifiable et compréhensible de voir certains méfiants et même craintifs quant il s’agit d’accorder une confiance voire minimale à un prochain.
Surtout ceux qui ont été sujet de trahison et déloyauté de la part d’un proche ou d’un ami ou tout simplement de la part d’une personne choisie entre plusieurs.

BD – Groupe de paroles : thème le physique

Le thème du groupe de ce jour samedi était : le physique.
A la fin mes troubles étaient trop forts, les mots : homme, sexes  pénis etc. m’ont complètement troublée. Je suis partie très vite, l’étouffement était là.
Je ne connaissais pas vraiment ce mot. Le droit à ce regard sur moi pour dire ce que j’en pensais, quelle idée farfelue ! Aucun droit ! Les seules personnes qui avaient le droit de ce regard étaient celles qui me touchaient et celles qui m’ont inculqué cette éducation si importante à leur yeux.
Le droit pour moi était de laisser mes lèvres fermées, d’ailleurs mon cerveau a retenu ce lavage de cerveau et convenablement à tel point que ça ne lui venait pas en tête d’avoir un avis sur ce corps de l’exprimer.
A l’heure actuelle je ne sais ce que je pourrais en dire en positif de ce mot physique ! J’ai autant de mal à recouvrir ce corps de vêtements sans vouloir le cacher absolument. Les hauts et bas, les pertes de poids n’arrangent rien. J’ai l’impression de changer de personne tous les quatre matin.
Me regarder nue m’est très difficile. Je fonctionne à ce moment là comme une machine. Je fais car je dois : je me lave, je m’habille, je me maquille etc mais sans ressentir de sensation agréable. C’est plus une obligation qu’autre chose. Je dois être présentable comme je devais le faire pour les mères et autre !
Il y a une situation qui m’effraie énormément et constamment : cette odeur que ce corps peut dégager envers les autres, derrière lui cette angoisse de sentir mauvais, de me voir sale, me met dans tous mes états, me désinfecter pour rester neutre est importante chez moi, retrouver mon odeur de bébé, la première odeur qu’on laisse quand on né. Mon odeur à moi est impossible à retrouver. Elle a disparue à jamais. Ce mot passer inaperçue ressort beaucoup en moi.
Difficile aussi d’entendre le mot compliment me concernant, entendre des mots positifs, l’agressivité aussitôt ressort de moi envers les autres, une méfiance est là elle se présente aussitôt. Dans cette tête les mots comme : je suis capable, de faire et de dire, me pétrifient. Il y a toujours cette honte qui se rabat sur moi.
Je n’arrive pas à me sentir comme une femme. Pour moi je ne suis pas mature, pas vraiment normale, je n’arrive pas à vraiment m’imposer envers les autres la plupart du temps.
Au bout d’un moment le mot « en boule » revient au galop. La petite fille qui n’a pas le droit de parler revient. J’arrête là car la liste n’est pas finie mais un début de rien de positif et cela ne m’aide pas non plus.

Je me demande comment je peux retrouver le mot corps, le regarder, l’aimer, l’accepter tel qu’il est sans en avoir honte quand je le regarde. Comment je peux mettre en symbiose le corps, le plaisir et le mot ressentir. Tout cela en moi d’une façon normale. Lui dire que je l’aime. J’ai tellement mal en moi, je ne sais jamais qui je vois vraiment dans la glace.

Ou est le positif de ce corps ? Où est le positif de ce physique etc. ? je le trouverais sûrement un jour. Un chemin semé d’embûches, mais il y à sûrement un positif non ? Mais il est bien enfoui, il doit sortir ! Comme béatrice.