Magnanville : « Cet enfant a vécu l’horreur, mais il peut apprendre à vivre avec »

Logo-Libération14 juin 2016
Par Elsa Maudet

Un couple de policiers a été tué devant leur petit garçon de 3 ans dans les Yvelines. La psychiatre Muriel Salmona, spécialiste de la mémoire traumatique, décrypte les potentielles conséquences d’un tel événement sur un enfant.

Un policier et sa compagne, secrétaire administrative dans un commissariat, ont été tués à coups de couteau lundi soir à Magnanville (Yvelines) par un homme se revendiquant de l’État islamique. La scène s’est déroulée en présence de leur fils de 3 ans, que les policiers ont retrouvé « choqué et indemne ». Selon le journaliste de RFI spécialiste du jihad David Thomson, l’auteur du double meurtre, présenté comme étant Larossi Abballa, a posté en direct sur Facebook un message vidéo de revendication. Alors que le petit garçon se trouvait assis derrière lui sur le canapé, il a dit : « Je ne sais pas encore ce que je vais faire avec lui. »
David-Thomson
Selon la psychiatre et psychotraumatologue Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie, les conséquences de telles atrocités sur l’enfant peuvent être graves. Mais il peut apprendre à vivre avec ce drame, s’il est pris en charge rapidement et correctement.

L’enfant n’a que 3 ans. Que peut-on comprendre d’une telle horreur à cet âge ?

Il a beau avoir 3 ans, il comprend que quelque chose de monstrueux se passe. Il voit du sang, que ses parents ne bougent plus. Il voit bien qu’il se passe quelque chose de définitif, d’une violence inouïe. Et il a peur de mourir. C’est un des pires traumatismes qui soient.
3 ans, c’est l’âge limite pour avoir une mémoire autobiographique [ce que l’on a coutume d’appeler simplement la mémoire, ndlr]. Mais ce n’est pas parce qu’on ne se souvient pas qu’on n’est pas complètement envahi par une mémoire traumatique [celle qui fait revivre les événements traumatisants, ndlr] : il aura des flash-backs, l’impression qu’il va mourir, il va voir sa mère, du sang… Il va avoir des psychotraumatismes massifs, avec des atteintes neurologiques très lourdes.

Comment fonctionne cette mémoire traumatique ?

La violence, c’est dissociant, ça anesthésie. Quand on subit des violences, l’amygdale cérébrale, qui est un filtre pour voir si ce que vous vivez est dangereux, s’allume et sécrète des hormones de stress. Elle ne peut être modulée que par une activité d’analyse, qui va permettre de contrôler la réponse émotionnelle. Or un enfant ne peut pas la moduler, et ses fonctions supérieures se paralysent. L’amygdale reste «allumée», mais elle n’a plus d’effets extérieurs. Cette dissociation fait que le traumatisme est toujours présent, mais il n’y a plus d’effet de stress.

Tout ce qui se produit à partir du moment où la personne est dissociée ne va pas s’intégrer dans la mémoire autobiographique mais rester bloqué dans l’amygdale. L’amygdale contient toutes les situations violentes. Du coup, ça ne devient pas de la mémoire autobiographique mais de la mémoire traumatique.

Quelles conséquences un tel événement peut-il avoir sur le développement d’un enfant ?

Quand on a subi des violences, on est colonisé par la violence. Tout lien avec l’événement, que ce soit l’endroit, l’heure, le contexte, un cri, une douleur, une pensée, etc. va allumer la mémoire traumatique, du coup l’amygdale cérébrale, comme une machine à remonter le temps, va faire revivre à l’identique ce qui s’est passé. On réentend les paroles de l’agresseur et on ressent sa haine.

Pour survivre à une mémoire traumatique, il y a deux stratégies. Soit on adopte des techniques d’évitement : on se retire, on ne va plus bouger, plus sortir. Les enfants, souvent, se mettent en système déconnecté, ils vont être dans un autre univers. Ce sont les enfants qu’on dit dans la lune. Soit on adopte une conduite d’anesthésie. Pour s’anesthésier, il y a l’alcool, la drogue, la violence… Cet enfant pourra adopter des conduites à risques, avoir un mal-être, des conduites suicidaires…

Comment peut-on limiter les dégâts ?

On peut « réparer » son cerveau et contrecarrer les effets du stress extrême. Il y a une nécessité absolue de mettre en place des soins très vite et, pour cela, le protéger de tout stress. Ça passe d’abord par des soins immédiats : une protection, la présence continuelle d’un référent, ne jamais le laisser seul. Mais l’entourage est tellement impacté qu’il vaut mieux hospitaliser l’enfant et qu’il soit avec une autre personne. Il faut répondre à ses questions et lui donner des traitements antistress. Dans un deuxième temps, il faut traiter la mémoire traumatique. L’entourage doit être là pour repérer la moindre souffrance. Le problème, c’est que l’entourage est lui-même extrêmement traumatisé, donc il faudra prendre en charge toutes ces personnes pour qu’elles puissent sécuriser l’enfant.

Il a vécu l’horreur, on ne va pas changer ça. Mais on peut faire en sorte qu’il ne soit pas colonisé par la violence. Il aura une histoire dramatique, mais on peut vivre avec une histoire dramatique. Alors qu’avec une mémoire traumatique, on ne peut que survivre.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Libération

Téléfilm : Lanester, avec Richard Berry à la poursuite d’un tueur en série

Réalisé pob_6e3d09_alvalm-nouvelle-couv-petitar Franck Mancuso. Scénario de Franck Mancuso, Franz-Olivier Giesbert, Valérie Toranian et Barbara Grinberg. D’après À la vue, à la mort, de Françoise Guérin.
Avec : Richard Berry (Eric Lanester), Emma de Caunes (Gabrielle Stahl), Hippolyte Girardot (Vincent Gerhardt), Bruno Salomone (Xavier Lanester), Nicky Marbot (Charles Kaminski), Isabelle Candelier (Jacynthe Bergeret), Agnès Blanchot (Max Fabrega) et Maher Kamoun (Kamel Halfi).
Dans l’ouest parisien, deux et bientôt trois crimes sont commis selon un énigmatique scénario. Chaque fois, la victime énucléée est l’objet d’une mise en scène macabre. En découvrant l’une d’elles, le commandant de police Éric Lanester perd la vue et la direction de l’enquête. Néanmoins, grâce à l’aide providentielle d’une jeune femme chauffeur de taxi, il décide de poursuivre la traque. Mais ses investigations vont bientôt le renvoyer à ses démons qu’il croyait à jamais enfouis. Quoi de plus probant qu’une cécité brutale pour se rendre compte de son propre aveuglement ? Lanester a l’intuition qu’il lui faut pénétrer au plus profond de lui-même pour venir à bout de la folie meurtrière. Aux prises avec son symptôme, il entreprend une démarche courageuse : regarder sa peur en face. Passant de l’action à l’introspection, le commandant Lanester mène son enquête à l’aveugle et pourtant, il n’a jamais été aussi clairvoyant…

Richard Berry : « Ce qui est très intéressant dans ce scénario, c’est la cécité temporaire de Lanester. On sort des sentiers battus. Nous ne sommes plus dans la démarche d’une enquête classique, comme c’est souvent le cas, que ce soit à la télévision ou au cinéma. Comment poursuivre un tueur en série quand on est littéralement plongé dans le noir ? C’est une situation inédite. Lanester est obligé d’exacerber tous ses sens pour avancer, pour résoudre l’énigme… Et il n’est pas seulement à la poursuite d’un tueur en série, il est également à la recherche de lui-même, de son passé. Il trimballe des casseroles depuis pas mal de temps. Son enfance a été chahutée, difficile. Tous ses traumatismes enfouis remontent à la surface de manière inattendue, sur une scène de crime, sous la forme d’une cécité psychogène. Pour comprendre pourquoi il en est victime et espérer recouvrer la vue, il est obligé d’entamer un travail sur lui-même. »

Pour lire l’article, cliquez sur la couv du livre

Pédophilie : comment gérer la libération de la parole ?

Logo France culture 25.04.2016
Des victimes d’actes pédophiles qui témoignent, des années après : c’est un des effets des affaires qui touchent l’Église depuis le début de l’année. Une institution parmi d’autres, confrontée à cette difficulté : que faire de la parole recueillie ?
L’Église de France semble aujourd’hui décidée à faire face aux affaires de pédophilie. Des cellules d’accueil et d’écoute commencent à être mises en place dans les différents diocèses. Cet après-midi, le cardinal Philippe Barbarin réunissait à Lyon les prêtres sous son autorité pour évoquer les affaires en cours. Il aura fallu un élément déclencheur à cette prise de conscience : la mise en examen, fin janvier, d’un prêtre accusé d’agressions sexuelles sur des scouts, dans les années 70 et 80. Une soixantaine, quelques unes reconnues par l’agresseur. Le cardinal Barbarin assure n’avoir été mis au courant qu’en 2007-2008. Les victimes lui reprochent de n’avoir rien fait. Suite à cette affaire, une association s’est créée : ‘’La parole libérée’’ recueille des témoignages de victimes d’hommes d’Église, témoignages souvent anciens qui posent la question de leur exploitation, les faits étant souvent prescrits. Que faire de ces paroles ? Comment les recueillir ?
L’école est, elle aussi, régulièrement confrontée à ce défi. ‘’Nous ne laisserons plus rien passer dans l’Éducation nationale s’agissant de pédophilie’’ a promis la ministre Najat Vallaud-Belkacem vendredi dernier. Une nouvelle loi entrera bientôt en vigueur, afin d’améliorer la communication entre ce ministère et celui de la Justice. Le texte a été voté après qu’un professeur de mathématiques, condamné pour pédophilie en Grande-Bretagne, a pu continuer à enseigner en France, comme si de rien n’était.

Liens

Site officiel du Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger (SNATED) « allô enfance en danger »
L’enfance, que l’on prétend protéger, est en danger (The Conversation)
Outreau : complotisme, émotion… Il y a un problème avec la protection de l’enfance (L’Obs)

Intervenants

Hélène Romano : Docteur en psychopathologie clinique, psychologue clinicienne et psychothérapeute spécialisée dans le psychotraumatisme
Violaine Blain : Directrice du Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger (SNATED)
Florence Rault : Avocate à la cour, spécialisée dans la protection de l’enfance et le traitement de la délinquance sexuelle

Bibliographie

Danger en protection

Danger en protection de l’enfance :
dénis et instrumentalisations perverses
Dunod, 2016

 

Pour aller sur le site, cliquez sur le logo de France Culture