Un urgentiste des attentats de Bruxelles témoigne de son SSPT

urgentiste sspt
Un urgentiste  intervenu lors des attentats de Bruxelles témoigne de son stress post-traumatique

urgentiste sspt
Un urgentiste  intervenu lors des attentats de Bruxelles témoigne de son stress post-traumatique : une étude sur le sujet enfin réalisée.

Gaëtan Meuleman est un infirmier urgentiste de formation. Il est intervenu le jour des attentats de Bruxelles à la station Maelbeek. Il témoigne pour la première fois aujourd’hui de son SSPT.
Un phénomène qui touche ceux qui ont vécu de près ou de loin un événement particulièrement violent. Il s’agit d’un état complexe, composé de plusieurs symptômes variables en fonction des individus, comme l’intrusion fréquente de souvenirs, d’odeurs, d’images associés au traumatisme. Une chercheuse de l’ULB a participé à une étude sur le sujet, pour aider les victimes à contrôler ces états de stress.

■ Reportage d’Alexis Gonzalez et Ana Lawan


Facebook : https://www.facebook.com/BX1officiel
Twitter :
https://twitter.com/BX1_Actu
Instagram :
https://www.instagram.com/bx1_officiel


urgentiste sspt
Des chercheurs ont étudié les réseaux cérébraux impliqués dans le trouble de stress post-traumatique, chez les victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Leur étude vient de sortir dans la revue Science.

Pourquoi certaines personnes qui ont vécu un traumatisme soufrent-elles de stress post-traumatique alors que d’autres ne développent jamais ce trouble ? Existe-t-il un lien entre les mécanismes de contrôle de notre mémoire et la capacité de résilience des individus ? Des chercheurs de l’INSERM – dont Alison Mary, aujourd’hui de retour à l’ULB – ont travaillé avec des survivants des attaques de 2015 à Paris et apportent des premières réponses, dans un article publié dans la revue Science.

La résurgence intempestive des images et pensées intrusives chez les patients atteints de stress post-traumatique (TSPT) a longtemps été attribuée à une défaillance de la mémoire : un peu à la manière d’un vinyle rayé qui rejouerait en boucle les mêmes fragments de nos souvenirs.

L’étude d’imagerie cérébrale publiée dans Science émet une nouvelle hypothèse : la résurgence de ces images et pensées serait également liée à un dysfonctionnement des réseaux cérébraux impliqués dans le contrôle de la mémoire. Ou pour reprendre la métaphore du disque, le bras de la platine vinyle serait en cause.

Ces résultats permettent d’identifier de nouvelles pistes de traitement afin de stimuler les mécanismes de suppression et de faciliter ainsi le traitement du souvenir traumatique dans les thérapies classiques.

Cette publication est issue du post-doctorat qu’Alison Mary (première auteure de l’article) a mené à l’INSERM, après sa thèse de doctorat à l’ULB. Aujourd’hui Alison Mary est chargée de recherche FNRS dans le laboratoire de Philippe Peigneux – Center for Research in Cognition and Neurosciences (CRCN), ULB Neurosciences Institute (UNI).

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *