Des ateliers d’Art-Thérapie pour les personnes migrantes

LE migrant. Sculpture de Bruno Catalano. Venise.
Il s’agit de proposer un accompagnement multiple à un public de migrants confrontés à l’exil, aux persécutions ethniques, à la guerre et à la torture, à la précarité, aux violences politiques et sociales. Face au trauma, aux expériences extrêmes engageant le social, l’art-thérapie peut constituer une approche originale et novatrice favorisant la mise en place de différentes formes de narrativité : verbale, plastique, dramatique. Les médiations artistiques peuvent aider à explorer différents aspects du vécu interne des acteurs par la médiation d’un filtre permettant de contourner la confrontation directe à la remémoration traumatique.
A RIVO, Miguel peut dessiner, faire de l’artisanat, jouer avec de la pâte à modeler et bénéficier d’un soutien avec son thérapeute qui l’aide à surmonter ses craintes. « Les problèmes de santé mentale peuvent être un concept abstrait pour les personnes qui ne sont pas en contact direct avec les réfugiés souffrant de problèmes psychologiques », explique Véronique Harvey, porte-parole de RIVO et elle-même thérapeute.
« Il est important d’accroître la sensibilisation aux blessures émotionnelles de manière à les rendre visibles aux yeux du grand public et des gouvernements. »

Catégories

Nous contacter par courriel

Nous avons réalisé un village d'argile avec les personnes réfugiées abritées par l'association Aurore au cours d'un atelier en cinq séances et une trentaine de participants.

Pour, de nouveau cinq séances, et une quinzaine de participants, nous avons réalisé un paysage de sable sur carton plume.
Travailler sur le sentiment de perte incommensurable
Travailler sur l’éphémère est peu indiqué pour des personnes qui ont tout perdu. Nous ne sommes pas face à une difficulté névrotique de renoncer à l’objet parental mais à une expérience de trauma même si celui-ci vient toujours s’inscrire dans une histoire individuelle, familiale et groupale. Il s’agit donc au contraire de travailler sur ce qu’on peut garder, sur ce qui est susceptible d’être sauvegardé malgré tout, sur la réparation possible en tant que sur le deuil de ce qui est perdu à tout jamais. Coller le sable quitte à ce qu’une quantité superflue disparaisse, ne pouvant pas de fait rester collée, permet de montrer qu’une base est toujours là au risque de devoir composer avec des pertes. Par contre, créer une œuvre et la détruire ne saurait participer à un travail de symbolisation étant données les angoisses massives des participants.

De petites séances de Danse-Énergie-Thérapie – DET

La Danse-Energie-Thérapie (DET) est une proposition thérapeutique à travers la danse qui intègre également une dimension énergétique par son approche de techniques orientales comme l’aïkido et le qi gong centrés sur le souffle, dans une unité harmonieuse corps-âme-esprit. La DET cherche à éveiller en chaque être le désir de s’exprimer, de créer et de communiquer.

Accueil des mineurs isolés : la France n’assume pas

Enfance. Accueil des mineurs isolés : la France n’assume pas
Jeudi 8 Novembre 2018
Olivier Chartrain
Face à l’afflux de mineurs non accompagnés, certains départements sous pression déploient des stratégies pour ne pas les accueillir. L’Etat, lui, ne se presse pas pour leur en donner les moyens.
Des mineurs, adolescents dont la majeure partie est âgée de 15 ou 16 ans, jetés à la rue par ceux-là mêmes qui sont chargés de les protéger. Cela se passe aujourd’hui, en France, au mépris de la loi et des textes internationaux – en particulier la Convention internationale des droits de l’enfant – que notre pays a pourtant signés, s’engageant à les respecter. Où ça ? Un peu partout, et très probablement près de chez vous. Qui sont-ils ? Ceux que la terminologie officielle désigne sous le nom de « mineurs non accompagnés » (MNA), après les avoir longtemps appelés les « mineurs isolés étrangers » (MIE). Autrement dit, des jeunes – des garçons, à plus de 95 % – qui quittent leurs pays pour fuir la guerre, la misère, l’errance et, au terme de parcours particulièrement traumatisants, arrivent en France.


Dans un contexte très difficile pour les mineurs isolés qui se trouvent livrés à eux-mêmes, les asso ciations sont souvent leur dernier recours. Mehdi Chebil/Hans Lucas

« Au revoir, il n’y a pas de place pour toi »

Dispensés de titre de séjour, ils ne sont pas et ne peuvent pas être considérés comme en situation irrégulière : c’est leur qualité de mineur qui prime sur toute autre considération, impliquant un besoin de protection et d’accompagnement quand aucun adulte, aucune famille ne les prend en charge. La loi leur garantit de ce fait une égalité de droits avec n’importe quel autre enfant présent sur le territoire français. Il ne s’agit pas seulement de leur fournir un hébergement : outre leur scolarisation, ces adolescents ont souvent besoin d’un suivi sanitaire, voire psychologique. Ils entrent donc dans le cadre du dispositif de l’aide sociale à l’enfance (ASE), laquelle fait partie des missions des départements.
Et c’est là que la machine déraille. Les MNA « sont traités de façon indigne par les institutions qui devraient assurer leur protection », dénonce le collectif Jujie (Justice pour les jeunes étrangers isolés), qui lance une campagne d’alerte sur le sujet (voir encadré). De fait, de très nombreux témoignages, dont certains sont publiés sur le blog créé à cet effet par Jujie, apportent la preuve de la « maltraitance institutionnelle » dont ces jeunes sont victimes.

Pour aller sur l’article, cliquez sur le logo de l’Humanité

Mort d’un interprète afghan oublié par la France – 28 minutes – ARTE

Mort d’un interprète afghan oublié par la France – 28 minutes – ARTE

Ajoutée le 26 oct. 2018

S’ABONNER 24 K
Claude Askolovitch revient sur la mort d’un ancien interprète des forces françaises, un Afghan, Qader Daoudzai, abandonné à son sort. Bien qu’ayant travaillé pour la France, sa demande de visa a été refusée. Une bombe des talibans l’a tué… 28′ est le rendez-vous quotidien d’actualité sur ARTE, 100% bimédia, du lundi au vendredi dès 20h05. Retrouvez toutes les informations sur notre site : http://www.arte.tv/28minutes.