Viol et réactions génitales et sexuelles par Marie-France Casalis

Page 25
Pendant l’agression sexuelle, la victime peut éprouver des réactions mécaniques dans la zone génitale.
Ces réflexes ne témoignent pas d’un plaisir sexuel en ce sens qu’ils sont des réactions physiologiques réflexes. Pour celles des victimes qui les ont éprouvés ils aggravent souvent son sentiment de culpabilité. Ces réactions provoquent fréquemment des conséquences difficiles dans son rapport à son propre sexe et dans ses relations sexuelles avec l’autre. Ayant été trahie par les réactions les plus intimes de son corps, il lui devient parfois difficile, dans un rapport sexuel désiré, de laisser venir la sensation de l’orgasme. De plus, quand l’agresseur cherche à obtenir cette réaction mécanique que la femme violée ressent à son corps défendant, cela s’inscrit dans une stratégie pour leurrer la victime, comme l’auteur, sur la réalité de l’agression en faisant accroire que réaction sexuelle de plaisir signifie consentement. L’agresseur exploitera cette réaction pour s’innocenter. 

BD – Féroce colère et plaisir

Ce matin j’ai fait un texte sur ce que j’éprouve comme sensation au niveau de mes écrits.
J’ai en moi parfois de la rage, de la colère, de l’énervement et des pleurs.
Je devais le représenter en dessin, aujourd’hui a été une journée très dure sur tous les points à cause des médicaments, de la fatigue qui s’accumule, au manque de sommeil et à des nuits agitées.
Ma concentration, mes absences n’arrangent rien, alors pour le dessin je ne savais plus du tout ce que je devais faire et quand j’avais une idée elle repartait aussitôt et plus je m’y accrochais plus le phénomène augmentait, cela m’énervait. Je voulais faire ce dessin à tout prix, et plus j’avançais dans ce travail et moins cela ressemblait à quelque chose. Éventuellement des formes bizarres ressortaient et je ne trouvais toujours rien pour trouver les mots pour l’expliquer donc je suis passée à l’étape suivante : j’ai commencé à peindre avec les huiles. Je savais que je partais dans le brouillard sans aucun but, j’allais droit dans le mur, mais cette pulsion était bien installée : avancer avancer je n’avais que cela en tête, faire sortir une forme de ce dessin, donc j’ai pris un gros pinceau et j’ai fait du noir après un peu de gris, du rouge et je rajoutais de plus en plus d’eau pour jouer avec le dégradé de couleurs et plus j’effaçais l’inutile des formes qui ne ressemblaient à rien, plus je découvrais des yeux qui se formaient mais en position comme des jumeaux des siamois. J’y prenais goût j’avais enfin découvert une forme, si vous regardez bien en haut on peut imaginer un front et en bas une bouche autour je dirais que cela ressemble à une crinière de lion cela me fait penser à la série Daktari et Clarence le lion qui voit double. Donc je peux dire lion égale rage férocité colère et je confirme que mon dessin n’est pas si nul et je ne l’ai pas si foirer, c’est cool non !