Livre Neuropsychology of Art

Neuropsychology-of-ArtRelié :  261 pages
Editeur :  Psychology Press (Décembre 22, 2005)
Langue :  Anglais
ISBN-10 :  1841693634
ISBN-13 :  978-1841693637
Dimensions :  6,1 x 0,8 x 9,2 pouces
L’importance de l’art dans l’existence humaine a longtemps été une source de perplexité, de fascination et de mystère.
En neuropsychologie de l’art, Dahlia W. Zaidel explore les régions du cerveau et des systèmes neuronaux qui favorisent la créativité artistique, le talent et l’appréciation.
Les deux arts visuels et musicaux sont abordés dans un contexte neurologique.
Preuve de la recherche sur le cerveau plus récente pertinente est présentée et un examen critique dans le but de clarifier la relation cerveau-art, le langage et le traitement visuo-spatial perception.
Les conséquences des problèmes de perception dans les artistes célèbres, ainsi que des données provenant de savants autistes et des artistes établis avec des lésions cérébrales à la suite d’accidents vasculaires cérébraux unilatérale, de démence ou d’autres troubles neurologiques, sont mis en examen et les effets des dommages à des régions spécifiques du cerveau explorées.
Une importante compilation de rares cas d’artistes atteints de lésions cérébrales est fourni et les capacités cognitives nécessaires à la neuropsychologie de l’art en revue.
Ce livre s’appuie sur des principes interdisciplinaires de la biologie de l’art, l’évolution du cerveau, l’anthropologie et le cinéma par le biais de la question de la beauté, de la langue, de la perception et de la spécialisation hémisphérique. Il sera d’intérêt pour les étudiants avancés en neuro-psychologie, les neurosciences et la neurologie, aux cliniciens et les chercheurs et universitaires intéressés par le fonctionnement du cerveau humain.

Corps avatar par Alain Milon

Milon-avec-ou-sans-le-corpsPage 47
Corps avatar
Plus sujet que le sujet lui-même, l’avatar 7 – et les personnalités multiples qui l’accompagnent – constitue le quatrième attribut du cybercorps, autre expression d’un corps qui se met dans l’impossibilité d’avoir souci de lui-même.
Dans l’univers cyber, le corps ordinaire est faible et soumis à des contraintes qu’il ne peut maîtriser. L’avatar au contraire peut tout se permettre ; il condense toutes les possibilités que l’individu souhaite investir, possibilités que la réalité quotidienne lui interdit. Virtuellement tout, il aurait le loisir de prendre telle ou telle forme. Personnage aux nombreuses facettes, le corps avatar peut enfin vivre ses fantasmes puisqu’il n’aurait plus que de lointains rapports avec la vie ordinaire.
Mais à bien observer la véritable nature de ce corps avatar, on finit par réaliser qu’il n’est pas autre chose que le cache-misère d’un sujet qui mesure rapidement ses carences. Derrière ces différents personnages, c’est le même sujet dans ses lacunes que l’on rencontre, et souvent la multiplicité finit par dévoiler la vacuité d’un sujet dans l’attente d’une intimité absente. L’addition ne fait pas la richesse, et le fait de se métamorphoser en plusieurs personnages ne compensera jamais un vide latent.
7. « Avatar » est le terme consacré dans l’univers des communautés virtuelles, mais cela vaut aussi pour les jeux d’aventures et les jeux de rôle en ligne pour qualifier la personnalité que l’internaute se choisit (aspect physique et caractère).
Pour acquérir le livre, cliquez sur la couv

_________________________

Autres billets sur le livre La réalité virtuelle – Avec ou sans le corps
1/ La réalité virtuelle – Avec ou sans le corps ?