BD – Les crises d’angoisse

Et bien ce sujet tombe bien. Hier soir Emmanuelle m’a fait comprendre que je ne devais plus, enfim éviter me metre en cgrrrrrr é e é e  é e éele é e é e grrrrr é e é e t e u e é e é e é e grrrrrrrrrrlère je reprends en colère par rapport à Grr Grr,  mais ne pas me mettre en colère ? Quand j’ai lu ce message cela m’a mise dans tous mes états. Et même maintenant c’est une situation qui m’angoisse. Comment je vais faire ? Cela me préoccupe beaucoup. Comment faire sortir cette terrible colère qui est en moi ? En général je le fais avec Emmanuelle car quand je vais trop loim ele m’arétegrrrrrrr é e é e é e t e u e é e é e é e grrrrrrrrr je reprends elle m’arrête tout de suite, elle me calme. Une chose qui marche très bien pour le moment, je crois que je suis une personne perpétuellement angoissée. Je me lève avec cette sensation et je me couche avec, même dans la nuit elle me fait ressentir un mal être terrible dans mon corps elle me réveille et c’est terminé. Je pense que c’est normal que j’ai des préoccupations, des émotions, (colère, tristesse, inquiétude, jalousie, peur, passion etc.) car dans ma vie je suis continuellement touchée par plein de choses et cela fait réagir toutes mes émotions dont l’angoisse. L’angoisse c’est comme l’anxiété cela se ressemble, sauf que la sensation est beaucoup plus forte. D’ailleurs je n’emploie jamais cette phrase : « je suis anxieuse ! » C’est constamment « je suis angoissée ou alors cela m’angoisse ». J’angoisse quand elle apparaît cela veux dire que j’ai quelque chose qui me perturbe, qui ne tourne pas rond, certaines personnes disent c’est comme un signal qui dit attention, mais pas pour moi. Elle représente un danger et comme dans ces moments-là je suis tellement encrée dans cette angoisse que je me noie dedans même, plus rien n’existe autour de moi et comme je n’arrive pas à trouver la solution et bien je tourne en rond, je m’énerve, je m’egrrrrrrrrr é e é e é e é ele é e é e é e grrrrrrr je reprends je m’exgrrrrrrrrr é e é e é e le é e é e é e grrrrrr  é e é e é e t e u e é e é e é e grrrrrrrrr je reprends je m’excite, ce cercle vicieux et cela se transforme en angoisse. Le problème parfois si cette angoisse m’apparaît très fortement, c’est que j’ai peur de me confronter aux problèmes en question, de trouver une solution, ce qui n’ai pas toujours facile pour moi à cause de cette croyance erronée que j’ai en moi et que je n’arrive pas à changer : ne pas être sûre de moi, dans mes gestes et dans mes paroles, de ne jamais bien faire . Cela me fait peur et ça se transforme en une angoisse constante et cela mét terible dure et mgrrrrrrrr é e é e é e é ele é e é e éme mom papa to jenti mom papa aaaaaaaaaaaaaaaaaa fait souffrir.
Je reprends cela mais terriblement dur et me fait souffrir et ça me bloque complètement aussi pour continuer après, pour m’orienter différemment, pour trouver cette foutue solution. Parfois il m’arrive aussi d’être angoissée, sans trop savoir pourquoi, à la suite d’une conversation que j’aurais eue avec une personne et que dans mon inconscient cela a fait tic, peut-être à la suite d’un mot, je ne sais pas.
À la suite d’une sortie, cette angoisse est là. Me retrouver dans un endroit qui pour moi ne représente rien mais qui me rappelle quelque chose qui peut l’avoir déclencher, une odeur ou une couleur. Ou alors quand je sais aussi que je dois sortir, que je n’ai pas le choix, alors là, à l’intérieur de moi, tout est bloqué. Et quand je me retrouve dehors, cette angoisse peut prendre et se transformer en des proportions énormes, avec tous les symptômes qui vont avec.
Comme samedi dernier pour le groupe de parole, j’avais en moi une douleure tgrrrrrrrrrr é e é e é e é e ele é e é e é e grrrrrrerrible. Je reprends, j’avais en moi une douleur terrible. J’avais du mal à respirer, des sueurs, les jambes en coton et l’impression que j’allais m’écrouler. Et dans ma tête tout était embrouillé. Je suis très mal et je me sens ridicule en plus quand cela m’arrive devant des personnes, je n’ai qu’une envie : rentrer me cacher, me faire oublier. De plus, je suis très agressive dans ces moments-là. Je sais que l’angoisse est une réaction normale soit disant. C’est ce qui se dit, mais ce qui est inquiétant c’est que quand cette angoisse ne vous quitte jamais, qu’elle vous empoissonne la vie. Et cette angoisse que je provoque souvent qui débute par un simple petit détail mais minime et qu’une personne qui sait bien gérer ses émotions peut vite régler sans que pour autant, cela aille plus loin que cela tourne en obsession. Cette obsession qui en est devenue une pour moi. De plus toutes mes résistances sortent en plus dans ces moments-là ce qui n’arrange rien non plus à la situation. D’ailleurs des fois je me dis que c’est à cause de cette angoisse que c’est elle qui m’empêche de réfléchir que ce n’est pas mon problème. Donc, il faut que j’arrive d’abord à trouver une solution pour l’enrayer, pour l’étouffer. Cette angoisse après je peux réfléchir, mais je n’y arrive pas alors elle augmente encore plus et cela devient infernal. Plus possible à vivre avec elle et c’est un mal être profond qui s’installe dans tout mon corps. Je me dis que c’est de ma faute, je m’insulte, je me rabaisse, je me punis et c’est reparti pour un tour et cela peut durer des jours. Et en attendant mes problèmes ne sont pas résolus. Pour moi les angoisses sont sources de danger elles ne m’apportent rien de bien. Je dois les fuir, elles me rendent malade, mais je n’y arrive pas, elles me collent, me ronge le système nerveux et m’épuise. L’angoisse c’est une réelle souffrance. Elle me touche le corps et le psychique fortement. Elle me pourrit entièrement, elle me provoque des douleurs terribles au niveau de la poitrine et je suis obligée de m’arrêter de respirer pour qu’elle passe mais cela me fait terriblement mal. Pour vous montrer combien elle est cruelle cette angoisse avec moi, on dirait que je fais une crise cardiaque à chaque fois. Un jour les pompiers sont venus tellement j’étais mal et que j’avais mal. Je sais qu’il y a différentes façons pour soigner ces angoisses, il y a des médicaments,  la respiration, le yoga etc. mais ce n’est pas pour moi tout cela, je ne suis pas capable, j’ai déjà essayé et les médecins ont constaté que je ne suis pas prête pour l’instant. Le problème est que moi rester allongée, les yeux fermés ou ouverts sans bouger sent magigrrrrrrr é e é e é e o e é e é e ele é e é e grrrrrrrrrté je reprends sans m’agiter, ce n’est pas une chose possible, une chose que je n’ai pas acquise. Je ne sais pas pourquoi c’est une source de problème et ce qui me provoque cette difficulté de rester calme et apaisée dans ces moments-là, de rester allongée ou même assise. Je crois que cét le silemsseengrrrrrrrrrrrr é e é e  ée  é ele é e é e é e grrrrrrrrrre je reprends c’est le silence, pas faire de bruit. Ne rien dire. Je ne supporte pas le silence. Cela me provoque des frissons. Pour moi le silence représente la mort voilà le problème je pense.

BD – Peinture n° 13 – pour la petite fille beatrisse

Dans le texte que j’ai fait ce matin, je parlais de moi et de cette petite fille, celle que je cherche à faire renaitre, celle que je cherche à faire vivre, lui donner les sensations dont on l’a privée, mais je ne cherche pas moi Béatrice à m’en occuper. Je recherche cette personne, je crois que je ne sais pas comment aussi rattraper les dégâts qui ont été fait la concernant et cela me fait peur car moi-même je ne suis pas guérie de cette enfance, de toutes ces blessures qui me font énormément souffrir.
Je crois que je n’ai pas non plus tous les outils en main. Là-dessus aussi beaucoup de chose me reste à apprendre, car moi de mon côté je dois apprendre à évoluer dans certains domaines qui sont aussi importants pour bien accueillir cette petite fille.Je ne suis pas capable de lui donner tout cela pour l’instant, donc voici mon dessin, la femme c’est moi avec au niveau de la tête les parties de mon cerveau qui sont démolies mais aussi cette forme rouge qui est au-dessus de ma tête, cete forme, c’est l’épaisseuer de ma cogrrrrrr é e é e  éele é e é e grrrrrr é e é e t e u e é e é e é egrrrrrrr je reprends c’est l’épaisseur de ma colère et après les morceaux fracassés de mon cerveau comme je l’ai dit qui ne peuvent pas se remettre en place car la couche est trop grosse donc impossible de passer. Il faut enlever cette couche.
Maintenant regardez vers la main de la sorte toute ma colère et ma souffrance et cette idée m’est venue quand mon dessin était pratiquement fini car comme vous pouvez le voir mon corps est aussi fracassé de partout donc impossible de faire sortir tout mon mal être, donc par la main je trouvais cela bien. Vous pouvez voir aussi deux cœurs : le mien et celui de la petite fille qui est relié à mon corps, car cette petite fille qui est moi ressort quand je ne vais pas bien mais elle est en moi c’est pour cela qu’elle est reliée par un genre de cordon et il y a aussi cette couche rouge qui est importante. Cela représente ce manque et les morceaux sont ceux qui lui ont fait mal.