Quand la culture tend la main aux réfugiés


Élodie Maurot, le 30/10/2016
Les associations d’aide aux réfugiés sont les premières à souligner l’importance de la culture pour ceux qu’elles accueillent. De leur côté, artistes et institutions culturelles cherchent à prendre leur part dans l’accueil, mais une impulsion politique manque.
Quand on pense aux réfugiés, on pense à l’urgence humanitaire et à l’accès aux droits, mais rarement à l’art et à la culture. Ce sera pour plus tard, pense-t-on souvent… Pourtant, les associations d’aide aux réfugiés ne considèrent pas l’art et la culture comme des domaines accessoires.
Elles les utilisent pour favoriser la rencontre et l’accueil des réfugiés. « Bien sûr, nous n’allions pas nous mettre à jouer de la musique pour les réfugiés au milieu des rats du bidonville de Calais, reconnaît Yann Manzi de l’association Utopia 56, qui se souvient du choc ressenti quand il a mis les pieds pour la première fois dans la « jungle ». Venus du Festival des vieilles charrues où il s’occupait de logistique, habitué à gérer foules et acteurs associatifs, Yann Manzi et ses acolytes ont d’abord organisé la récolte des poubelles, « mais nous avons promu les projets artistiques, à chaque fois que c’était possible », témoigne-t-il, évoquant des « bœufs » mémorables entre musiciens syriens réfugiés et… groupes de musique bretonne ! Ce citoyen militant en est convaincu,

« les moments culturels sont ceux où nous pouvions le mieux entrer en contact avec les réfugiés. La musique, le chant, la danse franchissent les barrières et créent tout de suite un lien ».

Pour aller sur l’article, cliquez sur la photo

Une réflexion au sujet de « Quand la culture tend la main aux réfugiés »

  1. Il n’y a pas longtemps j’ai fait cette belle découverte concernant la culture des migrants et ceci lors du « Printemps de poètes ».
    Par exemple au moment de ce partage de la musique de leur pays, de leurs danses et des textes de poésies dans leurs langue maternelle.
    Je pense que c’est important de leur laisser exprimer une origine, car ce sont leurs racines, elles retranscrivent d’où ils viennent mais aussi où ils sont nés.
    En venant en France les personnes étrangères ont emmené avec elles leur pays mais aussi les souvenirs et aussi l’éducation qu’ils ont reçue par leur famille ce qui pour eux reste très important.
    Le partage de la culture qu’elle soit française ou étrangère est peut être un premier lien qui permet à la personne de pouvoir faire les premiers pas vers une intégration, dans un pays mais aussi envers les autres.
    C’est pour moi comme une transmission qu’une personne étrangère fait envers par exemple un français et cela peut se faire également dans l’autre sens. C’est un peu accepter la personne comme elle est, avec peut-être son autre mode de vie etc que le notre, comme s’il n’y avait pas de barrière.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *