Qu’est ce que l’Art-thérapie ? Par Caroline Basciani

Logo-Caroline-Basciani
L’ Art-thérapie est une approche dont les fondements sont en lien avec la psychologie et l’expression créatrice. Elle se « traverse », se « chemine » par l’intermédiaire de supports (médiums) : écriture, peinture, théâtre, danse, musique… Et n’est pas que du registre de l’imaginaire, elle est aussi une création intuitive et spontanée, laissant surgir une forme venue de la personne même qui s’y engage, ce qui ne veut pas dire pour autant que cette forme EST (représente) la personne. Elle n’est pas un test projectif et ne sert pas à poser un diagnostic.

– A mon sens, elle n’est pas non plus l’art pour l’art, l’art en soi, mais l’art de prendre soin, soin  de soi.

La notion de médiation est très importante car le médium (support) utilisé sert d’intermédiaire à la personne pour communiquer, s’ exprimer, mettre en « forme » sa création intime et personnelle, et la notion de processus est capitale pour que ce -langage médiatisé- chemine, s’élabore, et prenne  sens en direction d’un changement. Le processus, permet d’ intégrer, de digérer, puis pas à pas de transformer ce qui fut ou est peut-être encore en présence sans trouver d’issue.

Cette activité est en soi un facteur thérapeutique tout d’abord par la relation d’échange avec le thérapeute et puis parce qu’elle engage à se reconnecter avec son être intime par une élaboration constructive, en profondeur, qui permet de réduire voire de stopper des phénomènes de répétitions négatifs, de souffrance, de  mal être….C’est au fil du processus que la production transporte avec elle une revalorisation narcissique et réparatrice. Le projet vise une amélioration, un changement, une nouvelle perspective, la réduction d’un symptôme, une transformation.

L’art-thérapie propose en réponse de créer, recréer au prime abord par la symbolisation, ce qui peut être de l’ordre de l’impossible à dire, à représenter, « à se représenter ».

Sans se moquer ou proscrire l’art- thérapeute soutien, aide, accompagne la personne pour qu’elle oeuvre à sa propre réponse créatrice.

La personne va intégrer, puis transférer dans ses productions ses difficultés,souffrances, douleurs… malheur, angoisses, peurs, colères….Mais nous ne lui demanderont pas de « s’en expliquer ».  C’est dans le respect de la personne sans soucis de quantité ou de performance et sans vouloir t   »à tout prix » à provoquer l’expression, que la production adviendra et nous permettra de comprendre que la personne est sur le chemin qui la concerne et au début d’une certaine maîtrise de la situation.

L’Art-thérapie, n’est pas un cours et si des conseils sont nécessaires, ils permettent seulement à la personne d’aller plus avant dans son exploration. L’art-thérapeute accompagne dans la relation humaine avant tout en prenant soin de ne pas être intrusif, de ne pas induire ce qui vient de sa personne, de ne pas agir à la place de -l’autre-, il respecte les défenses et les résistance de chacun(e).

L’art-thérapie – Jeu de sable & contes – dans les prisons et l’armée russes

15 novembre 2013
RBTH, MARINA OBRAZKOVA

Les méthodes psychothérapeutiques traditionnelles s’implantent difficilement en Russie. Même s’il existe de plus en plus de centres psychologiques et de spécialistes privés, s’adresser à eux n’est toujours pas entré dans la pratique. Toutefois, l’art-thérapie est en vogue dans l’armée et les prisons.

Le système d’exécution des peines (FSIN) de Russie a commencé l’« expérimentation sablée » dans les camps de la région de Krasnoïarsk. Les psychologues ont décidé de recourir à la thérapie du jeu de sable pour travailler avec les détenus les plus difficiles.

Il s’agit de personnes avec toutes sortes de phobies, ainsi que ceux qui sont renfermés, écrasés, qui n’arrivent pas se résigner à leur sort.
Les psychologues sont convaincus que les jeux dans le bac à sable aident à se débarrasser d’émotions négatives. On propose aussi aux détenus de dessiner avec du sable sur des tables lumineuses spéciales, en modelant des situations de vie.
Les premiers résultats de l’expérience ont confirmé qu’après la thérapie du sable, les prisonniers deviennent plus ouverts, avenants, sûrs d’eux-mêmes, écrit le journal Moskovsky Komsomolets. Grace à ces séances, le niveau d’agressivité a baissé chez de nombreux prisonniers qui aident désormais leurs « frères d’infortune ».
Les détenus eux-mêmes racontent que le contact tactile avec le sable suscite beaucoup de sensations positives. Les psychologues ont même révélé, parmi les participants à l’expérimentation, de véritables talents, qui suivront des cours de peinture.

Comme l’explique l’art-thérapeute et directrice du studio d’art-thérapie « Dessinons avec le sable », Oksana Mikhaïlova, le travail avec le sable est très efficace et souvent utilisé pour forcer quelqu’un à s’ouvrir.
…/…


Pour ce qui est des militaires, les spécialistes notent l’efficacité de la thérapie par le conte. Pour aider les nouvelles recrues à s’adapter à un service difficile, les psychologues militaires de la flotte de la Caspienne, hormis les méthodes et tests traditionnels, utilisent le dessin, la peinture, le graphisme, et la lecture de contes.

Comme l’explique le directeur de la chaire d’anthropologie philosophique et d’art-thérapie de l’Institut de psychologie et de pédagogie, Vladimir Nikitine, la thérapie par le conte est un moyen efficace pour résoudre des situations compliquées. Qui plus est, il ne s’agit pas seulement d’écouter des contes mais également d’en inventer.

« Toutefois, il ne suffit pas d’inventer des histoires ou de construire des châteaux de sable, encore faut-il placer de façon compétente les accents dans le travail psychologique. L’image créée lors de telles séances demeure dans la conscience de la personne et peut ensuite provoquer des émotions positives ou négatives », explique-t-il.
…/…
Les droits sur ces publications sont la stricte propriété du journal Rossiyskaya Gazeta

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de Russia Beyond The Headlines