4/ Emmanuelle Cesari – Atelier 4 – Argile/modelage – L’identité – La victimologie

4/ AP = Arts plastiques = Emmanuelle Cesari

L’objectif général de cet atelier est de permettre aux patients de rompre avec leur statut de « victime » en s’affirmant et de les aider à redevenir des « acteurs » à nouveau respectés.

Une victime est un individu qui a subi un dommage reconnu par une loi, un texte ou un règlement.

Une fois les séquelles physiques levées, cette activité s’adresse aux patients qui ont suffisamment avancé dans leur reconstruction psychique. La nature de l’intervention en art-thérapie est personnalisée et toujours en rapport avec les objectifs thérapeutiques et le handicap ou les problématiques du ou des participants. L’art thérapie permet de travailler sur une infinité d’éléments comme le mouvement, le rapport à l’autre, la mémoire sensorielle, etc… Cette technique permet d’amener progressivement les participants à vouloir jouer, prendre la parole et s’exprimer.

Atelier sur le thème de l’identité & de la victimologie

Proposition de manipuler l’argile pour pouvoir réaliser une transformation d’une non forme pour lui donner votre forme. Vous pourrez apprivoiser l’argile et avancer avec votre sensibilité à la forme. Se confronter à la masse pour la séquencer. Une relation à la terre pour pouvoir jouer avec l’imaginaire propre. Ces consignes simples permettent une mise en route rapide avec les mains et évitent les blocages.

Consigne

Une première consigne pour entrer en contact avec la matière. Production individuelle en création libre.

Pétrissage d’un bloc de terre

Moitié d’un paquet. Faire quatre bandes plates. Laisser sécher durant le temps des trois ébauches suivantes.
Avec ces quatre bandes, créer une maison

Capacité de la transformation. Imaginaire d’une maison. Symbolisation de forme.

Trois ébauches en six minutes

Prendre un tiers de pain d’argile à couper en trois boules à travailler. Faire une forme de boudin, une autre forme d’avocat, et une troisième forme de citron.

A partir des empreintes de mains. En fermant les yeux travailler pendant six minutes une boule d’argile à transformer dans sa forme pour créer un corps.

Côté contact direct et laissez son empreinte. Sensoriel. Il n’y a pas de question technique puisque tout le monde a une empreinte. Toujours essayer de déconnecter du jugement de l’autre.

Mise en commun

Décider au départ si on détruit ou si on garde un certain temps la réalisation commune.

Sur une table à l’écart – Consigne : village – venir poser ses productions en choisissant une place collectivement.

Alternance des productions personnelles et des mises en commun. Détachement de sa production personnelle – On est plus dans la tâche –. Le groupe intervient sur la forme dans le sens où il donne un sens à la relation à l’autre par l’objet créé.

Objectifs

Travailler sur la rupture du sentiment d’appartenance

Décalage par rapport au système d’appartenance habituel. Le sujet a vécu quelque chose d’extraordinaire. Le sentiment de honte s’installe avec le sentiment d’abandon. Le sujet s’aperçoit qu’il n’est plus protégé du tout.
Le monde protecteur est une utopie, qui nous permet de ne pas être dans un sentiment paranoïaque.

Les membres du groupe produisent ensemble des mises en scène de leur propre imaginaire et le sujet n’est pas seulement en transfert sur l’art-thérapeute mais sur tous les membres du groupe qui lui renvoient une image en écho (audition du discours des autres) et en miroir (vue du visage des autres)

Ainsi, les enjeux psychologiques du sujet peuvent résonner avec ceux du groupe et inversement.

Le groupe contient la vie émotionnelle et pulsionnelle des sujets regroupés
(fonction de pare excitation), il bruisse, il est actif symboliquement.
Il transforme les représentations.

Durée

Deux heures :
Une heure – notion de rythme. Calme dans le travail individuel et circulation collective.
20 minutes : Pétrissage du bloc en plaques 2 X 10 minutes.
20 minutes : 3 ébauches X 6 = 18 minutes – Pétrissage.
20 minutes : mise en commun village.

Participants

10 usagers – 1 aide – 1 Art-thérapeute

Matériel

Les participants peuvent prendre des formes pour le moulage qui viennent de leur collecte au préalable
Je partage les outils de modelage avec Lara du Plessis qui commence l’argile plus tôt.

http://www.cultura.com
http://www.geant-beaux-arts.fr

Support – Argile autodurcissante
cultura.com


cultura.com
Argile rouge de 10 kg

 

4,99 € x 5

4,99 € x 5

 

24,95 €

24,95 €

Fil à couper l’argile
cultura.com

Fil d’acier – coupe argile

 

1,99 € x 3

1,60 € x 3

 

5,97 €

4,80 €

Ébauchoirs en buis
cultura.com
Set 6 ébauchoirs en bois de buis
beauxarts.fr
Assortiment de 7 ébauchoirs
 

5,69 € x 3

8,25 € x 3

 

17,07 €

24,75 €

Mirettes
cultura.com
Lot 5 mirettes coupantes
beauxarts.fr
Assortiment 6 mirettes I Love Art
 

6,99 € x 2

7,45 € x 2

 

13,97 €

14,90 €

85,74 €

Setting

Une grande salle.
Première partie du travail :
Organisation de la salle en sous groupes
Deuxième partie de l’atelier :
Une grade table au milieu ou dans un coin de la salle sur laquelle va s’élever le village d’argile
Installation – 15 mn
Rangement – 15 mn


  • reconnaître l’horreur de ce qu’a vécu la victime ;
  • ne pas banaliser ce qu’elle a subi ;
  • lui offrir une écoute bienveillante ;
  • être patient
  • l’encourager à partager ses expériences, mais sans se prendre pour un psychothérapeute ;
  • lui conseiller de consulter son médecin traitant ;
  • l’encourager à continuer le traitement si elle est allée consulter son médecin traitant : les traitements antidépresseurs peuvent efficacement l’aider à « rebondir » ;

Il vaut mieux parler de situations potentiellement traumatisantes », car telle situation peut être :
– traumatisante pour un sujet et pas pour un autre,
– ou traumatisante pour tel sujet aujourd’hui, alors qu’elle ne l’eût pas été hier et ne le serait pas demain, dans d’autres circonstances.
L’importance du vécu subjectif.
L’histoire du sujet, le moment dans lequel il se situe, est très importante.


flyer-13-or-de-vie-e

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire