Comment les enfants traumatisés voient le monde, d’après leurs dessins

Drawings made by former child soldiers in Uganda.
Comment les enfants traumatisés voient le monde, d’après leurs dessins

Le stress toxique durant l’enfance peut durer toute une vie, mais il n’est pas nécessaire qu’il le soit.
Un article publié dans le TIME

at naina.bajekal@time.com.
November 14, 2018
En mai, le ministre américain de la justice Jeff Sessions a annoncé le début de la politique de « tolérance zéro » de l’administration Trump visant à séparer les familles de migrants à la frontière mexicaine. « Si vous introduisez clandestinement un enfant » dans le pays, dit-il, « nous vous poursuivrons, et cet enfant sera séparé de vous comme la loi l’exige. » En seulement six semaines, plus de 2 600 enfants ont été enlevés à leurs parents ou à d’autres adultes. Bien qu’un juge fédéral ait ordonné au gouvernement de réunir tous les enfants avec leur famille d’ici le 26 juillet, des centaines d’entre eux sont probablement encore détenus par les États-Unis. Et le traumatisme psychologique infligé est susceptible de causer des dommages à vie à ces enfants, disent les experts.
Il est particulièrement difficile de savoir comment les enfants eux-mêmes réagissent à un traumatisme, parce qu’ils ne sont pas toujours capables de communiquer ce qu’ils ressentent. Depuis des décennies, l’International Rescue Committee (IRC) travaille avec des dizaines de milliers d’enfants dans des pays en difficulté, souvent déchirés par la guerre, qui souffrent de ce qu’on appelle le stress toxique – un cycle incessant de traumatismes, de violence et d’instabilité, associé à un manque de soins adéquats à la maison. Dans certains cas, l’IRC a utilisé le dessin pour aider les enfants à s’ouvrir ou pour traiter leur traumatisme. Les dessins de projets de l’IRC au Cambodge pendant le génocide, en Sierra Leone et en Ouganda au début des années 2000 et en Jordanie l’année dernière, montrent ce que c’est que de supporter le déplacement, la violence et la séparation, à travers les yeux des enfants eux-mêmes.
« Au fil des décennies, les enfants expriment le traumatisme de la violence de manière très similaire « , déclare Sarah Smith, directrice principale de l’éducation à l’IRC. Elle dit que de tels dessins montrent à quel point il est urgent d’intervenir et de fournir un soutien psychologique et social.


Le stress se divise en trois catégories. Le stress positif est peut-être mieux compris comme un défi personnel auquel vous pouvez faire face ; c’est un élément essentiel du développement sain, comme un enfant qui passe sa première journée avec une autre personne. Il peut aussi être utile, comme l’adrénaline qui vous fait réfléchir plus vite avant de faire un discours. Le stress tolérable est une situation plus difficile – comme la perte d’un être cher ou une blessure grave – qui est atténuée par une relation de soutien et qui peut encore se révéler bénéfique. Mais le stress toxique est insidieux, associé au fait que ces relations tampons n’existent pas. Pour un enfant, cela peut aller de la violence chronique à la maison à des difficultés économiques pénibles – le tout sans la protection d’un adulte aimant.
Mais le stress toxique n’est pas une forme de dysfonctionnement ou de dommage incurable. « Il s’agit d’une réponse biologique saine à un ensemble de circonstances malsaines », dit M. Smith.
Cette réponse saine est ce que votre corps fait lorsqu’il se prépare à affronter ou à fuir une menace. Le cerveau communique avec le corps par l’intermédiaire du système nerveux pour déclencher cette réaction de combat ou de fuite : votre fréquence cardiaque et votre tension artérielle augmentent brièvement, et vous commencez à sécréter des hormones de stress comme le cortisol.
« Lorsque le stress dure longtemps, ces changements rongent graduellement le corps », explique Charles Nelson, professeur de pédiatrie à la Harvard Medical School et au Boston Children’s Hospital. Le stress ferme essentiellement le corps pour qu’il puisse survivre, en revenant à ses besoins les plus élémentaires et en reléguant des fonctions qu’il perçoit comme n’étant pas destinées à une survie immédiate. Cela va du fonctionnement exécutif – le calcul et la planification plus complexes – à la capacité d’empathie. Lorsqu’un enfant vit une longue période de stress toxique, l’organisme ne s’efforce pas de développer ces fonctions supérieures. Il leur est également plus difficile de réguler leurs émotions.
Le stress toxique peut avoir des répercussions à long terme sur la croissance physique de l’enfant, le ralentissant de prendre de la taille et du poids et transformant son architecture cérébrale. Selon des études, les enfants séparés de leurs parents tôt dans la vie et élevés sans l’aide d’une personne aimante et constante ont un impact profond sur les capacités cognitives, les fonctions sociales, la santé mentale et le développement du cerveau. Les expériences négatives vécues pendant l’enfance augmentent les risques de problèmes de santé comme les maladies cardiaques, le diabète et l’abus d’alcool et d’autres drogues.


« Il y a aussi une propension accrue à s’impliquer dans des activités criminelles, à la fois comme victime et comme agresseur », explique Meghan Lopez, professeure auxiliaire à l’Université John Hopkins et chef de mission au Salvador pour l’IRC. « Quand vous regardez les profils à long terme des enfants qui grandissent avec un stress toxique et qui deviennent adultes, cela ressemble un peu aux membres de gangs que nous avons au Salvador. »
Mais il est tout à fait possible de briser ces schémas, surtout avec l’aide d’une communauté solidaire. « Nous devons travailler avec les adolescents et les aider à construire des paradigmes alternatifs », dit-elle. « Mais il est peut-être encore plus impératif de travailler avec les enfants dès leur plus jeune âge et de travailler avec leurs parents pour apprendre de nouveaux modèles d’éducation. »
Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Pour lire l’article en anglais et sa suite, cliquez sur l’image

Peintre et dessinateur syrien Najah Albukai, réfugié politique exilé en France


Notes de transcription de l’interview
Najah Albukai : Avec le départ du régime syrien, certainement on va exposer.
Elisabeth Quin : Est-ce que votre dessin qui est très funèbre, qui est noir, a retrouvé un peu de couleur depuis que vous êtes en France, depuis deux ans ou toujours pas ?
Najah Albukai : En fait, dans cet esprit des prisons, je n’arrive pas à dépasser le bleu, maximum quand c’est clair, ou le brou de noix.
…/…
Quand j’ai été transféré grâce à ma femme et ma famille qui ont payé une somme d’argent, transféré dans les droits communs, j’ai eu le droit d’avoir un bout de papier, un crayon un stylo, donc j’ai commencé à reprendre la main. Mais dessiner le sujet d’une prison c’est impossible. J’ai commencé à faire des petits dessins, des petits croquis pour des prisonniers alors que c’était interdit parce que peut-être que s’ils veulent sortir leur photo…
Quelques dessins qui représentaient des corps des hommes, j’ai essayé de les exfiltrer de prison.
Claude Askolovitch : Donc la liberté c’est maintenant avec les cauchemars ?
Najah Albukai : Oui, malheureusement !
…/…
Elisabeth Quin : Comment avez-vous gardez votre humanité ?
Najah Albukai : Rentrer dans une prison et penser à des tableaux, peut-être c’est du luxe ce que je dis…
Claude Askolovitch : Vous pensiez à des tableaux ?
Najah Albukai : Je pensais aux tableaux de Géricault, le radeau de la méduse par exemple, cette affreuse scène où les gens se tuent pour rester en vie. C’est cette idée en fait dans les chambres de trois mètres sur cinq où il y a 70 personnes. Donc, je ne dis pas que c’est de l’art-thérapie mais un petit peu.


Peintre et dessinateur syrien Najah Albukai, est réfugié politique exilé en France.