DU – Théories du virtuel et applications en psychologie, santé, éducation et culture

Logo-Paris-Diderot-psyDiplôme d’Université
Technologies nouvelles et nouvelles pathologies
Théories du virtuel et applications en psychologie, santé, éducation et culture

Responsables : Serge TISSERON, Frédéric TORDO et Drina CANDILIS-HUISMAN
Université Paris Diderot Paris 7
UFR d’Études psychanalytiques
Formation Permanente
UFR d’Études Psychanalytiques

Intervenants et Conférenciers pressentis

Cette liste est susceptible d’être légèrement modifiée.
Julian ALVAREZ, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, Responsable du développement de serious game
Etienne-Armand AMATO, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication Paris 8, Président de l’OMNSH
Alain BERTHOZ, Professeur honoraire de la Chaire de physiologie de la perception et de l’action du Collège de France, Membre de l’Académie des sciences – Institut de France
Valérie BOUDIER, MCF en Arts plastiques, Historienne et théoricienne de l’art des temps modernes
David CAGE, Auteur de jeux vidéo, Fondateur du studio français Quantic Dream
Dominique CARDON, Sociologue, Chercheur associé au Centre d’études des mouvements sociaux, Paris
Antonio CASILLI, MCF en Digital Humanities à Telecom ParisTech
Philippe COIFFET, Expert pour la robotique, directeur de recherche CNRS
Wilfried COUSSIEU, Sociologue, Chercheur en Sociologie, CEAQ
Sylvie CRAIPEAU, MCF en Sociologie à l’Institut national des télécommunications, Evry
Stanislas DEHAENE, Psychologue cognitiviste, Neuroscientifique, Professeur au Collège de France à la chaire de psychologie cognitive expérimentale
Sylvie FAURE PRAGIER, Directrice de l’Institut de Psychanalyse de Paris
Thomas GAON, Psychologue clinicien, Centre Littoral, Villeneuve St Georges
Philippe GIVRE, Psychologue clinicien, Docteur en Psychopathologie, MCF Paris 7, Psychanalyste
Jean-Claude HEUDIN, Docteur en Intelligence artificielle, Directeur du laboratoire de recherche de l’Institut international du multimédia, La Défense
Olivier HOUDE, Professeur de Psychologie du développement, Paris 5
Roland JOUVENT, Professeur de Psychologie et de Psychiatrie, Directeur du Centre Emotion CNRS, Paris
Dinat KHAYAT, Psychologue clinicienne, Centre d’action sociale de la Ville de Paris
Yann LEROUX, Psychologue clinicien, Docteur en psychologie, Psychanalyste
Olivier MAUCO, Docteur en Sciences Politiques, Concepteur de médias ludiques
Sylvain MISSONNIER, Psychologue clinicien, Professeur de Psychopathologie Paris 5, Psychanalyste
Stéphane NATKIN, Professeur titulaire de la chaire Systèmes Multimédia au CNAM Paris, Directeur de l’ENJMIN
Elena PASQUINELLI, Docteur en Sciences cognitives, Institut d’étude cognitive, ENS.
Rémy POTIER, Psychologue clinicien, Docteur en Psychopathologie, MCF Paris 7
Elie ROTENBERG, Chercheur en informatiques, Directeur stratégique de la guilde Millenium
Rémy SOHIER, Chercheur en Arts et Technologies de l’Image, INREV, Artiste
Michael STORA, Psychologue clinicien, Psychanalyste
Jean-Pol TASSIN, Neurobiologiste, Directeur de recherches INSERM
Serge TISSERON, Psychiatre, Docteur en psychologie, Psychanalyste, Directeur de recherches Paris Ouest Nanterre La Défense
Frédéric TORDO, Psychologue clinicien, Docteur en Psychologie et en Psychopathologie,Psychothérapeute
Mathieu TRICLOT, MCF de Philosophie, Belfort-Montbéliard
Marc VALLEUR, Psychiatre, médecin chef Hôpital Marmottan, Paris
Natacha VELLUT, Psychologue clinicienne, Ingénieure CNRS
Stéphane VIAL, Psychologue clinicien, Docteur en Philosophie, Chercheur en Sciences du design
Benoît VIROLE, Psychologue, Docteur en Psychopathologie et en Sciences du langage, Psychanalyste

Les journées sont coordonnées par Serge TISSERON et Frédéric TORDO

Public

Psychologues et psychiatres concernés par le monde des nouvelles technologies interactives et déjà engagés dans une pratique professionnelle (y compris internes en cours de formation), médecins et professionnels de la santé utilisant l’imagerie numérique (radiologues et échographistes notamment), professionnels de l’éducation désireux d’explorer les possibilités du virtuel, chercheurs, Master en Etudes Psychanalytiques, professionnels d’art-thérapie, éducateurs spécialisés, infirmiers, paramédicaux, étudiants (bac +3 minimum dans ces disciplines) intéressés par l’usage des technologies du virtuel.

Objectifs

Une nouvelle culture est en train de se mettre en place. Ce n’est plus seulement celle des livres, mais celle des écrans, avant de donner probablement naissance à une culture nouvelle associant les bénéfices des deux, une culture « par les écrans ». Cette culture bouleverse tous les domaines : le travail du lien à soi-même et aux autres, le rapport à sa propre image et à l’ensemble des représentations qui nous entourent, la relation au temps, à l’espace, aux divers apprentissages et aux formes de la connaissance.
Ces bouleversements suscitent de nouvelles formes de réseaux sociaux et d’organisation familiale, mais surtout des fonctionnements psychiques différents marqués par la prévalence de mécanismes de défense nouveaux et de pathologies émergentes, notamment de l’ordre de la dépendance.
Le but de ce Diplôme d’Université est d’inviter à comprendre comment le fonctionnement psychique évolue aujourd’hui en fonction des technologies numériques, de donner les instruments pour penser ces changements, et d’envisager comment les apprivoiser pour les mettre au service du développement émotionnel, cognitif et social.

Quatre axes structureront l’année universitaire :
1. Définitions et enjeux : du virtuel psychique au virtuel numérique
Nous nous interrogerons sur la place du virtuel dans la vie psychique et sociale avant même le développement des technologies numériques et des diverses formes de réalité virtuelle qui leur correspondent. Nous interrogerons les apports de la philosophie, de la sociologie, des neurosciences, de la psychologie cognitive et de la psychologie clinique. Nous explorerons les divers usages et les conséquences des technologies numériques, comme support de nouvelles formes de relation à nos objets quotidiens, et leur éventuel rôle de médiation.

2. Nouvelles normalités, nouvelles socialités et nouvelles pathologies suscitées par le virtuel
Nous questionnerons les théories de la normalité et de la socialité au regard de l’évolution technologique, les bouleversements psychiques sous-jacents aux modifications observables des comportements, et les pathologies qui découlent des mésusages. Quelles nouvelles formes d’identité et de subjectivité y correspondent-elles ? Que signifie la fin du refoulement comme mécanisme de défense privilégié et la place prise par des mécanismes longtemps considérés comme « archaïques », comme le déni et le clivage, mais qui se banalisent au point de devoir être envisagés comme de nouveaux référentiels. Nous présenterons les principaux outils psychométriques pour l’étude des usages et des usagers. Nous explorerons les enjeux des nouvelles pathologies liées aux mésusages du virtuel (jeux d’argent, site de vente en ligne, site de rencontre, jeux vidéo en réseaux…). Les technologies numériques rendent-elles ou non dépendants ?

3. Le virtuel au service du soin et de l’éducation
Nous dresserons l’état des lieux des diverses psychothérapies utilisant le virtuel comme médiation, en situation thérapeutique individuelle et de groupe, la prise en charge des traumatismes (notamment traumas de guerre), la prise en charge des pathologies liées à des usages excessifs, la prise en charge des pathologies liées à l’image du corps, notamment à l’adolescence, la prise en charge des troubles envahissants du développement et des handicaps (comment leur rapport à leurs prothèses de plus en plus informatisées questionne-t-il ce que nous appelons « dépendance » et « autonomie », et ouvrent-il le champ de « l’homme augmenté » ?), les indications selon les pathologies : phobies, TED, troubles psychotiques, etc. Nous questionnerons l’indispensable révolution éducative impliquée par le virtuel : la place des mondes virtuels dans l’éducation,
la mythologie des Serious games et leur avenir.

4. Au-delà du virtuel : vers une clinique de l’environnement non humain : Web 3.0 et robots
Nous poserons les fondements d’une clinique de l’environnement non humain dont Harold Searles a inspiré les prémices, à partir d’une étude de nos relations subjectives avec les objets les plus quotidiens. Les robots font en effet déjà
partie de notre environnement, et ils le feront de plus en plus avec des conséquences difficilement imaginables aujourd’hui Quels sont leurs enjeux en termes déontologiques (les robots ont d’ores et déjà la possibilité de prendre l’initiative de tuer) et de protection de la vie privée (le robot domestique vous voit en permanence…) ? Les robots (militaires, de compagnie, de service…) auront-ils le droit d’avoir un inconscient ? Comment les éduquerons nous, développerons nous de l’empathie à leur égard, de quelle façon les frontières de l’humain se déplaceront elles ?

L’enseignement
(susceptible d’être modifié en fonction de la disponibilité des intervenants)
Les axes retenus sont regroupés en 4 modules d’enseignement
1. Définitions et enjeux : du virtuel psychique au virtuel numérique
Intervenants :
David CAGE
Stanislas DEHAENE
Yann LEROUX
Olivier MAUCO
Rémy SOHIER
Serge TISSERON
Frédéric TORDO
Mathieu TRICLOT
Stéphane VIAL
Benoit VIROLE

Le virtuel dans la vie psychique
Du virtuel psychique au virtuel numérique
Culture du livre et culture des écrans
Les apports de la philosophie dans le domaine du virtuel
Les apports de la sociologie
Les apports des neurosciences et de la psychologie cognitive
Les apports de la psychologie clinique et de la psychanalyse
Les apports de la psychiatrie et de la pédo-psychiatrie
Les apports de l’art et des créateurs
Un nouveau domaine de la psychologie, la cyber-psychologie
La place du corps, des émotions, de la mémoire
Vers de nouveaux rituels ?
La famille à l’ère des technologies numériques
De la violence et des images
L’enfant virtuel
L’adolescent et le virtuel
Le jeune adulte, l’étudiant et le virtuel

2. Nouvelles normalités, nouvelles socialités et nouvelles pathologies suscitées par le virtuel
Intervenants :
Etienne-Armand AMATO
Alain BERTHOZ
Dominique CARDON
Antonio CASILLI
Wilfried COUSSIEU
Sylvie CRAIPEAU
Sylvie FAURE PRAGIER
Philippe GIVRE
Dinat KHAYAT
Yann LEROUX
Elie ROTENBERG
Serge TISSERON
Frédéric TORDO
Marc VALLEUR
Natacha VELLUT

Les nouvelles pratiques (nouveaux réseaux sociaux, jeux vidéo en réseaux, jeux d’argent, sites de vente en ligne, sites de rencontre, etc.)
Nouvelle formes de normalité, la fin du refoulement et la généralisation du clivage
Nouvelles formes d’interaction et de symbolisations
Vers l’émergence de nouveaux désirs (désir de l’image, téléchargement de l’esprit, etc.)
Subjectivation, intersubjectivation et empathies dans les mondes virtuels
Vers de nouvelles pathologies ?
* les usages excessifs
* les usages pervers
* la question de la cyber dépendance
* Principaux outils psychométriques pour l’étude des usagers

3. Le virtuel au service du soin et de l’éducation
Intervenants :
Julian ALVAREZ
Valérie BOUDIER
Thomas GAON
Olivier HOUDE
Roland JOUVENT
Sylvain MISSONNIER
Stéphane NATKIN
Rémy POTIER
Michael STORA
Jean Pol TASSIN
Serge TISSERON
Frédéric TORDO

Etat des lieux des diverses psychothérapies utilisant le virtuel comme médiation, en situation thérapeutique individuelle et de groupe
La prise en charge des traumatismes (notamment traumas de guerre) par le virtuel
La prise en charge des pathologies liées à des usages excessifs
La prise en charge des pathologies liées à l’image du corps, notamment à l’adolescence
La prise en charge des troubles envahissants du développement et des handicaps
Les indications selon les pathologies : phobies, TED, troubles psychotiques, etc.
Comment les technologies numériques changent la médecine (échographie, imagerie, etc.)
Comment les technologies numériques changent l’éducation (apprentissages et remédiation)
Mythologies et avenir des Serious games

4. Au-delà du virtuel : vers une clinique de l’environnement non humain : Web 3.0 et robots
Intervenants :
Philippe COIFFET
Jean-claude HEUDIN
Serge TISSERON
Frédéric TORDO

Les pionniers : Harold Searles, Leroi-Gourhan, Serge Tisseron
Les objets quotidiens : d’avant le Web au Web 3.0
Les enjeux des robots : robots militaires, robots de compagnie, robots de service
Les robots auront-ils le droit d’avoir un inconscient ?
Enjeux déontologiques (le robot peut-il prendre l’initiative de tuer ?), protection de la vie privée (le robot domestique vous voit en permanence)
Eduquerons nous, développerons nous de l’empathie à leur égard, de quelle façon les frontières de l’humain se déplaceront elles ?

Programme d’activité
Cours théoriques et conférences

ENSEIGNEMENT :
102 heures, 17 journées de 6 heures.
Les enseignements sont regroupés le vendredi de 14h à 20h.
Effectifs : de 10 à 30.
Délivrance du diplôme :
La rédaction d’un mémoire de fin d’études, dirigé par un enseignant
habilité du D.U. dont la liste sera communiquée ultérieurement, tiendra lieu
d’examen. Le mémoire théorico-clinique sera constitué de 10 à 15 pages
environ. Il sera accompagné d’une bibliographie. Quelques ateliers de
préparation au mémoire seront proposés tout au long de l’année.
Validation :
Assiduité : ne seront tolérées que 20 % d’absences. Au delà, l’Université se
réservera le droit de ne pas valider le diplôme.
Rédaction d’un mémoire écrit, noté sur 10.
Soutenance orale de ce mémoire, noté sur 10.
Total sur 20
Note exigible : 10 sur 20

2 réflexions au sujet de « DU – Théories du virtuel et applications en psychologie, santé, éducation et culture »

  1. Bonjour, psychologue dans un CSAPA, je serais intéressée par le D.U.
    Serait -il possible de me transmettre un programme, avec les modalités d’inscription (et le coût).
    Dans l’attente, cordialement.
    MP Bray

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *