Stress post-traumatique : depuis les attentats, une vraie maladie

Stress post-traumatique une vraie maladie

12/11/2017
Ce trouble consécutif à un événement traumatique était plutôt méconnu du grand public, jusqu’à la vague d’attentats terroristes qui a touché la France. Un changement d’échelle et la fin d’un tabou qui permettent aussi aux chercheurs d’améliorer la prise en charge.
Deux ans après le funeste mois de novembre 2015, on n’a jamais autant parlé de « stress post traumatique ». Il n’existe pas de chiffres officiels permettant d’évaluer combien de personnes souffrent de ce syndrome exactement : les bilans qui circulent tiennent compte des blessés, des morts, mais pas des victimes psychologiques des attentats. Pourtant le terme s’est frayé un chemin jusqu’au grand public : il apparaît dans les médias, et de plus en plus, dans les cabinets médicaux.

The Screaming (Edvard Munch), screenprint of Andy Warhol, 1984• Crédits : AFP

On parle aujourd’hui davantage de ce syndrome de « stress post-traumatique » (parfois mentionné sous les initiales ESPT) parce qu’avec ces vagues d’attentats, il touche un nombre de victimes sans précédent, mais aussi parce qu’il est aujourd’hui mieux reconnu et mieux diagnostiqué. Au point que ce changement d’échelle permet une meilleure prise en charge. Avec davantage de malades identifiés, les chercheurs ont aujourd’hui plus de marge de manœuvre et plus de patients pour expérimenter des traitements.

Victimes collatérales

Commençons par définir ce trouble : le syndrome de stress post-traumatique est un état pathologique, consécutif à une situation violente ou difficile. Catégorisé dans les « troubles anxieux », il diffère de la réaction aigüe au stress quand les symptômes persistent (plus de trois mois).
Parmi les symptômes les plus fréquents cités par le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), qui reste le manuel référence de classification des maladies psychiatriques, on peut citer :
• l’intrusion : les souvenirs viennent hanter le sujet, sous forme de flashbacks ou de cauchemars
• l’évitement : le sujet évite les situations qui pourraient lui rappeler l’événement, ce qui peut créer une insensibilité émotive, une perte d’intérêt ou encore une perte de mémoire
• l’hyper-stimulation : le sujet est en état d’hyper-vigilance qui l’empêche de mener à bien ses activités

Un an après les attentats du 13 novembre 2015, le professeur Bruno Millet expliquait sur France Culture que le syndrome de stress post-traumatique pouvait se développer chez toute personne « directement confrontée à la mort ou ayant côtoyé de près cette violence, ce risque vital »

…/…

Chaque événement douloureux laisse une marque dans le cerveau. Celui-ci effectue alors un travail de “digestion” permettant aux émotions qui accompagnent le souvenir de se désactiver. A moins que le traumatisme ait été trop fort ou ait frappé à une période où nous étions vulnérables. Dans ce cas, les images, les pensées, les sons et les émotions liés à l’événement sont stockés dans le cerveau, prêts à se réactiver au moindre rappel du traumatisme. Dans l’EMDR, le mouvement oculaire “débloque” l’information traumatique et réactive le système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète son travail.

…/…

Aussi, ce sont des psychiatres militaires opposés à la guerre du Vietnam et souhaitant faire établir l’état des soldats comme consécutif à celle-ci, qui en 1980 vont pour la première fois qualifier leurs troubles de “stress traumatic disorder” (DSM-3). On considère désormais que quiconque se retrouve confronté à un événement de ce type peut développer une névrose. Et cette définition est un renversement majeur. Les blessés psychiques sont désormais reconnus au même titre que les blessés physiques. On revoie leur statut en “renvoi honorable”, ouvrant droits à réparation… mais on occulte la question du mal-être.

Alors que la presse américaine affirme que le nombre de soldats ayant mis fin à leurs jours à leur retour est plus important que ceux morts au combat, il est plus que jamais nécessaire de leur venir en aide. Les centres de vétérans (aujourd’hui étendus aux soldats de retour d’Irak et d’Afghanistan) accentuent leur communication, un service de santé des armées se consacre spécifiquement aux stress post-traumatique et des études gouvernementale d’ampleur sont mises en place.

Côté français, on commence à évoquer sérieusement ces troubles après la guerre d’Indochine et la guerre d’Algérie, mais ils demeurent dans le cénacle de la médecine militaire. Sous l’influence des Etats-Unis post-Vietnam, l’Europe considère à son tour les blessés psychiques de la guerre. En France, le décret du 10 janvier 1992 marque cette reconnaissance, en déterminant des « Règles et barèmes pour la classification et l’évaluation des troubles psychiques de guerre ».

Pour lire l’article, cliquez sur le logo de France Culture

Stress post-traumatique chez les militaires

ESPT chez les militaires : « Aidez-nous, nous épouses et compagnes »
le 19 octobre 2017
Mercedes Crépin, co-fondatrice du collectif « Femmes de militaires en colère », demande au gouvernement d’améliorer la prise en charge des militaires atteints de syndrome post-traumatique de guerre.
INTERVIEW
e stress post-traumatique de guerre est encore largement méconnu en France. Face à ce constat, les femmes de militaires ont décidé de tirer la sonnette d’alarme et d’en appeler au gouvernement. « Aidez-nous, nous épouses, compagnes, parce que je suis persuadée que nous sommes un vecteur important pour détecter la maladie. C’est une forme de dépression très soulignée. Ce sont des blessures de l’âme invisibles, différentes selon les âges, les militaires, les expériences », a déclaré avec émotion Mercredes Crépin, co-fondatrice du collectif « Femmes de militaires en colère », interrogée jeudi soir sur Europe 1.

« Qui d’autre que nous peut comprendre tout cela ? »

Mercedes Crépin, dont le mari est atteint de stress post-traumatique de guerre après avoir combattu en Afghanistan, a mis en avant le rôle des femmes dans la détection de la maladie. « De source officielle, il y a 800 dossiers traités de syndrome post-traumatique de guerre. Mais c’est compliqué pour un militaire d’aller voir un médecin, sa hiérarchie, pour dire qu’il ne va pas bien. Qui d’autre que nous peut comprendre tout cela, et qu’il faut agir ? », demande-t-elle.

« Il y a une avancée. »

Pour la co-fondatrice du collectif « Femmes de militaires en colère », l’armée française est très en retard dans la prise en charge de la maladie. « Les États-Unis et le Canada en tout cas communiquent les informations et expliquent la maladie, l’accompagnement des soins », a souligné Mercedes Crépin. Elle estime cependant avoir été en partie entendue par le gouvernement, avec qui elle avait une réunion sur le sujet ces derniers jours. « Des choses vont se faire. Il y a une avancée », conclut-elle, tout en restant vigilante sur la suite.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo d’Europe 1