L’objet de ce blogue collaboratif

Les interventions/ateliers – écriture des lettres – Exercices pratiques par l’Art-Thérapie – sont complémentaires à tout parcours médical obligatoire et ne peuvent pas le remplacer. Les interventions peuvent être réalisées en collaboration avec les psychologues ou psychiatres, hôpitaux, centres de soins ou préventions…
Nos services accompagnent les praticiens et professionnels de santé dans leur compréhension de la dissociation péri-traumatique.

Préface française de la Dre Muriel Salmona
page 16 du livre
Et il pallie la méconnaissance, la sous-estimation et l’incompréhension qui entravent l’identification des violences et de leurs conséquences psychotraumatiques. Restituer aux victimes traumatisées une parole, une cohérence, une vérité, une solidarité et des droits dont elles sont privés. Redonner du sens dans ce qui leur arrive, est une nécessité absolue.

Devenir membre d’ATV

Nous contacter

Atelier du 18 novembre 2017 : La colère

Une nouvelle arrivante était parmi nous, nous lui avons donc souhaité la bienvenue, un petit mot de la part de chacune d’entre nous, au moment de notre présentation.
C’est important de bien accueillir une nouvelle personne je trouve, car pour elle ce n’est pas facile d’arriver dans un milieu inconnu, et de faire connaissance avec de nouvelles têtes.

La colère est un thème qui reste compliqué à exprimer, je m’en suis rendue compte. Mais l’échange était présent dans le groupe, dans l’écoute et le respect comme il se doit.

J’ai comme d’habitude mis ma petite pointe d’humour, j’aime faire cela quand je vois que parfois ça devient compliqué pour certaines personnes de bien exprimer leur ressenti… c’est ma façon de détendre l’atmosphère. Et puis cela repart…
C’est pour cela qu’on me surnomme mon petit « clown » dans le groupe.

Je ne peux en dire plus lors de nos échanges, je dois respecter la confidentialité.


Nous sommes ensuite passées, après une pause, à mon atelier collage.
L’idée de départ que j’avais proposée était celle-ci :

Représenter la colère comme vous la voyez, en collage.

J’avais aussi suggéré de rester dans l’échange lors de nos réalisations, je trouvais sympa vu que ce thème sur la colère reste un sujet fragile à exprimer…
Pendant nos réalisations, nous avons échangé pour connaître un peu plus sur la nouvelle arrivée, puis nous avons échangé sur les images que nous découpions que nous trouvions dans les magazines.
Lors de cette création, des échanges chaleureux étaient présents, même que nous nous sommes mises à rire aussi sur nos réflexions, tout en gardant un côté sérieux sur cet atelier.
Ce fut un atelier apprécié par les personnes, un atelier accompli dans une atmosphère détendue.

De mon côté, j’essayai de rester à l’écoute des personnes présentes, et essayais aussi de repérer si des moments difficiles pointaient leur nez. C’était important, éventuellement d’apaiser une angoisse, ou autre. Ne pas rester dans le silence, le droit à la parole on doit se le donner, se l’autoriser.
J’ai aussi répété au groupe que c’était important de ne pas se mettre la pression pour obtenir un résultat. Qu’il fallait juste profiter de ce moment présent d’échange, et d’expression, en étant maître de notre réalisation. Qu’il ne fallait faire aucune comparaison avec le voisin, que notre œuvre était le regard que chacune avait sur cette colère.
J’ai aussi posé la question si les personnes souhaitaient signer leur collage et si elles étaient d’accord qu’il soit mis sur le blog.

J’en reviens à ces mots : intimité, respect, et être maître de sa liberté et de ses choix.
Pour moi c’est important d’accepter les choix de toutes, et d’accepter la personne comme elle est.
J’ai apprécié me concernant ce moment passé ensemble.

BMP – La colère


J’ai voulu représenter dans ce collage, comment je percevais la colère dans ma tête.
J’ai commencé par mettre en premier sur ma feuille le visage qui se fond légèrement dans ma création.
Je souhaitais faire un petit rappelle du mot « dissociation »
Je voulais représenter la situation du fait aussi que ma colère sort par jets, mon idée a été de représenter cette situation en haut de ma feuille en collant des fruits qui partent en mouvement dans un jet. Comme des boulets, c’est le sens de cette représentation de fruit, sa forme ronde et légèrement colorée en couleur, représentatif de la densité de la violence.
J’ai ensuite rajouté des piments, une abeille, et un scarabée dans la tête, ceci représente le côté piquant de la colère que je ressens dans ma caboche qui fait mal, le côté piquant, poison que la personne en face de nous peut aussi ressentir face à notre colère que l’on peut déverser sur elle consciemment ou inconsciemment.
Je voulais rajouter aussi absolument une main, qui pourrait représenter le mot « automutilation » quand on a du mal à gérer cette colère, mais aussi peut-être que celle-ci peut aussi représenter le côté violent de nos mouvements, le mot brusque me vient en tête.
Et pour terminer j’ai fini en rajoutant ce corps en boule en bas de ma feuille, qui représente le fait qu’il m’arrive encore de me mettre en boule pour me faire oublier, soit quand on est en colère contre moi, ou alors quand ma colère peut se montrer très forte.
J’ai aimé réaliser ce collage, mais aussi être participante à cet atelier, pour accompagner les personnes à qui je proposait ce moment de création.
Je suis dans cette optique que d’être derrière les personnes ce n’est pas la bonne solution, mais je dois garder une attitude de bienveillance et d’écoute envers elles. Une liberté doit être présente envers toutes ces personnes, je ne dois pas perdre de vu que ce sont des personnes victimes.
Un espace de sécurité doit être présent.
Je dirais que dissociation ou pas celle-ci était la bienvenue.
Je n’avais pas mis non plus une heure bien définie de fin concernant cet atelier, la détente était là, tout comme les échanges divers, ça se déroulait, dans l’ensemble, assez bien. Quelques petites angoisses, tout comme des questionnements.
Mais c’est pratiquement normal quand on travaille sur un thème, des remises en questions etc sont là et viennent nous taquiner.

Format de feuille 36 X 48 cm.