Comment prendre soin des personnes traumatisées par les attentats du 13-Novembre 2015 ?

| Par muriel salmonaComment prendre soin des personnes traumatisées par les attentats du 13 novembre 2015 ?
Les actes terroristes atroces perpétrés vendredi 13 novembre à Paris et à Saint Denis sont des événements extrêmement traumatisants pour toutes les personnes qui en ont été victimes, directement ou indirectement. Le risque de développer à court, moyen et souvent long termes des troubles psychotraumatiques est majeur pour toutes ces personnes, et nécessite une prise en charge spécifique par des professionnels formés, pour les prévenir ou les traiter. Cette prise en charge est d’autant plus efficace qu’elle est précoce, mais elle pourra se faire à tout moment.

Pour tout l’entourage des victimes, qu’il soit familial, amical ou professionnel il est impératif de savoir reconnaître les blessures psychiques pour tenir compte de leurs manifestations, et d’être informé sur les conséquences très lourdes qu’elles peuvent avoir, pour accompagner, comprendre et soigner au mieux les personnes traumatisées, les sécuriser, être solidaires avec elles et leur éviter des souffrances supplémentaires.

Les personnes traumatisées ont avant tout besoin d’être secourues, sécurisées, soignées, entourées de chaleur humaine, d’humanité et de solidarité pour les réconforter, les rassurer et apaiser leur détresse et les sortir de leur état de sidération ou de prostration. Elles ont besoin également d’être entendues, soutenues et comprises, il est important qu’elles puissent partager leurs émotions, leurs craintes, leurs questionnements en toute sécurité sans être culpabilisées, sans ressentir qu’elles gênent ou sont inadéquates, et en respectant leur rythme.

De plus, et c’est essentiel, elles ont besoin d’être informées sur les impacts traumatiques et de savoir que leurs réactions sont normales et universelles en cas de situations de violences aussi extrêmes que ces massacres terroristes.

Tous ces besoins ne sont pas qu’immédiats ou post-immédiats, ils sont pendant des mois, voire des années tout aussi nécessaires, suivant l’ampleur du traumatisme, d’autant plus si la prise en charge n’a pas été suffisamment spécifique et prolongée comme c’est souvent le cas.

Il faut du temps, des informations précises, de la patience, une solidarité sans faille, et un accompagnement spécialisé…

Et c’est normal : le temps pour se libérer d’un tel traumatisme et pour apaiser une douleur morale si massive est un temps de réparation et d’intégration psychique qui ne peut pas faire l’économie de tout un travail, de compréhension et d’élaboration sur tout ce qui a été vécu et ressenti au moment des attentats et après, sur ce qui s’est passé, sur les terroristes et leurs stratégies, sur les contextes socio-politiques, un long et très lourd travail de deuil est à mener également, tout cela nécessite un accompagnement éclairé, dans la durée.

Or il est rare que les victimes bénéficient longtemps de cet accompagnement, souvent l’entourage, au bout de quelques semaines, ne tient plus compte des traumatismes et de la douleur morale des victimes, elles se retrouvent fréquemment seules à devoir survivre avec des symptômes psychotraumatiques qui ne se font pas oublier et continuent à les envahir, particulièrement, comme nous le verrons, avec la mémoire traumatique et son cortège de flash-backs, réminiscences, cauchemars, comme si les attentats étaient encore et toujours en train de se produire, telle une torture sans fin.

Il est essentiel de ne pas confondre la guérison du traumatisme et l’oubli, la cicatrice douloureuse de l’évènement monstrueux restera mais la victime ne revivra plus celui-ci à l’identique avec la même détresse, la mémoire traumatique aura fait place à une mémoire autobiographique .

D’où l’importance que tout le monde soit informé précisément de qu’est un traumatisme psychique, des mécanismes à l’œuvre et des conséquences sur la vie des victimes, seul moyen de comprendre les réactions des victimes traumatisées et de reconnaître à son juste niveau leurs souffrances, et d’être le plus bien-traitant et aidant possible. Les proches doivent avoir les outils pour comprendre que toutes les réactions traumatiques de la victime – particulièrement les phénomènes de sidération, de mémoire traumatique et de dissociation.

De quoi parle-t-on, qu’est-ce qu’un psychotraumatisme ?

Les troubles psychotraumatiques sont des conséquences normales et universelles de violences, ils sont d’autant plus fréquents que les violences sont extrêmes, terrorisantes et impensables, comme l’ont été ces attentats. Ces conséquences s’expliquent par la mise en place de mécanismes neuro-biologiques et psychiques de survie à l’origine d’une mémoire traumatique.

Les atteintes sont non seulement psychologiques, mais également neurologiques avec des dysfonctionnements importants des circuits émotionnels et de la mémoire qui sont visibles sur des IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). Si ces troubles sont présents pendant plus d’un mois après l’attentat, on considère que la personne souffre d’un État de Stress Post-Traumatique (ESPT), au-delà de 3 mois on considère que cet état s’est chronicisé.

Les troubles psychotraumatiques sont caractérisés par un symptôme central : la mémoire traumatique (avec des reviviscences, des flach-backs, des cauchemars), à laquelle sont associés des conduites d’évitement et de contrôle, des symptômes dissociatifs que nous allons décrire plus précisément, et une hyperactivation neuro-végétative (irritabilité, sursaut, insomnie).

Les troubles sont évolutifs dans le temps et les personnes ayant été exposées à un traumatisme majeur devront – au-delà d’une prise en charge immédiate – être traitées ou tout au moins surveillées pendant des mois (la mémoire traumatique peut apparaître à distance) pour éviter la chronicisation de leurs troubles à moyen et à long termes, et de lourdes conséquences sur leur santé.

Il est utile de rappeler que la gravité de l’impact psychotraumatique n’est pas lié à une fragilité psychologique de la victime (une vulnérabilité liées à l’âge, comme pour les enfants, ou à certains handicaps, ne fait qu’intensifier les symptômes), mais à la monstruosité de l’agression, au caractère particulièrement terrorisant, atroce et inhumain des violences, à l’impuissance totale ressentie ainsi qu’à la mise en scène terrorisante et à l’intentionnalité destructrice inconcevable des terroristes qui créent une effraction psychique et un état de choc avec une sidération, c’est à dire une paralysie de toute l’activité du cortex cérébral.
Pour lire la suite de l’article, cliquez sur le logo de Médiapart

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *