Eric Dupond-Moretti et Lino Ventura

Eric Dupond-Moretti et Lino Ventura : Portraits croisés pour un message aux présidentiables

Eric Dupond-Moretti et Lino Ventura

NOTE
Cet article a d’abord été publié sur le blog Mediapart de Marie-Christine Gryson. Comme vous pouvez en juger, il ne porte en rien atteinte à une quelconque disposition qui justifierait de l’effacer.
Or Médiapart a autoritairement pris la décision de le dépublier
Quelles pressions la rédaction a-t-elle subie ?

L’intérêt pour cet avocat médiatique, réside dans son pouvoir d’attractivité qui s’étend aujourd’hui au cinéma, sachant qu’il nous permettra d’attirer l’attention sur un message à transmettre au présidentiables, message que Lino Ventura, à qui il est comparé, n’aurait sans doute pas refusé. Il concerne la maltraitance aux assises des enfants victimes de viols, enfants reconnus victimes
Une notoriété instrumentalisée en tant que réalité sociétale
Celui que les journalistes appellent Acquitator, Me Eric Dupond-Moretti vient d’être projeté dans l’actualité en tant qu’acteur pour le dernier film de Claude Lelouch : « À chacun sa vie ». Celui-ci l’a accompagné sur de nombreux plateaux télévisés, estimant avoir trouvé le nouveau Lino Ventura. Cela tombait juste avec la promotion du livre coup de poing de l’avocat : « Direct du droit » promotion qui, coïncidait avec l’annonce très médiatisée de la défense du jeune Théo, victime de violences policières. Nul ne s’est permis de relever que le soutien compassionnel et révolté du public à l’égard du jeune homme, lui a permis de contre-dire sa critique leitmotiv sur le non-respect de la présomption d’innocence qu’il évoquait pourtant, quelques jours auparavant, à propos de François Fillon. Sans oublier sa dénonciation du « tout victimaire », ces deux critiques étant présentées comme occupant le centre de son ouvrage. Mais ne cherchons pas trop la petite bête chez celui qui se considère comme la « Bête noire » des magistrats, et regardons plutôt ce que ces tempos chanceux de la carrière de l’avocat, nous apprennent des faits sociétaux dont il est l’un des indicateurs somme toutes, assez significatif.
Pour lire la suite, cliquez sur l’image du tableau de Goya

2 réflexions au sujet de « Eric Dupond-Moretti et Lino Ventura »

  1. Compliments à tous les membres du REPPEA qui sauvent l’honneur d’une société à la dérive qui refuse de voir le réel. Ceux qui défendent réellement les enfants ne sont pas les bienvenus dans notre monde orwellien.
    Le REPPEA n’est pas dupe de tous les stratagèmes pervers qui permettent aux mafieux masqués de transformer les victimes en coupables et les victimes en coupables. Les professionnel lucides et compétents sont les bêtes noires
    des faussaires multirécidivistes. Compliments également au magistrat Michel Gasteau pour sa bonne analyse : impressionner un enfant victime pour le faire taire, ce n’est pas une justice valable.
    Mais qu’en pensent tous les autres magistrats ?
    Les vrais défenseurs des enfants ne sont pas légions. En revanche les sympathisants de l’omerta sont innombrables. Les crimes sexuels découverts après des décennies de silences institutionnels malgré des alertes fréquentes sont là pour le prouver. Exemple le grand Scandale de Jimmy Savile et de son réseau en Angleterre.
    Les Etats de semblent pas pressés de mettre en place les propositions d’amélioration de la justice. Par ceux qui connaissent le drame La confiance est très souffrante : où sont les personnalités politiques et judiciaires qui vont sauver cette grande malade ?
    GL

    Répondre

    1. Je suis l’auteur de cet écrit. excusez mon erreur.pouvez vous corriger ma phrase, je voulais dire « et les agresseurs en innocents »
      merci
      GL

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *