BMP – Visages de dissociations

BMP – Visages de dissociations
Dessin du Chapitre 26 de la page 391 du livre Gérer la dissociation d’origine traumatique.

Gérer les tendances autodestructrices.
1 Introduction
2 Comprendre ce qu’est l’autodestruction
2.1 Forme d’autodestruction
3 Motivation de l’autodestruction
4 Aider les parties dissociatives qui endommagent le corps à changer leur comportement
5 Conseils pour diminuer les tendances autodestructrices

”Visages de dissociations »

Comment avez-vous procédé pour la concrétisation de votre esquisse ?

Pour concrétiser mon esquisse, comme cela se rapportait aux dissociations et donc à mes parties émotionnelles, je me suis donc dit que je devais rester sur cette même voie.
Puis il y avait ce petit détail qui me parlait dans ma tête : avant je me faisais du mal ; aujourd’hui, même si cela me parle parfois fortement dans la tête, je ne cède plus. Je reste sur ce chemin de vie et non de mort. Ça c’est Béatrice qui est dans le présent !
Après quand le « moi adulte de Béatrice dans le présent » se mélange avec les parties émotionnelles c’est plus orageux.
C’est ce que j’ai expliqué à mon psy les pulsions sont là ; il y a des moments où ça me parle fort dans ma tête et il y a la puissance des dissociations. Mais là encore, je veux rester dans le positif, le constructif. Mais je ne perds pas de vue le fait que tout cela reste bien fragile, que cela peut basculer suite à une pulsion que je n’ai pas su contrôler ou à une dissociation trop forte.
C’est pour cela qu’au final, mon tableau va faire apparaître, par le choix des couleurs, une douceur qui sera indestructible et qui  permettra de protéger cette avancée que j’ai faite sur l’auto-destruction de mon corps.
J’ai donc dessiné toutes mes parties émotionnelles en forme de visages, visages qui se mélangent les uns dans les autres pour exprimer le fait que c’est moi Béatrice moi dans le présent, qui se dissocie.
Dans mon esquisse il n’y a pas ni bras, ni jambes, juste une silhouette qui permet de penser que les corps des parties émotionnelles existent.
Pour moi, au moment de la naissance de cette aquarelle, seuls comptaient les visages.
Pour les couleurs, la douceur devait prédominer, ainsi que des mélanges. J’ai repris les couleurs de mes personnalités des productions antérieures, mais je les ai mélangées, comme je l’ai fait pour les visages de ce dessin.
Il fallait une harmonie dans les couleurs et surtout un mélange comme pour exprimer que mes dissociations sont en moi et que moi, je suis Béatrice.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Dessin conçu sur feuille blanche 36 x 48 cm.
Peinture aquarelle, crayons de papier : HB.
Gros feutres de couleurs

Que ressentez-vous devant votre dessin ?

Je regarde ma production et je me dis que les dissociations sont encore, par moment, difficiles à comprendre pour moi, mais qu’il y avait une nette amélioration.
Je m’inquiétais un peu de ma réaction. Après voilà ça c’est moi,
Il y aussi cette question que je me pose en lisant ce chapitre du livre “ Gérer les dissociations » et qui m’angoisse : Qui suis-je moi Béatrice, sans que les parties émotionnelles se mélangent en moi. Comment je serais si il n’y avait pas toutes mes parties émotionnelles ?

BMP – Scarification


Je voulais représenter ce geste que j’ai eu malgré moi envers mon corps.
Difficile de représenter ce qu’on a vécu par un tableau quand on ne se rappelle de rien. Je sais que c’était dans la salle de bains, le mois de mai est un mois très difficile, trop de mauvais souvenirs, il y a ce premier mai où j’ai été cueillir du muguet avec mes enfants et là dans ma tête le blanc complet lié à ma première grosse dissociation. Et depuis ça ne s’est jamais arrêté.
Il n’y a pas une seule journée ou elles n’apparaissent pas. Que s’est-il passé ce jour là ? Ou qu’est ce qui a provoqué cette situation en plus fort, car des dissociations j’en avais déjà mais peut-être pas à ce point là et je ne m’en rendais pas compte. Je savais qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas en moi mais les mots frayeurs, folie, folle etc ont pris le dessus ainsi que le mot découvrir.

Comment avez-vous dessiné ?

Donc pour réaliser cette esquisse ma question a été : qui était là à ce moment pour me faire saigner avec ce cutter ?
Je ne sais pas.
Béatrice se bat, essaie de profiter de la vie avec ses soucis du quotidien. Oui parfois elle sature et ce mot « mort » pointe son nez, avec le risque de passer à l’acte, et cela je l’ai fait. Mais depuis que je suis sur le blogue cette situation c’est atténuée peu à peu et avait pratiquement disparu de la tête de Béatrice.
L’art thérapie la sauve de ce risque.
Mais là pour ce geste je ne sais pas, c’est incompréhensible et j’ai cette frayeur que celle-ci revienne…
Pour la réalisation de mon esquisse je voulais représenter les troubles dissociatifs, donc deux visages, deux. Je ne sais pas pourquoi, dans ma tête je voyais cette situation comme ceci au moment de la réalisation de mon esquisse, je voulais représenter ce cutter avec du sang et terminer par cette femme en souffrance remplie de honte et de colère, c’est pour cela que je l’ai dessinée de dos.
Pour la réalisation du manteau aquarelle de mon esquisse.
Je me suis servie des couleurs qui sortaient de ma tête quand je tenais mon pinceau à l’endroit précis sur mon esquisse.
J’ai du mal à bien comprendre le pourquoi telles et telles couleurs mises là et pas ailleurs.
Et je me la pose pas non plus cette question, dans ma tête le je suis en mode coton, désorientée etc.

Matériaux

Feuille de format 50 x 70 cm à grain fin.
J’ai utilisé les couleurs aquarelles suivantes : blanc de Chine, noir d’ivoire, vert de vessie, jaune pâle, mauve, bleu de cobalt orange, terre de Sienne nature, rouge vermillon.
Pour les finitions crayons Art Grip Aquarelle.

Qu’avez-vous ressenti ?

De la colère, une espèce de haine envers moi, de ne pas pouvoir gérer cette situation avec ce cutter.
De la haine car ce geste il y avait longtemps que je ne l’avais fait et j’avais une certaine fierté face à cette situation d’avoir pu y résister, et là je me déçois et je déçois des personnes.
Le mot trahison est dans ma tête et depuis je suis retournée en moi, blessée par mon attitude.
Je me demande comment on est au moment des crises et comment gérer ce qui ce passe lors des crises de dissociations ?
Par exemple comment éviter de se faire mal avec un cutter.

Que ressentez-vous face à ce dessin ?

De la souffrance, il me fait pleurer. Expliquer ce que je ressens, je ne sais pas si c’est possible. La douleur a augmenté.