BD – Mes troubles dissociatifs

Plus je travaille avec Emmanuelle, et plus je découvre des choses me concernant sur mon comportement, et là c’est un sujet pour lequel j’ai beaucoup de mal à trouver les mots et qui m’angoisse énormément, car je ne suis pas vraiment prête à l’affronter. Non pas que ce soit de la mauvaise volonté ou que je ne veuille pas avancer, évoluer et guérir, mais ça me fait peur, très peur ! Les personnes, y compris mes mères nourricières, m’ont tellement traitée de folle de mazo enfin de toutes sortes de mots que j’ai une image de moi totalement hallucinante et dégradante – elle change petit à petit mais il reste beaucoup de travail – pour que je me regarde dans la glace et me dire que je suis fière de moi et que je m’aime ! Mais ça commence.
Donc, suite aux sévisses subis pendant mon enfance, je souffre de troubles dissociatifs, un domaine que peu de personnes comprennent y compris certains médecins, je dirai même que certains mettent ceci dans les troubles de la schizophrénie, (mais je n’entends pas de voix) ou alors dans grand H : hystérie, (mais on est plus au temps de Chacot) et c’est beaucoup plus compliqué que cela. On peut trouver plusieurs articles qui développent bien ce phénomène concernant cette maladie.
Donc je reviens à moi : j’ai découvert, il y a peu de temps, que je souffre non seulement de troubles dissociatifs, mais aussi, que quand je suis très fatiguée, mes écrits sont illisibles, voir remplis de fautes et que dans ces moments-là je ne m’appelle plus Béatrice et ce n’est plus Béatrice, mais Béatrisse. Je sais cela peut paraitre impossible, pour moi, je vous rassure, c’est nouveau. Il va falloir que je découvre et que j’apprenne à mieux gérer cette nouvelle personnalité, je vous avoue, que quand Emmanuelle m’a mise face à cette nouvelle découverte et bien je ne voulais pas le croire ; Ça m’a fait mal, ma première réaction a été : mais j’en ai combien en fait ? J’étais envahie d’une grande colère, j’en ai pleuré et là je me suis dit c’est foutu, je ne m’en sortirais jamais ? J’étais en colère contre Emmanuelle de m’avoir fait une telle chose, mais avec du recul, et étant plus apaisée, j’ai admis que c’était une chose importante ce qu’avait mis à jour Emmanuelle, car je pense que l’on n’aurait jamais pu s’en apercevoir. Oui une chose importante ! Mais ce qui est embêtant pour moi et qui me préoccupe beaucoup, dans cette situation, c’est que je ne me rends pas compte, tout parait normal pour moi et cela peut poser quelques problèmes envers les autres personnes, qui elles vont me prendre pour une folle et la question aussi que je me pose est :si ce phénomène c’est déjà produit déjà avant qu’elle me connaisse ?
Mais la question aussi que je me pose dans cette situation est comment je peux me rendre compte et comment cela intervient et comment cela débute si c’est rapidement ou alors petit à petit ? et aussi à quel moment de la journée ? et comment je peux voir quand je suis fatiguée, car entre mes crises d’épilepsies, mes nuits courtes dues aux angoisses, ou alors à des troubles dissociatifs qui interviennent aussi la nuit, plus mes migraines et les soucis à gérer de tous les jours, j’ai en moi une fatigue constante. Alors comment faire pour gérer une telle situation ?
Et la question aussi que je me pose est : qu’est ce qui peut provoquer cette fatigue soudaine ? Comme puis-je voir la différence en cette fatigue ?
Beaucoup de réponse à trouver ! Concernant mes troubles dissociatifs cela se passe ainsi : c’est un autre personne qui intervient aussi ce n’est pas moi, je pourrais dire cela, quand la petite fille est là c’est le désastre, c’est un gâchis et cette gamine s’exprime avec des grrrr, supprime des dossiers importants, envoie des mails à différentes personnes – mon psychiatre me l’a dit – et là, quand je reviens à moi, pour moi c’est dans ma tête le blanc complet, un épuisement de mon corps, et un problème de concentration important, une solitude et une souffrance terrible. Quand je fais de très grosses crises, je me promène en pyjama dans la rue, je me mets en danger, je ne reconnais plus personne y compris les personnes qui sont chères pour moi, je suis apeurée, je fais n’importe quoi, ou alors cela peut être de simple petite absence. Mais là c’est pareil je ne serais incapable de dire combien de temps les crises durent et ce que je fais, je finis à l’hôpital !


Les autres billets de BD
BD – Collage n° 3 – Cerveau qui disjoncte

BD – Dessin n° 5 – Douleurs du corps

BD – Collage n° 1 – Nuit agitée

Collage 1
D’abord nuit agitée, j’ai fait un collage en dessin je vous l’enverrai si vous voulez mais j’ai fini par me faire du mal.
Ce matin toujours de la fièvre ! Énervée, en colère je pense que j’attends une réaction de vous, vous avez commencé à l’avoir hier matin mais le déclic n’a pas été suffisant et il me le faut se déclic vous comprenez ?
Je pense que cette envie de démolir notre relation est très forte ! Mais elle vient de qui ? Voilà pourquoi j’ai besoin de se déclic ! car la vraie moi n’a pas envie car je vous apprécie beaucoup et j’aime votre façon de voir les choses même si parfois elles me mettent en colère sur le moment mais avec du recul je sais que vous avez raison !
______________________
Bonsoir, me revoilà, je n’arrive pas à dormir…
ce tableau m’angoisse quand je le regarde je le hais ! Oui il représente ma douleur mais juste une partie je crois que c’est cela qui me dérange ! Cette douleur qui me bouffe de l’intérieur comme un vers dans une pomme lentement et ça fait mal ! Cette douleur elle est veille mais elle est très forte et a des pouvoirs inimaginables et affreux !
Que je n’ai pour l’instant pas encore trouvé de solution pour la détourner ! Alors oui je me fais du mal avec tous les moyens possibles et inimaginables et cela me calme !
Et puis il y a mes absences que d’autres appelleront troubles disso et là c’est l’apothéose ça me finit ! Elles me mettent en danger aussi ! Ma grande fille en a fait l’expérience avec mon ami ! À chaque fois le blanc ! je pleure, je suis désorientée, fatiguée, et je me pose des tas de questions après du genre qu’est-ce que j’ai fait encore ! À qui j’ai fait du mal ? Et je découvre des trucs qu’à chaque fois j’ai du mal à gérer !
Ce qui me fait le plus mal, j’ai 3 beaux et adorables enfants et la peur que je leur fasse du mal me terrifie tous les jours et mon rôle de maman chose que je doutais déjà d’avance et bien là il est bien installé ! L’amour que je peux leur apporter et douter dessus mais c’est une douleur que je ne peux expliquer !
Je ne sais pas vraiment ce que c’est l’amour, je l’apprends avec mes enfants actuellement et eux ils m’ont apporté beaucoup mais la bonne question moi j’en suis où ?
Bon j’arrête là pour ce soir ! Et je vais me planquer sous ma couette et je vais regretter ce que je viens d’écrire ça c’est une chose certaine et comment je vais réagir encore et encore des questions ! bonne nuit !