BMP – Les trous dans le corps

Je ne sais pas trop où est ma place dans cette exposition et le résultat que ça va donner.
Je ne veux pas exister en ce moment, c’est moi qui le demande là.
Je ne veux plus ressentir ces doutes, ces questionnements, ce manque d’insécurité etc. J’ai trop de mal et ça m’effraie, à la limite ça me tétanise dans ma tête.

Je n’oublie pas que j’ai, en ce moment, des crises de dissociations assez fortes et que cela reste compliqué dans ma tête. Peut-être qu’il en est resté une petite trace dans mes gestes lors de la concrétisation de cette aquarelle.

Comment avez-vous dessiné ?

Mon but était de transcrire en forme cette situation. Une idée d’Emmanuelle :

« J’ai l’impression d’avoir un trou dans le dos et de ne plus avoir de bras, et aussi avoir un trou derrière ma tête. » Dessinez ça.

Voilà ce dont je me souviens sur ce dessin :
1-Béatrice adulte avait son idée d’esquisse. Mais après c’est devenu plus flou :
– Je me rappelle d’avoir dessiné l’esquisse, mais je ne saurais dire jusqu’où.
– Je me rappelle de me voir prendre mon crayon.
– Je ne me rappelle pas par contre d’en regarder le déplacement sur la feuille, et d’en suivre le mouvement comme à chaque fois, car cette situation, m’aide à me concentrer.
– Je ne sais plus si mon idée initiale était encore présente dans ma tête lors de l’esquisse, je suis incapable de m’en souvenir.
– Je savais, et comprenais en tant que Béatrice adulte, le but de cette demande d’Emmanuelle. Au sujet de ce travail qui était d’illustrer et de faire jaillir cette situation que je ressentais en moi dans ce corps, alors que celui-ci ressemblait à une chose qui se déplaçait avec des trous et sans bras.
– Je me rappelle d’avoir une impression dans ma tête, d’un trop plein et d’être serrée.
– Je ne me rappelle pas des sensations que j’aurais vécues dans ma tête.
– Je ne me rappelle pas d’avoir ressenti mon corps attaché à ma tête.
– Je me rappelle d’une douleur au-dessus de ma tête et qui descendait dans mon cou.
– Je me rappelle d’avoir éprouvé un vide et de m’étre retrouvée dans le noir, mais je ne sais pas où.
– Je me rappelle d’avoir éprouvé de la frayeur.
– Je me rappelle d’être perdue et de rechercher mes repères.
– Je me rappelle d’avoir cette frayeur de me faire punir.
– Je me rappelle d’avoir senti des odeurs, comme par exemple l’odeur du sang et une odeur forte, acide, et l’humidité, le froid et après plus rien…
– Je me rappelle d’avoir voulu du noir en couleur, mais je ne me rappelle pas de les avoir choisies toutes et de me voir en déposer sur ma palette.
– Je me rappelle d’avoir eu une grosse angoisse quand j’ai regardé mon dessin fini.

J’ai fait une pause

Quand j’ai observé mon dessin après une pause, ma première réaction a été que je voulais absolument rajouter cet œil qui regarde dans la direction du haut.
Je voulais garder en moi cette force qui me pousse à regarder vers l’avenir, droit devant.
J’avais une grande angoisse dans ma tête si je ne réalisais pas cet œil, c’était une pulsion forte.
Je pense que j’ai ce besoin de me rassurer en ce moment dans ma tête beaucoup plus que d’habitude.
J’avais une espèce d’inquiétude, qui me paraissait interminable.
Je voulais rajouter ma patte dans ce dessin qu’une de mes personnalités avait exprimé dans son ressenti sur le moment.
Passé ou présent ? Je ne le sais pas, il n’y a rien dans ma tête.
Je voulais faire comprendre à cette partie émotionnelle qu’elle n’avait rien fait de mal.
Comme si j’avais cette impression qu’elle allait se faire punir si je ne disais rien.
Je suis incapable de dire si l’adulte Béatrice se sentait bien réellement, je ne sais pas, même en écrivant mon texte.

Matériaux utilisés

Aquarelle conçue sur feuille de format de 50 x 70 cm à grain fin.
Pour les finitions crayons Art Grip Aquarelle.
Je me suis servie des couleurs aquarelles suivantes, celles qui se trouvaient sur la table : gris de Payne, blanc de Chine, noir d’ivoire, cramoisi d’Alizarine.
Pastels secs.

Que ressentez-vous face à cette aquarelle ?

En regardant cette aquarelle, ma première réaction a été de tiquer car je ne la trouve pas vraiment compréhensible. Dans ma tête il y a cette impression qu’il ne se dégage pas un trait de crayon d’adulte dans sa conception.
Je serais presque à me dire que c’est une de mes parties émotionnelles qui s’est exprimée.
Je ne sais pas, je ne ressens pas de colère, ou d’angoisse, ou de plaisir…
Simplement ces mots sont là dans ma tête : « Pour une fois », je souris, comme rassurée.
Après je suis là à éviter les questions, comme un interdit en moi qui s’est installé.
Je ne sais pas pourquoi je ressens cette impression que ce n’est pas moi dans ce corps en ce moment.
A l’heure de l’écriture de ce texte je recherche dans ma tête quelque chose, mais je ne me rappelle plus.
En relisant mon texte, je ne sais pas qui est là dans ma tête et qui en a pris le contrôle.

BD – Le nouveau blogue

Je ne sais pas trop encore… nouveau et pas encore de repères. J’ai la sensation qu’on m’a déménagée. Cette situation que j’ai vécue et qui est encore en moi.

Mais je sais que ce blog est pour moi un nouvel échelon, une nouvelle épreuve pour mûrir et grandir encore. Un coté très positif : devoir évoluer et travailler plus fort. Celui-ci va être plus structuré, il va falloir que je travaille différemment, faire des choses qui pour moi seront nouvelles et plus dures, comme par exemple au point de vu texte : moins long, mettre le principal et être plus directe dans mes écrits, situation que je ne sais pas faire très bien et surtout que je n’ai pas agrrrrrr é e é e é e é ele é e é e é e grrrrrr je reprends ; appris. Peut-être aussi peur de blesser, mais Emmanuelle m’a expliqué qu’elle aussi sera plus ferme avec moi « attention je parle du travail », mais je sais que c’est pour mon bien, me permette de m’aider à prendre mon envol, me positionner, avoir ma place, dire ce que je pense, ne plus me cacher, ne plus servir de souffre douleur.

Mais j’ai peur, peur de sortir de l’ombre. Mais je suis rassurée aussi sur le fait que je n’aurais pas accès libre à ce blog, cette question m’a beaucoup travaillée et perturbée. Toujours la peur de moi et de mes personnalités, « des dégâts ». Cela m’a mis une barrière pour voir les choses positivement. Ma première réaction, je le reconnais : bloquer totalement. Maintenant je dois le découvrir ce blog, l’apprivoiser.

J’ai voulu y aller hier mais Grr Grr a pris vite la place pour l’inauguration et a laissé son empreinte, j’y suis retournée depuis, je le trouve bien et professionnel et peut-être plus grand. Ce qui me rassure aussi j’ai retrouvé le travail de tout le monde c’était important pour moi, un grand détail.

J’aime beaucoup aussi quand vous allez sur ce blog et que vous cliquer sur association, il y a cette belle photo d’en-tête, bleu et blanc d’un nuage, il apaise je trouve, et ce fond aussi, pour moi je dirais une toile de jute grise, qui voudrait nous dire et faire comprendre allez-y déposer, je suis résistante. Elle me dit aussi que cette solidarité, cette chaîne d’entraide que l’on va retrouver à l’intérieur de ce blog ne se cassera jamais ne fera que s’agrandir, s’accroître, et j’aime cela. Il me reste à découvrir plgrrrrrr é e é e é e é ele é e é e é e grrrrrrr é e é e t e u e é e é e é e grrrrrr je reprends : plus.

Je n’ai pas encore tout compris, mais tout changement m’effraye, même je suis ravie et contente que ce blog sois né, je ne perds jamais de vu qu’il est là pour nous aider nous victimes à nous reconstruire, alors bravo et merci Emmanuelle de nous apporter cette chose formidable et cette nouvelle association, cette nouvelle façon d’évoluer pour nous tous.

Mon dessin,

J’ai représenté ma façon de voir ce nouveau blog comme ceci : un nouvel échelon que je devrais franchir. C’est pour cela que j’ai représenté un escalier, car après celui-là, il y en aura d’autres.

Moi tout en bas qui a peur, qui est effrayée qui veux rester dans l’ombre, et il y a cette autre partie de Béatrice qui voudrait prendre son envol, s’imposer, d’où cette petite personne que j’ai représentée avec des ailes qui représentent la liberté.

Concernant les couleurs deux parties le rouge là ou j’ai du mal à décoller de la grrrrrr aaaaa maso ele beatrisse mioi vet tuer sa lope ele pa come mioi aaaaa grrrrrr  é e é e é e é e ele é e é e é e grrrrrr je reprends : marche, car le doute de ne pas réussir, peur de me perdre etc… et au niveau de la porte derrière un autre monde, des couleurs vives, la ténacité, la volonté de réussir, voilà mon but, mon objectif : Réussir. Ce dessin à été fait avec un peu de collage, d’encre et le pastel.BD-–-pastel-n°6-–-Le-nouveau-blog