BD – Le mois de mai – Anniversaire

Le mois de Mai arrive mais pour moi ça sera le mois de juin.
Je suis terrifiée de ce qui peut se passer et arriver.
Je suis terrifiée de mon attitude.
Depuis trois ans, depuis la mort de ma belle mère, il se passe tous les ans quelque chose au mois de Mai.
La première fois, grosse grosse absence durant 5 heures.
Gendarmerie, pompier, hospitalisation et pause avec le docteur L .
Je l’ai pris comme un abandon mais non j’avais besoin de soins plus importants.
Une partie de moi aussi s’est jetée dans le Cher, à la limite de me noyer.
Un camion a pilé devant mes pieds.
J’étais une autre là aussi, en plein milieu d’une voie rapide sur la route de Chinon.
La deuxième année le bord de Loire ce problème bien présent en moi et là aussi une voiture à failli me renverser.
Une hospitalisation fin juin aussi.
Et j’en passe.
Cette année je flippe à mort.
Le docteur L. le sait et il sait que quand l’angoisse est trop trop forte je fais n’importe quoi.
Aucun contrôle avec tous mes RDV avec tous les médecins etc.
Un boum.
Cela ressemble à des girouettes.
Je viens je ne viens pas.
Je ne contrôle rien.
Tout explose.
Les limites.
Mais il m’a fait comprendre qu’il en était hors de question qu’il ne me laisserait pas faire.
J’ai des Rdv d’avance jusqu’en juin mais je peux tomber malade.
Je me dis ça.
Une excuse, mais ça aussi il connait.
Je sais aussi que d’autre personnes réagiront de la même manière pour mon bien en disant sa suffit etc.
Mais je suis effrayée.
Rien ne me calme pour la venue de ce mois de Mai.
La peur de sortir est là.
La peur de me retrouver ailleurs aussi.
La peur de me retrouver encore hospitalisée me terrifie aussi
La peur de faire du mal souffrir.
Je voudrais passer cette période dans l’apaisement mais ce mot m’angoisse.
Ça veut dire me contrôler,
contrôler mes parties émotionnelles et moi mais ça c’est trop dur je n’y arrive pas encore.
Mes parties émotionnelles ressortent trop en ce moment.
Je suis angoissée d’aller voir mon psy tellement elles sont présentes lors de mes séances.
Les limites me font peur.
Ça me travaille.
Je me dis et si et si…
Le blog est là mais si le grignoteur Grr grr faisait des ravages aussi.
Une telle grande angoisse en moi.
Ce mois de Mai me rend dingue.

4 réflexions au sujet de « BD – Le mois de mai – Anniversaire »

  1. J’ai lu. Mais une question vient. Presqu’à la fin de votre texte, vous avez écrit : les limites me font peur. Si votre psy ne se laisse pas faire, s’il n’accepte pas que vous ne veniez pas, s’il se pose en quelqu’un qui dit non, est cela une limite ? Je ne le pense pas. Il y a un contrat entre lui et vous et le rôle du thérapeute est d’être garant du contrat et de le faire respecter. Est cela vous mettre des limites ?
    Ou voulez vous dire que « respecter des limites » cela vous est difficile, parce que cela entrave une certaine liberté chèrement acquise et que cela risque de vous faire exploser de colère parce que vous n’êtes pas maitre de la situation et qu’il faut encore et toujours vous soumettre et obéir ?
    Je sais que vous avez déjà écrit là-dessus, mais peut-être faut-il aller plus loin.
    Les personnes qui se sont occupées de vous n’ont pas eu de limites dans leur méchanceté, dans leur perversion, or jamais vous ne les avez imitées ce qui montre bien que les limites en vous, elles y sont.
    Alors…

    1. Le non fait mal. Et oui c’est une limite. Je dois respecter mon suivi et cela m’est difficile. Ça me concerne, et les limites me font souffrir comme si je me retrouvais enfermée. En moi les limites existent. Pas pour moi, je ne ressens pas quand il faut en mettre ou pas, je fais un besoin une pulsion.

  2. Ça sert à quoi de se mettre le trouillomètre à zéro ?
    Ça sert à quoi de se persuader que la répétition est inévitable ?
    Ça sert à quoi de faire monter l’adrénaline ?
    Si vous êtes toujours dans ce schéma d’un besoin de montée d’adrénaline pour exister, alors faites-vous une manif du premier mai.
    Le blog est là, immuable.
    On ne vous abandonnera pas.

    1. Je sais, pas bien de prévoir à l’avance, mais la trouille est là je ne contrôle pas. Oui le blog est là et vous aussi mais tellement fort en moi 🙁 cette peur et angoisse, mais au changement j’y crois. Vous êtes là oui :))

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.