BD – Collage n° 1 – Nuit agitée

Collage 1
D’abord nuit agitée, j’ai fait un collage en dessin je vous l’enverrai si vous voulez mais j’ai fini par me faire du mal.
Ce matin toujours de la fièvre ! Énervée, en colère je pense que j’attends une réaction de vous, vous avez commencé à l’avoir hier matin mais le déclic n’a pas été suffisant et il me le faut se déclic vous comprenez ?
Je pense que cette envie de démolir notre relation est très forte ! Mais elle vient de qui ? Voilà pourquoi j’ai besoin de se déclic ! car la vraie moi n’a pas envie car je vous apprécie beaucoup et j’aime votre façon de voir les choses même si parfois elles me mettent en colère sur le moment mais avec du recul je sais que vous avez raison !
______________________
Bonsoir, me revoilà, je n’arrive pas à dormir…
ce tableau m’angoisse quand je le regarde je le hais ! Oui il représente ma douleur mais juste une partie je crois que c’est cela qui me dérange ! Cette douleur qui me bouffe de l’intérieur comme un vers dans une pomme lentement et ça fait mal ! Cette douleur elle est veille mais elle est très forte et a des pouvoirs inimaginables et affreux !
Que je n’ai pour l’instant pas encore trouvé de solution pour la détourner ! Alors oui je me fais du mal avec tous les moyens possibles et inimaginables et cela me calme !
Et puis il y a mes absences que d’autres appelleront troubles disso et là c’est l’apothéose ça me finit ! Elles me mettent en danger aussi ! Ma grande fille en a fait l’expérience avec mon ami ! À chaque fois le blanc ! je pleure, je suis désorientée, fatiguée, et je me pose des tas de questions après du genre qu’est-ce que j’ai fait encore ! À qui j’ai fait du mal ? Et je découvre des trucs qu’à chaque fois j’ai du mal à gérer !
Ce qui me fait le plus mal, j’ai 3 beaux et adorables enfants et la peur que je leur fasse du mal me terrifie tous les jours et mon rôle de maman chose que je doutais déjà d’avance et bien là il est bien installé ! L’amour que je peux leur apporter et douter dessus mais c’est une douleur que je ne peux expliquer !
Je ne sais pas vraiment ce que c’est l’amour, je l’apprends avec mes enfants actuellement et eux ils m’ont apporté beaucoup mais la bonne question moi j’en suis où ?
Bon j’arrête là pour ce soir ! Et je vais me planquer sous ma couette et je vais regretter ce que je viens d’écrire ça c’est une chose certaine et comment je vais réagir encore et encore des questions ! bonne nuit !

12 réflexions au sujet de « BD – Collage n° 1 – Nuit agitée »

  1. @Béa, même si tu es grincheuse en ce moment, la rentrée, et tout et tout, ce n’est pas une raison pour te dire infréquentable. Ce n’est pas à toi de juger ça et nous on te trouve très bien sur le blog. Tu as un grand courage d’oser nous dire l’enfer de la dissociation avec ton alter ego qui passe son temps à détruire ce que tu fais. Ta vie va être meilleure, on y veille.

  2. Bonsoir Didier,
    Je n’aimerais pas que tu retrouves ton amie dans mes écrits car je ne suis disons pas très fréquentable ! Et ce que je fais n’est pas un exemple ! Si je pouvais faire autrement crois-moi… ma vie serait meilleure
    Bonne soirée à tous.

  3. Merci pour ton témoignage. Je retrouve un peu mon amie dans ce que tu écris : « alors oui je me fais du mal avec tous les moyens possibles et inimaginables et cela me calme !
    Et puis il y a mes absences que d’autres appelleront troubles disso et là c’est l’apothéose ça me finit »
    Merci encore, amitié.

  4. Bonjour,

    cette approche proposée en art thérapie « colle-age » parle sans communiquer comme je le dit depuis des années, seul le colleur SE comprend et s’écoute.. pour vous la résonnance fera peut etre un autre colle-age. enfin ce n’est que mon avis !

    .. à vous >> rdv

  5. Moi elle me parle de l’enfer que j’ai moi aussi connu : vivre sous la menace d’être coupée au ciseau, au cutter…avec ces mauvaises intentions sans arrêt braquées sur soi, voire, à force, intériorisées en soi.
    Moi elle me parle de l’action de celui qui a voulu démolir, de celui qui dans la famille a droit de tuer : l’homme, avec ses armes, avec ses lames.
    Et de ce qui en est le produit : ce paysage d’enfer, glauque, sombre, d’isolement, qui est sur le reste du collage.
    Avec ce sang invisible au milieu…

    La confiance, elle, est partie depuis longtemps. Parce que dans un monde à la Stephen King, c’est un mot vain.

  6. Béa,
    Laisse venir les collages. Laisse parler en toi sans jugement de dire si c’est beau, ou moche, entendable ou non.
    Pour moi, le début du rétablissement a été l’acceptation à titre égal de ces parties que je ne voulais ni voir ni entendre.
    Ce sont elles qui portent toute la colère, la souffrance endurée, les émotions, les pulsions auto destructives.
    En les écoutant, en honorant le rôle qu’elles ont tenu pour te permettre de rester en vie, tu vas t’apaiser petit à petit, assimiler ces traumas encore à vif et retrouver ton chemin.

  7. j’ai trouvé ce collage très beau. même si je ne comprends pas tout, mais je ne cherche pas d’ailleurs.
    Quand on a été trompée et trahie, comment faire confiance? Alors plutôt que de revivre la souffrance de la rupture de l’abandon, ma foi il vaut mieux prendre les devants et couper soi-même la relation, comme cela on reste dans une certaine illusion de la maîtrise.
    Peut-être faut-il rassurer l’enfant trahie qui est si vivante en vous et lui dire que là, elle ne craint rien et qu’elle n’a pas besoin de faire comme d’habitude parce que justement cette habitude va dans le sens de ce qu’elle connaît trop bien, la destruction.
    Le collage reste du bi dimensionnel, peut être faut il passer au tridimensionnel même si c’est infiniment plus difficile.

  8. Là, je ne suis pas une bonne âme. Il est fait par l’autre vous, celle ou celui qui bousille tout avec ses ciseaux et son cutter et même vous, et surtout vous d’ailleurs. Donc Merci de nous l’avoir montré. Un jour il ou elle s’en ira à force de se voir. Mais sachez quand même que je suis épatée par votre harmonie colorée exactement dans les tons du blog. Alors l’émotion esthétique est là et ça, ce n’est pas à vous d’en juger, mais à votre public.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.