Attentats du 13 novembre : les victimes hantées par leur mémoire

Attentats du 13 novembre : les victimes hantées par leur mémoire
Par Alexis Feertchak
13/11/2017
VIDÉO – Deux ans après les attentats qui ont ensanglanté la capitale, de nombreuses victimes souffrent encore d’une mémoire traumatique qui transforme leur vie quotidienne en enfer. Des thérapies existent pour que les rescapés puissent se reconstruire.

Sophie Parra est l’une des 413 personnes blessées lors des attentats du 13 novembre 2015 à Saint-Denis et Paris. Il y a deux ans, cette jeune femme de 33 ans se trouvait dans la fosse du Bataclan. Elle a reçu deux balles dans le corps après que le commando djihadiste a ouvert le feu. Un traumatisme dont elle souffre encore aujourd’hui dans son quotidien. « J’ai eu un parcours chaotique. J’en suis à mon huitième psy », annonce-t-elle. « Les deux premiers psychiatres m’ont mise sous calmants et sous antidépresseurs, mais cela n’aide pas pour la reconstruction », poursuit la jeune femme.

« Je subis ma mémoire »

« Il faut vivre avec ce qu’on a vu. J’ai encore des flashs. Deux ans après, ce sont davantage des détails qui ressortent. C’est une douleur et un cri. Ou l’odeur du sang et la voix des djihadistes quand ils nous ont dit qu’ils faisaient ça pour l’Irak et la Syrie. Leurs visages sont plus flous. Ce sont des ombres »,

raconte-t-elle, avant de conclure : « Je subis ma mémoire ».

Ces résurgences des attentats vécues au quotidien par de nombreuses victimes sont le signe d’une mémoire que les scientifiques nomment « traumatique ». Le stress post-traumatique est un calvaire pour ceux qui en souffrent, obligés de trouver des conduites d’évitement pour ne pas subir cette mémoire infernale.

« Je ne peux pas prendre le métro ou le RER, je ne vais plus au cinéma ou dans des salles de spectacle. Je me place en fonction des sorties de secours. Je suis aux aguets tout le temps. J’envisage en permanence une attaque »,

énumère la jeune femme.

« Un passé qui vous envahit »

« Le stress post-traumatique, c’est comme une présence permanente du passé, qui vous envahit », décrypte l’historien Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, qui a lancé avec le neuropsychologue Francis Eustache, le « programme 13 Novembre » au sein de l’Observatoire B2V des Mémoires. Grâce à cette enquête pluridisciplinaire, qui va durer douze ans, ces chercheurs vont étudier à l’aide de témoignages la manière dont la mémoire se construit après des événements historiques marquants. « Nous avons déjà mené 934 captations vidéos, ce qui représente 1450 heures d’entretiens », précise l’historien.
Un projet scientifique de grande ampleur pour mieux comprendre un trouble qui trouve son explication dans le fonctionnement cérébral. « Normalement, dans notre cerveau, la zone de la rationalité contrôle celle de l’émotion située dans l’amygdale [à ne pas confondre avec les amygdales, dans la gorge, ndlr] et entourée par les deux hippocampes, qui sont les zones de la mémoire », explique Denis Peschanski. « Mais chez les personnes qui souffrent d’un choc traumatique, ce contrôle est inexistant, comme si l’amygdale pédalait sur elle-même et que la zone de l’émotion nous dominait », ajoute-t-il.
C’est précisément ce qui se passe lorsque les victimes des attentats sont confrontées à des lieux ou des sensations qui leur rappellent le drame vécu. Leur mémoire est alors insoutenable. « Si je pouvais prendre cette partie-là de ma vie et l’effacer, je le ferais », explique Sophie Parra. « L’idée n’est pas d’oublier l’événement, mais de lui retirer son excès de charge émotionnelle », précise Denis Peschanski, qui ajoute: « Il faut pouvoir regarder l’événement, réussir à le renvoyer dans le passé au lieu de l’avoir dans le présent ».

Sortir d’une torture sans fin

Les psychotraumatologues mettent en œuvre des thérapies à cet effet. « Au début, nous essayons de canaliser la mémoire traumatique », explique la psychiatre Muriel Salmona, présidente de l’association « Mémoire traumatique et Victimologie ». La personne traumatisée doit arriver à comprendre le fonctionnement de sa « mémoire infernale », qui agit « comme une torture sans fin » pour « prendre le pouvoir sur elle ». Un effort qui permet aussi de déculpabiliser la victime. Ce qui lui arrive n’est pas de sa faute, le traumatisme n’est pas une punition, mais découle directement du fonctionnement de son cerveau. Un effort qui permet aussi de comprendre que ce dysfonctionnement peut se traiter. « Quand on comprend que l’enfer ne va pas durer toute la vie, on a déjà beaucoup plus de forces », raconte Muriel Salmona.
En pratique, le psychologue accompagne son patient pour décrypter chaque situation où « sa mémoire traumatique s’allume ». Quand l’attentat revient à sa mémoire, celui-ci peut alors ne plus le subir. « Un psychologue nous aide à trouver des petits trucs dans la vie quotidienne pour continuer à avancer », confirme Sophie Parra. Pour ceux qui ne parviennent pas à mettre en œuvre ces « dispositifs d’évitement », les conduites addictives comme l’alcool ou la drogue sont souvent un dangereux palliatif, met en garde Muriel Salmona.

Reconstruire une mémoire

La personne traumatisée peut ensuite aborder avec son thérapeute la seconde étape qui s’approche davantage d’une véritable guérison. «Nous essayons de transformer la mémoire traumatique en mémoire autobiographique», explique la psychiatre, qui aide ses patients à «recontextualiser» leur traumatisme. «Les personnes traumatisées ont leur histoire, mais c’est un vécu extrêmement partiel par rapport à l’ensemble de l’événement. Vous êtes sur une terrasse, on vient vous tirer dessus. Ça a duré deux minutes, il y a des morts partout, mais vous n’avez aucune clé d’analyse. Vous en avez pourtant besoin pour que votre histoire ait un sens», ajoute l’historien Denis Peschanski.
Pour le chercheur du CNRS, la mémoire collective est essentielle pour apporter du sens aux différentes mémoires individuelles. « Un aspect essentiel de notre enquête concerne l’interaction entre ces deux niveaux de la mémoire, qui permet justement aux victimes de construire ce sens dont elles ont besoin ».
Cette tâche n’est pas évidente car la reconstruction est lente et ne suit pas le rythme politique ou médiatique. Les victimes sont certes écoutées au moment de l’événement et lors des commémorations, mais au-delà, elles se sentent souvent démunies, confrontées parfois à une actualité qui ravive leur douleur. «Je suis en colère quand les médias évoquent celui qui est en prison [Salah Abdeslam, seul suspect des attaques arrêté], qui se plaint de ses conditions de détention», lance Sophie Parra qui ajoute: «Le psychologue nous permet de déverser ce qu’on a à dire en nous écoutant, de façon neutre». «C’est une vraie difficulté. Il faut que la mémoire collective aille au jour le jour dans le sens d’une meilleure reconnaissance de ce que les victimes ont vécu. Il ne faut pas qu’elles tombent dans l’oubli», conclut la psychiatre Muriel Salmona.

Pour lire l’article, cliquez sur le logo du Figaro.fr

Peut-on souffrir des tragédies vécues par nos ancêtres ?

Peut-on souffrir des tragédies vécues par nos ancêtres ?
12.07.2017
Les traumatismes vécus par les parents ou les grands-parents laissent-ils une trace à leur descendance ? C’est ce que suggèrent des travaux récents…
Comment le cerveau influence-t-il le comportement ? Les spermatozoïdes peuvent ils être modifiés par l’environnement et transmettre certains caractères acquis à travers les générations ?

Traumatismes en héritage : quels sont les effets de l’environnement et de la culture sur les mécanismes biologiques, en particulier au niveau du cerveau ? Comment ceux-ci peuvent-ils influencer le comportement ? Comment les cellules germinales mâles, c’est-à-dire les cellules de sperme, peuvent-elles être modifiées par l’environnement de façon à transmettre certains caractères acquis à travers les générations ? Chacun de nous est déterminé par nos gènes, on hérite d’un set de gènes paternels et maternels (…), en réalité nous sommes plus que nos gènes, nous sommes une combinaison de gènes qui sont influencés par des facteurs environnementaux, et ils sont nombreux : notre vie, notre comportement, notre physiologie…

Isabelle Mansuy, neurogénéticienne à l’université de Zürich et à l’école polytechnique fédérale de Zürich.

Pour joindre le site, cliquez sur le logo de France Culture